Enseigner la science pratique. 4 – Les hypothèses

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question des hypothèses.

Nota bene : il s’agit d’un matériel pédagogique que je pense réutilisable pour l’enseignement en master et en licence, voire, mais pas entièrement, pour le doctorat. Pour ce dernier il faut imaginer que tout ce que j’ai écrit doit être multiplié par dix au niveau des exigences. Par ailleurs, ce matériel pédagogique est sous licence creative commons ; vous pouvez le réutiliser mais n’essayez pas de faire de l’argent avec sinon je vous jette un livre de Bourdieu à la tronche – et vous savez qu’il a écrit des beaux pavés.

Sommaire du cours

1 – Le choix du sujet

2 – Le questionnement

3 – La problématique

4 – Les hypothèses

5 – La méthode

6 – La rédaction

7 – L’objet

Complément utile : lexique de vocabulaire scientifique

Introduction générale

On va parler de « science pratique » et d’« épistémologie pratique ». Si ces deux expression comportent l’adjectif « pratique », c’est bien qu’il doit exister une science théorique. En effet et il ne faut pas exclure la science des autres activités humaines. Théorie et pratique vont de pair et ne sont pas dissociables. La théorie est la réflexion sur la pratique ; ses objectifs, ses enjeux, ses moyens, ses valeurs, ses implications, etc. Ainsi, théorie et pratique fonctionnent toujours en couple.

Pour le cas de la science, c’est la même chose. On a besoin de théorie pour savoir comment est-ce qu’on effectue une recherche, quels sont les bons outils pour trouver un élément précis, quelles sont les bonnes réflexions pour cet élément, pour savoir ce que ça fait de réfléchir sur cet élément…

Dans ce cours, on va voir comment mettre en œuvre de façon concrète la science des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur un schéma classique de la démarche scientifique :

Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode

Que l’on pourrait enrichir comme suit :

Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet.

A garder en tête absolument ! Ce schéma est réducteur (il est schématique quoi). En pratique les différentes étapes peuvent tout à fait ne pas se faire dans cet ordre et on peut très bien revenir en arrière ou ou compléter, modifier une étape.

 

1 – Les hypothèses : définition

Dans la suite logique du schéma classique de la recherche, les hypothèses interviennent après la formulation de la problématique. Pourquoi ? Parce que ce sont les hypothèses qui vont nous permettre de répondre à la problématique. Par contre, si vous n’arrivez pas à formuler des hypothèses en rapport avec elle, il est peut-être nécessaire d’apporter des modifications à celle-ci. Ainsi, les hypothèses ont une dimension « pratique » importante car c’est avec elles que vous allez sur le terrain, c’est-à-dire l’endroit où vous testez vos hypothèses.

1° Les caractéristiques fondamentales d’une hypothèse : pertinence

Une hypothèse doit permettre de répondre à la problématique. Donc en toute logique, si elle est sans lien avec la problématique, elle vous sera d’aucune utilité. Toutefois, si vous n’arrivez pas à écrire des hypothèses pertinentes, sans doute faut-il modifier la problématique.

2° Les caractéristiques fondamentales d’une hypothèse : clarté

Une hypothèse ne n’est là pour perdre le lecteur ou la lectrice ou vous-même. Pour ce faire :

    • il ne faut pas introduire un nouveau sujet : par exemple, si je travaille sur la crise des subprimes et ses conséquences sur le budget de l’État français et que je pose comme hypothèse qu’il y a eu plus de dégât en Italie. Ok, pourquoi pas, mais je croyais qu’on parlait de la France.

    • il ne faut pas contredire l’idée principale présente dans la problématique : par exemple, même sujet sur la crise des subprimes, ma problématique est la suivante « En quoi la crise des subprimes a t-elle contribué aux déficits budgétaires en France ? » et je pose comme hypothèse qu’il n’y a pas eu de déficits.

3° Les caractéristiques fondamentales d’une hypothèse : vérifiabilité, faisabilité

Une hypothèse ne doit pas être trop ambitieuse ; il faut avoir les moyens de la tester. Elle doit donc être vérifiable, c’est-à-dire que vous pouvez imaginer une méthode pour la vérifier. Elle doit aussi être faisable, c’est-à-dire que non seulement vous pouvez imaginer cette méthode mais également la mettre en œuvre.

 

2 – La formulation

La forme importe peu ; une question ou une affirmation. Le plus important c’est de travailler le lien logique entre les hypothèses elles-mêmes et entre les hypothèses et la problématique.

