La courbe au point 2. Questionner les évidences

Alors que Descartes dans Le discours de la méthode1 en est venu à craindre la possibilité qu’un mauvais esprit lui empêche de voir la réalité, il trouve refuge dans sa croyance en l’existence de Dieu et de l’âme. En somme pour arrêter de douter, il faudrait ces deux choses ; Dieu, la certitude que ce qui est est vraiment ce qui est et, l’âme, la capacité de le percevoir, soit la capacité de percevoir ce qui est sans douter. Malheureusement, nous ne pouvons pas nous résoudre à espérer qu’un Dieu – peu importe lequel – nous assure que ce que vous voyons est la vérité, la réalité. Sinon, nous pouvons, dans une naïveté dangereuse et conservatrice, considérer que la société est bien ce qu’elle est.

Les évidences sont ces choses – si l’on prend la définition d’E. Durkheim « ces objets matériels qui sont incorporés à la société, les produits de l’activité sociale antérieure, le droit constitué, les mœurs établies, les monuments littéraires, artistiques, etc. »2 qui sont données dans le quotidien comme faisant partie de l’environnement naturel, au même titre qu’un arbre perd ses feuilles en automne ou qu’une souris couine quand elle est attaquée par un chat. Or si l’on peut croire à des règles biologiques fixes (comme le dépérissement de tous corps vivants) ou physiques (comme la gravité), sans pour autant parler de « lois naturelles » (un peu comme si des juges telluriques s’étaient concertés), croire à des règles sociales fixes amènent au pire. Des règles sociales fixes car naturelles sont d’une part des contraintes sociales qui ne disent pas leur nom et, d’autre part, des amantes pour les puissants et les dominants.

Tendanciellement, les pouvoirs sont conservateurs et cela tout simplement car il n’y a de pouvoir que durable, sinon on parlerait de domination passagère. Le pouvoir, comme le rappellent aussi bien N. Elias3 que M. Foucault4, n’est pas une possession mais un tissu relationnel, composés autant d’individus que de mécanismes. Autrement dit, le pouvoir s’entretient et avoir le sceptre royal ne donnait pas au roi le pouvoir par le simple fait qu’il était le sien, il lui donnait du pouvoir en ce qu’il manifestait sa position avantageuse dans ses relations aux autres. À partir de ce constat, il faut comprendre que le pouvoir est un combat constant, discret ou pas, il doit s’affirmer s’il ne veut pas être remplacé. Par pouvoir, nous entendons ces individus ou groupes qui ont de manière explicite ou non, un avantage sur les autres individus ou groupes dans leurs relations, si bien qu’ils ont le plus de chances de décider de l’orientation de ces relations.

Alors les évidences sont au service du pouvoir, il n’existe pas d’évidences qui soient intrinsèquement contre le pouvoir ; imaginez donc ce que serait la société demain si apparaissait en une nuit l’évidence que la capitalisme est une hérésie. C’est justement ça le problème, ou plutôt l’Histoire. Les évidences ne surgissent pas ex nihilo, elles sont le fruit d’une longue lutte pour l’imposition d’une vision de la société. Si nous ne les questionnons pas, nous ne pourrons jamais espérer, malgré toute la bonne volonté d’un Dieu, changer la société et son ordre. Un exemple assez simple ; la croissance économique. Déjà on parle le plus souvent de croissance, alors qu’il s’agit bien de « croissance économique ». Le fait qu’on la réduise dans le langage courant à « croissance » tout court, laisse supposer qu’elle est passée du côté de ces évidences du quotidien. C’est clairement une pré-notion et « L’homme ne peut pas vivre au milieu des choses sans s’en faire des idées d’après lesquelles il règle sa conduite »5. La croissance devient en quelque sorte ce guide des conduites, nous devons tendre vers la croissance, un peu comme tout corps biologique. C’est une finalité de la conduite sociale, non pas un objectif car au moins là on pourrait s’interroger sur les moyens (destruction de la nature et épuisement des forces sociales). Pour résumer, la croissance économique a été imposée pour paraître comme étant naturelle – si bien que l’on s’affole de ne plus en avoir donc légitime, alors qu’elle défend un ordre. Des points de PIB, instrument béni du calcul du bien-être des dominants, ne signifient pas une amélioration quelconque de notre quotidien. Même avec une croissance de 20 %, nous ne serions pas dans une situation « meilleure » ; nous aurions juste des S.D.F. avec des Iphones.  Une progression de notre capacité à consommer est bien un progrès, mais un progrès temporaire (avant que les modes impulsées par le marketing et l’obsolescence programmée nous poussent à consommer encore). Pourtant, notre environnement naturel lui en souffrirait encore plus. La croissance économique est l’ennemi de la croissance naturelle, plus nous faisons de points de PIB, plus nous produisons, plus nous détruisons ; c’est la folie d’un système sociétale qui nous fait creuser la tombe de nos enfants (car rassurons-nous, nous avons encore un peu de temps, les suivants eux peut-être bien moins).

À travers l’exemple de la croissance économique, j’ai voulu soulever le travail mené par le pouvoir pour imposer des visions de la société incarnées dans des évidences. Ces dernières ne jouent pas en la faveur des démunis et des dominés. Bien au contraire, elles servent juste à nous faire accepter ce qui est, sans nous faire prendre conscience que ce qui est est plus que ce qui est. En fait les choses, « ces objets matériels qui sont incorporés à la société » comme dit E. Durkheim, se manifestent aussi dans les têtes des individus (et c’est ce qu’E. Durkheim n’arrivait pas à concevoir, l’intériorisation des choses permet justement à ces choses de pouvoir être incorporées à la société) afin de rendre ceux-ci inoffensifs pour le pouvoir. La force de la courbe au point réside ainsi également là ; dans l’interrogation des évidences et pour leur déconstruction.

1DESCARTES René, Discours de la méthode. Pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. Paris : Garnier frères, 1960, 190 p. (Classiques Garnier)

2DURKHEIM Émile, Les règles de la méthode sociologique. Paris : Presses Universitaires de France, 2007, page 112 (Quadrige. Grands textes)

3ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

4FOUCAULT Michel, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978. Paris : Gallimard, 2004, 435 p. (Hautes Etudes)

5DURKHEIM Émile, ibid. page 5

crédit photo


2 réflexions au sujet de « La courbe au point 2. Questionner les évidences »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.