Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du questionnement.

Nota bene : il s’agit d’un matériel pédagogique que je pense réutilisable pour l’enseignement en master et en licence, voire, mais pas entièrement, pour le doctorat. Pour ce dernier il faut imaginer que tout ce que j’ai écrit doit être multiplié par dix au niveau des exigences. Par ailleurs, ce matériel pédagogique est sous licence creative commons ; vous pouvez le réutiliser mais n’essayez pas de faire de l’argent avec sinon je vous jette un livre de Bourdieu sur la figure – et vous savez qu’il a écrit des beaux pavés.

Sommaire du cours

1 – Le choix du sujet

2 – Le questionnement

3 – La problématique

4 – Les hypothèses

5 – La méthode

6 – La rédaction

7 – L’objet

Complément utile : lexique de vocabulaire scientifique

Introduction générale

On va parler de « science pratique » et d’« épistémologie pratique ». Si ces deux expression comportent l’adjectif « pratique », c’est bien qu’il doit exister une science théorique. En effet et il ne faut pas exclure la science des autres activités humaines. Théorie et pratique vont de pair et ne sont pas dissociables. La théorie est la réflexion sur la pratique ; ses objectifs, ses enjeux, ses moyens, ses valeurs, ses implications, etc. Ainsi, théorie et pratique fonctionnent toujours en couple.

Pour le cas de la science, c’est la même chose. On a besoin de théorie pour savoir comment est-ce qu’on effectue une recherche, quels sont les bons outils pour trouver un élément précis, quelles sont les bonnes réflexions pour cet élément, pour savoir ce que ça fait de réfléchir sur cet élément…

Dans ce cours, on va voir comment mettre en œuvre de façon concrète la science des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur un schéma classique de la démarche scientifique :

Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode

Que l’on pourrait enrichir comme suit :

Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet.

A garder en tête absolument ! Ce schéma est réducteur (il est schématique quoi). En pratique les différentes étapes peuvent tout à fait ne pas se faire dans cet ordre et on peut très bien revenir en arrière ou ou compléter, modifier une étape.

 

1 – Le questionnement : définition

Une fois le choix du sujet assuré, c’est le moment de l’interroger. Le questionnement est donc un ensemble de questions sur un sujet. Son objectif est de mener à l’établissement de la problématique et de constituer les premiers pas vers la construction de l’objet de recherche. On peut le voir comme les premières questions qui nous viennent à l’esprit lorsque l’on aborde un sujet. Bien entendu, il faut travailler le questionnement et affiner sa forme pour aboutir à une série de questions, de réflexions.

Par ailleurs, le questionnement ne sera pas nécessairement à la forme interrogative. Le point principal est vraiment de vous gratter le menton, de vous faire suer un peu des neurones pour dépasser les termes du sujet. Trop souvent cette étape manque à l’appel et cela entraîne des difficultés pour formuler la problématique ; c’est bien en interrogeant le sujet que l’on fait ressortir une idée centrale (ou plusieurs) que l’on pourra insérer dans la problématique.

2 – La formulation

Il n’y a pas grand-chose à dire sur le questionnement. C’est juste un ensemble de réflexions, de questions qui vont former les premières interrogations sur le sujet. Toutefois, il faut garder certains éléments en tête.

L’inscription dans la discipline

Le questionnement est le moment idéal pour réfléchir à l’inscription dans la discipline. Il est tout à fait permis d’avoir un questionnement large, vaste qui sort des carcans disciplinaires. Toutefois, il faut le penser comme un entonnoir ; on commence très large et petit à petit on gagne en précision, on se dirige vers la problématique et la réflexion devient peu à peu disciplinaire.

2° Ne pas partir trop loin

Il ne faut pas partir trop loin dans le questionnement et faire remonter vos interrogations aux racines historiques d’un problème par exemple. Si je m’interroge sur les rapports entre sexes, il n’est pas besoin de se poser des questions sur ces rapports pendant la préhistoire. Rien est interdit bien sûr ; c’est juste qu’il faut que le questionnement reste pertinent par rapport à votre sujet. Ainsi, le questionnement que vous gardez pour le développement et la présentation de votre réflexion est un questionnement qui a des liens ténus avec le sujet.

3° Ne pas tout donner dans le questionnement

Répétons-le ; le questionnement constitue les premières réflexions sur un sujet. Il est alors inutile de balancer tout ce que vous avez dans le ventre : hypothèses, début de problématique, conclusion, résultats, ouverture… Si la recherche est un repas, le questionnement est l’apéritif, et si pour un apéritif vous dégainez le dessert, le café et le plat de résistance c’est qu’il y a un problème.

3 – Des bons et des mauvais questionnements

Si vous respectez les trois consignes données plus haut – s’inscrire dans la discipline, ne pas partir trop loin et ne pas tout donner –, vous êtes sur-e que votre questionnement sera bon. Je n’ai donc pas trop besoin de m’étendre ici, hormis quelques détails qu’il est bon de conserver en mémoire :

    • le questionnement est aussi soumis au style « scientifique » : pas (trop) d’effet de style, de généralisations à tout va, de discussion métaphysique sans fondement, etc., mais plutôt un vocabulaire précis où l’on va à l’essentiel, de la prudence et de l’argumentation.

    • le questionnement doit être pertinent par rapport au reste du travail : il ne doit pas être complètement déconnecté de la problématique par exemple.

    • ce n’est pas dans le questionnement que l’on va définir les termes principaux de la recherche mais plutôt dans celui-ci que l’on va les introduire.

Crédit photo


Une réflexion sur « Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.