1° L’articulation des hypothèses

Deux choses sont à garder en tête pour favoriser cette articulation :

    • évitez le « ying et yang » : par cette expression il faut entendre les hypothèses qui, en gros, vous font dire « oui » à l’une, et « non » à l’autre, « blanc » à l’une, et « noir » à l’autre. Même si ça paraît complémentaire, c’est surtout redondant.

    • Si les hypothèses sont là pour vous aider à répondre à la problématique, quelle partie de la problématique est couverte par une hypothèse ? : si vous avez l’impression que vos hypothèses parlent de la même chose, c’est que ce sont plus ou moins les mêmes.

2° Le lien avec la problématique

Deux choses sont à garder en tête pour favoriser ce lien :

    • une hypothèse ne doit pas être une reformulation de la problématique : sinon elle sert à rien.

    • Essayez d’imaginer que les hypothèses sont une réponse directe à la problématique : bien entendu ces réponses doivent être testées sur le terrain et solidement argumentées

3° Trois petites erreurs à éviter

    • les réponses aux hypothèses ne doivent pas être évidentes

    • les hypothèses ne doivent pas être des questions fermées

    • les hypothèses doivent pouvoir être résumées rapidement : elle n’ont pas besoin d’un long développement pour être comprises

4° Concrètement, comme on s’y prend ?

Il y a deux grandes manières de procéder :

    • une hypothèse pour chaque idée de la problématique : si votre problématique est costaude, qu’elle comporte plusieurs idées principales, c’est la meilleure façon de procéder. A chaque idée de votre problématique correspondra une hypothèse

    • une hypothèse est une proposition de réponse à la problématique : si votre problématique est assez courte, qu’elle n’a qu’une idée principale, c’est le meilleur choix

3 – Des mauvais exemples (à partir des exemples de bonnes problématiques)

1° En quoi les outils numériques amènent des modes de production renouvelés des livres ?

    • les outils numériques sont une nouvelle manière de produire des livres : reformulation de la problématique

    • la production des livres est en baisse depuis quelques années : pas de lien avec la problématique

2° Et si les documentalistes utilisaient les ordinateurs pour des raisons idéologiques ou de croyance ?

    • les documentalistes ne croient pas que les ordinateurs sont des bons outils : « ying et yang »

    • les documentalistes croient que les ordinateurs sont des bons outils : « ying et yang »

3° Dans quelle mesure le recours au numérique dans le métier d’archiviste n’est pas une évolution ?

    • on faisait déjà du tri d’ouvrage avant le numérique : réponse évidente

    • compte-tenu de la réticence des archivistes à adopter les outils numériques du fait de leur coût, mais en même temps la nécessité de les adopter pour des raisons de place et écologiques : complexe et semble se contredire

4° En quoi la traduction numérique est-elle incompatible avec les enjeux de la traduction des ouvrages scientifiques ?

    • les ouvrages scientifiques sont-ils simples à traduire ? : question fermée

    • les enjeux des ouvrages scientifiques ne correspondent pas à la traduction numérique : reformulation de la problématique

4 – Des bons exemples (à partir des mauvais exemples et toujours avec les bonnes problématiques)

1° En quoi les outils numériques amènent des modes de production renouvelés des livres ?

    • les chaînes de production de livre incluent de nouveaux acteurs, spécialisés dans les outils numériques et qui n’étaient pas présents pour la production papier

    • (toutefois) les procédures en général (pour assurer la qualité par exemple) n’ont pas changé

      • => hypothèses complémentaires sans être « ying et yang « , en lien avec la problématique, compréhensibles

2° Et si les documentalistes utilisaient les ordinateurs pour des raisons idéologiques ou de croyance ?

    • il existe chez les documentalistes la croyance que le numérique représente l’avenir de la profession

    • les documentalistes qui refusent l’informatique sont mal considérés

      • => hypothèses en lien avec la problématique, compréhensibles et surtout traitent explicitement plusieurs idées de la problématique

3° Dans quelle mesure le recours au numérique dans le métier d’archiviste n’est pas une évolution ?

    • les missions n’évoluent pas pour l’archiviste, malgré l’apparition du numérique

    • les archivistes sont attachés aux documents papiers

      • => hypothèses en lien avec la problématique, compréhensibles et surtout traitent explicitement plusieurs idées de la problématique

4° En quoi la traduction numérique est-elle incompatible avec les enjeux de la traduction des ouvrages scientifiques ?

    • les termes scientifiques ne sont pas nécessairement traductibles « à l’identique » d’une langue à l’autre

    • il n’existe pas, à l’heure actuelle, de technologie assez performante pour traduire parfaitement un texte de nature scientifique

      • => hypothèses en lien avec la problématique, compréhensibles et surtout traitent explicitement plusieurs idées de la problématique

 

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.