Le monopole d’un corps de métier de la représentation de l’État

Il s’agit ici de réfléchir sur les raisons théoriques qui justifient un choix méthodologique. Il est déterminant de faire correspondre les deux, sinon c’est la structure conceptuelle qui est à remettre en question ou alors l’application sur le « réel » de sa conceptualisation ; en somme c’est un échec scientifique si théorie et méthodologie ne s’entendent pas. Nous avons fait le choix d’analyser les discours des ministres et du président de la République dans l’objectif de mieux comprendre ce qu’est la communication de l’État. Nous lions donc des personnes physiques à une entité symbolique et nous allons justifier cela.

Pourquoi avons-nous choisi d’analyser les discours des membres de l’exécutif pour réfléchir sur la communication de l’État ? À cette question, nous avons déjà apporté la théorie des deux corps du roi de E. Kantorowicz1. Utilisée par les juristes à la fin du Moyen-Âge pour légitimer le pouvoir du roi, cette idée provient de la définition du dogme de l’Église romaine au XIVe par le pape Boniface VIII. Le Christ a deux corps, un mystique et un naturel tout comme par la suite l’Église, dont le corps naturel est l’eucharistie et le corps mystique son corps social. En appliquant cette dualité du corps à la royauté, les juristes peuvent justifier la légitimé d’un pouvoir politique tout aussi immortel que Jésus Christ lui-même. Nous considérons, avec entre autres R. Debray2 et G. Mendel3, que les représentants de l’État possèdent eux aussi deux corps. Plus exactement, les membres de l’exécutif, et en particulier le président de la République française, peuvent se réclamer, en toute légitimité, comme agissant comme l’État. Ce n’est pas un hasard, ou une obsession médiatique, si les membres de l’exécutif sont si souvent observés dans leur comportement ; en plus de leur corps naturel, ils incarnent l’État français. Nous ne reprenons pas forcément la métaphore organique des corps sociaux mais constatons qu’elle a été déterminante dans la conception et donc dans la pratique politiques. Elle devrait nous permettre de nous demander qu’est-ce qui justement explique que les membres de l’exécutif ont cette capacité ?

Pour répondre à cette nouvelle question, essentiellement liée à la première, il faut insister sur l’histoire de l’État. Ce dernier s’est formé dans une course, non pensée comme telle – c’est-à-dire que les participants en France, les membres des grandes familles de la noblesse durant le Moyen-âge, se se retrouvés dans une configuration éliasienne, sans connaître clairement à l’avance les résultats de leurs stratégies – une course donc aux monopoles de la violence légitime et du pouvoir fiscal4 auxquels s’ajoute le monopole symbolique, le capital symbolique étant indispensable dans ce pouvoir strictement étatique de la détermination de l’universel et de la réalité sociale5. Toutefois, une fois cette histoire éclairée, il nous reste à rendre compte d’un monopole qui justifie, théoriquement les deux corps des membres de l’exécutif, et pratiquement le rôle de représentant de ceux-ci. P. Bourdieu6 explique que l’État a été produit par les robins, qui défendant leurs intérêts, ont renforcé ceux de l’État même. Autrement dit, en cherchant à légitimer l’État dans le droit, en reprenant à l’Église sa conception organique de la politique par la notion de corps, les robins organisent le développement étatique, et cela dès le XIIe siècle avec les prémisses de la bureaucratie. De nos jours, il nous semble que les membres de l’exécutif se retrouvent dans la même situation, ou plus exactement, c’est le champ politique, en tant que corps de métier, qui cherche à défendre les intérêts de l’État tout en défendant ses propres intérêts. Nous sommes face à un monopole d’un corps de métier pour la représentation de l’État.

Il va nous falloir maintenant justifier cette affirmation en commençant par la notion la plus difficile, celle qui est susceptible d’amener la lecture du côté du savoir ordinaire et couper ainsi le fil de notre argumentation. Les Allemands ont deux termes pour parler de la représentation ; repräsentation et vertretung7. Ce n’est malheureusement pas la chance de la langue française, dont la « représentation commune » de la représentation consiste à la ramener à l’exercice des hommes politiques élus. La représentation politique se voit alors toujours associée au mandat de représentation que certains individus spécialement désignés pour cette mission se doivent de remplir, dans un régime que l’on qualifie plus justement de gouvernement représentatif plutôt que de démocratie8. Nous ne pouvons nous arrêter à cette définition au risque de passer à côté de tous ce qui fait que le métier d’homme politique est bien plus que celui de représentants d’intérêts des mandants. Une distinction doit donc être faite entre la représentation-mandat et la représentation-incarnation9 ; la première correspond à la définition commune de la représentation politique, le sens juridico-politique répondant au gouvernement représentatif ; la seconde signifie « agir comme » au lieu d’ « agir au nom de »10. Y. Sintomer décrit ici des idéaux-types qui ne s’excluent pas, bien au contraire la représentation-incarnation « implique l’incarnation juridico-politique d’une multiplicité dans un corps unique, plutôt qu’un transfert d’autorité juridique »11.

La représentation de l’État par les membres de l’exécutif est une incarnation d’un principe juridico-politique de délégation de la souveraineté au travers des élections mais aussi un principe symbolique implicite, relevant d’une « praxis » – tout à fait démontrée par Sieyès, soit mêlant la méfiance vis-à-vis de la démocratie12 (aujourd’hui on parlerait, à tort, de démocratie directe) et la nécessité de trouver une légitimité à notre régime politique13. Ce principe s’exprime par la capacité des membres de l’exécutif à être plus que des mandataires, à être au final des représentants de l’État, l’incarnation de celui-ci et pouvant ainsi « agir comme » celui-ci. Au total, ce monopole de la représentation de l’État est bien un monopole d’un corps de métier, le métier de politicien. Nous pourrions direqu’il s’agit d’un monopole professionnel du « faire étatique », où se trouve bien entendu la communication – communication au sens d’expression, de discours, de tout ce qui fait parler et agir l’État.

Si déjà la représentation-mandat est une domination car « toute représentation politique s’accompagne de la dépossession politique des représentés qui se trouvent objectivement contraints de tenir « des discours empruntés » »14, la représentation-incarnation de l’État ne diffère pas en tant qu’elle est un monopole. Et il ne s’agit pas d’un monopole innocent ou inoffensif, il est question ici du monopole du faire étatique, du pouvoir de parler en tant qu’État et donc de mobiliser un capital institutionnel – selon P. Bourdieu le « capital délégué d’autorité politique »15d’autant plus immense qu’il s’agit ici de l’État. Nous pouvons par ailleurs faire le lien avec l’auctoritas16 définie par E. Benveniste comme un acte de production du réel. L‘auctor est celui qui a la qualité de créer, autrement dit un membre de l’exécutif peut provoquer un changement dans la vision du monde social par son discours. Nous pensons que cela est possible car l’autorité des membres de l’exécutif rencontre la légitimité auprès des citoyens, soit une adhésion qui est le reflet de la domination symbolique, traduite par la communication de l’État. C’est aussi la fidès, encore définie E. Benveniste17 et bien retranscrite dans l’ordre socio-politique par P. Bourdieu18, qui souligne autant la croyance et la confiance, que la fidélité que l’on accorde aux hommes politiques représentants.

En somme, la communication de l’État peut donc bien être analysée au travers des discours des membres de l’exécutif, si nous prenons la peine d’expliquer ce que ce choix découle de l’existence d’un monopole d’un corps de métier pour la représentation-incarnation de l’État. Plus encore, cela nous permet de justifier la définition de la communication de l’État en tant que rapport symbolique violent que nous avons détaillée ailleurs19.

1KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

2DEBRAY Régis, L’État séducteur. Paris : Gallimard, 1993, 200 p. (Folio. Essai)

3MENDEL Gérard, Une histoire de l’autorité : permanences et variations. Paris : La découverte, 2003, 285 p. (La Découverte poche. Essais)

4ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

5BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

6P. Bourdieu, ibid.

7HOFMANN Hasso et al., « Le concept de représentation : un problème allemand ? » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 79-96. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-79.htm (consulté en mai 2016)

8MANIN Bernard, Principes du gouvernement représentatif. Paris : Flammarion, 1996, 320 p.(Champs essais)

9SINTOMER Yves, « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 13-34. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-5.htm (consulté en mai 2016)

10PITKIN Hanna, HAYAT Samuel, « La représentation politique » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 35-51. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-35.htm (consulté en mai 2016) ; SINTOMER Yves, « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 13-34. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-5.htm (consulté en mai 2016)

11SINTOMER Yves, ibid. page 21

12GAXIE Daniel, Le cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 268 p. (sociologie politique)

13COTTERET Jean-Marie, Gouverner, c’est paraître. Paris : Presses Universitaires de France, 1991, 136 p. (Politique d’aujourd’hui)

14GAXIE Daniel, Ibid. page 245

15BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, page 18. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

16BENVENISTE Émile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2, pouvoir, droit, religion. Paris : Édition de Minuit, 1969, 339 p. (Le Sens commun)

17BENVENISTE Émile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 1, économie, parenté, société. Paris : Édition de Minuit, 1969, 376 p. (Le Sens commun)

18BOURDIEU Pierre, ibid.

19https://ptvirgule.hypotheses.org/79

crédit photo


2 réflexions au sujet de « Le monopole d’un corps de métier de la représentation de l’État »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.