Les 3 types de discours politiques et leurs implications dans les rapports de domination

En complément de l’interview que j’ai donnée à Kawa TV, des vidéastes indépendants (je vous recommande fortement le visionnage de leurs vidéos, c’est un excellent travail de vulgarisation et d’explication des enjeux politiques de différents sujets abordés), ce billet approfondira une question effleurée dans cette interview, celle des types de discours politiques. Je commencerai par présenter 3 types de discours politiques puis j’expliquerai les implications politiques de ceux-ci dans les rapports de domination, c’est-à-dire les rapports par défaut inégalitaires dans la société, en particulier les rapports politiques.



Les 3 types de discours politiques

Pour les définitions ci-dessous, je me suis principalement inspiré des travaux de P. Rosanvallon1 et de J.-L. Del Bayle2, en apportant toutefois une nuance qui me semblait manquer chez ces deux auteurs. En effet, chez le premier les définitions s’insèrent dans des processus institutionnels qui font le gouvernement de la société ; la prise de décision (le politique) et une compétition pour la prise de décision (la politique). Chez le second, les définitions concernent la « démocratie » dans son ensemble et ces processus institutionnels également ; les réflexions sur la loi, le pouvoir, la justice, etc. (le politique) et la compétition (la politique). Ces définitions, si elles mettent clairement en avant que la politique et le politique, en particulier chez P. Rosanvallon, contribuent à la mise forme du social, manquent de profondeur critique selon moi. Autrement dit, elles ne relèvent pas la nature dominante de la politique et du politique, alors qu’un auteur comme P. Braud en revanche note, à juste titre et sans détour, que la politique est une scène pour cacher « la nature réelle – contraignante, oligarchique – de l’État »3.

Cette discussion (très courte) théorique des auteurs passée, on peut maintenant attaquer les définitions théoriques des discours politiques, et j’adopterai un style très parlé en cohérence avec l’idée de ce billet, qui est d’approfondir une interview.

Le premier discours politique c’est simplement un discours qui parle du vivre ensemble, qui réfléchit, juge, critique les relations et leur gestion au sein d’une société, un discours politique, le politique au sens très large. N’importe qui ici peut avoir un discours politique ; votre chat, votre voisine, votre micro-onde, vous ; n’importe quel-le citoyen-ne.

Le deuxième discours politique c’est un discours de gouvernement, un discours qui vous permet de gérer ces relations et/ou qui montre que vous gérez effectivement la relation ; c’est le politique dans un sens plus restreint de gouvernement de la société. Ce sont ici les gouvernant-e-s qui peuvent avoir ce genre de discours, donc une catégorie particulière des pros de la politique et des citoyen-ne-s. Si je suis candidat à la présidentielle, n’occupant aucune fonction d’élu, je ne peux pas avoir ce type de discours politique. Pour cela il me faut une fonction avérée de représentant de l’État.

Le troisième discours politique c’est la compétition qui doit vous amener à prendre le contrôle de la gestion des relations de société, la politique. Tous les pros de la politique, locaux, nationaux, planétaires, peu importe, peuvent avoir ce type de discours. Alors oui on peut toujours me dire, « mais si tu veux tu peux aller faire de la politique » ; toutefois sans parti, sans me soumettre à la logique de parti politique, sans formater un minimum mon discours pour correspondre au format médiatique, j’ai autant de chance de me faire élire président qu’être élu Miss Monde.

 

Les implications politiques de ces types dans les rapports de domination

Bon maintenant ça signifie quoi l’existence de ces trois types de discours.

Tout d’abord c’est une violence symbolique que nous subissons. Cette violence symbolique, c’est celle que décrit P. Bourdieu4 quand il évoque une violence discrète, que nous acceptons et qui maintient les rapports de domination. En effet, nous sommes dépossédés de notre capacité à nous exprimer politiquement, de façon légitime et effective, mais nous nous en plaignons assez peu final. Nous citoyens n’avons la possibilité de tenir que le premier type de discours politique, le type qui n’aura que très peu de chance voire aucune chance d’être entendu, sinon sous forme de sondage ou en gueulant dans la rue.

