Enseigner la science pratique. 6 – La rédaction

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la rédaction.

Nota bene : il s’agit d’un matériel pédagogique que je pense réutilisable pour l’enseignement en master et en licence, voire, mais pas entièrement, pour le doctorat. Pour ce dernier il faut imaginer que tout ce que j’ai écrit doit être multiplié par dix au niveau des exigences. Par ailleurs, ce matériel pédagogique est sous licence creative commons ; vous pouvez le réutiliser mais n’essayez pas de faire de l’argent avec sinon je vous jette un livre de Bourdieu à la tronche – et vous savez qu’il a écrit des beaux pavés.

Sommaire du cours

1 – Le choix du sujet

2 – Le questionnement

3 – La problématique

4 – Les hypothèses

5 – La méthode

6 – La rédaction

7 – L’objet

Complément utile : lexique de vocabulaire scientifique

Introduction générale

On va parler de « science pratique » et d’« épistémologie pratique ». Si ces deux expression comportent l’adjectif « pratique », c’est bien qu’il doit exister une science théorique. En effet et il ne faut pas exclure la science des autres activités humaines. Théorie et pratique vont de pair et ne sont pas dissociables. La théorie est la réflexion sur la pratique ; ses objectifs, ses enjeux, ses moyens, ses valeurs, ses implications, etc. Ainsi, théorie et pratique fonctionnent toujours en couple.

Pour le cas de la science, c’est la même chose. On a besoin de théorie pour savoir comment est-ce qu’on effectue une recherche, quels sont les bons outils pour trouver un élément précis, quelles sont les bonnes réflexions pour cet élément, pour savoir ce que ça fait de réfléchir sur cet élément…

Dans ce cours, on va voir comment mettre en œuvre de façon concrète la science des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur un schéma classique de la démarche scientifique :

Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode

Que l’on pourrait enrichir comme suit :

Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet.

A garder en tête absolument ! Ce schéma est réducteur (il est schématique quoi). En pratique les différentes étapes peuvent tout à fait ne pas se faire dans cet ordre et on peut très bien revenir en arrière ou ou compléter, modifier une étape.

 

1 – La rédaction : définition

Ca y est vous voyez le bout du tunnel, mais le chemin qui vous reste à parcourir est le plus difficile. En fait, ça dépendra essentiellement du travail précédent. Si vous avez pris le temps et fait assez d’efforts pour avoir un sujet clair et inscrit dans la discipline, un questionnement en entonnoir qui vous amène vers une problématique, que cette dernière possède un problème que vous pourrez interroger de façon critique, que vos hypothèses sont pertinentes par rapport à la problématique et vérifiables, et enfin, que votre méthodologie est réalisable et pertinente, la rédaction en sera grandement facilitée.

La rédaction est donc ce travail d’assemblage et d’articulation de tout ce que vous avez écrit et pensé précédemment.

2 – Le style scientifique

Comment sait-on qu’on écrit proprement du scientifique, et qu’on ne fait pas du journalistique ou du politique ?

1° Les caractéristiques du style scientifique

Comme n’importe quel style, le style scientifique a ses caractéristiques :

    • l’obsession du mot juste : les synonymes ne sont pas vos amis et il faut faire très attention aux termes que vous utilisez. Par exemple, utilisation n’est pas usage, persuader n’est pas convaincre, problème n’est pas problématique, etc.

    • l’assurance des faits : si vous affirmez quelque chose (un chiffre, un état de fait), il faut que vous soyez sur-e. Vérifiez avant de balancer des énormités ou des conneries.

    • le recours à des sources « sures » : même si une personne est beaucoup présente dans les médias ou qu’elle est célèbre, cela ne signifie pas que sa pensée est crédible – par exemple Zemmour ne cesse de faire des erreurs, des approximations. Il faut donc se référer à des sources légitimes (État, auteur-e reconnu-e par une discipline) et dont l’origine est vérifiable. Attention toutefois, une source légitime n’est pas forcément juste ; un-e auteur-e peut se tromper ou avoir été démenti-e avec le temps ; les sources étatiques sont la plupart du temps partiales et défendent le point de vue de l’État.

    • la mesure et la retenue : le style scientifique n’est pas là pour vendre un produit ou dresser un portrait dithyrambique d’une personne, d’un groupe ou d’une activité. Restez mesuré-e dans vos propos et ne vous lancez pas dans une diatribe ou une prose. En outre, n’utilisez pas des artifices visuelles pour faire ressortir des éléments – peut-être que c’est toléré dans certaines formations, à vous de voir. C’est votre argumentation qui doit faire ressortir vos idées, pas une couleur, un gif, une blague ou que sais-je d’autres.

    • la maîtrise : et là c’est surtout valable pour celles et ceux qui pourraient être tenté-e-s par des envolées lyriques ou le recours à un style complexe pour faire scientifique, avec des phrases de 8 lignes et des termes techniques tous les trois mots. Utilisez des formulations simples pour exprimer des idées complexes. Des phrases dures à lire ne sont pas forcément le gage d’une pensée riche.

2° des mauvais exemples de style (à partir de véritables phrases écrites par des étudiant-e-s)

    • la critique petite claque derrière la tête de mes collègues de stage : « Il est difficile de travailler avec des personnes ne sachant pas faire la différence entre résumé et critique »

    • le journalisme de caniveau, la reprise d’un discours sans l’interroger : « Nous sommes désormais dans l’ère de l’économie du savoir ». « Nous sommes dans une société de l’information qui souhaite diffuser et partager tous les savoirs permettant de consolider et de créer l’économie »

    • le ou la sociologue de trottoir qui pense tout savoir à partir de la lecture d’un sondage : « Par ailleurs, les Français bouquinent car cela leur fait du bien. 59 % lisent pour approfondir leurs connaissances mais 58 % dévorent les livres car cela les détend. Et c’est ce dernier point qu’il faut retenir car c’est ce que veulent les maisons d’édition : donner du plaisir et du bonheur aux gens. Après une longue journée de travail, les Français ont besoin de s’aérer et quoi de mieux qu’un bon roman, de fantaisie, ou encore d’espionnage »

    • les commentaires de forum, où les affirmations non-justifiées prennent 100 % de l’espace : « A mon avis, toutes les maisons attendaient avec impatience cette nouvelle réforme qui va enfin pouvoir donner un coup de fouet aux ventes en baisse depuis presque trois ans. L’Éducation nationale veut mettre en avant que le savoir faire et non plus le fait de devoir apprendre par cœur une leçon : le par cœur c’est du passé ! »

    • la boule de cristal, où le ou la joueuse du PMU ne peut s’empêcher de prédire l’avenir : « Il ne fait aucun doute que les livres numériques sont l’avenir des bibliothèques étant donné que les universités investissent beaucoup d’argent dans les outils numériques »

    • le ou la fan de Bourdieu, qui écrit comme si il ou elle avait cassé la touche « . » de son clavier : « Les pratiques des professionnels du secteur de l’édition dans le marché des éditeurs en position de leader, qui sont en mesure d’imposer des pratiques aux autres professionnels car ils sont justement leader, dépendent des objectifs que fixe l’entreprise à laquelle ils appartiennent mais aussi des modes qui traversent le secteur de l’édition dans la mesure où ils ne travaillent pas chacun dans leur coin. »

3° « nous »

Le plus souvent, les chercheurs et chercheuses écrivent à la première personne du pluriel, même si elles sont seules à travailler sur une recherche. Deux raisons à cela :

    • ça fait objectif : plus que de dire « je »

    • ça fait humble : on écrit à l’aide de la pensée d’autres personnes

Vous devrez donc adopter cette manière d’écrire, à moins que la tradition de votre discipline soit autre.

3 – Les différentes parties de la rédaction

Ci-dessous, je vais détailler les différentes parties de la rédaction d’une recherche. Ces parties ne s’enchaînent pas forcément dans cet ordre et vous pouvez très bien les modifier petit à petit.

