Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

Cette question épistémologique revêt pour nous une importance qui dépasse le cadre du champ scientifique. Bien entendu, en disant cela, nous prenons position en sous-entendant que les sciences sociales ont leur rôle à jouer dans la société. C’est sur ce rôle que les divergences peuvent se faire les plus fortes entre les chercheurs. Parmi les défenseurs de la neutralité scientifique, la perspective d’une position politique pour les sciences sociales est une erreur, pire c’est les subvertir à des intérêts particuliers, leur faisant perdre un caractère objectif. Pourtant, selon nous, il ne fait aucun doute que les apports réflexifs de la science sont proprement indispensables pour une lutte citoyenne face à un ordre social, politique et économique qui se constitue comme un danger pour l’ensemble de la société.

Neutralité comme subjectivité et position politique : l’exemple de Norbert Elias

Il peut paraître paradoxal, pour un chercheur reprenant les théories de N. Elias et partageant sa pensée épistémologique, de défendre d’un autre côté un engagement politique pour les sciences sociales. Le sociologue allemand dans Engagement et distanciation1argumente surune mise à distance vis-à-vis des rapports humains, en faisant le parallèle avec la distanciation déjà opérée par les sociétés « développées » par rapport à la nature. Dans un passé, pas si lointain à l’échelle de l’humanité, les individus vivaient la nature de « manière engagée », c’est-à-dire avec la priorité accordée aux émotions pour la traduction et l’explication de phénomènes non-maîtrisés et paraissant inexplicables, en dehors d’une pensée « magico-mythique ». L’idée de N. Elias est la suivante : il existe un processus de double lien – un cercle vicieux dangereux – contraignant les êtres humains à ne pas comprendre un phénomène – naturel par le passé, social aujourd’hui – et en conséquence, qui cause une peur poussant à plus d’engagement, donc à moins de compréhension.

S’il n’est pas question directement de neutralité des sciences sociales dans l’ouvrage cité de N. Elias, il ne fait aucun doute que l’influence de la pensée webérienne est très forte chez lui, comme il l’explique d’ailleurs dans un autre ouvrage2. M. Weber a fait état de cette question de manière plus étendue dans Essais sur la théorie de la science3, ce qui n’est pas le cas donc de N. Elias, mais il semble qu’il est difficile de la mettre de côté. Si les sciences sociales, selon lui, peuvent permettre de mieux penser les relations dans les sociétés et entre les sociétés – c’est-à-dire entre les États-nations pour être plus précis, il leur faut se « distancier » pour se dégager des perspectives à court terme. Toutefois, et comme le sociologue allemand le note lui-même, les scientifiques font partie de groupes, ils sont engagés dans leur survie ou leur maintien (il ajoute, très justement, que le chercheur dans une histoire, des représentations, des symboles, des valeurs, etc.).

Ainsi, bien que N. Elias mette en avant une distanciation dans les rapport humains pour mieux les penser, chose tout à fait souhaitable, il défend aussi sa propre vision, tout à fait subjective et politique des sciences sociales. Nous nous permettons de citer cette réflexion de N. Elias pour l’imposer à lui-même : « pour comprendre un individu, il faut savoir quels sont les désirs prédominants qu’il aspire à satisfaire »4, soit il est absolument nécessaire de prendre en considération ce désir profond du sociologue allemand de ne pas s’engager dans des idéologies politiques. Il a en effet connu le pire de ces « religions sociales »5 en perdant ses parents à cause du nazisme. Et, comme il l’explique dans Norbert Elias par lui-même6, il ne se souvient pas avoir voté une fois dans sa vie. Ces deux éléments biographiques soulignent la méfiance et le refus concernant un engagement politique, à la fois conscient car revendiqué et à la fois inconscient ou au moins implicite, car jamais revendiqué et lié à des événements personnels traumatisants. Sa position politique est donc de refuser les formes politiques guidées par des idéologies. Toutefois ce refus ne constitue pas une « non-politique », mais bien une forme politique posée contre les formes politiques dominantes.

D’après nous, N. Elias, même s’il ne fait pas référence directement à la neutralité scientifique, défend une posture épistémologique qui tend à détacher les sciences sociales de la société alors que, justement, celles-ci devraient s’engager tout en conservant leur capacité à se distancier, notamment en prenant en considération les propositions de P. Bourdieu pour « s’objectiver soi-même »7. En somme, le sociologue allemand représente bien cette forme de subjectivité des « chercheurs neutres », alors même que la neutralité peut être un argument pour l’objectivité, ce que N. Elias ne fait pas précisons le. Cependant, N. Elias, même si sans aucun doute il s’en défendrait, ne prendrait-il une position politique, voire idéologique (au sens de T. Adorno8), en développant cette théorie de la distanciation et de l’engagement ? N’utiliserait-il pas la fonction utopique de la science, au sens où l’utopie, comme il explique lui-même9, comporte des propositions de solutions pour des problèmes bien identifiés ?

Pourquoi la science peut et doit fournir des « armes citoyennes » ?

La réponse que nous allons développer ici fait écho aux réflexions déjà développées dans la série « courbe au point » de ce carnet. Pour résumer notre posture épistémologique et citoyenne, nous voulons souligner que les sciences sociales ne doivent en aucun cas vivre exclues mais qu’au contraire elles peuvent, et doivent, permettre aux citoyens d’interroger l’ordre social dominant en profitant, justement, de cette capacité proprement scientifique de formuler des questions profondes, sur les structures et les processus, et de fournir des outils, des manières de penser en prenant une distance. Cette distanciation est, nous le rappelons encore, indispensable mais elle ne signifie pas que les chercheurs doivent abandonner tout retour – positif, soit avec des effets – sur la société. Il faut analyser, décortiquer, expliquer, comprendre cette société mais la mise en critique et à distance doit s’accompagner d’un « réinvestissement » du monde social pour occuper une position de chercheur engagé. Cela veut donc dire deux choses que nous allons développer dans les prochains paragraphes.

