Enseigner la science pratique. 7 – L’objet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Nota bene : il s’agit d’un matériel pédagogique que je pense réutilisable pour l’enseignement en master et en licence, voire, mais pas entièrement, pour le doctorat. Pour ce dernier il faut imaginer que tout ce que j’ai écrit doit être multiplié par dix au niveau des exigences. Par ailleurs, ce matériel pédagogique est sous licence creative commons ; vous pouvez le réutiliser mais n’essayez pas de faire de l’argent avec sinon je vous jette un livre de Bourdieu sur la figure – et vous savez qu’il a écrit des beaux pavés.

Sommaire du cours

1 – Le choix du sujet

2 – Le questionnement

3 – La problématique

4 – Les hypothèses

5 – La méthode

6 – La rédaction

7 – L’objet

Complément utile : lexique de vocabulaire scientifique

Introduction générale

On va parler de « science pratique » et d’« épistémologie pratique ». Si ces deux expression comportent l’adjectif « pratique », c’est bien qu’il doit exister une science théorique. En effet et il ne faut pas exclure la science des autres activités humaines. Théorie et pratique vont de pair et ne sont pas dissociables. La théorie est la réflexion sur la pratique ; ses objectifs, ses enjeux, ses moyens, ses valeurs, ses implications, etc. Ainsi, théorie et pratique fonctionnent toujours en couple.

Pour le cas de la science, c’est la même chose. On a besoin de théorie pour savoir comment est-ce qu’on effectue une recherche, quelles sont les bons outils pour trouver un élément précis, quelles sont les bonnes réflexions pour cet élément, pour savoir ce que ça fait de réfléchir sur cet élément…

Dans ce cours, on va voir comment mettre en œuvre de façon concrète la science des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur un schéma classique de la démarche scientifique :

Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode

Que l’on pourrait enrichir comme suit :

Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet.

A garder en tête absolument ! Ce schéma est réducteur (il est schématique quoi). En pratique les différentes étapes peuvent tout à fait ne pas se faire dans cet ordre et on peut très bien revenir en arrière ou ou compléter, modifier une étape.

 

1 – L’objet : définition

Ca y est, vous pouvez sortir le champagne du frigo et le sabrer comme un-e champion-ne de formule 1 ; vous êtes au bout ! Et l’objet de recherche c’est exactement ça, la fin de la recherche. Cela ne signifie pas que l’objet de recherche apparaît seulement à la fin, mais plutôt que tout au long de votre recherche, vous avez construit un objet. Si vous n’avez pas choisi votre sujet, vous êtes toujours l’auteur-e de votre objet. C’est à travers vos choix de questionnement, de problématique, d’hypothèses et de méthodo que vous allez accoucher de ce bel objet. Ainsi, l’objet de votre recherche doit apparaître dans la rédaction à travers tous ces éléments.

2 – La science pratique : construction, hésitations, retours et erreurs

Cette partie sur l’objet est le moment idéal pour faire une conclusion sur l’épistémologie pratique, sur « komment kon fé d’la science ! », en particulier de la science « étudiante ».

Je vous propose ci-dessous un condensé d’éléments à retenir :

    • il y a dispute entre chercheurs et chercheuses concernant le modèle de science à adopter.

    • la plus grosse opposition concerne la possibilité d’utiliser des jugements de valeur et d’être engagé-e dans sa recherche VS la nécessité de rester neutre et objectif

    • a votre niveau, d’expérience, je sais qu’il vaut mieux que vous penchiez du côté de la neutralité et de l’objectivité. Je trouve ça débile et presque infantilisant envers les étudiant-e-s mais je n’ai pas travaillé dans une seule formation où le corps enseignant acceptait les jugements de valeur et l’engagement dans la recherche étudiante. Renseignez-vous sur ce qui se fait dans votre formation !

    • la science pratique est, comme toute activité humaine, un processus complexe de va-et-vient

    • l’ordre du schéma présenté plus haut – Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet – peut donc être changé. Bon par contre, vous éviterez de changer de problématique au moment de la rédaction ; ça risque de se voir !

    • ce schéma doit être un tout cohérent ; rien ne doit paraître hors-sujet

    • il y a des questions très terre-à-terre à se poser quand on fait de la science : coût d’une méthode, quels mots utilisés pour avoir une bonne problématique, quel sujet je choisis pour être dans ma discipline, quel auteur est à la mode, etc.

    • votre travail doit être inscrit dans une discipline : pour ce faire, identifiez les auteur-e-s, les concepts, les théories, voire même les sujets qui sont beaucoup utilisé-e-s dans votre discipline

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.