Enseigner la science pratique. 3 – La problématique

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Nota bene : il s’agit d’un matériel pédagogique que je pense réutilisable pour l’enseignement en master et en licence, voire, mais pas entièrement, pour le doctorat. Pour ce dernier il faut imaginer que tout ce que j’ai écrit doit être multiplié par dix au niveau des exigences. Par ailleurs, ce matériel pédagogique est sous licence creative commons ; vous pouvez le réutiliser mais n’essayez pas de faire de l’argent avec sinon je vous jette un livre de Bourdieu à la tronche – et vous savez qu’il a écrit des beaux pavés.

Sommaire du cours

1 – Le choix du sujet

2 – Le questionnement

3 – La problématique

4 – Les hypothèses

5 – La méthode

6 – La rédaction

7 – L’objet

Complément utile : lexique de vocabulaire scientifique

Introduction générale

On va parler de « science pratique » et d’« épistémologie pratique ». Si ces deux expression comportent l’adjectif « pratique », c’est bien qu’il doit exister une science théorique. En effet et il ne faut pas exclure la science des autres activités humaines. Théorie et pratique vont de pair et ne sont pas dissociables. La théorie est la réflexion sur la pratique ; ses objectifs, ses enjeux, ses moyens, ses valeurs, ses implications, etc. Ainsi, théorie et pratique fonctionnent toujours en couple.

Pour le cas de la science, c’est la même chose. On a besoin de théorie pour savoir comment est-ce qu’on effectue une recherche, quelles sont les bons outils pour trouver un élément précis, quelles sont les bonnes réflexions pour cet élément, pour savoir ce que ça fait de réfléchir sur cet élément…

Dans ce cours, on va voir comment mettre en œuvre de façon concrète la science des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur un schéma classique de la démarche scientifique :

Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode

Que l’on pourrait enrichir comme suit :

Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet.

A garder en tête absolument ! Ce schéma est réducteur (il est schématique quoi). En pratique les différentes étapes peuvent tout à fait ne pas se faire dans cet ordre et on peut très bien revenir en arrière ou ou compléter, modifier une étape.

1 – La problématique : définition

La problématique c’est l’architecture centrale de votre travail. Pourquoi ? Parce que sans la problématique, on ne sait pas trop où vous allez. C’est grâce à elle que l’on comprend en quoi votre travail consiste précisément.

1° le problème

Dans la problématique, il y a un problème. Un problème scientifique des SHS n’est pas un problème mathématique, un problème métaphysique ou un problème pratique. Autrement dit ce n’est pas une équation, une question sur la nature de l’être humain depuis la nuit des temps, ou une demande simple pour résoudre un problème tel que « comment numériser un stock d’images ? ».

Un problème pose des questions et on se propose de les interroger de façon critique à l’aide de la problématique.

Trois éléments à retenir à partir de cette définition :

    • on pose une question critique

    • on interroge, on affirme pas à la sauvage

    • on utilise la problématique pour interroger le problème

2° La critique scientifique

La critique scientifique ne correspond pas à ce que l’on désigne habituellement par le terme critique. Elle n’est pas un crachat de bile, une distribution de bons points ou un jugement de valeur à la va-vite. Sur ce dernier point en revanche, il y a discussion. Chez certains ou certaines chercheuses, on peut formuler des jugements de valeur (argumentés, travaillés) avec la science, chez d’autres non. D’expérience, je sais la fébrilité des profs face aux jugements de valeur formulés par les étudiant-e-s dans le cadre de leurs travaux de recherche. Je vous conseille donc d’éviter ou de faire preuve de prudence. Mais sachez qu’il existe une autre manière de faire de la science que la manière neutre.

Dans votre travail, la critique sera :

    • une interrogation des évidences, des choses données

    • une prise de recul par rapport à ce que vous avez fait, à ce qu’on vous a dit, demandé

3° En résumé

La problématique est la question principale de votre travail et doit comporter un problème que vous interrogez de façon critique.

Pensez à vous renseigner pour savoir si une posture épistémologique engagée, avec des jugements de valeur, est tolérée dans votre formation.

2 – Quand est-ce qu’on écrit la problématique ?

D’expérience je trouve que les étudiant-e-s et les profs sont en général trop pressé-e-s dans l’écriture de la problématique. Certain-e-s étudiant-e-s m’envoient leur problématique avant même d’avoir cerner précisément leur sujet et certain-e-s de mes collègues demandent des problématiques avec le choix du sujet, sans même savoir s’il y a eu réflexions avant écriture de la problématique.

1° Dans l’idéal

Dans l’idéal, la problématique s’écrit après avoir pris le temps de réfléchir sur son sujet et de poser des questions dessus – c’est le questionnement. Pourquoi ? Parce que la problématique peut surgir des premières interrogations et venir faire une synthèse d’une idée générale qui traverse ces interrogations.

2° Mais !

Si vous avez une idée rapide de problématique, il ne faut pas vous priver de la noter. Vous aurez toujours la possibilité de la modifier une fois que vous aurez pris le temps de réfléchir.

