L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État

Ce texte est une présentation de la thèse que j’effectue en sciences de l’information et de la communication par rapport au choix du cadre socio-historique. Il présente donc uniquement les trois crises qui ont été sélectionnées à l’aide de trois critères principaux ; un caractère international essentiel ; une survenue après les politiques de déréglementation dans les années 1980 ; une gravité importante.

Même si notre thèse ne s’inscrit pas dans la discipline économique, nous considérons que nous devons tout de même expliquer les origines et la situation historique des trois crises financières internationales que nous avons choisies d’analyser. Nous allons donc ci-après les détailler rapidement pour mieux comprendre le contexte historique, qui est toujours une configuration singulière d’après M. Weber1 – ce qui signifie qu’on ne peut penser un ensemble de faits sociaux comme fonctionnant pareillement et imbriqués de la même manière, généralisable à différentes situations socio-historiques et s’appliquant à celle-ci en en constituant la totalité – dans laquelle se déroule la communication de l’État.

Le « Krach boursier de 1987 »

Suite à une hausse de 21 trimestres, soit cinq ans de hausse consécutive, le 19 octobre 1987, le Dow Jones (indice boursier étasunien) perd 22 % (soit 700 milliards de richesse disparus d’après A. Orléan2). Dans la même journée, le Dow Jones connaît plusieurs phases de hausse et de baisse, correspondant à un mouvement de « mimétisme rationnel »3 de la part des acteurs boursiers. Le « Krach boursier de 1987 » est en fait une crise de liquidité. Les acteurs financiers s’inquiètent de la solvabilité des autres et les crédits se resserrent. Toutefois, si l’on en croit J. Adda, les acteurs financiers ne sont pas les seuls responsables de cette crise, qui n’est pas uniquement due à des facteurs endogènes. À cette époque, suite à l’effondrement de Bretton Woods, il existe un refus de coopération internationale au niveau des politiques économiques. Principalement, et les membres de l’exécutif français de l’époque se trouvent en accord avec cette idée (comme nous pouvons le voir dans les différentes communications de ceux-ci à cette période), l’Allemagne et les États-Unis ne parviennent pas à s’entendre sur les taux de change, malgré les Accords du Louvre de la même année4. En conséquence, le dollar se retrouve à un taux de change ne correspondant plus à l’économie des États-Unis5, ce qui entraîne une réponse politique avec une hausse des taux d’intérêt.

À la lecture des communications des membres de l’exécutif et des articles de presse de l’époque (présents dans nos deux corpus principaux), on s’aperçoit qu’il était accordé une importance primordiale au déficit budgétaire et commercial étasunien ainsi qu’aux excédents commerciaux du Japon et de l’Allemagne6. Il existait donc déjà une interdépendance très forte au niveau économique et au niveau des marchés boursiers, puisque des mauvais résultats dans l’économie étasunienne ont pu impacter, entre autres, les marchés boursiers français.

La « Crise asiatique » de 1997-1998

Cette crise financière internationale est due à la volonté « occidentale » de l’époque d’imposer un modèle économique à des pays en voie de développement. Plus encore, « l’occident a organisé la mise en place de la mondialisation de façon à recevoir une part disproportionnée de ses bénéfices »7. Ces propos sont ceux de J. Stiglitz, économiste étasunien qui a critiqué ouvertement le travail des institutions supranationales, surtout le Fonds Monétaire Internationale (FMI). Il s’aperçoit que celles-ci défendent une libéralisation financière, ce qui avantage, avant tout et finalement, les banques occidentales plus que les économies locales. Sous le prétexte de la dureté du constat décrit par J. Stiglitz, qui pourrait emmener à ranger ce dernier dans la catégorie des « polémistes » sans prendre la peine d’essayer de comprendre ses arguments, il ne faut pas oublier que le FMI ne s’est pas illustré dans le maîtrise des différentes crises financières et économiques qui ont touché les pays asiatiques en développement8. En outre, alors même que son objectif premier est la « stabilité du système monétaire international »9, d’après ses propres mots, il peut paraître curieux, au regard des causes du Krach boursier de 1987, d’avoir prôné une libéralisation financière. En effet, après les accords de la Jamaïque, signé en 1976, les taux de change entre monnaies deviennent flottants, ce qui a pour conséquence, comme nous l’avons signalé plus haut, une instabilité monétaire surtout pour le dollar.

