Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde

Quand on enseigne à des étudiants niveau licence en leur demandant de produire une réflexion approfondie en sciences de l’information et de la communication, on se rend rapidement compte que la grande majorité recourt à un déterminisme communicationnel qui ne dit pas son nom. Sans aucun doute faut-il voir ici à l’œuvre les prénotions de E. Durkheim1, on pourrait dire ces idées préconçues – faites de mythes, de fantasmes, de stéréotypes et de généralités – définissant le monde qui nous entoure. Bien sûr, elles sont nécessaires car l’Homme ne peut pas vivre sans fabriquer du sens sur son environnement. S’y arrêter néanmoins est une erreur et il faut toujours procéder à un effort pour s’en défaire et les interroger ; c’est que nous allons faire dans cet article2.

Qu’est-ce que le déterminisme ?

Avant tout, répondons à cette question car c’est une bonne habitude à prendre que de ne pas utiliser des expressions sans connaître la signification de chaque mot. Le déterminisme est une forme de pensée simplifiant la réalité à des relations causales prédéterminées que l’on peut donc anticiper. Elle est présente dans de très nombreux domaines de la société, notamment et particulièrement de par son aspect peu fatiguant pour les neurones et sa capacité à défendre des intérêts tout en passant pour naturelle. Les exemples les plus classiques de déterminisme sont les déterminismes technologiques et les déterminismes (libéraux) économiques. Dans les deux paragraphes suivant nous allons les prendre en guise d’exemple.

C’est maintenant presque un refrain de chanson populaire, mais la promotion qui a été faite de Facebook et Twitter lors des révolutions arabes est un cas typique de déterminisme technologique. Ces deux réseaux sociaux ont été décrits comme étant les moteurs de la révolution, réduisant la réalité historique des révolutions arabes à l’équation suivante : réseaux sociaux = révolutions sociales = liberté = démocratie = le bien. Toutefois, les réseaux sociaux – qui sont en fait numériques, il ne faut pas l’oublier – sont utilisés dans des régimes autoritaires et, nous le savons maintenant grâce à l’action courageuse d’Edward Snowden, ils servent même aux régimes dits démocratiques d’outil d’espionnage à grande échelle3. Nous pouvons imaginer, sans bien de mal, que les propriétaires de ces réseaux sociaux numériques ont été très satisfaits de cette publicité.

Les déterminismes (libéraux) économiques sont bien davantage que des déterminismes, mais les développer nous entraînerait trop loin du sujet de cet article4. Pour cette raison, ils seront traités uniquement dans leur dimension pratique. Pour ces déterminismes, la société est organisée par des marchés, qui permettent aux individus, dans leurs échanges économiques, de s’ajuster naturellement et réguler ainsi toutes formes de conflits par d’autres mécanismes (possession d’informations, prise de décision) eux aussi naturels. Dès lors, une société peut se résumer à ces échanges économiques et la (ou les) forme(s) que peu(ven)t prendre ses marchés. Nous pouvons ici imaginer, encore sans bien de mal, que les défendeurs de l’idéologie libérale économique se satisfont parfaitement de cette idée, alors même le marché est d’abord et surtout un produit politique5, une organisation choisie de la société et non pas le destin naturel de l’homme.

En somme, nous savons que les déterminismes sont une « pensée simplifiante »6, où se mêlent aussi bien des intérêts d’acteurs particuliers, des idées générales sur la société, des idéologies définissant spécifiquement la réalité, que le recours a une réflexion qui ne prend pas la peine d’interroger (avec efforts). Dans les prochains nous allons pouvoir voir que le déterminisme communicationnel représente bien les mêmes défauts que ses homologues.

La communication dirige le monde

Tout d’abord parler de « la » communication est une première erreur. Très clairement, cette dernière occupe beaucoup d’espace qu’elle engage que ce soit au niveau des entreprises, des individus, de la politique et, moins souvent, du secteur économique qui lui est attaché. Quand on dit « la communication est aujourd’hui très présente dans la société », il est très simple et juste de répondre positivement. Il faut alors commencer par déterminer ce que l’on entend par communication. La manière la plus rapide consiste à lui coller un adjectif ; communication publique, communication commerciale, communication scientifique, communication interpersonnelle, communication industrielle, etc. Cela ne suffit pas à mieux la comprendre mais au moins l’on se fait plus précis sur le « secteur » de la société que l’on analyse. Par ailleurs, le mot « communication » est également trompeur. Parle t-on de l’acte de communiquer ou des pratiques d’un groupe professionnel ? Il faut se méfier des amalgames possibles du fait de cette polysémie.

La deuxième erreur consiste à projeter la communication sur tout ce secteur, comme une peinture qui recouvrirait tout et qui s’imposerait partout où elle est tombée. Autrement dit, elle déciderait des enjeux et des pratiques, même des rapports de force puisqu’elle entraînerait des types de comportement en en valorisant certains. La communication dirigerait ainsi le social, comme une figure quasi divine qui ne laisserait aucun choix aux individus et aux groupes. Par exemple, les réflexions sur le numérique – compris comme une forme technologique particulière (internet) de communication – orienterait les pratiques des entreprises. C’est le numérique qui décide de l’organisation de l’entreprise et de la façon dont les employés de celle-ci échangent. Autre exemple, la communication structure toute la politique. C’est-à-dire que les hommes politiques ne sont plus que des hommes de théâtre, on parle d’ailleurs de peoplisation pour souligner cette mise en scène continue de leur activité professionnelle.

Pour résumer, le déterminisme communicationnel vous condamne à faire des généralisations, des mélanges ou bien reprendre le discours des acteurs. Les généralisations ont l’avantage de ne jamais être entièrement fausses mais elles n’apprennent rien sur le social (à moins précisément d’être l’objet d’une analyse mais ce n’est pas le cas ici). Les mélanges sont un piège qui consiste à trouver des relations (de cause à effet souvent) un peu tirées par les cheveux. Quant à la reprise des discours, cela ne signifie pas que les acteurs ne font que dire des mensonges, mais plutôt que leurs discours sont intriqués à des intérêts et des croyances qui ne leur permettent de percevoir avec recul leurs pratiques.

La communication comme enjeu et fruit d’enjeux7

Tout d’abord, il importe de garder en tête que la notion de communication qui est utilisée dans les prochains paragraphes concerne des pratiques instituées dans un groupe spécifique, et non pas la communication en tant qu’échanges privés et dénués d’enjeux directement liés au groupe ; par exemple, la communication dans une famille. Bien entendu, celle-ci peut faire l’objet d’une recherche mais ce n’est pas le plus courant.

La communication, quelle que soit le secteur où elle se développe, est le fruit d’enjeux. Autrement dit, elle est imposée par des pratiques et des rapports de force. Elle possède bien entendu une forme particulière, le plus souvent définie par les acteurs et leurs représentations alors qu’ils mettent en œuvre des stratégies pour se positionner dans les relations qu’ils entretiennent entre eux. Ce n’est pas la communication qui détermine les enjeux, mais ces derniers qui entraînent les acteurs vers des stratégies, des actions, des manifestations dont la communication fait partie. Plus simplement, les acteurs se disputent autour d’objectifs, qui sont à l’origine de ces disputes, et ces derniers mènent à la communication ; pourquoi ? C’est tout à fait cela qu’il faut essayer de comprendre.

La communication dans un groupe est aussi un enjeu en soi. Autrement dit, elle est au centre des relations, sans pour autant les déterminer, soit sans pour autant expliquer entièrement leur déroulement. Elle est ce pour quoi les acteurs se disputent et luttent entre eux. Ici, ce ne sont pas uniquement les objectifs qui mènent à elle, mais plutôt elle qui est un objectif. Cette dimension de la communication est plus ambiguë alors prenons l’exemple de la politique professionnelle. Dans celle-ci, les hommes politiques se disputent ouvertement, que ça soit dans les médias ou dans leurs cercles plus ou moins publics (locaux des partis, parlement, tribunes de ville, conférence…). Ce ne sont pas tous les acteurs politiques qui peuvent tenir tous les discours (un secrétaire d’État ne peut pas dire ce qu’un ministre dit, ce qui explique les remontrances envers ces fonctionnaires qui en « disent trop »), la communication est ce pour quoi on lutte.

Il n’y a pas de différence fondamentale entre la communication comme enjeu et la communication comme fruit d’enjeux, juste une différence de degré dans les pratiques. Dans le premier cas, elle est visée directement car elle donne droit à des pratiques spécifiques (comme le fait d’être élu donne le droit de représenter par la communication). Dans le second cas, elle sert à obtenir quelque chose (comme la vente pour une entreprise). Il faut reconnaître que les deux cas peuvent être liés et il arrive en conséquence que la communication soit les deux. La communication dans les pratiques peut donc être à la fois ce par quoi on lutte et ce pour quoi on lutte.

Pour résumer, la communication comme enjeu et fruit d’enjeux permet de s’interroger sur l’organisation d’un groupe ou d’un secteur, sur la forme de ses relations qui le composent et sur ses objectifs. Elle ne permet pas de déterminer quels sont tous les enjeux et tous les objectifs.

En guise de conclusion, il faut retenir que la communication est sociale, quel que soit son secteur. Pour cela, elle a besoin de mains et de cerveaux pour être mise en œuvre et de cette mise en œuvre nous pouvons interroger un secteur et les processus qui le traversent.

Schéma de la réflexion à appliquer dans un sujet en sciences de l’information et de la communication

sans-titre-1

Exemples de questions à ne pas se poser

  • Comment la communication influence t-elle les pratiques des hommes politiques ?

  • La communication numérique oriente t-elle les stratégies des entreprises ?

  • Comment les journalistes décident-ils des sujets importants pour la société ?

  • Questions générales : comment la communication détermine ce qui se fait dans les groupes ? Est-elle à l’origine des stratégies des groupes ?

Exemples de questions à se poser

  • Pourquoi les hommes politiques communiquent-ils dans notre régime politique actuel ?

  • Pourquoi les entreprises utilisent-elles, au travers de leurs stratégies, la communication numérique ?

  • Les journalistes peuvent-ils décider des sujets importants pour la société ?

  • Questions générales : pourquoi la communication revêt-elle tant d’importance dans les groupes ? Pourquoi les stratégies des groupes nécessitent-elles un passage par la communication ?

1DURKHEIM Émile, Les règles de la méthode sociologique. Paris : Presses Universitaires de France, 2007, 149 p. (Quadrige. Grands textes)

2Dans la lignée du précédent billet sur la nécessité de se poser des questions ; https://ptvirgule.hypotheses.org/102

3Pour une présentation très documentée de ces problèmes voir MOROZOV Evgeny, The net delusion. The dark side of internet freedom. New York : Public Affairs, 2011, 428 p.

4Pour une critique très étendue et passionnante voir SAPIR Jacques, Les économistes contre la démocratie : les économistes et la politique économique entre pouvoir, mondialisation et démocratie. Paris : Albin Michel, 2013 268 p.

5Pour une explication historique voir POLANYI Karl, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris : Gallimard, 2009, 467 p. (Tel)

6MORIN Edgard, Introduction à la pensée complexe. Paris : ESF éditeur, 1990, 158 p. (Communication et complexité)

7Pour une explication plus longue et plus détaillée voir entre autres OLIVESI Stéphane, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeu de société. Paris : L’Harmattan, 2005, 88 p. (Communication)

 


Une réflexion sur « Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.