Penser le social : introduction à une pensée épistémologique

Dans la lignée de l’article sur le déterminisme communicationnel1, nous allons voir une manière de penser scientifique. Cette fois par contre nous prendrons un étage supérieur – non pas dans la hiérarchie mais dans la généralité – pour parler du social. Il ne s’agira pas de conseils pour penser spécifiquement la communication, phénomène et processus social, mais de conseils pour penser le social, cette « matière » que l’on veut disséquer et analyser.

Quelques propos sur l’épistémologie

Le titre de cet article est « introduction à une pensée épistémologique », ce qui signifie qu’il existe plusieurs façons de penser le social. En quelque sorte je vais défendre ma vision de la science, vision partagée et discutée. Il faut à tout prix garder en tête que je n’expose pas un dogme indépassable et indiscutable sur la pensée du social. En revanche, je possède avec moi d’illustres prédécesseurs comme P. Bourdieu et N. Elias, deux des plus grands sociologues du siècle dernier, ce qui peut conforter le lecteur sur la « justesse » – si tant est qu’il soit possible d’être vraiment juste quand on réfléchit le social – des propos qui vont suivre.

L’épistémologie est la science des sciences ; comment fait-on de la science ? quels modes de pensée adopter si l’on fait de la science ? quelles méthodes sont proprement scientifiques ? qu’est-ce qui fait qu’on est un scientifique ? En quelque sorte, l’épistémologie est une mise en distance de la mise en distance, car si faire de la science nécessite de questionner des pratiques et des représentations, donc prendre du recul par rapport à celles-ci, l’épistémologie est un questionnement sur les pratiques et les représentations du questionnement des pratiques et des représentations. Attention, ce n’est pas une mise en abîme éternelle, même si les plus malins auront envie de demander s’il existe une épistémologie de l’épistémologie.

Cet article est aussi un regret de l’absence de l’enseignement de l’épistémologie au niveau licence (notamment en sciences de l’information et de la communication), comme si ce sujet était trop difficile ou sensible pour les pauvres petits étudiants – j’exagère un peu. Certes, il est indéniable que l’épistémologie demande des efforts intellectuels mais c’est justement la posture citoyenne que j’ai pu défendre dans d’autres billets2. À mon avis la science a un rôle critique à jouer, notamment en remettant en question toutes ces évidences qui maintiennent un ordre social dangereux pour la planète mais aussi pour les individus eux-mêmes. Encore faut-il assumer ce rôle critique, et la science, à travers l’épistémologie, peut le faire en donnant des clés de réflexion pour penser le social. N’oublions pas que pour P. Bourdieu3, le neutralisme scientifique (le fait de considérer que la science doit rester neutre et ne surtout pas prendre position sur des débats sociétaux) est l’ambition politique de se constituer en juge, d’être au-dessus de la mêlée ; c’est également oublier que le travail de construction de la recherche implique un point de vue de la part du chercheur.

J’ai donc deux objectifs avec cet article, au-delà de l’évident objectif pédagogique : 1° éclairer le lecteur sur une manière de penser le social, qui me paraît la plus « juste » 2° sensibiliser le lecteur sur le rôle citoyen que la science peut jouer et sur ce qu’elle peut lui apporter dans une optique de remise en question de la société.

Les erreurs à éviter

Nous allons ici lister deux principales erreurs à ne pas commettre.

Le déterminisme.

Nous l’avons déjà dit ailleurs, « le déterminisme est une forme de pensée simplifiant la réalité à des relations causales prédéterminées que l’on peut donc anticiper »4. Le problème pour la pensée scientifique c’est que la société est bel et bien complexe. Elle implique alors de prendre en compte des relations multilatérales, rétroactives ou étant autant causes qu’effets. Le déterminisme ne fait justement pas cela. Il réduit tout à une relation basique de cause à effet linéaire. Pourtant, il faut reconnaître que la complexité du social n’accepte pas la linéarité causale. Par exemple, pour quelle(s) raison(s) une partie des Européens rejette l’Union européenne ? Un déterminisme politique consisterait à dire que cette partie est composée de nationalistes qui ne veulent pas entendre parler d’une mise en forme politique de la collectivité en dehors de l’État-nation. La pensée scientifique en revanche nous permet d’expliquer ce choix en mettant en parallèle l’origine et la classe sociales, les intérêts et motivations privés (économiques notamment), la culture et l’histoire nationales5.

