Neutralité et science : les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ?

Avant toute chose, voici un avertissement afin de ne pas créer des fausses attentes aux lecteurs et lectrices de ce billet ; il ne s’agit ni d’une recension, ni d’une synthèse, mais plutôt d’une discussion à partir de ce qui me semblent être les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ? En bref, cet ouvrage met en avant des « grosses choses », des « trucs » bien importants qu’il est nécessaire d’avoir en tête lorsque l’on pense neutralité et science. Par ailleurs, fidèle à l’exercice de réflexivité auxquels se sont adonné-e-s certains et certaines auteures de cet ouvrage, je ponctuerai cette discussion d’exemples tirés de mon expérience – plus en guise d’illustration que de preuve bien entendu.

Nota bene d’avant-propos : j’abrégerai le titre de l’ouvrage en Et si ? par flemme – j’ai même la flemme de trouver une excuse valable.

1 – La neutralité n’est pas une règle scientifique universelle

L’objectivité et la neutralité ont bonne figure dans le royaume de l’expertise scientifique. Comment être sûr que vos propos soient les plus justes possible, les plus réels ? Il suffit pour cela de se déclarer neutre et objectif – sans nécessairement avoir fait les efforts pour l’être. Les chercheurs et chercheuses plus sérieuses doivent, j’imagine parce que j’attends toujours la preuve matérielle de cette neutralité à l’œuvre en dehors de la simple déclaration, effectuer différentes actions pour contrôler les valeurs et leurs parts d’humanité qui en font des individus aux goûts et désirs spécifiques. L’objectivité et la neutralité sont alors une norme garantissant le caractère proprement scientifique d’un travail. Pourtant, cette posture épistémologique n’a rien d’une règle universelle, n’en déplaisent à celles et ceux qui pensent que le modèle parfait a été atteint et, ainsi, prônent la fin de l’épistémologie, à la façon d’un Francis Fukuyama en blouse blanche.

Comme l’explique l’ouvrage Et si ?, ce modèle de neutralité et d’objectivité correspond à des conditions socio-historiques particulières. Le positivisme institutionnel, comme il est appelé dans quelques contributions, est une expression qui m’apparaît comme tout à fait juste. En effet, elle désigne deux choses primordiales : un, il s’agit d’une sorte de philosophie de la science, d’une vision des choses plutôt qu’une donnée universelle incontestable, le positivisme comme décrivant parfaitement le modèle de scientificité ; deux, ce sont des luttes d’ordre institutionnel qui ont amené cette vision à devenir dominante. Pour qualifier ces conditions socio-historiques, on peut se référer à l’ouvrage de Caillé (1993) ou de Lévy-Leblond (1984). Pour le premier, c’est une période historique récente, grosso modo à partir de la deuxième moitié du Xxe, où la démission des clercs, soit le retrait des chercheurs et chercheuses des grands débats de société, est devenue une pratique courante voire une norme, notamment à cause d’un utilitarisme rampant, plaçant le calcul objectif et la rationalité au sommet des pratiques et pensées jugées bonnes. Pour le second, c’est dans l’érection des sciences dures ou expérimentales en modèle que l’objectivité devient un canon indépassable.