La « Crise asiatique » commence avec l’ « éclatement d’une bulle financière » en Thaïlande10. Après une forte spéculation sur ses marchés à la fin de l’année 1996, la bourse thaïlandaise s’effondre alors que le pays est de plus en plus endetté. En conséquence, les capitaux fuient la Thaïlande et les investisseurs reportent leur méfiance sur d’autres pays de l’Asie du Sud-Est, dont la capacité à rembourser leurs dettes est mise en question. Le FMI interviendra tout au long des différents épisode de cette « crise asiatique », avec plus d’échecs que de succès. Que ça soit en Indonésie ou en Corée, cette institution supranationale doit faire avec la perte de confiance des acteurs financiers et des investisseurs, ainsi que la méfiance des autorités politiques locales envers des prêts étrangers pour « sauver » le système financier et économique11.

Les communications des membres de l’exécutif de l’époque montrent un soucis de ne pas voir un retour en arrière concernant la libéralisation financière et économique12. Cette « Crise asiatique » appuie l’idée que la mondialisation, voire la globalisation, est un projet politique. Il n’est nul besoin ici de s’arrêter sur la vision d’une économie perçue comme indépendante du politique, erreur qui a déjà été critiquée par K. Polanyi13 en 1944. Nous pouvons, par contre, poursuivre dans ce sens en affirmant que la libéralisation financière en Asie du Sud-Est a bien été le fait d’une politique des États, encouragés par les institutions supranationales, dont le FMI.

La « Crise des Subprimes » de 2007-2008

Cette « crise » est « absolument globale »14, d’après E. Bastidon Gilles et al., malgré le fait qu’elle se déroule aux États-Unis dans un premier temps. C’est une nouvelle confirmation de l’interdépendance financière et économique croissante dans le monde, puisque même les pays émergents sont touchés par elle 15. Les Subprimes sont des prêts immobiliers accordés à des personnes ayant peu voire aucune capacité financière de remboursement. Grâce à des techniques financières (titrisation, produits dérivés, credit default swaps, etc.)16, les banques prêteuses peuvent se défaire du défaut de paiement des emprunteurs ce qui causent une augmentation des Subprimes. Nous sommes ici face à ce que les économistes appellent un aléa moral17, à savoir le fait que la prise de risque est d’autant plus grande que l’on est moins exposé aux conséquences inhérentes à ce risque. Toutefois, lorsque que de plus en plus d’emprunteurs ne peuvent plus rembourser leurs prêts, les valeurs des maisons saisies baissent puisqu’elles sont de plus en plus nombreuses sur le « marché immobilier ». Par ailleurs, les organismes censés rembourser les banques en cas de défaut de paiement, les assureurs financiers, sont dans l’incapacité d’assurer les remboursements du fait de leur multiplication18.

Il est important de noter que l’accès à la propriété d’une maison faisait partie du programme politique de Georges W. Bush Junior. Huit ans avant lui, le fils de Martin Luther King se plaignait que les minorités n’avaient pas accès à la propriété19. Ainsi, la main invisible, utilisée comme justification pour cette quête des bénéfices par un intérêt privé qui se conjugue forcément avec les intérêts publics20, se trouvait ici d’autant plus valable que les acteurs financiers prenaient part à cette « politique sociale », en faveur des minorités et des pauvres. Les résultats en furent catastrophiques, si l’on en juge par les conséquences mondiales, entre les différents plans de sauvetage des banques et les chutes des bourses. En France, et dans toute l’Union européenne (voire peut-être le monde entier), ce fut le mois d’octobre 2008 qui fut le pire après la faillite de Lehman Brothers intervenue mi-septembre 2008, lançant une panique mondiale sur l’ensemble des marchés. Cette crise est considérée comme la plus grave depuis celle de 1929, notamment par les membres de l’exécutif de l’époque21, qui, malgré tout, ne proposent pas des solutions apparaissant à la « hauteur de l’événement ». Plus exactement, et c’est cela, entre autres, qui nous paraît intéressant, il existe une redondance des discours d’une crise à l’autre.

Ces trois crises sont donc bien des « crises financières internationales ». Elles touchent un ensemble de pays, sans cesse grandissant, avec la moins étendue qui est le Krach boursier de 198722 et la plus étendue, la Crise des Subprimes de 2007-2008. Elles se situent dans un mouvement économique et social d’agrandissement des champs de conséquences et d’interdépendance que l’on nomme, au sens le plus simple, mondialisation ou globalisation selon les auteurs. La gravité de ces crises est variante et il reste difficile d’évaluer clairement les conséquences sociales et économiques de celles-ci. Il faut cependant prendre en considération une différence principale entre la deuxième, par ordre chronologique, et les deux autres. Cette dernière concentre ses effets néfastes en Asie et est effectivement vécue comme étant moins grave en France. Cela peut expliquer des différences dans les résultats de nos corpus de communications, ce que nous verrons tout au long de notre thèse. Ensuite, il existe un lien entre le projet politique de mondialisation et la libéralisation financière. C’est par cette dernière que la mondialisation a progressé, comme le note J. Stiglitz. Nous retrouvons alors, à l’origine du développement de ces crises, des comportements normaux, d’un point de vue légal mais aussi d’un point de vue social, qui sont une forme de rationalité pouvant être décrite comme irrationnelle23 ou, en tous cas, des comportements correspondant plus à la recherche d’un suivisme qu’à une véritable recherche de rationalité. C’est ce que l’un des économistes que nous avons cité plus haut appelle le « mimétisme rationnel »24. Avant lui, c’est J. M. Keynes25 avec son exemple du « concours de beauté » qui résumait le principe du jeu en bourse dans le choix de suivre la majorité et non pas le choix le plus rationnel. M. Allais26, économiste français s’accordant avec la théorie keynésienne sur ce point, considère même que les acteurs boursiers ont une psychologie collective grégaire voire un panurgisme qui pousse tous les acteurs à devoir suivre la majorité, peu importe le fondement rationnel de ses choix. Il a fallu aux différents gouvernements et présidents français des trois époques intervenir, avec sans cesse plus de régularité, pour contrer les conséquences des crises et rassurer ces acteurs financiers, mais aussi les citoyens. Ces actions de communication, nombreuses mais surtout fortes symboliquement, ne font qu’accentuer l’indispensable présence étatique pour le maintien d’économie de marché ouverte et libre, soulignant par la même occasion le rôle central du gouvernement du social et de l’économique de l’État.

Dès lors, l’intérêt pour nous est de conceptualiser la communication dans ces trois contextes socio-historiques en prenant en compte leurs points communs sans pour autant, bien entendu, ignorer leurs différences – dans la mesure où ils accentuent des processus sociaux généraux, comme le Politique français ou la mondialisation. Quel est le rôle de la communication de l’État dans ce projet politique de la mondialisation ? Quelle est sa participation au système économique et financier, légitime et crédible d’un point de vue néo-libéral ? Dans quelle mesure contribue t-elle à juguler les effets négatifs de ces crises, peu importe si le degré de gravité diffère ? Et comme il diffère, est-ce que les réponses ou solutions apportées par la communication de l’État diffèrent ? Comment fait-elle face à la « rationalité grégaire » des acteurs boursiers ? Voilà les questions auxquelles nous seront amenées à répondre tout au long de cette thèse.

1WEBER Max, Essais sur la théorie de la science. Paris : Plon, 1992, 478 p. (Agora)

2ORLEAN André, Le pouvoir de la finance. Paris : O. Jacob, 1999, 275 p.

3ORLEAN André, ibid.

4Les Accords du Louvre sont un accord sur les taux de change par les pays membres du G7, c’est-à-dire la France, l’Italie, l’Allemagne, le Canada, le Japon, les États-Unis et le Royaume-Uni). Ces accords sont destinés avant tout à renforcer la stabilité des taux de change.

5BASTIDON GILLES Cécile, BRASSEUL Jacques, Philippe GILLES, Histoire de la globalisation financière : essor, crises et perspectives des marchés financiers internationaux. Paris : A. Colin, 2010, 376 p. (U. Histoire)

6C’est le cas par exemple de Jacques Chirac, alors premier ministre, dans une interview donnée au Figaro le 19 novembre 1987, qui déclare « Il convient que les États-Unis réduisent leur déficit budgétaire […]. En contrepartie, il faudrait que le Japon et l’Allemagne, dont chacun sait qu’ils ont des excédents commerciaux très importants, relancent l’activité chez eux par des mesures d’abaissement des taux d’intérêt ou d’allègement de la pression fiscale ».