1° L’introduction

C’est ici que vous allez présenter votre recherche dans l’ordre suivant :

    • la mise en contexte permet d’expliquer le sujet
    • le questionnement permet d’interroger le sujet et de vous amener à la problématique
    • la problématique permet de poser le cadre de la réflexion, la question centrale de votre travail, ce sur quoi il va tendre

    • les hypothèses permettent de préciser la façon dont vous allez répondre à la problématique

    • la méthode et la méthodologie permettent d’expliquer comment vous allez tester vos hypothèses

    • l’annonce du plan permet de donner aperçu de la manière dont vous allez dérouler votre réflexion

 

2° L’état de l’art

Un état de l’art est une synthèse de ce qui est dit sur votre sujet par une ou plusieurs disciplines. Voici comment procéder :

    • tout d’abord, il faut identifier à quel point votre état de l’art doit être poussé. Cela dépendra des exigences de votre formation.

    • en priorité, il faut traiter les théories, les concepts, les notions [pour une définition de ces termes lire ce lexique] et les auteur-e-s compétents et les plus utilisés concernant votre sujet. Il ne sert pas à grand-chose de parler d’un auteur qui aurait traité rapidement votre sujet, même s’il est connu ; tout comme il ne sert pas à grand-chose d’évoquer une notion qui est loin de votre sujet.

      • pour identifier théories, concepts, notions et auteur-e utilisés pensez à lire des ouvrages de synthèse du genre que sais-je ou repères.

    • concrètement l’état de l’art se présente comme suit : « pour parler du sujet ou d’une partie du sujet, on utilise telle théorie, telle notion, tel concept. Tel auteur dit telle chose sur cette théorie, notion ou concept. Il est en désaccord avec, il est en accord avec. Il y a un consensus sur, une opposition sur. »

    • n’oubliez pas de référencer ! : note de bas de page ou parenthèses. Toute source référencée doit être présente dans la bibliographie.

    • utilisez des citations mais n’en n’abusez pas : les citations ne doivent pas réfléchir à votre place.

    • c’est toujours une bonne idée de faire des liens entre les auteurs, notions ou concepts pour montrer que vous êtes capable de produire une réflexion riche, qui va en profondeur.

    • c’est toujours une bonne idée de faire des paragraphes conclusifs pour faire une synthèse du tout et montrer que vous avez bien compris l’essentiel.

 

3° La présentation des résultats

La présentation des résultats changera selon que vous ayez utilisé des outils pratiques ou non :

    • outils pratiques : il est indispensable d’expliquer votre méthodologie. Quelle méhtode ? Comment est-ce que vous vous y êtes pris-e ? Ca a marché, pas marché ? Pourquoi ? Ensuite vous répondez directement à vos hypothèses. Est-ce qu’elles sont justes ou fausses ? Justifiez bien les résultats. Si une hypothèse est fausse en tout ou en partie, essayez d’expliquer pourquoi.

    • synthèse et lecture d’auteur-e-s : il faudra ici écrire une réflexion plus « personnelle » dans le sens où vous allez dépasser ces auteur-e-s que vous avez présenté-e-s dans la partie état de l’art. Vous développez une réflexion uniquement en lien avec votre sujet. Vous parlez de votre problématique et répondez à vos hypothèses.

4° conclusion

La conclusion n’est pas juste un résumé de votre mémoire, même si vous évoquez les idées essentielles traitées. Vous faites un retour sur votre recherche dans l’ordre suivant :

    • une rapide synthèse théorique : la problématique, les hypothèses, les auteurs, notions, concepts.

    • un rapide bilan des résultats : la méthodo, ce que vous avez trouvé, hypothèses confirmées ou infirmées

    • une ouverture : si vous deviez prolonger votre recherche, vous feriez quoi ?

5° Annexes

Les annexes sont composées de tout ce qui est un complément important pour la compréhension de votre mémoire mais qui, soit ne rentrait pas dans le corps du mémoire (pour des questions de taille par exemple) ou soit n’était pas indispensable à l’argumentation (par exemple une photo pour illustrer un point). Voici quelques conseils pour que vos annexes soient biens :

    • travaillez la propreté des annexes : les étudiant-e-s pensent trop souvent que le soin à l’écriture et la présentation s’arrête aux annexes. C’est faux !

    • les annexes ne sont pas un fourre-tout : ce n’est pas la peine de mettre tout ce qui vous passe sous la main dans les annexes. Mettez seulement ce qui est un complément important.

    • pensez à avoir un sommaire des annexes afin de faciliter la navigation à l’intérieur de celles-ci

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.