3° Les modifications

La problématique peut évoluer au fur et à mesure de votre travail de construction, de réflexion sur votre sujet. Toutefois, au moment d’aller sur le terrain, de vérifier par des méthodes vos hypothèses, il vaut mieux que la problématique soit stable sinon vous allez peut-être devoir recommencer un travail de terrain.

3 – La formulation

En science, une problématique n’est pas nécessairement sous la forme interrogative. Toutefois, pour les étudiant-e-s, il est conseillé d’utiliser cette forme pour deux raisons ; déjà vous vous forcez à en avoir une et à la résumer sous forme d’une question ; ensuite vous permettez à votre lecteur ou lectrice d’identifier clairement cette problématique.

1° La bonne question à poser

La problématique sera bien formulée si :

    • elle comporte un problème que vous pourrez analyser de façon critique

    • cette critique invite à prendre du recul et à interroger les évidences

    • la formulation vous amènera à une réflexion argumentée

2° La mauvaise question à poser

La problématique sera mal formulée si :

    • il n’y a pas de problème car la réponse est évidente

    • ne permet pas une réflexion approfondie sur votre sujet (comme une question juste technique)

    • la question est fermée ou mal formulée au point que la réponse à apporter ne nécessite pas de justification particulière

3° Les mots à utiliser

Pour écrire une bonne problématique, commencez votre question par « et si », « en quoi » ou « dans quelle mesure ».

Ces mots sont à utiliser parce qu’ils encouragent une réflexion argumentée.

4° Les mots à ne pas utiliser

Une problématique aura de fortes chances d’être mauvaise avec les mots suivant : « comment », « est-ce que », « où » :

    • « comment » : ici vous pouvez avoir des arguments bien entendu, mais le gros problème est que votre réponse sera descriptive et vous enfermera donc dans une réflexion peu profonde (manque d’analyse car je me contente juste de décrire)

    • « est-ce que » : ici vous aurez une réponse « oui » ou « non »

    • « où » : ici vous êtes encore plus dans la description.

4 – Des mauvais exemples !

1° Comment un éditeur produit-il des livres sur internet ?

    • « comment » à éviter au maximum : vous allez juste décrire les étapes d’un processus de production

    • problème inexistant : il n’y a rien ici qui semble poser problème au sens défini plus haut. Il s’agit ici d’un problème pratique.

    • question qui amène une réponse descriptive

2° Pourquoi est-ce que les documentalistes doivent utiliser les ordinateurs ?

    • problème fantôme : c’est encore une fois un problème pratique, qui ne vous permettra pas de vous interroger sur les enjeux de la profession, ou alors vous allez rentrer dans des considérations générales.

    • question journalistique ou professionnelle basique : la question doit être « scientifique » avant tout. Autrement dit, elle doit vous conduire à interroger de façon critique.

    • problème pratique et présenter de façon beaucoup trop générale : si jamais il est toléré dans votre formation l’interrogation de problème pratique, pensez à les préciser, notamment en indiquant le contexte.

3° Où se situent les évolutions dans le métier d’archiviste ?

    • question à réponse descriptive : vous allez simplement lister les évolutions

    • mais où est passé Monsieur le problème ? : vous avez un problème professionnel qui ferait un très bon article pour de la presse professionnelle, mais pas pour un travail scientifique ou alors il va falloir préciser cela.

    • question beaucoup trop large : le travail scientifique est précis car c’est en sachant précisément de quoi on parle que l’on fait le moins d’erreurs possibles. Les questions larges sont donc de mauvaises problématiques car elles perdent à la fois le chercheur ou la chercheuse et le lecteur ou la lectrice

4° Existe t-il des enjeux numériques pour les traducteurs ?

    • question beaucoup trop large : cela ressemble plus à une « pré-problématique », au questionnement

    • problème bien timide et flou : quels enjeux numériques précisément ?

    • question fermée et dont la réponse est évidente

5 – Des bons exemples (à partir des mauvais) !

En quoi les outils numériques amènent des modes de production renouvelés des livres ?

    • problème présent : les outils numériques changent-ils la production ?

    • question qui nécessite des arguments : vous allez pas juste dire « oui y a des changements », il faudra expliquer pourquoi ce sont des changements (mais pas que des changements).

2° Et si les documentalistes utilisaient les ordinateurs pour des raisons idéologiques ou de croyance ?

    • problème claire : celui de la place de la croyance pour le passage de la gestion papier à la gestion informatisée
    • question complexe avec la nécessité d’argumenter : il ne suffit pas de dire « oui oui, ils y croient » il faut le montrer.

 

3° Dans quelle mesure le recours au numérique dans le métier d’archiviste n’est pas une évolution ?

    • question avec une dimension descriptive MAIS qui nécessitera des arguments solides : en prenant le contre-pied de l’idée à la mode du numérique toujours révolutionnaire, vous vous devez de justifier
    • problème classique mais efficace : remise en question d’une nouveauté

 

4° En quoi la traduction numérique est-elle incompatible avec les enjeux de la traduction des ouvrages scientifiques ?

    • question sur un sujet précis : la traduction scientifique
    • problème identifié : une activité qui n’est pas forcément égale dans toutes les catégories d’un secteur, celui de la traduction

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.