La neutralité et l’objectivité ont tout d’un modèle totalitaire, c’est-à-dire d’un modèle qui mène une bataille monopolistique pour s’imposer comme seul et unique. Et pourtant, ce sont bien les observations de Feyerabend (1975), considérant la science comme un processus anarchique pris dans un mouvement historique complexe, où l’irrationalité tire une grosse part de la couverture, que celles d’un Popper (1973), tentant de fixer des règles inamovibles, rationnels et logiques pour décrire la science, qui trouvent écho en moi. N’importe quelle personne ayant travaillé dans un laboratoire, ayant fait de la recherche, doit reconnaître en toute honnêteté que les modèles philosophiques de scientificité, à la sauce objective et neutre, sont assez éloignés de la réalité – et la justesse de la distinction opérée par Elias (2016), entre une philosophie des sciences, dont la mission est de fixer la manière dont les sciences devraient procéder, et une sociologie des sciences, décrivant la science effectivement en action (2016), sera toujours à souligner. J’ai connu une chercheuse en poste de responsabilité, étant dans l’incapacité de mener la moindre discussion épistémologique un tant soit peu poussée. J’ai connu un doctorant qui mentait parfois à ses interviewé-e-s en prétendant éteindre son dictaphone pour obtenir plus de confidences. J’ai connu des labos se précipitant sur des sujets à la mode, non pas par intérêt scientifique, mais pour des questions de financement. J’ai connu des querelles institutionnelles autour de l’usage de notions ou de concepts, non pas pour des raisons scientifiques mais pour des raisons de plate-bandes, de territoires, de sous sous. Est-ce que cela signifie que j’ai travaillé dans l’antichambre de l’enfer scientifique, où se côtoient des freudiens intégristes, des phrénologues attardés, des astronomes devins, des experts néo-libéraux travaillant pour BFM-TV ? Absolument pas ! Cela signifie simplement que j’ai travaillé avec des êtres humains et nous verrons l’importance de cela dans le point 2.

En somme, la science ne possède pas d’unité logique telle qu’on puisse en tirer des règles épistémo et méthodo incontestables. Il semble même que les généralisations sur le fonctionnement de la science soient à modérer. Par exemple, dans une des contributions de l’ouvrage, les auteures Charmillot et Fernandez-Iglesias (2019) proposent des moyens de lutter contre l’injonction à la neutralité. Dans ces moyens on retrouve « briser le tabou de l’originalité », en invitant notamment à la réflexion sur la signification de ce terme en science. Au tout début de leurs explications, elles montrent que l’originalité est valorisée par l’université, une thèse devant, par exemple, faire preuve d’originalité. Il est question ici d’injonction à l’originalité dans le sens où elle devient une contrainte pour le ou la doctorante. Et pourtant, c’est bien l’originalité de mon propre travail de thèse qui m’a attiré les foudres d’un jury aux sourcils froncés. Je dirais donc que ce qui est vraiment valorisé c’est l’originalité du sujet de thèse, mais pas l’originalité de l’objet de la thèse. Ce dernier se doit d’être inscrit explicitement dans les canons disciplinaires – auteurs à la mode, concepts basiques que personne ne remet en cause, mêmes enchaînements théoriques qui ne surprennent plus (en sciences de l’info et de la com, c’est le cas d’Elias et l’interdépendance pour parler des processus sociaux). Alors même que je partage l’idée de Charmillot et Fernandez-Iglesias que la neutralité est « mauvaise », je pense que le constat d’une injonction à l’originalité pour parler de la science n’est pas valable de partout, c’est une vision de la science, que l’on peut contester tout comme mon exemple personnel. Re-en somme, je dirais que la science étant une pratique, elle est toujours susceptible de connaître des variations locales, se justifiant par des traditions de laboratoires ou de disciplines, mais aussi des humeurs et des qualités toutes humaines, faisant qu’il n’y a jamais que raison ou logique dans le travail scientifique. Ces variations locales ne permettent pas de fixer un modèle scientifique universelle comme le voudrait le positivisme institutionnel.

2 – L’impossibilité de s’extirper de la condition humaine, même pour les chercheurs et chercheuses…

Durant ma formation en master recherche et en doctorat, je me souviens avoir subi comme un lavage de cerveau ou, plus exactement, une forte insistance pour respecter le faux principe faux de neutralité axiologique. Il fallait à tout prix n’exprimer aucune valeur, aucun sentiment et rester dans une objectivité pure. Je me souviens également de mon sujet de moquerie préféré – le seul outil à disposition d’un dominé auquel on ne laisse aucune autre manière de s’exprimer –, une chercheuse qui avait cette manie de désubjectiver ses propos. A chaque discussion, son discours gommait la moindre trace de la première personne et elle s’exprimait comme un appel à projet. Pire encore, je la surprenais parfois à se reprendre quand un malencontreux moment de subjectivité venait se glisser dans sa bouche : « je pense… il semble que ». Le cas de cette personne illustre la tension dans laquelle on se retrouve quand on prétend être parfaitement neutre et objectif. Scientifique ou pas, il est impossible pour un être humain de s’extirper de sa condition humaine ; un chercheur ou une chercheuse sera conditionné-e par des valeurs, des normes, des idéaux, des idéologies. Prétendre pouvoir, comme dans un effort surhumain, se dégager de cette caractéristique qui fait les sociétés et les individus – le fait d’être engagé-e dans son époque – consiste en une démarche aveugle ou, au pire, une entreprise mensongère où il s’agit de faire passer un point de vue pour une vérité universelle. En conséquence, je ne peux que m’accorder avec Piron (2019) quand, dans son chapitre, elle dit que le positivisme institutionnel pousse à l’amoralité, à l’indifférence envers autrui.