7STIGLITZ Joseph E., La Grande Désillusion. Paris : Librairie générale française, 2003, page 34 (Le livre de poche)

8Au-delà des raisons politiques et économiques qui ont pu pousser à cette promotion de la libéralisation financière, il faut rappeler, avec J. Stiglitz, que le FMI a pris des mesures qui ont eu aussi pour effets de renforcer la « crise asiatique ». Par exemple, il a décidé de renflouer les caisses des États touchés, pour rassurer les marchés financiers mondiaux et permettre de rembourser les banques occidentales. Malheureusement, cela a entraîné une fuite de capitaux vers l’étranger à la faveur d’un taux de conversion favorable au dollar.

9https://www.imf.org/external/np/exr/facts/fre/glancef.htm

10SGARD Jérôme, L’économie de la panique : faire face aux crises financières. Paris : La Découverte, 2002, 304 p. (Textes à l’appui/économie)

11SGARD Jérôme, ibid.

12Par exemple, Jacques Chirac, le 29 octobre 1998, alors Président de la République, déclare lors d’un discours à Zurich « Il ne s’agit pas de revenir sur la liberté des mouvements de capitaux et de vouloir cloisonner, en quelque sorte, de nouveau la vie économique. Il ne s’agit pas de rechercher un nouveau protectionnisme financier qui serait rapidement suivi par un nouveau protectionnisme commercial dont l’Europe serait évidemment la victime, car elle est le premier exportateur mondial. »

13POLANYI Karl, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris : Gallimard, 2009, 467 p. (Tel)

14BASTIDON GILLES Cécile, BRASSEUL Jacques, Philippe GILLES, ibid.

15Ibid.

16ADDA Jacques, La mondialisation de l’économie. De la genèse à la crise. Paris : La découverte, 2012, 344 p. (Grands Repères. Manuels)

17BASTIDON GILLES Cécile, BRASSEUL Jacques, Philippe GILLES, ibid.

18À tel point d’ailleurs que le gouvernement étasunien sera obligé de sauver AIG, premier assureur étasunien, en octobre 2008.

19AKERLOF George A., SHILLER Robert J., Les esprits animaux : comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie. Paris : Pearson, 2009, 293 p.

20ROSANVALLON Pierre, Le capitalisme utopique : histoire de l’idée de marché. Paris : Éditions du Seuil, 1999, 251 p. (Essais)

21Nicolas Sarkozy, alors Président de la République, à Québec le 17 octobre 2008, déclare « Mes chers amis, le monde est confronté à la plus grande crise économique et financière depuis la crise des années 1930 ».

22Nous n’utiliserons plus les guillemets pour parler de ces crises car comme nous avons pris la peine de les définir, brièvement. Nous jugeons en conséquence que le lecteur est plus à même de savoir de quoi nous parlons quand nous les nommons. De plus nous nous accordons avec T. Berger et P. Luckmann quand ceux justifient l’utilisation continue des guillemets serait « stylistiquement maladroit[e] ». Nous nous accordons aussi avec eux sur l’importance des guillemets en ce qu’ils servent à interroger les réalités « pré-données » de l’homme de la rue pour reprendre leur expression. BERGER Peter, LUCKMANN Thomas, La construction sociale de la réalité. Paris : A. Colin, 1996, page 8 (Références : sociologie)

23Nous pourrions ici rappeler la critique de C. Castoriadis sur la rationalité de notre société moderne en tant que construit imaginaire qui se donne pour mission de définir le réel, alors même qu’elle est imaginaire. Il n’existe donc pas de « rationalité pure ». CASTORIADIS Cornelius, L’institution imaginaire de la société. Paris : Éditions du Seuil, 1975, 503 p. (Esprit)

24ORLEAN André, ibid.

25GAZIER Bernard, John Mayard Keynes. Paris : Presses Universitaires de France, 2014, 128 p. (Que sais-je ?)

26ALLAIS Maurice, La crise mondiale d’aujourd’hui : pour de profondes réformes des institutions financières et monétaires. Paris : C. Juglar, 1999, 237 p.

crédit photo


Une réflexion au sujet de « L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *