Peut-on guérir le président et son gouvernement ? Entre névrose voire psychose et conflits de réalité

Les déclarations de nos membres de l’exécutif – président et ministres – m’inquiètent, ou plus exactement, suscitent chez moi, observateur de la vie politique, un profond sentiment d’incompréhension. S’il s’agissait de voisins un peu farfelus, je saurais fermer l’œil ; mais là il est tout de même question de personnes prenant des décisions impactant le quotidien de dizaines de millions d’individus. Il y a en effet de quoi se ronger les ongles ! La principale source d’agitation de mes sourcils, qui en deviendraient froncés à la verticale, concerne le rapport pathologique que les membres de l’exécutif entretiennent  avec la réalité. Je poserai alors la question suivante ; peut-on guérir le président et son gouvernement ?

La réalité sans balise, ni ancre : la logique au fond de l’eau

Ce qui frappe l’observateur ou l’observatrice des communications des membres de l’exécutif, c’est l’absence apparent de logique dans la plupart de celles-ci. Prenons un discours récent de notre cher Manu ; celui-ci déclare :

« Mais allez en dictature! Une dictature, c’est un régime ou une personne ou un clan décident des lois. Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c’est cela, essayez la dictature et vous verrez! La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental: le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre. » (c’est moi qui souligne)

Les deux éléments soulignés dans cette déclaration reposent sur une erreur communicationnelle importante, qui devrait toutes et tous nous interroger sur la santé mentale du président. N’était-ce pas lui qui souhaitait gouverner par ordonnance, se passant ainsi des contradictions et des débats au parlement ? Pire encore, notre organisation politique ne respose t-elle pas sur une imposition des lois et normes au peuple, impuissant face au pouvoir délégué aux représentant-e-s ? Et qu’a t-il à dire des violences policières, favorisée par un laxisme honteux ? La violence n’est-elle pas aussi du côté de politiques économiques austéritaires condamnant une partie de la population à la pauvreté ?

Cette déclaration est typique dans son absence de logique (et de décence) ; elle est caractéristique de l’incapacité, aussi bien communicationnelle que politique – les deux étant bien sûr liées -, à distinguer les dégâts causés par des décisionnaires persuadés d’avoir toujours raison. La réalité, celle des personnes en souffrance car ne trouvant pas de travail ou ayant un travail qui ne paye pas assez pour vivre dans des bonnes conditions, ne compte plus ; c’est la réalité rhétorique d’un homme enfermé dans ses privilèges qui prend le dessus sur la lucidité.

Névrose ou psychose : tricherie, réelle maladie ou un peu des deux ?

Dès lors, il faut s’interroger sur la psyché de nos dirigeants, sur le degré de leur pathologie mentale. Je sais que c’est mal vu de psychologiser un débat, cela conduisant bien souvent à réduire des positions, répondant également à des impératifs d’ordre sociologique, à des mécanismes internes. Pourtant, je reste convaincu, tout comme E. Fromm (1979), qu’il est nécessaire de connaître les forces profondes et inconscientes qui motivent nos dirigeant-e-s. Il faut saisir leur psychologie dans leur ensemble pour saisir ensuite, non pas les raisons même si cela est satisfaisant pour la curiosité, les dangers auxquels on s’expose.

La différence entre une psychose et une névrose est que dans la première, les aberrations logiques sont plus prononcées (Beck, 2017). Une personne psychotique est détachée de la réalité commune et vit dans son monde. Elle ne comprend pas qu’elle est anormale, c’est-à-dire que ses modes de comportement, de fonctionnement et de communication ne correspondent pas aux canons en vigueur dans la société. Il est donc impossible de raisonner avec elle ; le malade c’est nous, pas elle ! En revanche, on peut faire changer d’avis une personne névrosée car elle comprend que quelque chose ne va pas chez elle. Elle a conscience de ses difficultés.

Où en sommes-nous avec les membres de l’exécutif ? Sont-ils névrosés ou psychotiques ? Sont-ils complètement détachés de la réalité ou y a t-il un espoir de leur faire entendre leurs erreurs ? Vous comprenez que ces questions n’ont rien d’une spéculation psychologisante mais sont éminemment politiques ; je me demande si l’incapacité des membres de l’exécutif à écouter le peuple et comprendre que leurs décisions sont mauvaises sont pathologiques au point que la seule issue soit une révolution. P. Watzlawick (1978) indique qu’une réalité construire, qui a nécessité des efforts et à laquelle on est attaché, sera difficilement abandonnée, même si des éléments factuels viennent contredire cette réalité. Ainsi, vit-on vraiment en démocratie si on écoute pas une majorité du peuple ? Et si les membres de l’exécutif se présentent en défenseurs et défenceuses de la démocratie, ne sont-ils pas dans la contradiction en refusant la volonté du peuple souverain ?

 

Les paradoxes de la communication de l’État et les conflits de réalité

Je m’inscris ici entièrement dans la pensée de l’école de Palo Alto (Watzalwick et al., 1972). Pour celle-ci, les paradoxes dans la communication sont à la fois la preuve et l’origine de pathologies mentales. En effet, cette école avait pour objectif de guérir les maladies mentales à partir notamment de l’observation des communications interpersonnelles d’une personne malade. Les buts psychothérapeutiques de l’école de Palo Alto s’éloignent un peu de ma réflexion, mais ils soulignent un point essentiel ; les paradoxes communicationnels ne sont pas anodins et mettent en lumière des problèmes dans les relations. Ainsi les paradoxes de la communication étatique mettent à leur tour en lumière les problèmes de relation entre gouvernant-e-s et gouverné-e-s.

Je discuterai deux cas :

1° la soumission au peuple souverain face à l’inégalité flagrante dans les rapports de force.

Dans ma thèse (Fusi, 2018), j’ai parlé d’un invariant présent dans les activités de communication des membres de l’exécutif ; l’invariant de désintéressement. En bref, celui-ci désigne la nécessité pour le président et les ministres d’exprimer explicitement leur soumission totale à l’intérêt générale. Et comment ça se manifeste explicitement ? Hé bien à l’aide de rappels constants d’un attachement au(x) bien(s) commun(s). La déclaration de Macron plus haut illustre tout à  fait cela.

Le conflit avec la réalité se manifeste alors dans le paradoxe suivant : quelle soumission au peuple souverain quand le souverain n’a pas de pouvoir ? A quoi ça sert de s’incliner quand on est mesure, par la violence légitime, de faire incliner les têtes du peuple ? On voit ici que les communications étatiques jouent un jeu de l’apparence, mais un jeu précieux. Il faut faire croire au désintéressent pour pouvoir continuer à être intéressé-e au gain de pouvoir politique. Autrement dit, c’est en feignant, consciemment ou pas, la soumission à l’intérêt général qu’un membre de l’exécutif peut prendre des décisions qui contreviennent à cet intérêt.

 

2° l’impératif de maîtrise face à la faillibilité de l’État.

Le second paradoxe s’appuie sur une notion que j’ai aussi discuté dans ma thèse, la faillibilité de l’État. Il n’échappera à personne que l’État se trompe, commet des erreurs, ment, triche, etc. En gros, comme l’État est incarné et représenté par des êtres humains, il est logique qu’il possède leurs défauts. Pourtant dans les discours politiques, cette possibilité d’échec n’est jamais reconnue. Au contraire, dans les communications de l’État est mise en avant une « maîtrise des phénomènes sociaux » (Le Bart, 1998, p. 70-71).

Malheureusement pour les membres de l’exécutif, ce paradoxe n’est même pas une paille dans l’oeil, mais un mur dans l’horizon. Personne n’est dupe et tout le monde s’amuse des danses du ventre sémantique des membres de l’exécutif ne reconnaissant pas leurs erreurs. Est-il si dur que ça d’avouer que la réforme des retraites est bourré de défauts et nécessite un long débat national pour une refonte totale ? N’est-il pas fou pour un ministre ou le président d’affirmer que cette réforme est la bonne quand pas un jour ne passe sans qu’une nouvelle information ne vienne contredire cette réalité – la dernière en date provient d’une étude soulignant que la fin des cotisations des hauts salaires auraient un coût très élevé – ?

 

En cette fin de réflexion, la question du début demeure ; peut-on guérir le président et les ministres de leurs conflits avec la réalité ? Peut-on les rappeler à la logique, au bon sens ou doit-on désespérer devant l’impossibilité de susciter chez ces personnes une once de négociation de réalité ? Puisqu’au final, il ne s’agit pas de pousser un cri positiviste, et affirmer qu’il n’existe qu’une réalité, mais bien, dans un esprit démocratique, d’exiger un échange, une discussion autour d’un « projet » politique entre des visions opposées. Néanmoins, il est à craindre que la pathologie des membres de l’exécutif ne soit trop forte, trop occupés qu’ils sont à lutter avec leurs propres contradictions illustrées dans leurs déclarations quotidiennes.

 

Bibliographie

BECK Aaron T., La thérapie cognitive et les troubles émotionnels. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur, 2017, 316 p. (Carrefour des psychothérapies)

FROMM Erich, Le coeur de l’homme : sa propension au bien et au mal. Paris : Petite bibliothèque Payot, 1979, 214 p.

FUSI Mathieu, Communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Les cas des crises : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998, subprimes en 2007-2008, Thèse de doctorat en science de la communication, sous la direction d’I. Pailliart, 2018. Disponible sur : http://www.theses.fr/2018GREAL009

LE BART Christian, Le discours politique. Paris : PUF, 1998, 128 p. (Que sais-je?)

WATZLAWICK Paul, La réalité de la réalité : confusion, désinformation, communication. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 237 p.
WATZLAWICK Paul et al., Une logique de la communication. Paris : Seuil , 1972, 213 p. (Points Essais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.