C’est quoi la réalité ?

Je sors du visionnage d’une interview où les intervenant-e-s évoquaient la réalité – et donc sa meilleure amie, la vérité – et, comme à chaque fois, une gêne m’a saisi ; de quelle réalité est-il question ? De la réalité construite des constructivistes ou de la réalité véritable des positivistes ? Ou un mélange des deux ? Car là où ça devient compliqué, toujours dans cette interview mais elle est très représentative, c’est qu’une des intervenantes reconnaît que la réalité peut avoir plusieurs formes tout en ne cessant de parler de « la réalité » et non d’« une des réalités ». Ce court billet me servira à faire le point sur ce concept tel que je le conçois (à l’heure actuelle, un certain 28 avril 2020 à 10h17).

Résumé à l’arrache de deux postures opposées

Alors oui, sans doute des milliers de philosophes ont parlé de réalité avant moi et, sans aucun doute à nouveau, l’ont-ils mieux fait que moi. Afin de continuer toutefois l’affront, je vais résumer en une phrase deux postures intellectuelles, le constructivisme et le positivisme, en éjectant par la fenêtre toute nuance possible :

  • le constructivisme part de l’idée que la réalité doit être construite par nous humains pour exister, pour être représentée et que, ainsi, il n’existe pas de réalité de faits bruts, en dehors des constructions sociales.

  • le positivisme part de l’idée que la réalité existe en dehors de toute intervention humaine et que, ainsi, il est possible d’être parfaitement objectif dans la restitution de cette réalité.

Ces deux postures extrêmes (et caricaturales donc) posent chacune des problèmes que l’on pourrait résumer comme suit :

  • le constructivisme ignore l’existence d’un monde en dehors des êtres humains. Par exemple une tornade, même si je décide de l’ignorer ou de la « construire » comme innocente viendra raser ma maison.

  • le positivisme ignore complètement l’humain – et ses relations sociales pour n’évoquer qu’elles – dans l’opération de restitution de la réalité. Par exemple, quand un chercheur est financé par une industrie spécifique, il y a des chances que ses résultats en soient influencés, même s’il prétend décrire la réalité le plus fidèlement possible (Maxim, Gérard, 2012).





Posture cul-entre-deux-chaises : le constructivisme nuancé

Selon moi il n’est pas envisageable qu’une réalité puisse être construite totalement sans intervention humaine, pour la simple et unique raison que nous sommes des humains et que nous ne pouvons pas nous extirper de cette condition pour juger, évaluer, décrire hors de toute humanité quelque chose. Il est toutefois possible qu’une réalité ne nécessite pas de construction humaine, ce sont les événements qui font réagir les instincts ; personne n’a besoin d’une construction pour saisir qu’un tigre qui vous fonce dessus est mauvais signe. Pourtant, déjà elle passera par notre cerveau, et secondement, les significations symboliques de cette attaque peuvent être différentes ; le tigre chasse, défend son territoire, et possédé par un dieu vengeur, etc. Partant de là, nous sommes obligé-e-s de construire la réalité. Cependant, cela ne signifie pas que cette construction est totalement libre ou que nous sommes dans l’impossibilité de faire preuve de recul. Prenons deux exemples pour illustrer :

  • Remercions ici le gouvernement français de faire preuve, encore une fois, de sa faculté à jouer n’importe comment avec la réalité. Pour faire court, car l’histoire a été discutée de partout tant elle est exemplaire, le gouvernement a été pris en flagrant délit de délire vis-à-vis du port du masque ; un jour il faut pas les porter, un jour oui, un jour les masques étaient en stock suffisant, un jour non mais c’est pas de notre faute. Ici on le voit clairement, il n’est pas possible de construire la réalité sans cohérence.

  • La prise de recul est faisable bien heureusement. Le langage mathématique par exemple est une institutionnalisation pour rendre conventionnelle une description la plus neutre du monde (mais il a fallu un accord humain ; les mathématiques ne sont pas dans la nature, même si on trouve des formules « naturelles », comme la suite de Fibonacci, ce n’est pas sur le coquillage que sont écrits les éléments de la formule, mais bien sur le papier qui construit, pour décrire, expliquer ce qui se passe dans la nature. Est-ce que vous pensez que Dame Nature a sorti sa calculette au moment d’inventer les plantes ?).

Pour cette raison, je défend une posture de constructivisme nuancé ; autrement dit la reconnaissance que la réalité doit être construite, mais que cette construction ne peut pas être distancée de cette réalité échappant au contrôle de l’être humain, qui ne dépend pas de la construction. Il doit exister ce qu’Elias (2015) a appelé une congruence à la réalité dans l’usage d’un symbole. Cette congruence traduit le rapport cohérent entre un symbole et ce qui est désigné concrètement. Par exemple tout le monde aura compris l’incohérence la plus totale à présenter le 49-3 comme une soit-disant défense de la « démocratie »1. En bref, nous pouvons et devons construire la réalité qui nous entoure, et les luttes politiques sont principalement ça, mais nous ne sommes pas dispensé-e-s de faire preuve de congruence et de cohérence.