Pour résumer, le déterminisme simplifie le social et ignore sa complexité, si bien qu’il décrit plus une représentation que la société elle-même.

2° Les représentations sociales

Les représentations sociales sont primordiales car « elles nous guident dans la façon de nommer et définir ensemble les différents aspects de notre réalité de tous les jours, dans la façon de les interpréter, statuer sur eux et, le cas échéant, prendre une position à leur égard et la défendre »6. C’est en tous cas le point de vue de D. Jodelet, chercheuse spécialisée dans l’étude de ces représentations. Nous pouvons aussi associer à cette définition la notion de pré-notions d’E. Dukheim pour qui ces « produits de l’expérience vulgaire »7 sont pour l’Homme des manières de régler sa conduite. Malheureusement, aussi utiles voire indispensables qu’elles sont, les représentations sociales ne sont pas un bon guide dans l’analyse scientifique. Plutôt, c’est une bonne idée de partir d’elles pour interroger la société mais il ne faut pas partir avec elles. Les représentations sociales sont des représentations, elles se substituent à ce qu’elles représentent, il ne faut donc pas les confondre avec le social lui-même. Par exemple, elles peuvent être des stéréotypes sur une nation ; on comprendra que ces stéréotypes ne sont pas précisément la réalité8.

Pour résumer, les représentations sociales constituent un risque de confusion entre elles et le social qu’elles représentent.

Le social, une relation consubstantielle entre individu et société

Nous aurions pu ajouter aux erreurs à ne pas commettre, le holisme et l’individualisme méthodologiques. Rapidement, une approche holiste consiste à penser que le social impose tout à l’individu et que ce dernier y est totalement soumis. C’est l’erreur commise par E. Durkheim quand ce dernier oppose les représentations individuelles aux représentations collectives9, sans prendre en considération qu’elles peuvent être liées. Une approche individualiste prend le parti opposé. Pour elle, c’est l’individu qui influence et dirige le social. C’est par exemple, la posture épistémologique de tout un pan de la science économique rattachée au néo-libéralisme, pour lequel c’est l’individu de par ses décisions (uniquement effectuées au niveau individuel, sans l’influence d’un groupe social) qui oriente le social10.

Nous allons détailler ici la troisième approche en prenant l’exemple des concepts développés par N. Elias et P. Bourdieu.

La troisième approche choisit elle le milieu des deux premières. Entre l’individu et la société, il y a une relation qui le relit et qui justifie que l’une n’existerait pas sans l’autre. Pour faire une société, il faut des individus et pour faire un individu, il faut une société. Si, comme le pense E. Durkheim11, les Hommes sont différents des animaux parce qu’ils ont une nature sociale, il ne faut pas s’arrêter à ce constat et considérer que la nature sociale incarnée dans la société décide de tout. En réalité, ce n’est pas que les individus ont leur mot à dire, ils ne peuvent pas contredire le social comme s’il s’agissait d’un interlocuteur en chair et en os. Par contre, ce social qui, en quelque sorte, les a élevés, ils le reproduisent après l’avoir intériorisé. Autrement dit, il ne faut pas oublier tout le travail de socialisation qui fait d’un nourrisson un être humain. Cette troisième approche est donc la consubstantialité de l’individu et de la société, l’un n’existe pas l’autre.

