Billet invité. A propos des différents types de critique : quelques points supplémentaires sur la courbe au point

A la lecture du dernier article (dernier en date) de mon collègue sur sa série de la « courbe au point »1, je m’autorise quelques pistes de réflexions supplémentaires.

Je rejoins mon collègue concernant cette définition des « types » de critique, existant presque sur le mode des idéaux-types de Weber. J’irais même plus loin, au-delà de cette dichotomie « critique polémique / critique de mise en question » – dichotomie qu’on peut retrouver sous forme de savant mélange (ou affreux gloubiboulga) au sein d’un même discours – certains identifieront d’autres types. On pourrait dire qu’entre ces deux grands niveaux de critiques, on peut éventuellement trouver tout un spectre de critiques possibles, qu’on rapprochera plus de l’une ou l’autre de ces espèces d’idéaux-types.

Pourquoi penser que la « critique polémique » ne mène nulle part ? D’ailleurs, dans l’article de mon collègue il est surtout question de critique polémique, mais je pense que d’autres critiques, se rapprochant de ce côté du spectre des critiques, sont tout aussi nocives. Je parlerai donc également de la critique normative. Elle se situe selon moi très près de la critique polémique, car elle érige l’ensemble des choses qui existent en fonction de ce qui est « bon » ou « mauvais », selon la norme en vigueur dans le contexte donné – ce qui reste très relatif, si nous prenons l’exemple (extrême) des normes de la régulation du social chez les Bonobos, en comparaison avec les normes humaines. Il me semble qu’on peut rattacher cette idée de normes acceptables et inacceptables, à l’idée d’une population qui va renforcer sa cohésion en refoulant sa haine sur ce qui est extérieur. En tout cas, la critique normative, tout comme la critique polémique, est tout bonnement stérile car, en plus des éléments donnés par mon collègue, elle nous enferme dans une dichotomie, parfois un jeu de vérités et contre-vérités. Quand on reste au niveau de la critique d’Eric Zemmour, on se questionne plus ou moins sur « est-ce que tous les musulmans sont des intégristes ? », on se tient donc dans le discours du « tous les musulmans sont des intégristes » versus « non les musulmans ne sont pas tous des intégristes ». Quand bien même la seconde proposition est plus nuancée, peut amener à un développement plus intéressant, à chercher des éléments de compréhension etc., on en reste au même niveau de question. Et on n’en vient pas à s’interroger à un autre niveau comme par exemple, « pourquoi on en vient à avoir une personne qui tient ce type de discours sur cette religion dans les médias ? », ou « pourquoi les médias nous poussent à associer les musulmans à cette alternative intégriste/pas intégriste ? ».

A l’opposé, la critique de mise en question, peut rejoindre l’idée d’une critique « constructive ». En partant du « sens commun », la critique constructive, c’est celle qui, au lieu de simplement démonter, amène à aller plus loin ; la différence notable réside dans le fait qu’elle propose des solutions. Au lieu de dire à quelqu’un que son discours est nul, on lui propose des pistes à explorer pour donner plus de profondeur à son propos, à partir des éléments qui ont semblé pas assez creusés. En cela, la critique de mise en question semble être une critique « constructive », car elle nous amène à opérer deux actions, bien connues dans les pratiques de la recherche.

Une première opération dite de déconstruction, qui fait le lien entre ce qui a été évoqué dans les deux premiers articles sur la « courbe au point »2 : nous questionnons ce qui nous semble évident, tomber sous le sens, naturel, se dérouler ainsi depuis la nuit des temps… Nous devons le questionner, et pas simplement avec les « comment ? » du fonctionnel mais bien avec des « qui ? », « quoi ? » « pourquoi ? » qui, avant de nous apporter des éléments de réponse, nous amènent à remettre en cause ce que nous pensons inné et « vrai » pour comprendre que c’est une prénotion (qui, de plus, sert quelque chose ou quelqu’un). Faire cette première phase, c’est déjà faire un grand pas en avant. C’est, peut-on dire, courageux, car il faut être prêt à « se faire mal », faire mal à son cerveau, d’une part, mais aussi faire mal à ses certitudes, ses croyances, faire presque s’écrouler ses convictions d’autre part.

Puis une seconde opération, bien plus longue et plus délicate, dite de construction, où nous essayons de reconstruire ce que nous avons observé, l’expliquer, lui redonner un sens, mais un sens différent, affranchi des idées reçues et du « sens commun ». Un sens se basant sur un décryptage des phénomènes historiques, sociaux, mécaniques, etc., qui sont à l’œuvre. Bref, un sens qui naît après cette phase de déconstruction, qui est nourri de savoirs « théoriques » et « empiriques ». Cette opération, c’est celle qui correspond à la quête de compréhension, cette réflexion qui demande du temps, qu’évoque mon collègue.

A noter que cette deuxième opération, pas plus qu’elle ne nous rendra notre vision d’avant, ne nous donnera pas à voir « la vérité ». Forcément, en opérant notre critique constructive, nous nous amenons à privilégier un angle d’attaque, une approche particulière, bref, nous prenons une certaine posture qui généralement nous permet d’éclairer cette « chose » que nous croyions innée d’une certaine manière, et pas d’une manière totale. C’est en multipliant les angles d’attaques et en les nourrissant les uns des autres, que nous pouvons commencer à envisager les choses un peu plus dans toute leur complexité.

 

Dans un tout autre registre, « l’argumentum ad nominem » m’amène à formuler quelques réflexions. C’est une forme de critique qui me paraît particulièrement intéressante, en tout cas il faut bien l’identifier et avoir à l’esprit. Tout comme notre esprit aime ne pas se poser les questions qui font trop chauffer le cortex, nous pouvons avoir à cœur d’associer à l’argument la personne qui l’évoque. Cela peut, dans un sens, aider à une contextualisation du propos ; c’est l’idée de savoir « qui parle », mais aussi « d’où il parle ». Autrement dit, certains éléments de la trajectoire personnelle et/ou professionnelle peuvent nous permettre de comprendre pourquoi des personnes émettent tels ou tels arguments. Ceci dit, cette connaissance de la personne qui évoque tel argument, est soumise à notre propre représentation, or cette dernière peut être erronée. Prenons l’exemple de l’enseignant universitaire responsable d’une formation professionnelle. Lorsque celui-ci est amené à argumenter sur des éléments « professionnels », ayant une posture que les étudiants concevront comme « académicienne », il sera jugé comme moins à même de parler du professionnel (moins à même qu’un intervenant professionnel par exemple). Ainsi, on aura tendance à réfuter ses arguments sur la base du « de toute façon, qu’est-ce qu’il y connaît au monde de l’entreprise… ». Sauf que cette remise en question presque automatique est peut-être fondée sur une représentation fausse de l’enseignant. Peut-être que l’enseignant était un « professionnel » du secteur il y a quelques temps, et qu’il parle d’expérience. Peut-être même qu’il a été présenté aux étudiants comme un enseignant universitaire, alors qu’il s’agit d’un intervenant professionnel.

Par ailleurs, et quand bien même les représentations de la personne seraient fondées, un autre élément est intéressant à prendre en compte. Quelle légitimité y-a-t-il à faire le lien entre l’argument et la personne qui l’énonce ? Reprenons l’exemple de notre enseignant universitaire, qui donnerait un cours sur l’état du marché de l’emploi dans le secteur professionnel de la formation dont il est responsable (par exemple, le commerce international). Est-ce que le fait qu’il soit peut-être uniquement issu du monde académique, qu’il n’ait pas eu à travailler dans le secteur privé, a une incidence sur sa connaissance du secteur de l’emploi ? Le rend inapte à chercher l’information chiffrée sur un secteur dont il est connaisseur, à interroger les bases spécialisées ? On voit bien ici que l’argumentum ad nominem n’a aucun fondement.

Donc, un effort très intéressant à faire lorsqu’on réfute un argument, est d’être bien sûr des raisons pour lesquelles on le réfute. Portent-elles sur le contenu ou sur la personne ? Que savons-nous de celle-ci ? Que savons-nous de nos représentations (et idées préconçues) sur cette personne ? Sommes-nous sûrs que celles-ci ont un lien avec le contenu ?
Bien loin d’une leçon normative sur ce qu’il faut critiquer et comment le critiquer, je pense important de revenir sur ces différents éléments qui permettent d’ouvrir (ou rouvrir) la voie à de nouvelles formes de « courbes au point », à savoir des interrogations qui nous sortent d’une dualité normative (bien/mal, vrai/faux) pour ne pas dire manichéenne, pour déconstruire et reconstruire toutes ces choses qui nous paraissent un peu (trop) évidentes. Cela passe aussi par une réflexion sur ce que nous opérons lorsque nous critiquons ou réfutons des arguments d’autrui en les fondant sur ce que représente pour nous cet autrui. Nous devons penser à notre démarche et ce qu’elle mobilise de notre part en termes de représentations, qui peuvent être erronées ou sans rapport avec ce qu’on nous propose.

La difficulté reste de savoir garder en tête tous ces cheminements quand nous nous retrouvons confrontés à des discours soi-disant critiques (d ans les médias, dans notre famille, au travail, à l’école…), qui cherchent à faire appel à notre « bon sens », aux « évidences », voire à nos sentiments profonds. Mais c’est un parcours nécessaire pour mieux déconstruire les (contre-)« vérités » du monde qui nous entoure.

Billet invité écrit par Édith Laviec.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *