La courbe au point 4. Éloge du cynisme

Les cyniques ont mauvaise réputation. À raison. Ils se plaignent trop souvent, ils ne proposent jamais de solution, ils voient tout négativement, ils éteignent les lueurs d’espoirs, ils sont trouble-fêtes… Pourtant si le cynisme se rapproche le plus d’une prétendue réalité, parce qu’il se refuse au politiquement correct, il est aussi celui qui soulève les courbes au point.

Il est convenu que l’on doit se comporter en observant des normes favorisant la vie en société. Le recours à la violence physique par exemple a fait l’objet d’un long processus d’apprentissage et d’intériorisation pour sa maîtrise1. R. Muchembled nous apprend qu’au XVe, la violence est quotidienne et est utilisée prioritairement en cas de conflit. Il a fallu un certain nombre de siècles pour arriver à une situation – qui n’est pas sans rapport avec le développement de l’État, bien au contraire – où les individus choisissent la parole avant tout, en tout cas généralement. Ces normes sociales ne sont certainement pas à remettre en question puisqu’elles augmentent l’espérance de vie de chacun ; fini la menace de finir le crâne raccourci par une coiffure au gourdin, parce que vous êtes en désaccord avec votre voisin concernant les talents de chanteur de son chien.

Toutefois, aucune norme n’explique la situation contemporaine, qu’elle soit politique ou écologique. Enfin si ; les normes capitalistes, prétendument éthiques, comme nous l’explique T. G. Palmer2, grand défenseur de la moralité du capitalisme. Cette dernière est une concentration de pouvoirs pour les plus riches et l’exploitation dans des pays sous-développés. Ce sont, certes, des généralités mais qui n’enlèvent rien à l’état de fait d’un monde pourri par la ploutocratie et cela le capitalisme, accumulation des richesses entre des mains sans cesse plus riches et moins nombreuses, y a sa grande part de responsabilité.

En fait, aucune norme capitaliste ne peut être exempte de critiques et si nous prenons l’exemple du capitalisme pour notre démonstration, c’est parce qu’il est le plus discret dans sa domination. Contrairement à la domination de l’État, il ne vient pas discourir tous les jours pour nous le rappeler. Comme l’explique J. Baudrillard, le capitalisme promeut la consommation par laquelle se déroule un système d’échanges et de communication3. On est différent parce que l’on achète Apple et pas Samsung. On veut dire quelque chose sur nous avec les produits de la Pomme. Et cette communication nie le réel, elle nous cache notre soumission volontaire à un ordre dominant. Ainsi, si c’est être cynique que de dire que l’achat de produit, que l’on peut revendiquer comme faisant partie de notre identité – selon nous (cependant), pas tous les actes d’achats sont inclus, volontairement ou pas, dans l’identité d’un individu –, est un acte de soumission, alors revendiquons notre cynisme.

Là où le politiquement correct satisfait tout le monde, sauf ceux qui en sont les victimes mais encore faut-il s’en apercevoir, le cynisme divise car il casse les conventions sociales. Il pose les points d’interrogation sur les pans de certitude ou d’ignorance. Quoi qu’il arrive, le cynisme agace mais au moins il pose les questions avant les solutions, dans notre société où le « comment » est passé avant le « pourquoi », tel que l’exprime également J. Sapir4. Au final, le politiquement correct est bien l’ami de ceux qui peuvent décider, et surtout décider de ne rien changer, non pas parce qu’il les soutient ouvertement, mais qu’il gomme méticuleusement toutes références à la domination5.

L’éloge du cynisme est par là un nouvel éloge de la courbe au point, soit une attitude qui se refuse à ne pas critiquer, à ne pas mettre en question de peur de vexer, contredire ou simplement alourdir l’atmosphère parce qu’on est bien dans la légèreté de l’ignorance – point d’arrogance ici, mais plutôt la reconnaissance que l’être humain apprécie ces moments où il se dit que tout va bien, même s’il ne sait pas que tout va mal . Concluons par cette belle citation de Sage Francis, rappeur étasunien « And if ignorance is bliss then I’m a Sado-Masochist »6.

1Voir ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora) ou MUCHEMBLED Robert, L’invention de l’homme moderne : culture et sensibilités en France du XVe au XVIIIe siècle. Paris : Librairie Arthème Fayard, 1988, 517 p. (Pluriel)

2PALMER Thomas, « La moralité du capitalisme », In : PALMER Thomas G. (dir.), La moralité du capitalisme : ce que vos professeurs ne vous diront pas. Nice : Les Éditions Libréchange, 2016, pp. 16-35 (Habeas Corpus)

3BAUDRILLARD Jean, La société de consommation. Paris : Gallimard, 2011, 318 p. (Collection Folio. Essais)

4SAPIR Jacques, Souveraineté, démocratie, laïcité. Paris : Michalon, 2016, 325 p.

5BOURDIEU Pierre, WACQUANT Louis, « Sur les ruses de la raison impérialiste » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1998, volume 121-122, pp. 109-118. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1998_num_121_1_3250 (consulté en mai 2015)

6http://genius.com/Sage-francis-pressure-cooker-lyrics

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.