Existe t-il alors une réalité ? Ou des millions de réalité ? N’y a t-il aucune vérité ?

Cette série de questions est parfaitement justifiée face au relativisme introduit pour une posture constructiviste, même nuancée. Pour répondre, je crois que l’expression « les faits sont têtus » peut nous aider. Cette expression exprime, pour moi, une chose toute simple ; la réalité peut frapper indépendamment de toute volonté humaine ou plus exactement la réalité pour survenir n’a pas nécessairement besoin d’une construction humaine. L’essence de la réalité, sa fabrique même se déroule avant tout dans ce qui advient ; les faits sont donc têtus quand malgré l’insistance de nos élites pour pousser les politiques austéritaires aucun résultat satisfaisant n’est obtenu ; les faits sont têtus quand les pros de la politique se décrivent comme différent-e-s mais, une fois au pouvoir, se comportent comme les mêmes figures autoritaires et néo-libérales que l’on se tape depuis plusieurs dizaines d’années. Il y a des leçons à tirer dans l’insistance de la réalité à nous montrer les incohérences qui existent entre les constructions de la réalité et la réalité qui advient.

Attention ici je ne veux pas dire qu’il existe une réalité toute faite, prête à être saisie afin d’être retranscrite véritablement. Il existe plutôt un continuum allant de complètement incohérent à complètement cohérent et qui s’appuie sur ce qui a été fait, sur ce qui existe dans le monde et que l’on peut traduire avec des concepts plus ou moins congruents. Je suis proche ici des deux ordres de réalité décrits par Watzlawick ; une réalité « purement physique, objectivement sensibles des choses » (1978, p. 137, souligné par l’auteur) et une réalité qui sert à attribuer « une valeur à ces choses » (ibid., p. 137, soulignée par l’auteur). La construction a lieu dans ce deuxième ordre à l’aide de la communication.

Je n’opérerais pas une fraction aussi franche entre ces deux ordres, notamment parce que la perception des choses influent sur les choses elles-mêmes ; non pas que la pensée détermine la matière (sacré pouvoir !), mais plutôt que c’est bien la perception de la matière qui prime. Par exemple, les choses paraissent plus grandes qu’elles le sont quand on est petit. Et c’est cela qui me semble primordiale ; il faut comprendre l’importance de la perception sans pour autant en faire un horizon indépassable. Elias (1995) a bien montré les progrès dans la « connaissance des choses » permis par une distanciation. Pourtant j’insiste, il ne faut pas croire que cette distanciation est un acquis pour tout le monde ; il s’agit plutôt d’une posture scientifique et il faut faire des efforts constants pour ne pas succomber aux perceptions immédiates. D’ailleurs, Watzlawick le signale lui-même, « nous sommes bien plus perceptifs et bien plus influencés par nos perceptions que nous ne le pensons » (op. cit, p. 47).

Par ailleurs, toujours en rapport aux deux ordres de réalité de Watzlawick, j’aimerais insister sur l’importance des actes dans la réalité. C’est là l’analyse des discours politiques qui me poussent dans ce coin. Je ne dirais pas que les discours ne sont pas des actes mais qu’ils illustrent cette distance entre cohérence et incohérence dans les communications construisant la réalité. Prenons encore l’exemple du gouvernement français. Le ministre de l’économie et des finances et c’est bien normal en période de crise, veut se donner l’air d’une personne d’autorité et qui sait agir pour le bien de la nation. Ainsi, il déclare que les entreprises qui sont dans les paradis fiscaux ne bénéficieront pas d’aides publiques2. Pourtant, le gouvernement rejette dans le même temps un amendement défendant cette position3. Au final, il semblerait que les entreprises se trouvant dans des paradis fiscaux – dont la liste prête à rire quand elle ne comprend pas le Luxembourg – doivent déclarer sur l’honneur que leurs activités sont respectueuses, blablabla4. Je vais pas épiloguer là-dessus – on retrouve un classique de la communication contredisant les actes –, puisqu’on perçoit avec cet exemple que la réalité de premier ordre est également constituer des actes concrets qu’une personne effectue, indépendamment de la manière dont elle les construit par la suite ou avant.

Par rapport à ce que j’ai dit plus haut, je semble me contredire ; si la perception de la réalité compte tant, ne faudrait-il pas relativiser et imaginer qu’une réalité de premier ordre n’existe pas quoi qu’il arrive et que les actes sont toujours dépendants d’une interprétation subjective ? Hé bien s’il n’existait pas de verbe pour décrire les choses sans ambiguïtés oui. En l’occurrence non. La question du mensonge par exemple est sans ambiguïté et c’est très perceptible dans la danse du ventre effectuée par les pros de la politique pour éviter de répondre directement à une question qui prouve qu’ils ont menti. Pour autant, il ne faut pas casser la dynamique intellectuelle introduite par la relativisation de la réalité. En d’autres termes, il importe de ne pas tomber dans l’illusion qu’il existe toujours une réalité parfaitement juste et pouvant être retranscrite tout à fait fidèlement. Il faut faire une croix sur la possibilité de décrire justement une réalité qui peut être traduite par des valeurs ; c’est, dans l’idéal, une discussion démocratique qui doit amener à trancher ou, bien plus souvent, l’usage de la violence symbolique voire physique.



