Analyse du questionnaire : les principaux enseignements

Ce billet est la suite directe des résultats bruts du questionnaire sur la communication politique que j’ai mené pendant quelques mois. Au total, 71 personnes ont répondu, ce qui est assez peu mais suffisant pour une porte d’entrée. En effet, je suis plutôt intéressé par la méthode par les entretiens libres, plus efficaces pour obtenir des informations détaillées sur ce que pensent les citoyen-ne-s de la communication politique. Dans ce billet, j’expose ce qui sont, selon moi, les principaux enseignements du questionnaire

Les répondant-e-s : des remarques générales

Il y a une majorité d’hommes (59 %). J’ai oublié en revanche d’inclure une possibilité « autre », mea culpa. Mais bon pour l’étude en général, la question du genre, même si toujours importante, ne sera pas travaillée. Ce sont bien les citoyennes, citoyens ou autres au sens large qui m’intéressent.

Pour l’âge, et c’est sans surprise, la majorité (38 %) est située dans ma tranche d’âge entre 25-35 étant donné que j’ai transmis le questionnaire dans mes différents réseaux et que je connais principalement des personnes de cette tranche. Les deux autres tranches les plus nombreuses sont 18-25 (21 %) et 35-45 (18 %).

Pour le niveau d’étude, même « biais » que pour l’âge, il est élevé, majoritairement BAC +5 (45 %), suivi par BAC+8 (20 %).

Concernant la sympathie ou l’adhésion à un parti politique, ils sont majoritairement (70,5 %) non concernés. Pour les concerné-e-s, il s’agit de l’UPR (10 %), la FI (7 %) et le PCF (4 %). L’UPR étant un parti « peu connu », j’ai sans doute touché leur réseau à un moment ou un autre. Je soupçonne le relais d’un de mes tweets opéré par Jacques Sapir – remarque sans importance par ailleurs.

Concernant l’intérêt envers les partis politiques, la majorité demeure non concernée mais par un court avantage (37 % contre 34 %). Une curiosité, il y a plus de personnes se déclarant membres de l’UPR (7) que de personnes se déclarant suivre les activités de ce parti (5) ; mauvaise compréhension de la question ? On peut ajouter aussi une courte remarque sur la personne qui a répondu François Asselineau, à cette question, montrant sans doute la personnalisation du parti par son chef. Le parti le plus suivi est la France Insoumise (15,5 %) puis Europe Ecologie les Verts (8,5 %) et le Parti Socialiste (8,5 %) ; à égalité en nombre avec le PS et Europe Ecologie les Verts, la catégorie « tous » a été écrite, signalant un intérêt général pour les partis politiques.

Enfin, sur la pensée politique, les répondant-e-s utilisent majoritairement trois qualificatifs pour la désigner : socialiste (36,5%), écologique (29,5%) et démocrate (14%).

Suivi des activités de communication

Pour se tenir au courant des activités de communication, les répondant-e-s utilisent principalement les médias (télé, radio, presse, internet) avec 73 % et les réseaux sociaux (facebook, twitter, etc.) avec 74,5 %, suivi par le bouche-à-oreille (31 %). Une minorité (12,5%) ne se tient pas au courant. Il serait difficile d’affirmer ici que les réseaux sociaux numériques deviennent aussi importants que les médias plus traditionnels (tv par ex) pour la réception des activités de communication. Par ailleurs, compte-tenu que le questionnaire a été principalement diffusé sur les réseaux sociaux numériques (en particulier twitter), il est logique que les répondant-e-s soient en grande partie des utilisateurs de ces réseaux.

A propos du suivi assidu de l’activité de communication d’un ou une pro de la politique en particulier, une grande majorité (70%) de « non » se dégage. Celle-ci se justifie principalement par l’absence ou presque d’intérêt envers un ou une pro de la politique en particulier (43,5 %), suivi par l’absence ou presque d’intérêt envers un parti (26,5%) ou la politique professionnelle en général (31 %). Pour les personnes ayant indiqué suivre avec assiduité un ou une pro de la politique en particulier, c’est à nouveau du côté de l’UPR et de la FI que l’on se tourne avec François Asselineau (4 %) et Jean-Luc Mélenchon (4 %). A noter la présence unique d’individus en dehors de la politique professionnelle, soit Jacques Sapir, Coralie Delaume et Alain Soral, ainsi que d’émissions de télévision, soit C dans l’air et C politique. Il y a sans doute là une incompréhension sur l’expression « professionnel-le de la politique » ; j’avais pourtant expliquer ce terme dans l’introduction du questionnaire. Mais cela souligne aussi une polyvalence peut-être plus prononcé que l’on peut l’imaginer sur le terme « politique » ; qui en fait ? Qui en parle ? Etc. Toutefois, cette mécompréhension demeure trop faible dans les réponses du questionnaire pour en tirer une quelconque conclusion.

Quant aux raisons justifiant le suivi assidu, en premier vient de l’intérêt envers la personne (idée, comportement, charisme, personnalité, etc.) avec 22,5 % et l’intérêt personnel (curiosité, suivi d’une action pour vous tenir informé-e, etc.) avec 17 %. Ce n’est pas à mon sens pas très surprenant d’avoir 22,5 % des répondant-e-s signalant un intérêt pour la politique professionnelle du fait d’un intérêt pour une personne. Selon moi, il peut exister une honte ou une gène à reconnaître cela car c’est se mettre en position d’être séduit-e et d’aimer cela, puisque l’on apprécie la personne. Je m’accorde là avec les idées de G. Mendel1, pour qui il existe en France un rapport très subjectif à l’autorité et aux personnes l’incarnant. Ce point serait intéressant à creuser dans les entretiens.

Contenu des activités de communication

Concernant l’interdiction d’un type de contenu dans les activités communicationnelles, ce sont les convictions religieuses qui sont en majorité évoquées (57,5 %). Peut-on voir ici un attachement à la laïcité ? Ensuite, c’est la vie privée (49,5 %) qui est désignée comme devant être interdite dans les contenus. Intéressant, 26,5 % des répondant-e-s considèrent que rien ne devrait interdit dans les contenus des activités de communication. A noter quand même une belle erreur de ma part, je n’ai pas mis en proposition les propos discriminants. Ces réponses m’interrogent sur la dimension normative des attentes des citoyen-ne-s envers la communication politique.

Sur l’amélioration du contenu, les positions sont partagées. Une majorité considère qu’il n’y a rien à faire (28 %), suivi par l’attribution d’un conseiller public en communication (situé en dehors de tous jeux partisans) (25,5 %) et par la limitation des activités de com à une forme d’expression précise (uniquement descriptive par ex) (24 %). La catégorie « autre » a été beaucoup choisie aussi dans cette question et deux propositions se dégagent (5 %) ; un contrôle et des changements à opérer dans les activités de communication et une réflexion à avoir sur les médias (par ex en choisissant des médias indépendants ou publics). C’est ici un point curieux pour moi car, comme on le verra par la suite, les répondant-e-s sont très majoritairement critiques envers le contenu mais dans le même temps, ils pensent qu’il n’y a rien à faire.

Vis-à-vis des éléments qui sont les plus appréciés par les répondant-e-s dans les activités de communication, un trio de tête apparaît avec la description objective des faits (62 %), la correspondance entre ses idées et les vôtres (59 %) et la défense ou promotion de ses idées (56,5 %). C’est un trio assez paradoxal selon moi dans la mesure où la défense ou promotion de ses idées par un-e pro de la politique amène le plus souvent à un travestissement de la « réalité objective ». J’ai écrit là-dessus récemment. Sans aller jusqu’à en faire un authentique paradoxe dans l’esprit des répondant-e-s, on peut noter l’attachement à une « communication vraie », qui ne triche pas.

Et cela correspond tout à fait à la question suivante « Qu’est-ce que vous ne supportez pas dans une activité de communication d’un-e pro de la politique ? », où quasiment la totalité des répondant-e-s (98,5 %) déclarent ne pas apprécier l’exagération ou le travestissement des faits. Une grosse majorité (69 %) ne supporte pas non plus le recours à la séduction. C’est un point central pour moi ; il y a vraiment, et c’est sans surprise, un rejet de cette communication qui manipule, qui triche ; mais d’un autre côté plus de 20 % des répondant-e-s suivent des activités de communication parce qu’ils apprécient la personne qui communiquent, y a quelque chose à creuser ici je pense. A noter également, 38 % des répondant-e-s ne supporte pas la défense ou promotion d’une groupe d’individus ou d’un individu.

Pour finir sur le contenu des activités de communication, les réponses auraient de quoi faire suer les pros de la politique, s’ils ne le savaient pas déjà. Aucun ou aucune des répondantes ne déclare être satisfaite ou très satisfaite. La majorité (48 %) est critique envers le contenu et 35 % sont très critiques. Une minorité (17 %) est indifférente. Ce résultat est sûrement à lier avec la conclusion globale à tirer de cette partie du questionnaire. Il existe aujourd’hui en France une critique voire un rejet envers le contenu des activités de communication qui sont jugées menteuses, tricheuses, manipulatrices – ce sont mes adjectifs mais je pense qu’ils correspondent bien à un état d’esprit que je perçois en France.

Il y a toutefois une curiosité qui titille mes neurones ; plus de 25 % considère que rien ne devrait être interdit, mais d’un autre côté, comme je viens de l’expliquer, les positions des répondant-e-s envers le contenu des activités communicationnelles est très majoritairement critique. Autrement dit, c’est un peu paradoxal d’être déçu de quelque chose mais de considérer que rien ne devrait être interdit. Ici c’est bien l’idée centrale que j’ai envie de tester, l’existence ou pas d’un lien entre critique de la communication politique et critique de l’organisation politique. Ce résultat tendrait à dire que ce lien n’existe pas ; en effet les répondant-e-s déclarant que rien ne devrait être interdit dans les contenus des activités communicationnelles sont par ailleurs critiques dans l’ensemble (17/19 répondant-e-s), ce qui pourrait signifier, en extrapolant, qu’ils ne font pas le lien entre un ras-le-bol du contenu de la communication et la nécessité d’imposer un contrôle des pros de la politique vis-à-vis de leurs activités de communication .