N. Elias dans un ouvrage classique12 s’interroge sur ce qui fait que la société « tient ». En décrivant « l’ordre invisible », le sociologue allemand explique que chacun d’entre nous occupe une fonction, nécessairement tournée vers l’autre. Par exemple, personne n’est boulanger uniquement pour soi ; il y a des acheteurs, des fournisseurs, et puis toute la tradition et l’histoire française de la consommation du pain13. Nous sommes ainsi « interdépendants et interpénétrés » ; interdépendants car de nos fonctions dépendent la survie d’autres individus tout comme nous dépendons pour notre survie des fonctions d’autres ; interpénétrés car ce que nous faisons à des effets sur autrui et ce qu’autrui fait à des effets sur nous. Dans l’interdépendance et l’interpénétration, nous formons ce que N. Elias appelle une configuration. Sans nous en rendre compte nous participons à celle-ci ou plutôt celles-ci tout en n’ayant pas de contrôle dessus. En effet, les configurations sont faites par nos relations avec les autres individus mais étant interdépendants et interpénétrés, nous ne pouvons clairement décidés de quand mettre fin à ces relations.

Dans la terminologie bourdieusienne, les individus participent à un champ, lui aussi constitué des relations entre individus. Le plus souvent, le champ est rattaché à une profession (comme le champ médiatique ou le champ politique), mais il existe aussi des champs plus généraux comme le champ du pouvoir14. Dans les champs, les individus luttent pour conserver ou améliorer leur position. Participe comme arme pour ces luttes, l’habitus des individus15. C’est-à-dire que l’habitus, en tant qu’il signifie pour un individu une manière de percevoir, de se comporter, de penser et d’agir selon des valeurs et des normes intériorisés au cours de la vie, constitue un avantage dans certains champs (comme par exemple avoir l’habitus d’une classe sociale supérieure dans le champ médiatique).

L’habitus, le champ et la configuration16 sont des concepts qui mettent en avant une pensée relationnelle du social. Il est vrai que des étudiants ne peuvent pas facilement naviguer dans l’abstrait de ces concepts et je ne m’attends pas à ce qu’ils soient maîtrisés par la seule lecture de lignes plus haut, bien imparfaites par ailleurs. Cependant, il faut retenir que selon N. Elias et P. Bourdieu – et je souscris totalement à cette manière de penser – le social ne peut échapper à une mise en relation au niveau conceptuel. C’est-à-dire que lorsque l’on pense le social, il est nécessaire de considérer qu’il est constitué de relation entre individus et que ces relations font le social. Justement si on commet l’erreur du déterminisme, ces relations sont réduites à une sorte de schéma mécanique.

Pour résumer, le social correspond autant à des relations extérieures (conscientes ou non) qu’à du psychologique (comme l’intériorisation de normes de comportement). La consubstantialité de l’individu et de la société c’est donc la relation de « ce qui se passe à l’intérieur de l’individu » avec « ce qui se passe dans le social » précisément parce que les deux sont en relation. Une fois que l’on a compris cela, on peut comprendre que l’un n’arrive pas sans l’autre.

En pratique ça veut dire quoi ?

La réponse à la question au-dessus servira à situer plus précisément en quoi cette troisième approche du social, la relation consubstantielle entre individu et société, permet de mieux le penser.

En mettant de côté, les déterminismes et les représentations sociales mais aussi l’individualisme méthodologie et le holisme méthodologique, nous pouvons considérer le secteur de la société que nous voulons analyser avec plus de distances, mais aussi plus de « justesse ».

1° Dans un premier temps, nous pouvons chercher à établir une cartographie des acteurs, soit une description des différents groupes ou individus présents dans le secteur et qui entretiennent des relations, sans forcément le savoir (ça sera le cas par exemple pour des concurrents qui n’ont pas connaissance l’un de l’autre). Cette cartographie comportera le plus d’acteurs possibles afin d’être sûr de ne pas oublier des participants au champ ou à la configuration nous intéressant.

2° Dans un deuxième temps, nous prendrons connaissance des acteurs dominants et des acteurs dominés. Il est question là de pouvoir, soit du ou des groupes, de ou des individus, qui a ou ont le plus de chances d’orienter les relations entretenues entre les différents groupes et les différents acteurs17. Il est peut-être difficile de savoir quels critères choisir pour différencier le dominant du dominé. Quelques indices sont notables pour nous aider dans notre recherche :

  • a° si le secteur concerne l’économie (de près ou de loin), ça sera la « taille » du groupe ou de l’individu, c’est-à-dire son chiffre d’affaire, son nombre d’employés, la durée d’existence, etc.

