Communication de l’Etat et COVID-19 : un tout petit commentaire sur l’infantilisation

Comment résister à l’envie de commenter la communication étatique en ces temps de crise alors qu’on a fait une thèse sur ce sujet ? Hé bien on peut pas… du coup je me sens dans l’obligation – citoyenne et personnelle – de livrer un petit commentaire qui, s’il n’aura pas la force de l’originalité, servira peut-être à mettre des mots sur des impressions présentes chez certaines personnes ; l’État et ses représentant-e-s nous prennent pour des gamins ! Pourquoi ?

La communication comme démonstration de qui tient le pouvoir en France

C’est un exemple que j’utilise souvent pour expliquer que les discours portent en eux une « force », soit une capacité à faire advenir ce qu’ils annoncent, au moins dans la tête de celles et ceux qui écoutent. Imaginez que je vous dise : « l’État va investir massivement dans le domaine de la santé pour le budget de l’année 2021 ». Vous allez me dire que je rêve ou me demandez quelles sont mes sources, et à juste titre.

Par contre si Manu Macron ou Eddy Philou vous tiennent le même discours, vous pouvez soit les croire, soit vous dire que c’est du flan, soit être prudent-e et attendre de voir leurs actions. En tous cas, cela semble possible puisqu’ils l’annoncent.

Qu’est-ce que cela signifie en clair ? Que l’État est représenté, voire incarné quand c’est le président ou le premier ministre qui s’exprime. Plus encore, ces individus sont légitimes, reconnus légalement et socialement pour mener cette action de communication.

Ce n’est pas n’importe quel citoyen qui peut engager l’État dans une direction par sa communication. Ainsi la communication étatique est une démonstration claire des déséquilibres dans les rapports de domination en France.

Une fois ça en tête, on peut en venir à la question de l’intro : pourquoi est-ce que les représenant-e-s de l’État nous prennent pour des gamins ?

Ne paniquez pas, même si nous sommes en guerre : contradiction pour apaiser les enfants et mater les esprits

En suivant les différents tweets après la déclaration de Manu hier soir, je me suis aperçu que beaucoup de gens avaient saisi sa « schizophrénie » passagère. D’un côté nous sommes en guerre mais de l’autre nous ne devons pas paniquer.

Si je devais spéculer à moindre frais – au moins si j’ai tort je ne vous demanderai pas de venir rembourser mes erreurs –, je dirais que cette contradiction répond à deux objectifs qui, dans le fond, ne sont pas opposés mais qui, dans la forme, l’ont été. En d’autres termes, c’était un mauvais discours, mais un discours classique de crise donné par une personne qui a du pouvoir, une personne qui a plus de moyen que vous et moi pour orienter les relations en France.

1° Déjà sur la nécessité de ne pas paniquer, c’est exactement ce que nous faisons quand un enfant commence à s’exciter. Le président est ici le « père » des Françaises et des Français et il doit garder l’ordre dans sa famille – la métaphore parentale n’est pas juste une figure de style, je suis assez convaincu par les travaux de Mendel (voir Histoire de l’autorité par exemple) sur la présence du schéma familial dans les pratiques de l’autorité en France. Le discours d’hier, 16/03/2020, est donc un grand classique que l’on pourrait résumer comme suit : les citoyen-e-s français-e-s sont trop bêtes pour ne pas s’affoler comme des moutons devant un loup, donc au lieu de leur dire la vérité, je dois chercher à les détendre. Et à ce propos ce n’est pas un hasard, pour moi, ou qu’un manque de courage, si Macron n’a pas parlé de confinement dans son discours ; il fallait déjà commencer par nous détendre. Bon par contre, comme nous sommes des adultes avec un esprit critique ça a plutôt tendance à nous agacer. Vous voyez ici la distance qui existe entre le rôle que nous confie cette communication politique infantilisante et la potentialité politique et intellectuelle que nous possédons, mais bon ça n’est pas le sujet précis de ce court texte.

2° Sur le discours martial et le matage des esprits ; nous sommes ici dans un réel jeu de pouvoir. En clair, cela signifie que le président n’est pas cet individu tout puissant qui maîtrise tout mais que, comme n’importe quel détenteur de pouvoir, il doit sans cesse prouver qu’il est digne. La répétition de « nous sommes en guerre » pourrait être traduit comme suit, si jamais un cynique écrivait le discours du président : « bon les nanas, les gars, j’ai compris que c’était du sérieux ! Ok ! C’est bon j’ai saisi et je vais m’occuper de la situation, le virus je vais lui péter la gueule, vous en faites pas. » Ce roulement des biceps est donc plus qu’un étalage de testostérone dans une société patriarcale, c’est une marque que nous n’avons pas à nous énerver puisque le patron a dit qu’il réglait les affaire. Nous n’avons plus qu’à attendre que les vrais détenteurs de pouvoir agissent – en fait ce sont bien les personnes travaillant dans les hôpitaux qui font le plus dur, mais bon, elles n’ont pas des interviews à donner sur les chaînes publiques.

Donc, en gros, ces deux éléments correspondent à deux objectifs de discours de crise classique : calmer et assurer à tout le monde que des décisions fermes sont prises. Je ne discuterai pas plus les erreurs, selon moi, de forme. Pas la peine de verser dans le martial pour faire comprendre que l’on agi.

 

Pour résumé : le discours du président d’hier illustre bien que nous ne maîtrisons pas notre destin, que le balance du pouvoir penche clairement d’un côté. Dans le même temps ces individus doivent prouver qu’ils agissent mais ce faisant, ils nous réduisent à l’impuissance politique et nous prennent en plus pour des enfants qu’il faut à tout prix calmer.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.