Pour résumé (et en guise de conclusion) : la réalité pour être comprise par les êtres humains doit être construite par ceux-ci. Toutefois, cela ne signifie pas que la réalité n’existe que parce qu’elle est construite, mais nous la comprenons et la qualifions à travers cette construction. Celle-ci n’est pas absolument libre dans son activité et doit comporter une part de cohérence avec la réalité. Par ailleurs, la construction peut s’appuyer sur ce qui est fait concrètement et sur du vocabulaire qui peut traduire sans ambiguïté les actes pour décrire de manière congruente. Ce n’est pas pour autant que la construction correspondra parfaitement à la réalité décrite – il demeurera toujours des écarts de traduction, notamment en termes de valeur. Et c’est bien pour cette raison qu’il vaut toujours mieux discuter à plat et honnêtement de ce qu’on pense et de ce qu’on pense avoir fait ou faire, plutôt que de tout laisser à l’interprétation de chacun ou de se planquer, comme il est coutume maintenant en politique, derrière une réalité objective au lieu d’en assumer les constructions que nous produisons.

Bibliographie

ELIAS Norbert, Engagement et distanciation. Paris : Pocket, 1995, 258 p. (Agora)

ELIAS Norbert, Théorie des symboles.Paris : Seuil, 2015, 245 p. (La Librairie du XXIe siècle)

LAURA Maxim, GERARD Arnold, « Comment les conflits d’intérêts peuvent influencer la recherche et l’expertise » [document en ligne], Hermès, La Revue, 2012, volume 3, pp. 48-59. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2012-3-page-48.htm

WATZLAWICK Paul, La réalité de la réalité : confusion, désinformation, communication. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 237 p.

1https://www.20minutes.fr/societe/2729515-20200229-reforme-retraites-edouard-philippe-annonce-assemblee-recours-article-49-3-constitution

2https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/coronavirus-pas-daide-publique-pour-les-entreprises-presentes-dans-les-paradis-fiscaux-1197557

3https://www.publicsenat.fr/article/politique/aides-de-l-etat-le-revirement-spectaculaire-du-gouvernement-sur-les-paradis

4https://lareleveetlapeste.fr/communication-mensongere-le-gouvernement-va-bien-pouvoir-financer-les-entreprises-dans-des-paradis-fiscaux/

Crédit photo

 


2 réflexions au sujet de « C’est quoi la réalité ? »

  1. Bonjour.

    Je viens de lire votre article et je me permets de vous féliciter pour votre démarche. Face à la crise mondiale que nous traversons, je fais mes propres recherches et j’essaie de trouver un fil d’Ariane, une certaine cohérence dans mes pensées pour exprimer ouvertement ce que je pense de tout ça. Ma démarche n’est pas dans le but de convaincre qui que ce soit mais d’apporter des éléments concrets pour permettre aux personnes de se poser des questions sur les réponses toute faites qui leur ont été données. Personnellement, je ne pense pas qu’il n’y ait qu’une seule réalité possible. Je crois qu’il existe autant de réalités qu’il y a d’êtres humains sur cette planète – pour ne parler que des humains. La science quantique nous apprend beaucoup de choses à ce propos et les découvertes des chercheurs sont absolument hallucinantes et remettent en question bien des paradigmes sur lesquels reposent nos sociétés occidentales notamment. Est-il si étrange que cette science reste quelque peu dans l’ombre ? Elle dérange, c’est certain. Ce que je comprends de ma vie, de par mes expériences est que je ne crois pas ce que je vois sinon que je vois ce que je crois et qu’en cela je n’ai ni tort ni raison, c’est ma réalité qui n’est pas discutable. Le reste ne sont que des accords consensuels selon moi. Pour terminer, j’ai fait récemment des recherches sur le Pr Béchamp qui avait une vision opposée de celle de Pasteur concernant les virus qu’il appelait pour sa part « microzymas ». Pasteur se révèle être un imposteur qui s’est approprié les recherches des autres. Mais bien qu’il ait laissé un témoignage en ce sens et qu’il aurait affirmé avant sa mort que Béchamp avait raison, nous en avons quand même fait le père de la médecine en France. Et cette médecine repose sur des théories bancales. On le sait, mais on préfère ne rien dire… Et aujourd’hui cette médecine est devenue une vraie religion en France. Elle est intouchable et elle traite de « complotistes » tous ceux qui s’opposent à elle. Elle n’hésite pas à radier des médecins de l’Ordre. C’est complètement fou…

    Je suis bavarde, excusez-moi. Je vous souhaite le meilleur.

    Merci

    Keridwen

    1. Merci pour votre commentaire, qui apportent des éléments intéressants sur la dimension « physique » de la réalité. Je ne peux malheureusement pas me prononcer car je n’ai pas de connaissance dans ce domaine.
      Si l’idée de réalités multiples vous intéresse, je vous conseille vraiment la lecture des travaux de P. Watzlawick, notamment sur la constructivisme radical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.