  • b° si le secteur concerne l’État (de près ou de loin), ça sera le rattachement à une institution publique, d’autant plus si celle-ci est en mesure de prendre des décisions d’ordre politique (comme une mairie, un ministère, ou une administration publique)

  • c° pour tous les secteurs, ça sera la réputation (même si celle-ci est une représentation sociale en partie, on voit ici l’intérêt d’interroger cette représentation et de garder en tête que le chercheur est lui aussi un individu comme un autre donc il a des représentations sociales qu’il peut interroger) dont il faudra bien se méfier et recouper avec d’autres indices pour la confirmer ou pas

  • d° pour tous les secteurs, ça sera la référence par les autres groupes ou individus car si ceux-ci citent souvent un groupe ou un individu, il y a de fortes chances pour que celui-ci ait une place d’importance

  • e° pour tous les secteurs institutionnalisés (un secteur institutionnalisé est un secteur comportant des règles de comportement précises qui guident les relations entre individus et qui, non seulement a conscience d’être un secteur, mais qui en plus revendique le fait d’être un secteur et défend donc ses acquis), le rôle du groupe ou de l’individu dans l’institutionnalisation du secteur

  • f° pour tous les secteurs institutionnalisés, les groupes ou les individus qui sont en charge du maintien de l’ordre dans le secteur. Typiquement, leur rôle consiste à éviter que le secteur ne devienne chaotique.

  • g° pour tous les secteurs institutionnalisés, les groupes ou les individus qui sont en charge de la représentation du secteur auprès du public ou auprès des institutions locales et/ou étatiques.

  • Il existe sûrement encore d’autres indices mais ceux-ci peuvent déjà nous rendre un grand service.

Connaître les dominants et les dominés nous renseignera sur l’ordre mais également sur la structure du secteur ; comment s’est-il formé ? qui a le plus de chances d’orienterles relations ? quelles sont les normes et les valeurs ?

3° Dans un troisième temps, nous essaierons (car certains secteurs peuvent être discrets) d’établir les relations de coopération et de concurrence entre les différents groupes ou individus. Tout simplement, cette étape consiste à aller plus loin dans la prise de connaissance du secteur qui nous intéresse et elle nous confie en même temps des indications sur les stratégies mises en œuvres et sur les objectifs visés. En effet, si deux acteurs « s’entendent bien », c’est peut-être parce que l’objectif nécessite une coopération pour être atteint. Par exemple, les politiques publiques ont obligatoirement une part de coopération importante, car si les secteurs concernés ne collaborent pas, elles n’ont aucune chance d’avoir une existence autre que dans les discours. Il faut comprendre également qu’il est fortement possible que la coopération et la concurrence aient lieu en même temps. Par exemple, c’est le cas des journalistes et des hommes politiques qui ont besoin l’un de l’autre pour effectuer leur travail (les journalistes pour avoir de l’information et les hommes politiques pour « parler aux Français ») mais ce travail met aussi en avant une confrontation directe dans la mesure où les journalistes sont libres de traiter et de critiquer ce que font les hommes politiques tout comme ceux-ci peuvent chercher à influencer les journalistes.

4° Dans un quatrième et plus général temps, c’est une mise à distance vis-à-vis du secteur analysé mais une mise à distance critique, donc loin d’être uniquement abstraite. La réflexion en termes de domination remet à sa place la réalité d’une société avec un ordre social très hiérarchique qui se retrouve dans les structures des secteurs. Attention, je ne plaide pas à une anarchie, je souligne juste qu’un ordre découlant d’une domination entraîne forcément des désavantages (se traduisant dans le pouvoir conçu comme des chances d’orienter les relations), et que ces désavantages peuvent entraîner des situations que nous pouvons considérer comme nécessitant des changements. Attention à nouveau, ce n’est pas forcément à la science de demander directement des changements ou d’indiquer la voie à suivre, par contre c’est bien à elle de signaler que l’on peut changer un secteur voire la société et encourager l’ensemble des groupes et des individus à réfléchir.