Cette même auteure relève un paradoxe qui m’a paru intéressant et que l’on pourrait résumer par la question suivante : comment peuvent cohabiter des individus poussés à la neutralité et une institution qui, étant tout sauf neutre, prend des positions constamment, notamment parce qu’elle est située dans des enjeux ? Par exemple, une université doit décider de l’attribution des financements et certains chercheurs participent à ces décisions. Plus encore, comment la neutralité est-elle soutenable face à ce paradoxe quand, au quotidien, dans un laboratoire, et n’importe quelle personne qui a mis les pieds dans un labo sait de quoi je parle, des petites querelles et ententes ont lieu de façon continue ? Comment l’objectivité et la neutralité peuvent-elles être des normes scientifiques quand la pratique scientifique ne comporte ni l’une ni l’autre ?

Bien sûr je les entends, les gros sabots des défenseurs et défenseuses de la neutralité qui vont venir m’expliquer qu’il faut effectuer une distinction entre le travail de nature scientifique et toutes les autres activités externes à la science elle-même : l’administratif, la gestion de l’humain, le comportement entre collègues, etc. Je réponds simplement : quelle naïveté ou arrogance (au choix) ! Peut-on réellement croire que la science est une activité sui generis, coupée du monde et de ses influences, la seule activité en mesure de contrôler tout ce que ses membres font et empêcher les défauts de la subjectivité et de l’engagement ? Si je grossis le trait, je me demande quand même s’il n’existe pas une croyance réifiant la science en une bête divine capable de maîtriser l’humain qui intervient en elle. L’être humain a toujours des goûts, des désirs, des volontés qui ne permettront pas une objectivité totale ; au mieux il obtiendra une objectivité partielle et imparfaite, envahie de touches de subjectivité plus ou moins conscientes. Et je ferai l’économie d’une discussion sur l’inconscient car j’imagine mal les arguments de l’objectivité et de la neutralité tenir la figure d’un humain rationnel face à ces forces psychologiques qui échappent à la maîtrise de l’être humain – même en économie, discipline obsédée par le modèle de l’objectivité des sciences expérimentales, on est obligé de reconnaître l’importance des dimensions psychologiques (par exemple Akeloff et Shiller, 2009).

3 – Pratiquement, la neutralité scientifique n’existe pas

Comme évoqué plus haut, les scientifiques ne sont pas en mesure de s’extirper de leur condition d’être humain – ou en tous cas j’attends les travaux d’anthropologie de la science qui montreront que les scientifiques incarnent le rêve des néo-libéraux, des homos economicus rationnels à chaque instant. Ainsi, il est normal, même logique, que la science comporte du flou, des hésitations, des risques et des échecs. Ne risque t-on pas de se voiler la face en se pensant neutre et objectif ? Que faire si des erreurs surgissent ; est-ce que c’est la réalité qui se trompe et qui est subjective ? Comme l’exprime justement Bachelard (2010), les méthodes, utilisées pour décrire la réalité analysée par la science, sont égales à des théories réifiées. Citons le bonhomme pour une mise au point sur l’activité scientifique consistant à capter le réel : « nous croyons donc qu’il vaut mieux ne pas parler d’objectivation du réel mais plutôt de l’objectivation d’une pensée, en quête du réel » (ibid., p. 31 – c’est moi qui souligne). Mais bon il s’agit là d’un débat entre positivisme d’un côté et constructivisme de l’autre. Certains pensent pouvoir capter la réalité telle quelle, d’autres pensent pouvoir construire des outils et des méthodes au travers desquelles ils pourront capter une réalité ainsi construite.

