Qu’est-ce qu’une crise ?

Les crises sont de partout ; la politique, le football, l’économie, la finance, l’écologie. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’elles ont un sens précis et qu’elle servent à mieux comprendre la société. Au contraire, elles nous enferment dans des a priori et nous allons essayer dans ce court texte de replacer la notion de « crise » dans une interrogation sur ses possibles composantes, en la ramenant aux « crises financières internationales ».

La notion de « crise » est sur-utilisée dans l’analyse des phénomènes sociaux. Déjà en 1976, E. Morin notait, « [i]l n’est pas de domaine ou de problème qui ne soit hanté par l’idée de crise »1. Étymologiquement, le mot crise vient du grec Krisis qui veut dire décision, « c’est le moment décisif, dans l’évolution d’un processus incertain, qui permet le diagnostic »2. De nos jours, la signification est inverse, il signifie indécision. D’après le philosophe et sociologue français, « [l]e mot sert désormais à nommer l’innommable ; il renvoie à une double béance : béance dans notre savoir (au cœur même du terme de « crise ») ; béance dans la réalité sociale elle-même où apparaît la « crise » »3. En somme, l’indétermination du phénomène pousse à choisir la pré-notion de « crise », prêt-à-penser de situation nécessitant un retour à la normale. Pour comprendre la « crise », E. Morin propose une approche systémique, consistant en la conception de la société comme un système – avec des ordres de principe cybernétique et néguentropique entre autres. Cette approche s’éloigne de la conception par les relations que nous mobilisons dans cet article. Toutefois, ces propos liminaires faisant appel aux théories d’E. Morin nous ont permis de rappeler l’intérêt de toujours se dégager de la pensée commune dans une réflexion scientifique.

Dans un premier temps, il existe des échelles différentes lorsque l’on parle d’une « crise ». Un pays en crise n’est pas une entreprise en crise. Il ne sert à rien de recourir à cette notion de manière générale, au risque de retirer l’analyse du cadre socio-historique dans lequel un phénomène donné se situe toujours. Une « crise financière internationale » ne peut être vue comme une simple « crise sectorielle », elle serait plutôt une situation d’instabilité au centre de laquelle des relations, constituant une partie de la société, connaissent un développant perçu comme anormal. Dans un second temps, la « crise » entretient des rapports intimes avec la normalité. Ce qui est normal n’est pas en crise, quand bien même cela pourrait paraître anormal pour une autre société ou à une autre époque. La situation de « crise » correspond alors à des modèles de perception d’une société sur soi. Comme le précise G. Canguilhelm, le normal « est l’effet obtenu par l’exécution du projet normatif, c’est la norme exhibée dans le fait »4. Dès lors, une « crise financière internationale » est le constat de l’anormal dans un secteur mondial – étant donné que les marchés financiers sont interdépendants –, signalé par des indicateurs boursiers, témoins continus du normal.

L’attachement des acteurs financiers au retour à la normale est fort, tout comme également celui des acteurs politiques, dont les membres de l’exécutif, dans la mesure où ce « normal » est partie prenante du fonctionnement du système économique et financier. Le normal fonctionne donc avec la confiance assurée, les individus ne s’interrogent pas sur le fonctionnement de ce système alors qu’en crise il fait l’objet de questions, d’où la nécessité du maintien de la confiance. G. Ganguilhelm ajoute que les normes sont associées à des valeurs, et donc l’inverse de ces valeurs. Pour le secteur financier, une des valeurs centrales est la rentabilité et son inverse la perte. Les normes ensemble forment un système et composent une partie de l’organisation sociale. Les « crises financières internationales » sont ainsi de véritables révélateurs de ce qui est considéré comme normal dans la société et c’est pour cela qu’elles sont un cadre socio-historique privilégié pour analyser les valeurs et les normes de la société française. En somme, la notion de « crise » est à rattacher à une période précise dans l’histoire et des tissus de relations, dont l’État en est un acteur principal et dominant.

Il resterait alors à préciser ce que sont les « crises financières internationales » dans leur contexte socio-historique, ce que nous avons fait ailleurs.

1MORIN Egard, « Pour une crisologie » [Document en ligne] Communications, n°1, 1976, volume 25, page 149. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1976_num_25_1_1388 (consulté en décembre 2016)

2MORIN Edgard, page 150

3MORIN Edgard, page 150

4CANGUILHEM Georges, Le normal et le pathologique. Paris : Presses Universitaires de France, 1998, page 180 (Quadrige)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.