Enseigner la science pratique. 5 – La méthode

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la méthode.

Nota bene : il s’agit d’un matériel pédagogique que je pense réutilisable pour l’enseignement en master et en licence, voire, mais pas entièrement, pour le doctorat. Pour ce dernier il faut imaginer que tout ce que j’ai écrit doit être multiplié par dix au niveau des exigences. Par ailleurs, ce matériel pédagogique est sous licence creative commons ; vous pouvez le réutiliser mais n’essayez pas de faire de l’argent avec sinon je vous jette un livre de Bourdieu à la tronche – et vous savez qu’il a écrit des beaux pavés.

Sommaire du cours

1 – Le choix du sujet

2 – Le questionnement

3 – La problématique

4 – Les hypothèses

5 – La méthode

6 – La rédaction

7 – L’objet

Complément utile : lexique de vocabulaire scientifique

Introduction générale

On va parler de « science pratique » et d’« épistémologie pratique ». Si ces deux expression comportent l’adjectif « pratique », c’est bien qu’il doit exister une science théorique. En effet et il ne faut pas exclure la science des autres activités humaines. Théorie et pratique vont de pair et ne sont pas dissociables. La théorie est la réflexion sur la pratique ; ses objectifs, ses enjeux, ses moyens, ses valeurs, ses implications, etc. Ainsi, théorie et pratique fonctionnent toujours en couple.

Pour le cas de la science, c’est la même chose. On a besoin de théorie pour savoir comment est-ce qu’on effectue une recherche, quels sont les bons outils pour trouver un élément précis, quelles sont les bonnes réflexions pour cet élément, pour savoir ce que ça fait de réfléchir sur cet élément…

Dans ce cours, on va voir comment mettre en œuvre de façon concrète la science des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur un schéma classique de la démarche scientifique :

Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode

Que l’on pourrait enrichir comme suit :

Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet.

A garder en tête absolument ! Ce schéma est réducteur (il est schématique quoi). En pratique les différentes étapes peuvent tout à fait ne pas se faire dans cet ordre et on peut très bien revenir en arrière ou ou compléter, modifier une étape.

 

1 – La méthode : définition

La partie « méthode » est le moment le plus pratique de la recherche. En effet, c’est là où vous allez réfléchir à ce que vous allez faire pour vérifier vos hypothèses.

1° La méthode et la méthodologie : distinction à effectuer

Avant d’entrer dans les détails, il importe d’effectuer une distinction entre deux termes qui sont trop souvent utilisés de manière synonymique ; la méthode et la méthodologie. La première désigne tout simplement un outil choisi pour vérifier des hypothèses – le questionnaire par exemple. La seconde désigne la manière dont cet outil va être utilisé, il s’agit d’une réflexion sur la méthode.

Ainsi, ne parlez pas de méthode quand vous expliquez la façon dont vous avez utilisé un outil de recherche et ne parlez pas de méthodologie quand vous désignez simplement cet outil.

2° La méthode ne se déroule pas forcément au travers d’outils pratiques

On aurait tendance à croire que les méthodes de la recherche sont forcément des outils pratiques, comme des questionnaires ou des entretiens. On s’imagine, un peu à la manière des chercheurs et chercheuses en blouse blanche, que les SHS ont leur laboratoire dans lequel elles manipulent des outils. C’est vrai en partie ! Mais une recherche peut aussi se dérouler simplement à partir de lectures d’autres travaux, elle peut être un effort de synthèse – et j’en veux pour preuve le succès mondial du livre de Hartmut Rosa, Une critique sociale du temps, dans lequel il explique qu’il n’a pas mené de recherche pratique. Ce n’est pas pour autant que c’est de la mauvaise science ou que ça n’en est pas.

3° Différentes méthodes

Il existe beaucoup de méthodes en SHS – entretien, analyse de corpus, questionnaire, observation, focus group, etc. –, je ne pourrai donc pas faire une présentation de chacun des méthodes, cela demanderait beaucoup trop de temps. Je me contenterai de présenter celles qui sont le plus susceptibles d’être utilisées en niveau licence ou master :

    • entretien : c’est comme interview que vous pouvez aborder de deux façons ; soit en posant une série de questions précises que vous avez déterminées à l’aide d’une grille (entretien semi-directif), soit en posant très peu de questions à l’interviewé-e et en le laissant s’exprimer plus librement (entretien non-directif). L’objectif est d’obtenir l’avis, les représentations, les idées d’un acteur sur un secteur de la société dans lequel il est ou a été. C’est une méthode dite qualitative car on va passer du temps avec les enquêté-e-s et il n’y a pas besoin de faire du chiffre.