Un autre point important est à soulever car il met les neutres face à leurs contradictions ; il s’agit de tous les interdits posés à celles et ceux qui désirent penser autrement, de façon moins neutre et objective. Comme le montre l’exemple donné par Dubernet (2019) en science politique, concernant le concept de non-violence, la neutralité contribue à créer des points noirs dans la réflexion scientifique. Toutefois, est-ce vraiment neutre que de dire « non » à une recherche scientifique ? N’est-ce pas là une prise de position ? Si on refuse une recherche au prétexte qu’elle n’est pas assez objective, fait-on alors preuve d’une objectivité partiale ? On voit ici que dans la pratique les injonctions à la neutralité et l’objectivité se prennent rapidement les pieds dans leurs propres contradictions. Si la neutralité et l’objectivité doivent être des canons disciplinaires, le refus de l’engagement et de la subjectivé ne peuvent pas être des positions institutionnels par défaut car ça serait une prise de position partiale. On est plein ici dans le paradoxe de la tolérance qui se demande si elle doit tolérer l’intolérance. On pourrait là aussi me rapporter l’argument d’une distinction à opérer entre la science elle-même et les décisions autour d’elle mais qui ne sont pas scientifiques à proprement parler. A nouveau, cela ne tient pas, le souffle est court dans cet argument et confine au dédoublement de personnalité, dans la mesure où les chercheurs et chercheuses seraient en mesure d’être engagé-e-s dans des luttes institutionnelles pour défendre leurs petites théories mais seraient parfaitement objectifs pour décrire la réalité avec leurs petites théories. En fait, il me semble plutôt que l’idée d’une neutralité et d’une objectivité neutralise les rapports de force et de domination qui se déroulent dans la science en laissant penser que les chercheurs et les chercheuses sont des praticiens d’exception qui n’obéissent qu’à la raison et la logique. En conséquence, la remarque de George (2019) est intelligente, car cynique, puiqu’elle met en avant le fait qu’il est possible qu’une grande majorité des chercheurs et chercheuses s’accordent avec l’idéologie néo-libérale. Et après tout pourquoi pas ! Si le néo-libéralisme, idéologie particulièrement douée pour faire oublier qu’elle est à l’œuvre et préférant parler d’objectivité que de prise de position partiale, plaît à certains et certaines, c’est un choix politique respectable. En revanche, ce qui l’est moins, c’est tenter de faire croire que grâce à leurs prétendues objectivité et neutralité, on est capable de décrire la réalité telle quelle, et non pas une réalité au prisme de l’idéologie néo-libérale.

4 – L’objectivité et la neutralité axiologique ne sont pas les seuls modèles de science

Quand on énonce le fait que le positivisme institutionnel n’est pas le modèle universel de la science, il faut savoir proposer des alternatives et, heureusement, elles existent. De plus sans aller jusqu’à l’opposition frontale et totale au positivisme, le chapitre de Bergandi (2019) montre qu’il y a des nuances, que la neutralité et l’objectivité sont pensables autrement. Autrement dit, même si le positivisme institutionnel était effectivement le seul modèle existant, il devrait être décomposé en différentes versions. Bergandi commence par rappeler, à l’aide de la notion de sciences impliquées, que même à la base, un engagement est présent dans cette science qui se voulait à tout prix objective. L’idée que la science pouvait faire progresser le monde vers une meilleure situation passait par cette objectivité indispensable. Les « sciences impliquées » permettent de voir les sciences autrement que sur la distinction fondamentale entre fait et valeur. Elles rappellent aussi qu’il y a différentes façons d’être neutre, et différentes façon d’être engagé-e : par exemple, toujours d’après Bergandi, se baser totalement sur la distinction fait/valeur et refuser toute part d’engagement dans son travail (neutralité exclusive) ; refuser cette dichotomie et reconnaître des engagements sans vouloir se laisser influencer par eux ni même les exprimer (impartialité neutre) ; adhérer à la dichotomie fait/valeur et s’engager de façon explicite et revendiquée (partialité exclusive) ; refuser la dichotomie, reconnaître et exprimer publiquement des engagements sans vouloir se laisser influencer par eux (impartialité engagée).