En conclusion, cet article milite presque pour l’instauration d’une forme critique de questionnement. Il souligne surtout les possibilités offertes par l’approche de la relation consubstantielle entre individu et société, qui permet de se dégager (plus facilement) des déterminismes et des représentations sociales.

1https://ptvirgule.hypotheses.org/112

2https://ptvirgule.hypotheses.org/102 et https://ptvirgule.hypotheses.org/126

3BOURDIEU Pierre, Homo academicus. Paris : les Éditions de Minuit, 1992, 317 p.

4https://ptvirgule.hypotheses.org/112

5Sur ce sujet voir GAXIE Daniel, HUBÉ Nicolas, de LASSALLE Marine, ROWELL Jay (dir.), L’Europe des Européens : enquête sur les perceptions de l’Europe. Paris : Economica, 2011, 295 p. (Collection. Études Politiques)

6Sur ce point voir JODELET Denise, Les représentations sociales. Paris : Presses universitaires de France, 1989, page 47(sociologie d’aujourd’hui)

7DURKHEIM Émile, Les règles de la méthode sociologique. Paris : Presses Universitaires de France, 2007, page 16 (Quadrige. Grands textes)

8Pour les courageux qui liraient cette note de bas de page il faut prendre conscience que cette partie de l’article mérite un développement bien supérieur. Si les représentations sociales ne sont pas tout à fait la réalité, elles en font partie puisqu’en les intériorisant, un individu va décider de la conduite à adopter ou non. Ainsi, il serait faux d’opposer les représentations sociales à la réalité, à laquelle, justement, elles contribuent. Le travail scientifique consiste dès lors à prendre position pour faire la critique (la mise en question, pas la mise en polémique) de ces représentations en ce qu’elles ont de faux et d’exagérer, alors qu’elles façonnent un peu la réalité puisqu’elles contribuent aux comportements des individus. On voit ici l’intérêt d’une mise à distance.

9DURKHEIM Émile, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Paris : CRNS Éditions, 2007, 638 p. (Biblis. Sociologie)

10Sur ce sujet voir SAPIR Jacques, Les trous noirs de la science économique : essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent. Paris : Albin Michel, 2013, 336 p.

11DURKHEIM Émile, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Paris : CRNS Éditions, 2007, 638 p. (Biblis. Sociologie)

12ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

13D’ailleurs il est intéressant de noter qu’en Europe, le blé revêt une importance primordiale, quand il n’y en a plus, le peuple gronde. C’est notamment une des raisons de la Révolution française ; voir BRAUDEL Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme : Xve-XVIIIe. 1, les structures du quotidien : le possible et l’impossible. Paris : Librairie générale française, 1993, 736 p. (Le Libre de poche ; références)

14La notion de champ de pouvoir est critiquée, à juste titre, car elle reste assez flou . Pour une application du champ du pouvoir voir BOURDIEU Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Paris : Les Éditions de Minuit, 1989, 569 p. (Le sens commun). Pour la critique du champ de Bourdieu voir OLIVESI Stéphane, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeu de société. Paris : L’Harmattan, 2005, 88 p. (Communication)

15Pour une explication du concept d’habitus voir BOURDIEU Pierre, Le sens pratique. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980, 474 p. (Le sens commun)

16Pour les rapports entre configuration et champ voir https://ptvirgule.hypotheses.org/67

17On se réfèrera à la définition éclairante du pouvoir de N. Elias dans La société de l’individu ; Le pouvoir n’est dans le fond rien d’autre que l’expression d’une marge de décision individuelle particulièrement étendue qui va de pair avec certaines positions sociales et traduit à l’intérieur de la société des possibilités plus grandes d’influer sur la manière dont les autres dirigent leur vie et de commander en partie le destin des autres ; ELIAS Norbert, Ibid. page 94


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *