Enseigner la science pratique. 1 – Le choix du sujet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du sujet.

Nota bene : il s’agit d’un matériel pédagogique que je pense réutilisable pour l’enseignement en master et en licence, voire, mais pas entièrement, pour le doctorat. Pour ce dernier il faut imaginer que tout ce que j’ai écrit doit être multiplié par dix au niveau des exigences. Par ailleurs, ce matériel pédagogique est sous licence creative commons ; vous pouvez le réutiliser mais n’essayez pas de faire de l’argent avec sinon je vous jette un livre de Bourdieu à la tronche – et vous savez qu’il a écrit des beaux pavés.

Sommaire du cours

1 – Le choix du sujet

2 – Le questionnement

3 – La problématique

4 – Les hypothèses

5 – La méthode

6 – La rédaction

7 – L’objet

Complément utile : lexique de vocabulaire scientifique

Introduction générale

On va parler de « science pratique » et d’« épistémologie pratique ». Si ces deux expression comportent l’adjectif « pratique », c’est bien qu’il doit exister une science théorique. En effet et il ne faut pas exclure la science des autres activités humaines. Théorie et pratique vont de pair et ne sont pas dissociables. La théorie est la réflexion sur la pratique ; ses objectifs, ses enjeux, ses moyens, ses valeurs, ses implications, etc. Ainsi, théorie et pratique fonctionnent toujours en couple.

Pour le cas de la science, c’est la même chose. On a besoin de théorie pour savoir comment est-ce qu’on effectue une recherche, quelles sont les bons outils pour trouver un élément précis, quelles sont les bonnes réflexions pour cet élément, pour savoir ce que ça fait de réfléchir sur cet élément…

Dans ce cours, on va voir comment mettre en œuvre de façon concrète la science des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur un schéma classique de la démarche scientifique :

Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode

Que l’on pourrait enrichir comme suit :

Choix du sujet => Questionnement => Problématique => Hypothèse => Méthode => Rédaction => Fin de la construction de l’objet.

A garder en tête absolument ! Ce schéma est réducteur (il est schématique quoi). En pratique les différentes étapes peuvent tout à fait ne pas se faire dans cet ordre et on peut très bien revenir en arrière ou ou compléter, modifier une étape.

1 – Le sujet : définition

Tout n’est pas difficile à comprendre dans l’épistémologie théorique et pratique de la science. La définition de « sujet » se capte immédiatement ; c’est ce sur quoi vous allez travailler et que l’on peut résumer en une phrase. Par exemple : « je travaille sur les pratiques des enfants internautes dans leur recherche de dessin animé en streaming ».

Peut-être que vous avez déjà entendu parler d’objet de recherche. Attention ce n’est pas un synonyme ; un objet de recherche est la version évoluée du sujet, le sujet construit, le sujet avec votre réflexion dessus.

2 – Comment choisir son sujet ?

Le choix du sujet n’est pas anodin, notamment parce que vous allez travailler dessus un certain moment. Il y a différentes façons d’envisager ce choix.

Par intérêt

Il sera toujours conseillé de choisir un sujet par intérêt. Pour ce faire, vous pouvez lister un certain nombre de « choses » qui vous intéressent et vérifier si elles sont traitées par la discipline. Par exemple, j’aime bien les singes, mais il ne me serait jamais venu à l’esprit de parler de primate à queue lors de mes études en sciences de l’info et de la com.

2° Par facilité

Si vous ne voulez pas trop faire d’effort, il existe plusieurs solutions pour choisir un sujet :

    • inspirez-vous des sujets des mémoires ou autre travaux de recherche qui ont été bien notés

    • demandez directement à un-e prof un sujet qui lui paraît intéressant

    • prenez un sujet déjà traité dans la discipline et refaites-le à une moindre échelle : de toute façon ça ne sera jamais exactement le même et vous allez vérifier dans un autre contexte une conclusion de recherche, ce qui est toujours valable

    • prenez un sujet à la mode dans votre discipline : pour ce faire il suffit de jeter un œil aux ouvrages ou les numéros de revues récemment publiés. Vous aurez une idée assez claire des sujets à la mode

3 – La formulation du sujet

Le sujet, même s’il peut être résumé en une phrase, nécessite une attention particulière vis-à-vis de sa formulation. On n’improvise pas cette formulation.

1° Bien réfléchir aux termes

Il faut bien réfléchir aux termes à utiliser dans le sujet. De préférence, dirigez-vous vers des termes qui sont bien présents dans votre discipline. Par exemple, si au lieu de parler de symbole, on préfère parler de représentation, préférez cette dernière.

Évitez de choisir des termes qui sont à la mode, que l’on peut entendre de partout et dont la signification est floue. Par exemple, ça sera le cas du langage de la « start-up nation », à qui l’on doit une sacré pollution terminologique : disruptif, innovant, révolutionnaire, concept, etc.

2° Soyez précis-e

Compte-tenu que votre travail sera limité dans le temps et en moyens, il est préférable que vous choisissiez une formulation précise. Pour ce faire :

    • évitez les synonymes, tant pis pour les répétitions

    • n’utilisez pas de termes ou d’expressions générales qui brouillent la compréhension de votre sujet : par exemple, « je vais travailler sur la représentation des professionnels de la politique à la télévision à l’ère du numérique ». L’expression « ère du numérique » est floue et on ne sait pas très ce qu’il y a dedans.

    • Utilisez des marqueurs temporels, géographiques et/ou sociaux : période, ville, pays, type de population

4 – Le bon choix du sujet

Vous avez votre sujet mais vous n’êtes pas sur-e que le choix est le bon. Voici quelques éléments à surveiller.

1° La nouveauté

Si votre sujet est totalement nouveau et ne se rapproche pas d’un autre sujet de la discipline, méfiez-vous. Dans mon cas, j’ai fait une thèse sur les crises financières internationales, sujet quasiment pas traité dans la discipline sciences de l’info et de la com, mais je parlais de communication de l’État aussi, sujet bien traité. Ainsi, je savais que j’étais dans la discipline au niveau du sujet.

2° L’avis de votre tuteur ou tutrice

Dans le cas d’un mémoire, vous allez travailler à l’aide d’un tuteur ou d’une tutrice. Si celle-ci vous dit que le sujet n’est pas bon pour la discipline, écoutez-la ; ne faites pas le ou la rebelle, même s’il vous semble que vous avez raison.

3° Est-ce que les termes de votre sujet sont utilisés dans la discipline ?

Les termes, qu’ils soient des notions ou des concepts, utilisés dans votre sujet permettent de cerner ce sur quoi vous travaillez. Dans le cas où les termes utilisés sont présents dans des articles ou des ouvrages de la discipline, pas de problème. Pour vous assurer de cela, vous pouvez lire des résumés d’article ou d’ouvrage ; c’est un bon indicateur des termes utilisés par une discipline.

5 – Le mauvais choix du sujet

Ci-dessous vous trouverez les raisons qui m’ont fait refuser des choix de sujet à des étudiant-e-s :

    • la formulation : trop complexe, trop générale ou trop spécifique

    • le hors-sujet : le sujet n’est pas du tout traité dans la discipline et, même s’il pouvait en faire partie, il n’y aurait aucune source sur laquelle s’appuyer

    • l’absence totale de connaissance du sujet : dans ce cas, cela dépend principalement de la motivation de l’étudiant-e. Dans le cas où elle n’est pas présente, je refuse car je sais que l’étudiant-e va rapidement se trouver perdu-e sur un sujet dont il ou elle ignore tout

    • la complexité : certains sujets sont durs et, en tant que prof, on le sait. Ainsi afin d’éviter que l’étudiant-e se prenne un mur, on refuse

    • les sujets casse-gueule : on touche ici mon grand regret mais la plupart de mes collègues font preuve d’une fermeture d’esprit ou d’une fébrilité quant à la possibilité pour un-e étudiant-e de formuler des jugements de valeur. Ainsi, pour un mémoire scientifique (ou pro d’ailleurs) c’est la posture neutre qui domine et certains sujets font sonner des alarmes. Si par exemple un-e étudiant-e est militant-e dans un secteur et qu’elle choisit un sujet dans ce secteur, ça sent pas bon.

6 – Comment savoir si le sujet est bien dans ma discipline ?

Comment s’assurer que le sujet est bien inscrit dans la discipline dans laquelle je fais ma formation ? Malheureusement, je n’ai pas de réponse pour toutes les disciplines, étant moi même « que » docteur en sciences de l’info et de la com. Néanmoins je peux vous indiquer deux manières pour reconnaître l’inscription d’un sujet dans une discipline.

1° Se renseigner sur l’épistémologie théorique de sa discipline

Il vous faut identifier notamment :

    • quelles sont les postures épistémologiques (positivisme, engagement, constructivisme, relativisme, etc.) dominantes de votre discipline ?

    • quelles sont les théories les plus utilisées ?

    • quels sont les auteur-e-s à la mode ou indémodables ?

Et vous demander ensuite si votre sujet pourrait être traité par ces postures, théories et auteur-e-s.

2° Connaître les grands secteurs auxquels s’intéressent votre discipline

Par exemple en sciences de l’information et de la communication, on va s’intéresser aux usages des outils numériques, à la médiation culturelle, à la communication politique, etc. Autre exemple, en économie on va s’intéresser à la modélisation des rapports macro-économiques, aux parts de marché à différents niveaux (local, national, mondial), etc.

3° En bref

Il importe de connaître l’épistémologie théorique de votre discipline et les grands secteurs auxquels elle s’intéresse. C’est surtout au moment du choix du sujet que l’inscription dans la discipline se fait. Si vous avez choisi un sujet déjà traité par la discipline, il n’y a aucune raison que vous soyez « hors-sujet »

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.