Après ce résumé, j’ai tout de même envie de discuter de la notion d’engagement et notamment de l’« impartialité engagée » ; on s’engage dans quoi si on refuse à nos valeurs d’avoir la moindre part d’influence dans la construction de l’objet ? Est-ce que c’est même possible cette position d’« impartialité engagée » ? On est proche de la « neutralité engagée » de Heinich, à laquelle elle confie « un rôle de médiation, de construction de compromis entre les intérêts et les valeurs en jeu, voire de refondation d’un consensus » (2002, p. 126). Le problème ici, et c’est tout à fait suprenant quand on sait que Heinich ne porte pas du tout Bourdieu dans son cœur, c’est que l’on se rattache à la croyance que le chercheur ou la chercheuse sait mieux ; que grâce à sa neutralité engagée, il ou elle est seul-e capable de régler un problème ou de jouer le juge suprême, le médiateur au-dessus de la mêlée. En effet, il a été reproché à Bourdieu, notamment par Boltanski (2009), un de ses anciens collaborateurs, une sociologie aux airs supérieurs, dans laquelle les dominés sont incapables, sans l’aide du chercheur ou de la chercheuse, de trouver des solutions pour améliorer leur situation. La « neutralité engagée » de Heinich mérite, selon moi, la même critique. Quand à l’« impartialité engagée », si elle est moins ambitieuse que la « neutralité engagée », elle semble évoluer avec cette contradiction d’un double mouvement qui prend des directions opposées, tiraillée entre l’absence de prise de position et l’engagement dans des valeurs mais tout en les mettant de côté. Au moins, l’« impartialité engagée » de Bergandi n’a pas l’arrogance de prétendre être neutre puisque l’auteur propose une expression publique des engagements.

Une parenthèse : je pense qu’il est nécessaire de comprendre quelque chose à propos de la représentation de la science par les personnes non-universitaires. Les mots de neutralité et d’objectivité font indéniablement leur effet et sont des gages de qualité parce que le néo-libéralisme, idéologie dominante à n’en point douter, a diffusé l’idée que l’absence de position constitue toujours la meilleure opinion ou la meilleure solution. Ainsi, faire usage de ces mots pour définir son travail scientifique donnera sans doute l’impression que ce travail est plus juste qu’un autre travail partial et engagé.

Un autre modèle de science, évoqué brièvement dans un des chapitres, me paraît mériter une attention, de par son ambition en voulant conjuguer différentes postures épistémologiques. Il s’agit de l’épistémologie de la fragilité décrite par Corcuff (2003). A travers celle-ci, il propose des équilibres épistémologiques comme, notamment, une réflexivité et un refus de la coupure épistémologique, une dialectique entre l’engagement et la distanciation, un dialogue constructif entre connaissances savantes et connaissances ordinaires. Cette épistémologie de la fragilité est ambitieuse car elle nécessite un travail de jonglage entre des postures épistémologiques que l’on oppose habituellement. Par exemple Corcuff refuse de céder au misérabilisme ou au populisme en avançant une articulation de la critique de la domination et des pensées de l’émancipation. Autre exemple, le dialogue entre sciences sociales et fictions, deux pratiques que l’on opposerait presque par réflexe, en critiquant chez l’un le manque d’imagination et, chez l’autre, le manque de réalisme. Il manque, malgré tout, comme le souligne George (op. cit.), des repères pratiques pour pouvoir mettre en œuvre cette épistémologie.

En guise de conclusion, voici les principales leçons de l’ouvrage Et si ? qui me semblent indispensables à retenir :

1° La science n’a pas de modèle universel et est toujours inscrite dans des conditions socio-historiques qui viendront dire ses normes, ses valeur, ses objectifs principaux.

2° Les chercheurs et les chercheuses sont des êtres humains ; en conséquence il leur est impossible de ne pas posséder la moindre trace de subjectivité et d’engagement dans la société dans laquelle ils vivent.

3° La neutralité n’a pas d’application pratique, surtout lorsque l’on connaît le fonctionnement concret de la science ; bien loin de la raison et de l’objectivité à chaque instant, plus proche des querelles, des ententes et des hésitations continuelles.

4° Le positivisme institutionnel n’est pas le seul modèle de la science, celui-ci étant même tout à fait nuançable et déclinable en plusieurs versions. On citera par exemple l’épistémologie de la fragilité de Corcuff, un ambitieux modèle qui tente de réconcilier différentes postures épistémologiques.

Bibliographie

AKERLOF George A., SHILLER Robert J., Les esprits animaux : comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie. Paris : Pearson, 2009, 293 p.

BACHELARD Gaston, Épistémologie : textes choisis. Paris : Presses universitaires de France, 2010, 216 p. (Les grands textes)

BERGANDI Donato, « Sciences impliquées. Entre objectivité épistémique et impartialité engagée», IN : BRIERE Laurence, LIEUTENANT-GOSSELIN Mélissa, PIRON Florence, Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ? Québec : Éditions scient et bien commun, 2019, pp. 275-293

BOLTANSKI Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard, 2009, 294 p. (NRF Essais)

BRIERE Laurence, LIEUTENANT-GOSSELIN Mélissa, PIRON Florence, Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ? Québec : Éditions scient et bien commun, 2019, 527 p.

CAILLÉ Alain, La démission des clercs. La crise des sciences sociales et l’oubli du politique. Paris : La Découverte, 1993, 296 p. (Armillaire)

CHARMILLOT Maryvonne, FERNANDEZ-IGLESIAS Raquel, «Voyage vers l’insolence. Démasquer la neutralité scientifique dans la formation de la recherche », IN : BRIERE Laurence, LIEUTENANT-GOSSELIN Mélissa, PIRON Florence, Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ? Québec : Éditions scient et bien commun, 2019, pp. 169-219

CORCUFF Philippe, « Pour une épistémologie de la fragilité » [Document en ligne] Revue européenne des sciences sociales, n° 127, 2003, pp. 233-244. Disponible sur : http://ress.revues.org/519 (consulté en novembre 2018)

DUBERNET Cécile, « Neutralité, donc silence ? La science politique française à l’épreuve de la non-violence, IN : BRIERE Laurence, LIEUTENANT-GOSSELIN Mélissa, PIRON Florence, Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ? Québec : Éditions scient et bien commun, 2019, pp. 245-271

ELIAS Norbert, La dynamique sociale de la conscience : sociologie de la connaissance et des sciences. Paris : Éditions La Découverte, 2016, 332 p. (Laboratoire des sciences sociales)

FEYERABEND Paul, Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance. Paris : Éditions de Seuil, 1975, 349 p. (Points. Essais)

GEORGE Eric, « Des relations complexes entre critique et engagement. Quelques enseignements issus de recherche critique en  », IN : BRIERE Laurence, LIEUTENANT-GOSSELIN Mélissa, PIRON Florence, Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ? Québec : Éditions scient et bien commun, 2019, pp. 441-459

HEINICH Nathalie, « Pour une neutralité engagée » [Document en ligne] Questions de communications, n°2, 2002, pp. 117-127. Disponible sur : http://questionsdecommunication.revues.org/7084 (consulté en décembre 2016)

LÉVY-LEBLOND Jean-Marc, L’esprit de sel. Science, Culture, Politique. Paris : Fayard, 1984, 313 p. (Points. Sciences)

PIRON Florence, « L’amoralité du positivisme institutionnel. L’épistémologie du lien comme résistance », IN : BRIERE Laurence, LIEUTENANT-GOSSELIN Mélissa, PIRON Florence, Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ? Québec : Éditions scient et bien commun, 2019, pp. 135-168

POPPER Karl R., La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot, 1973, 480 p.

crédit photo


Une réflexion sur « Neutralité et science : les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.