    • questionnaire : ici vous allez viser le nombre, c’est une méthode quantitative où l’objectif est récolter de nombreux avis à partir de questions similaires. Il faut accorder une importance au caractère représentatif de la population interrogée.

      • => Le questionnaire se marie très bien avec des entretiens, ce sont deux méthodes complémentaires

  • analyse de corpus : un corpus est un ensemble de documents (images, vidéos, textes et autres) que vous avez construit à partir de critères clairement définis. Ensuite vous avez deux écoles qui se font un peu la guéguerre : l’analyse de discours et l’analyse de contenu. Je ne rentrerai pas dans les détails ça serait trop long – vous avez des bouquins que sais-je ? ou Repères, courts, simples à comprendre. L’objectif est de mener une analyse, soit avec des catégories fixées d’avance (analyse de contenu), soit avec des catégories que vous créez sur le tas (analyse de discours). Vous pouvez faire aussi bien dans le qualitatif que dans le quantitatif.

2 – Le choix de la méthode et de la méthodologie

Le choix de la méthode est un moment crucial et dépendra de plusieurs éléments.

1° Les consignes de votre formation

Oui c’est tout con mais pensez à respecter les consignes données dans votre formation. Je pense par exemple à certains mémoires où l’utilisation d’outil pratique n’est pas exigée, où il sera demandé de faire un travail de synthèse à partir de lecture d’auteur-e-s.

2° Le rapport avec les hypothèses, la problématique, le sujet

Dans le cas où vous devez mettre en œuvre des outils pratiques, le premier réflexe est de conserver un rapport avec vos hypothèses, votre problématique, votre sujet. Rappelez-vous donc :

    • la population qui vous intéresse : un métier, une catégorie d’âge, un sexe, etc.

    • le lieu : une ville, un pays, un continent, une localité spécifique, etc.

    • la période

    • votre sujet : je travaille sur quoi ?

    • votre problématique : qu’est-ce que je veux montrer ?

    • vos hypothèses : comment je veux le montrer ?

Avec tout ça en tête, vous pouvez faire un choix pertinent de méthode et de méthodologie.

 

3° La faisabilité

Même si vous avez clairement identifié la méthode et la méthodologie, il faut respecter le critère de la faisabilité, car la meilleure méthodologie du monde est inutile si vous n’avez pas les moyens de la mettre en œuvre :

    • le coût : est-ce qu’il va falloir débourser de l’argent – pour se déplacer, pour acheter du matériel, pour prendre des abonnements, etc ?

    • les moyens matériels : faudra t-il des outils, du matos particulier – par exemple une caméra pour filmer un entretien ?

    • le « capital social » ou le « réseau » : avez-vous besoin de connaissances spécifiques pour entrer dans le milieu qui vous intéresse ? Si oui, avez-vous le « réseau » nécessaire ?

    • le temps : combien de temps faut-il pour mener à bien votre enquête ?

    • les capacités intellectuelles : avez-vous assez de ressources intellectuelles – connaissances, logique – pour mener à bien votre enquête ? J’insiste là-dessus mais certaines méthodes peuvent être difficiles surtout quand c’est la première fois qu’on les met en œuvre.

3 – Les bonnes ou mauvaises méthodologies

Il n’y a pas des bonnes ou mauvaises méthodes, mais que des bonnes ou mauvaises méthodologies. Tout dépendra de la manière dont vous avez construit l’utilisation de la méthode et de la pertinence de cette dernière. Toutefois, voici quelques propositions de méthodes en fonction de grands objectifs de recherche :

    • pour les « discours », ce que dit une entreprise, un professionnel, un acteur public, etc. : vous pouvez soit analyser ce qui est dit via une analyse de contenu ou interroger directement avec un entretien.

    • pour les représentations, les idéologies, les imaginaires, les croyances : vous avez le choix ; aussi bien une analyse de contenu pour voir comment ces représentations sont déclarées de façon « officielle », des entretiens pour avoir des réflexions des acteurs et actrices sur elles-mêmes, ou des questionnaires pour saisir un avis d’ensemble, un peu grossier mais moins « subjectif » pour le coup.

    • pour des réflexions techniques sur un métier, un secteur de la société : privilégiez l’entretien et laissez la personne s’exprimer, qu’elle vous explique ce qu’elle fait, ce qu’elle en pense, quelles techniques elle utilise, pourquoi elles sont biens, pas biens, etc.

    • pour des retours d’expérience : pareil, entretien pour les mêmes raisons. La personne vous expliquera ce qu’elle a vécu, ressenti, etc.

    • pour des avis peu développés sur un sujet précis : le questionnaire est tout désigné. Vous allez multiplier les contacts pour avoir des avis en nombre et comme le questionnaire ne permet pas de rentrer les détails, ça vous ira tout à fait.

 

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.