Premièrement, il faut que les sciences sociales analysent de manière critique la société et son ordre social. Il s’agit d’analyse, non pas polémique, les journalistes ou les polémistes ou autres font cela très bien, pour le malheur d’une discussion apaisée, pour le bonheur d’une discussion marchande. Plutôt l’analyse, la critique doit être de mise en question, de type structurel10, avec l’objectif second – le premier étant de conceptualiser – de permettre un approfondissement de la mise en question, dans le champ scientifique et dans la « société civile ». Autrement dit, d’un côté il existe une nécessité de poursuivre la discussion au sein des sciences sociales pour toute pensée scientifique, pour des raisons (bien entendu) de stratégies individuels – carrière – mais aussi (et surtout) parce que la science se poursuit de manière cumulative – et sur ce point aussi, par exemple, aussi bien M. Weber que G. Bachelard s’accordent11. De l’autre côté, il faut aussi prendre la peine d’anticiper une mise en question en dehors du champ scientifique, ce que nous allons voir dans le paragraphe suivant. En tous cas, n’oublions pas de dire qu’il faut déjà dans l’étape de conceptualisation prendre en considération ces deux aspects pour assumer ce rôle critique et voire utopique des sciences sociales.

Secondement, il faut poursuivre la réflexion en la partageant avec la « société civile ». Le problème qui se pose alors étant que la discussion scientifique peut se poursuivre en même temps que la discussion avec la « société civile ». À vrai dire, le premier type de discussion n’est jamais censée s’arrêter d’où l’intérêt de ne pas se constituer en expert, c’est-à-dire en fabriquant de comment, mais plutôt se revendiquer en critique de la société, c’est-à-dire en promoteur du pourquoi; donner aux citoyens des moyens de s’interroger, et non pas leur donner des solutions. Ce sont les « armes citoyennes » que les sciences sociales peuvent fournir ; les points d’interrogation, puisque s’interroger c’est déjà douter des évidences et des « choses naturelles » qui sont, le plus souvent, au service de l’ordre dominant.

L’engagement politique des sciences sociales est alors selon nous une nécessité car ce champ a la possibilité de permettre aux citoyens de s’interroger. Passer à côté de cela est vraiment dommageable car c’est ne pas réaliser cette potentialité scientifique. Pour cela encore faut-il que les sciences sociales réalisent que la neutralité est une subjectivité, qui dépend de la position personnelle d’un individu, et est non pas un paradigme épistémologique.

1ELIAS Norbert, Engagement et distanciation.Paris : Pocket,1995, 258 p. (Agora)

2ELIAS Norbert et al., Norbert Elias par lui-même. Paris : Fayard, 1991, 183 p.

3WEBER Max, Essais sur la théorie de la science. Paris : Plon, 1992, 478 p. (Agora)

4ELIAS Norbert, Mozart. Sociologie d’un génie. Paris : Éditions du Seuil, 1991, page 14 (La librairie du XXe siècle)

5ELIAS Norbert, Engagement et distanciation. Paris : Pocket, 1995, page 143 (Agora)

6ELIAS Norbert et al., ibid.

7BOURDIEU Pierre, Esquisse pour une auto-analyse. Paris : Raisons d’agir, 2004, 141 p. ; BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001. Paris : Raisons d’agir, 2001, 237 p. (Cours et travaux)

8« organisation d’opinions, d’attitudes et de valeurs – une manière de penser concernant l’homme et la société » ; ADORNO Théodore W., Études sur la personnalité autoritaire. Paris : Allia, 2007, page 9

9ELIAS Norbert, L’utopie. Paris : La Découverte, 2014, 151 p. (Laboratoire des sciences sociales)

10https://ptvirgule.hypotheses.org/137

11BACHELARD Gaston, Le nouvel esprit scientifique. Paris : Presses universitaires de France, 1960, 179 p. ; WEBER Max, Le savant et le politique. Paris : 10-18, 2002, 221 p. (Bibliothèque)

Crédit photo


Une réflexion au sujet de « Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion »

  1. Ma remarque souligne l’importance du sentiment, pas quantifiable actuellement mais qui devrait l’être prochainement.
    La légitimé des sciences sociales trouve à mon avis paradoxalement sa source dans l’engagement politique affirmé comme un humble postulat et qui amène le lecteur à percevoir une autre réalité, un autre modèle que celui de ses préférences ; le voyage intellectuel est bien-entendu difficile.
    Sous l’angle des nouvelles technologies, il est probable que le big-data (pas celui des commerçants) amène les sciences sociales dans un système épuré de considération politique.
    Le paradigme épistémologique existerait alors en science sociale, à moins que ce ne soit celui des statistiques. Cette approche scientifique extrapolée pourrait devenir intrusive et servir l’ordre social.
    Le droit de ne pas faire partie des statistiques n’existe pas pour l‘instant, à peine le droit à l’oubli au bout d’un certain temps dans les relations privés un individu, mais pas les archives publiques ou banques de données qui vont naître. L’État multiplie ses statistiques. Ainsi, la science peut devenir intrusive et servir l’ordre social me semble-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *