C’est pas que d’la com ! – pourquoi la communication politique n’entraîne aucune action ?

La communication politique, c’est-à-dire la communication des pros de la politique (en particulier les élu-e-s aux échelons nationaux), pose problème. La critique qui revient le plus souvent peut être résumé comme suit : « C’est que d’la com ! ». Cette expression condense les reproches formulées par les citoyens et citoyennes : la communication triche, ment, exagère et n’entraîne aucun effet. J’ai pu démontrer dans cette série de billet que, au contraire, ce n’est pas que d’la com ! La communication traduit des rapports de domination, de force qui ont lieu entre gouvernants et gouvernés. Par l’intermédiaire de leurs discours, les premiers démontrent qu’ils gouvernent sans volonté d’échange avec le peuple – ils annoncent des réformes, ils ne proposent pas. En exigeant des discours, le peuple réclame une transparence et pose la contrainte, entre autres, de justification aux pros de la politique. Toutefois, pourquoi est-ce que la communication politique semble, si souvent, n’entraîner aucune action – ce qui est annoncé ou promis ne se réalise pas ?

Dans ce billet, je vais tenter de répondre à cette question en développant l’idée principale suivante, la communication est une stratégie à part entière et cela constitue son principal problème. J’expliquerai ensuite les conséquences de ce problème.

La communication est une stratégie à part entière

En « démocratie » ou, plus précisément, dans l’organisation politique française, une sorte d’oligarchie/aristocratie avec des maigres éléments démocratiques, les gouvernant-e-s ne sont pas libres de prendre des décisions sans les justifier. C’est pour cette principale raison que la communication occupe une place centrale dans notre quotidien citoyen. En clair, cela revient à dire que les gouvernant-e-s ne peuvent pas imposer par la seule contrainte physique leurs décisions ; même si, on le voit aujourd’hui, l’instrumentalisation de la police – une police de plus en plus violente et qui ne connaît aucune sanction pour ses erreurs répétées – impose une place plus grande à cette contrainte physique comme moyen de gouvernement…

La communication devient dès lors une stratégie politique à part entière. Autrement dit, elle fait l’objet de réflexions qui n’ont pas nécessairement de liens directs et forts avec ce que les discours traduisent, expliquent, promeuvent ou critiquent. Prenons l’exemple de la réforme des retraites. Cette dernière est présentée comme étant égalitaire, bénéfique pour toutes et tous et meilleure que l’organisation actuelle des retraites. N’étant pas un spécialiste de la retraite en général, je ne me prononcerai pas directement là-dessus.

Pourtant il existe des éléments qui ne sont pas bénéfiques pour tout le monde, et surtout les femmes. En effet, la réforme imposera un calcul des montants versés au moment de la retraite par rapport à l’ensemble de la carrière d’un individu. Comme l’ont justement noté de nombreuses associations et collectifs – par exemple https://laretraite.lol/grandesgagnantes/ –, les femmes ont des parcours professionnels bien plus accidentés, « 40% des femmes n’ont pas de carrière complète » (je ne sais pas d’où sort ces 40 % mais le fait que les femmes ont une carrière moins stable que les hommes, ne serait-ce que parce qu’elles enfantent, est une évidence). Alors pourquoi dans ce cas, Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, déclare que la réforme des retraites « est nécessaire à mener pour transformer notre système de retraite qui à l’heure actuelle n’est pas un système juste et équitable »1 ?

Elle a bien sûr le droit de se tromper. Marlène Schiappa est une être humaine, et dans ce cas, il est logique qu’elle commette des erreurs de jugement. Mais, mais, c’était sans compter sur internet et ses internautes, toujours doué-e-s pour sortir la vérité (embarrassante) du passé des pros de la politique. Le 23 mai 2015, Marlène pestait dans un tweet :

« Après 50 ans on ne t’embauche plus mais le @medef veut que tu partes à la retraite à 67 ans… Pendant 17 ans, tu fais quoi ? »2.

Elle s’est justifiée en disant que le gouvernement avait pris en compte cela dans la mise en œuvre de la réforme. Toutefois, elle a aussi le droit de changer d’avis et d’être, ce qui est sans doute le cas pour moi, de droite sur certaines questions sociales et économiques.

En réalité, cet exemple de la réforme des retraites et des erreurs de communication de Marlène Schiappa, perdue dans des déclarations et idéologies contradictoires, met en lumière le fait suivant ; la communication est pensée comme une stratégie à part entière, qui se suffit à elle-même. Pensée telle quelle, la communication va dépasser la nécessité de vraiment penser une réforme plus en conformité avec les attentes d’un peuple qui aime la justice et l’égalité. La communication devient comme un prétexte pour faire l’inverse de ce que l’on dit ; c’est parce que je dis que ma réforme est égalitaire qu’elle l’est, même si dans les faits, elle ne l’est pas sur de nombreux points.

 

Première conséquence : séparation entre les discours et les actes

La première conséquence, découlant du fait que la communication est une stratégie à part entière, est la séparation qui s’opère entre les discours et les actes. Il n’y a plus de lien contraignant entre les deux. Plus encore, c’est parce que les pros de la politique ne sont pas punissables après avoir menti ou, pour le dire plus pudiquement, après avoir « travesti certains aspects de la réalité », qu’ils ou elles peuvent se permettre de ne pas penser le lien entre ce qu’elles disent et ce qu’elles font.

Quand en 2008 pendant la crise des subprimes, le président Nicolas Sarkozy proclame la nécessité de « moraliser le capitalisme »3, il pense que son discours suffira pour calmer les tensions dans un moment de crise. C’est véritablement là un discours de crise, c’est-à-dire qui appartient à la crise parce qu’une fois celle-ci finie ou calmée, ce discours et les actes qui devraient y être associés ne viendront pas. Qu’a fait Nicolas Sarkozy pour moraliser le capitalisme ? A t-il mis fin aux pratiques dangereuses comme les effets de levier excessifs, le shadow banking, les credit default swaps ? A t-il militer ouvertement et régulièrement pour un partage équitable des profits du capital ? Bien sûr que non.

En somme, quand la communication semble être suffisante seule, les pros de la politique ne s’embêtent pas à mettre en œuvre ce qui est annoncé ou proposé dans les discours. Pire encore, ils ou elles n’ont aucun regret ou hésitation à mentir et tricher.

 

Deuxième conséquence : inutilité et inefficacité du discours

La deuxième conséquence concerne le statut du discours, relégué à la qualité d’un vent timide ; en d’autre termes, il ne fait que souffler et rien d’autre. Une fois passé, il ne laisse aucune trace. Les pros de la politique font preuve ici d’une ignorance grave car ils ou elles se tirent une balle dans le pied. Dans notre organisation politique vaste, car concernant un territoire étendu, et « démocratique », dans le sens où les mots remplacent les poings en cas de désaccord (enfin pas toujours), la communication demeurera un moyen central de gouvernement. Néanmoins, en continuant chaque jour, à démontrer l’inutilité et l’inefficacité des petits actes communications rituels, les pros de la politique sabrent un de leurs outils pour gouverner. A force de promettre faussement, d’enrober leurs décisions dans un packaging marketing constitué de bons mots et de valeurs à la mode (par ex l’écologie), ils ou elles causent la défiance citoyenne envers les discours politiques parce qu’ils ou elles démontrent l’inutilité et l’inefficacité des discours.

En somme, si la communication peut vivre seule, sans être associée à des actes politiques concrets, elle pose des questions sur la justification de son existence dans une organisation politique où le peuple a, encore, le droit de s’interroger.

Des solutions existent !

Heureusement, la communication politique n’est pas condamnée ; il existe des solutions. Tout d’abord, les classiques en la matière, la révocabilité et le mandat impératif, sont toujours pertinents. La première pourrait permettre au peuple de renvoyer un-e pro de la politique nul-le. Il ne fait aucun doute que ces dernier-e-s feraient bien plus attention à leurs discours s’ils ou elles n’étaient plus protégé-e-s par la durée de leur mandat. Le second tisse un lien entre discours et actes politiques à la base même. En tant qu’élu je prends un poste parce que je me suis engagé à faire ou parce que j’ai un mandat aux limites strictement définies. Si je ne respecte pas mes engagements ou que je sors des limites, je suis renvoyé.

Plus spécifiquement sur la communication politique, j’ai expliqué ailleurs la possibilité d’autres types de communication – la communication d’accompagnement, la communication d’information, la communication honnête qui annonce ses effets de séduction, la communication engageante. Tous ces types disent globalement quatre choses :

1° la communication politique ne doit plus être au service des dominant-e-s politiques, en rejouant sans cesse le déséquilibre des rapports de force. C’est moi, président, ministre ou député, qui prend les décisions et c’est moi qui raconte ce que je veux sur ces décisions, que cela soit pertinent ou pas. La communication politique doit être soumise à un contrôle citoyen.

2° des contraintes sur la forme que prend la communication politique sont, non seulement pensables, mais aussi praticables dans l’immédiat. Par exemple, une loi qui sanctionne un discours mensonger d’un-e pro de la politique.

3° la communication politique actuelle favorise les erreurs d’ordre éthique, dans la mesure où le ou la pro de la politique peut, sans trop de risques, mentir, exagérer, raconter plus ou moins n’importe quoi.

4° une communication politique, nécessitant au niveau de sa mise en œuvre un lien pensé avec des actes à suivre, est indispensable si l’on est en « démocratie ». L’honnêteté en politique ne devrait pas être un choix personnel mais une contrainte absolue.

 

Petit résumé de fin :

Le problème de la communication dans notre organisation politique est le suivant : elle est pensée par les pros de la politique comme une stratégie à part entière, étant suffisante seule. En conséquence, les liens entre discours et actes politiques tendent à diminuer, et l’inutilité et l’inefficacité caractérisent de plus en plus les discours politiques. Il existe pourtant des solutions, à commencer par contraindre les pros de la politique à ne plus considérer la communication comme une façade avec laquelle ils ou elles peuvent mentir sans risque.

1https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/19h20-politique/reforme-des-retraites-nous-sommes-prets-et-determines-a-aller-au-bout-indique-marlene-schiappa_3707915.html

2https://www.lesinrocks.com/2019/12/12/actualite/politique/reforme-des-retraites-un-tweet-derangeant-de-marlene-schiappa-refait-surface/

3https://www.vie-publique.fr/notices/087002941.html

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.