Le danger logique de la confusion entre membre de classe et classe

S’il y a bien une chose qui m’étonne, c’est la capacité de professionnel-le-s de la politique, des experts à la mode, des éditorialistes, en gros des défenseur-e-s d’une hégémonie néo-libérale, à croire que leurs idées et pensées épuisent totalement la réalité. C’est dingue non ? Imaginez pouvoir faire le tour de rien de plus complexe et vaste que la réalité, la société ou le politique avec vos seules idées et pensées. Comme j’hésite à qualifier cette opération intellectuelle de pathologique, je tomberai alors plus facilement du côté du cynisme en soulignant que c’est une technique rhétorique, destinée à pour imposer son avis.

Classe et membre de la classe : confondre le fruit et la banane

Les confusions entre classe et membre de classe sont courantes chez les mioches (Piaget, Inhelder, 1991). C’est plus gênant quand ce sont des adultes, désigné-e-s ou élu-e-s pour prendre des décisions ou penser à notre place, qui commettent cette erreur. Imaginez la scène suivante ; vous discutez avec une amie de nourriture et subitement elle ne vous comprend pas quand vous lui dites que les fraises sont un fruit :

– Une fraise, un fruit ? Une banane tu veux dire ? demande t-elle avec la surprise feinte de celle qui croit mieux savoir mais que la politesse empêche de traduire trop clairement son assurance.

– Bah oui… tu t’es cognée la tête ? répondez-vous avec une réelle inquiétude.

Ca paraît clairement stupide dit comme ça non ? Maintenant imaginez la scène suivante ; vous discutez avec la même amie d’organisation politique et elle ne vous comprend pas quand vous lui dites que la démocratie décentralisée, directe est une organisation politique :

– Une démocratie représentative tu veux dire ! clame t-elle avec l’arrogance d’un éditorialiste qui joue à domicile.

En guise de réponse, vous lui assenez un crochet au foie si violent que ses organes internes lui sortent par les oreilles. Votre colère est bien entendu justifiée ! Elle est justifiée parce qu’elle correspond à votre compréhension de l’erreur logique suivante ; le membre d’une classe, c’est-à-dire un élément faisant partie d’un ensemble plus grand et lié par des critères communs, ne peut remplacer toute la classe, comme si ce membre pouvait éclipser tous les autres. Il s’agit donc bien d’une erreur logique, ce n’est pas concevable qu’un membre devienne la classe, à moins qu’il devienne une classe à part entière ; mais dans ce cas il ne remplacera pas les membres de son ancienne classe, toujours présents pour lui disputer la capacité à discuter le monde, la réalité.

Les implications politiques de cette confusion logique

Dès lors, si l’erreur est logique et qu’elle est aussi stupide que de confondre banane et fruit, on peut justement s’interroger sur son existence. Pourquoi est-elle présente dans les discours politiques et médiatiques ? Pourquoi les défenseur-e-s de l’hégémonie néo-libérale cachent toutes les potentialités et toutes les nuances ? Pourquoi prétendent-ils ne faire que décrire objectivement le monde, alors que ce sont leur mots, leurs modèles, leurs visions ?

Je peux avancer au moins deux réponses, et les deux donneront à voir les implications politique de cette confusion.Tout d’abord, c’est une opération de disqualification. Si le néo-libéralisme comme manière d’organiser les relations sociales et économiques est la seule manière, les autres seront au mieux, des douces utopies, et, au pire, des hérésies à abattre. Plus encore, vous éliminez par défaut et avant tout effort de réflexion les potentiels adversaires, puisqu’il ne sert à rien de discuter ce qui n’existe pas ou, plus exactement, il ne sert à rien de discuter d’autre chose puisque le sujet est réglé, le tour a été fait.

Ensuite, c’est une opération de naturalisation – le même type dont Bourdieu a tant parlé, que ce soit par la manipulation du monopole symbolique de l’État (Bourdieu, 2011) ou dans les nécessaires actes de dénaturalisation opérés par la sociologie (Bourdieu, 2002). Naturaliser signifie donner une essence objective, indiscutable et totalisante à une idée, une représentation. Ainsi, le néo-libéralisme est naturalisée quand il perd ses aspects de théorie et d’idéologie pour n’être qu’une description factuelle et objective du monde. Ce n’est pas que les marchés doivent être libéralisés, c’est que les marchés sont toujours libres par nature et ce sont les actions politiques (de contrôle) qui les empêchent de jouir de cette liberté. Alors la nature est contrariée, et non plus l’idéologie, et jouer contre Dame nature c’est mauvais, vilain, méchant. Ce déguisement est parfait pour n’importe quelle idéologie, n’étant plus une description de la réalité parmi d’autre mais la description.

Pour résumer : la confusion entre classe et membre de classe n’est pas qu’une question de logique car, en toute logique (sociale), la logique ne flotte pas dans une abstraction neutre et désintéressée. En dernière instance, les erreurs de rhétorique ont des implications politiques fortes dans la manière dont on peut discuter avec les défenseur-e-s de l’hégémonie néo-libérale du monde et de la réalité. Il devient simple pour eux de disqualifier toutes autres possibilités et de naturaliser leurs idées et théories car ils sont persuadés de ne

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, Questions de sociologie. Paris : Les Éditions de Minuit, 2002, 277 p. (Reprise)

BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

PIAGET Jean, INHELDER Bärbel, La genèse des structures logiques élémentaires. Classifications et sériations. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé, 1991, 292 p.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.