 

Fréquences des activités de communication

Trois positions se dégagent par rapport au moment où les répondant-e-s souhaitent qu’un ou une pro de la politique s’exprime : n’importe quand (32,5 %), seulement quand cela est nécessaire (explication de politique, célébration d’un événement, etc.) (32,5 %), quand cela est nécessaire et quand ils doivent défendre leur position dans l’espace politique (réponse à un adversaire par exemple) (28 %). Il semble ne pas y avoir une situation idéale en particulier, dont les répondant-e-s estimeraient vouloir réceptionner une activité de communication.

Concernant l’interdiction, c’est-à-dire au moment où il devrait être interdit à un-e pro de la politique de s’exprimer, on retrouve en très grande majorité (72 %) une question de norme ; au même titre que la communication est estimée par une majorité de répondant-e-s comme ne devant être manipulatrice, les répondant-e-s estiment que les pros de la politique ne devraient pas s’exprimer quand ils sont susceptibles de défendre des intérêts privés. La seconde plus haute réponse (43,5 %) est aussi liée à une norme, c’est-à-dire aux pros de la politique faisant l’objet d’une enquête judiciaire. Ces deux réponses forment pour moi un début de preuve de l’exigence normative des citoyen-ne-s français-e-s vis-à-vis de la communication politique. Enfin on notera que plus d’un quart des répondant-e-s pensent que les pros de la politique devraient s’exprimer n’importe quand.

Pour l’amélioration de la fréquence, les positions sont partagées : la majorité (27 %) pense à la fois qu’il n’y a rien à faire et qu’il faut laisser aux pros de la politique une liberté totale dans le choix du moment d’expression, suivie de près (24 %) par la contrainte fixant par avance l’expression et l’imposition d’un quota quotidien d’activités de communication. Les répondant-e-s sont assez partagées sur les solutions qu’il faudrait mettre en œuvre et un quart pencherait plutôt vers une liberté d’action laissée aux pros de la politique.

Le résumé des positions par rapport à la fréquence des activités de communication est moins sévère que pour le contenu. La majorité (45 %) est indifférente, mais, malgré tout,il y a toujours autant d’insatisfait-e-s avec 38 % de position critique et 15,5 % de position très critique pour seulement 1,5 % de satisfait-e. Selon moi, la question de la fréquence des activités de communication fait l’objet d’une attention bien moins critique de la part des répondant-e-s que pour le contenu, mais la fréquence est très loin de faire l’unanimité chez les personnes qui s’en soucient.

Résumé : les principaux enseignements du questionnaire

1° Une forte position critique envers le contenu des activités de communication. Utilisons cet argument positiviste, car ne souffrant d’aucune interprétation ; 83 % des répondant-e-s sont critiques ou très critiques ; 0 % sont satisfait-e-s.

2° Il existerait une disposition à la séduction via la communication politique. Près d’un quart des répondants suivent un-e pro de la politique parce qu’ils s’intéressent à sa personne. Ce questionnaire ne permet sûrement pas de répondre définitivement à cette question mais il est très important de la poser : est-ce les citoyen-ne-s français-e-s sont disposé-e-s à être séduit-e-s par l’intermédiaire des activités de communication si le ou pro de la politique les intéressent ?

3° Des attentes normatives vis-à-vis de la communication politique. De nombreux éléments dans le questionnaire pointent dans cette direction ; la quasi-totalité (98,5 %) des répondant-e-s apprécient la description objective des faits, la même quasi-totalité qui rejettent le travestissement des faits ou l’exagération et une bonne majorité (69 %) qui ne supporte pas le recours à la séduction, la proposition pour 43,5 % de l’interdiction pour les pros de la politique de s’exprimer s’ils font l’objet d’une enquête judiciaire et, enfin, la proposition pour 72 % de l’interdiction de cette expression en cas de défense d’intérêt privé. Il semble ainsi que la communication politique doive respecter l’auditoire en ne manipulant pas, en restant inexistante en cas de contradiction avec l’intérêt général ou de soupçon judiciaire.

Les solutions sont partagées pour améliorer la communication politique, y compris le choix de ne rien faire. Il n’existe pas en effet de solution semblant majoritairement indispensable. Le plus intéressant selon moi porte sur les répondant-e-s considérant quaucune modification n’est nécessaire ; 28 % pour le contenu, 26,5 % pour la fréquence. Je n’hésite pas à faire appel au qualificatif de paradoxe pour désigner cette position chez certain-e-s répondant-e-s. Pourquoi donc ? Hé bien je trouve cela paradoxal qu’il existe une critique de la communication politique mais qu’en même temps on estime qu’il n’est pas nécessaire de modifier quoi que ce soit. Est-ce que c’est parce que les répondant-e-s ne se sont jamais posées la question des solutions à apporter à la communication politique ? Est-ce que c’est parce que celle-ci est perçue comme si normale, naturelle, qu’aucune modification ne semble possible ?

crédit photo

1MENDEL Gérard, Une histoire de l’autorité : permanences et variations. Paris : La découverte, 2003, 285 p. (La Découverte poche. Essais)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.