Cette violence symbolique se ressentira plus encore dans ce que D. Gaxie a appelé le cens caché ; c’est-à-dire l’idée que la procédure électorale favorise les groupes culturellement « supérieur », possédant un savoir et des compétences ; savoir bien s’exprimer, avoir de la culture légitime (connaissance du fonctionnement de l’État, du droit par ex), avoir la posture qui va (bien droit), la tenue (les vêtements, être bien rasé).

Je vais pas insister plus que ça mais vous comprenez l’idée, la violence symbolique s’exprime dans cette distinction de discours politiques parce qu’elle montre que nous sommes soumis à un ordre, même si cette soumission commence à être de moins en moins évidente. L’extrême majorité de la population, les non pros de la politique, est cantonnée à n’avoir que des discours politiques généraux sans influence ou presque, et enfin qu’il y a évidemment une distinction de classe, les classes populaires bénéficient moins de l’organisation politique qui sanctionne positivement des attitudes bourgeoises (les habitus diraient boubour).



En bref, les trois types de discours – un discours politique général sur le vivre-ensemble, un discours politique restreint au gouvernement de la société, un discours politique prenant part à la compétition partisane – témoignent de l’inégalité dans les rapports politiques ; non seulement c’est une minorité qui peut tenir les deuxième et troisième types de discours quand la première se contente du premier, mais en plus il faut posséder des compétences spécifiques pour tenir un discours politique, ce qui élimine par défaut une majorité de personnes.

 

1ROSANVALLON Pierre, Pour une histoire conceptuelle du politique : leçon inaugurale au Collège de France faite le jeudi 28 mars 2002. Paris : Éditions du Seuil, 2003, 60 p.

2LOUBET DEL BAYLE Jean-Louis, « De la science politique » [Document en ligne] Annales, 1989, vol 37, pp. 97-120. Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/contemporains/loubet_del_bayle_jean_louis/de_la_science_politique/de_la_science_politique_texte.html (consulté en octobre 2015)

3 BRAUD Philippe, Le suffrage universel contre la démocratie. Paris : Presses Universitaires de France, 1980, p. 20

4BOURDIEU Pierre, Langage et pouvoir symbolique. Paris : Éditions du Seuil, 2001, 423 p. (Points : essais)

crédit photo


2 réflexions au sujet de « Les 3 types de discours politiques et leurs implications dans les rapports de domination »

  1. Vous écrivez:
    > Je commencerai par présenter 3 types de discours politiques puis j’expliquerai les implications politiques de ceux-ci dans les rapports de domination

    mais, dans la suite de vos explications, je comprends ces 3 types de discours politiques comme la résultante de rapports de domination. Du coup, si j’y vois bien la description d’un symptôme de plus (ce qui a un intérêt en soi), je vois mal quelles conséquences ils ont sur les rapports de domination.

    1. Il faut voir cela de manière dialectique ; en effet certains individus peuvent tenir des discours politiques particuliers en France car ils occupent une position spécifique dans l’organisation politique. Mais une organisation politique doit se reproduire, et les discours participent à cela ; par ex en montrant qui peut prendre des décisions en France ou en travaillant chaque jour pour assurer la légitimité et la crédibilité d’un gouvernement (particulièrement visible en période de crise).
      Autrement dit, une des implications politiques est la suivante : le maintien des rapports de domination – plus clairement faire en sorte que les individus bénéficiant de l’organisation politique (élus, gouvernants, etc.) continuent à « posséder plus de pouvoir politique » que le citoyen « lambda ». Mais plus encore, comme je l’indique dans l’article, les implications, au sens de contenir qq chose, sont une violence symbolique et une inégalité dans l’expression politique.
      Mais vous avez souligné qq chose d’important c’est vrai, le terme « implication » n’est pas assez précis notamment parce qu’il peut signifier entraîner ou contenir. Et je l’entends dans les 2 sens. Il m’en faudrait un autre pour être plus clair du coup. Merci pour votre commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.