Peut-on rire de tout ? Et qui le peut ? Pourquoi ? Comment ?

Après le bannissement temporaire d’un streamer de la plateforme Twitch, suite à une blague raciste (je donnerai ni les noms, ni les détails, car cela importe peu pour la discussion qui va suivre ci-dessous), l’éternelle question sur l’humour noir et ses interdictions ont fait leur retour ; peut-on rire de tout ? Et j’ajouterai : qui peut rire de tout ? Ce billet servira à exposer mon avis sur ces questions, questions qui, il faut bien l’avouer, me titillent les neurones depuis de nombreuses années.

De quoi est-il question dans ces questions ?

L’humour est blessant quand il est moquerie, et quelque part il est toujours moquerie quand il s’agit de rire d’une communauté, d’une couleur de peau, d’un sexe, d’une orientation sexuelle, etc. Ainsi le problème réside dans le fait, simple à comprendre et expliquer, d’une méchanceté humoristique prononcée à l’encontre d’une personne ou d’un groupe. J’ai fait une blague, j’ai vexé et été méchant, je n’avais donc pas le droit de faire cette blague et je dois m’excuser et/ou être sanctionné.

Le débat qui suit généralement ce genre de déclarations porte sur les autorisations d’humour ; qui a le droit de faire des blagues méchantes, vexantes voire irrespectueuses ? Qui a le droit de pratiquer l’humour dit noir ? On s’interroge aussi sur les modalités d’autorisation : si je peux faire de l’humour noir, auprès de qui ? Dans quelle mesure ? Et avec quelles limites malgré tout ?

Je vais tenter de répondre à ces questions dans les parties qui suivent.

Qui a le droit de faire de l’humour noir ?

1° les exclu-e-s : les « haineux » en tout genre

Qui répond « oui mais pas avec tout le monde » à la question « peut-on rire de tout ? » cite Desproges. C’est bien su que cette citation – trafiquée – provient de cet humoriste de génie. Ce que l’on sait moins, comme dans le cas de beaucoup de citations, c’est le contexte de cette citation. Desproges a prononcé cette fameuse phrase dans une émission qu’il animait avec d’autres humoristes. Ce jour-là, il avait comme invité Jean-Marie Le Pen. Alors oui on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ; comprendre, on ne peut pas rire avec des gens dangereux et irrespectueux, surtout pas vis-à-vis des sujets sur lesquels ils étendent leur bile. La réponse de Desproges est donc plus politique que moral ; on ne peut pas rire avec des individus qui cherchent à exclure (voire tuer) certains membres d’une communauté ou certains individus aspirant à faire partie de cette communauté. Il s’agit, en quelque sorte, de proposer une règle de vie en commun dans l’« ordre humoristique » – si cette chose existe – d’une société. Si t’es un raciste, homophobe ou autre, je ne pourrai pas rire de tout avec toi car cet humour que je pratique est pour toi une activité authentique ; il n’y a plus humour, mais insulte, discrimination et premier degré.

2° les exclu-e-s : monsieur ou madame tout le monde ?

Dans les exclu-e-s, faut-il inclure les « gens du quotidien »? Toutes les personnes qui effectuent une petite blague mauvaise, mais comme on ne les connaît pas, on ne sait pas précisément si c’est une blague déguisée ou non. C’est une question de doute. On ne connaît l’auteur-e de la pique noire, est-ce que c’est une vilaine blague ou une forme de politesse cachée ? Dans ce cas, la pratique de l’humour noir peut être à proscrire pour monsieur ou madame tout le monde, surtout si elle n’est pas en mesure de faire savoir que c’est effectivement une blague ; ou alors il ne faut pas craindre d’être jugé-e.

D’expérience, je pratique l’humour noir quitte à ce que mon audience ne comprenne pas le second degré. Si je dois présenter mes excuses après, je le fais – il ne faut pas jouer la carte de la liberté d’expression quand on a été lourd, c’est un réflexe plus enfantin que politique. Je pense que toutes formes d’humour, noires ou pas, ont des possibilités de produire un discours politique, un discours qui traduit des positions dans la vie en communauté. Quand je fais une vanne violente, je reproduis la violence mais je m’en moque aussi afin de souligner sa stupidité ; en gros un humour noir doit s’accompagner d’un levé de sourcil destiné à dire « non mais sérieux, y en a qui pense vraiment ça ?! ».

Pourtant, je sens bien qu’aujourd’hui l’humour noir doit être pratiqué avec prudence car la sensibilité a augmenté. Tant mieux, si cela permet de produire des réflexions progressistes ; putain de merde, si cela génère seulement des interdits, des « dit pas ça », comme on tape sur les doigts d’un enfant sans lui expliquer pourquoi ce qu’il fait peut poser problème. Il n’y a rien de pire que les contraintes imposées aux discours sans justification et réflexion ; cela entraîne des frustrations et est contre-productif dans le sens où l’on donne l’impression que les groupes que l’on essaye de protéger sont incapables de se défendre eux-mêmes et dépendent entièrement de « nous autres » pour être – c’est même malsain je dirais pour celles et ceux qui se veulent anti-racistes (par exemple), mais vont reproduire les mêmes comportements que les racistes en s’imposant représentants et défenseurs d’un groupe, comme si ce dernier n’était pas assez intelligent pour se représenter et défendre lui-même ; ce sont les mêmes jugements d’infériorité du groupe entre racistes et anti-racistes de ce type.

Revenons quand même à la pratique de l’humour noir de madame et monsieur tout le monde : je reste sur l’idée que cette pratique doit se faire avec un point d’interrogation, c’est-à-dire en gardant en tête la nécessité potentielle de se justifier mais aussi de faire suivre une moquerie de la moquerie, montrant comme il est con de réfléchir comme le contenu de la blague noire. Bien sûr, on va me répondre le fameux couplet du « on peut plus rien dire », mais ce n’est pas la vérité. Il est plus juste de souligner que l’on ne peut plus rien dire comme avant ; si vous êtes nostalgiques de l’époque où on pouvait se moquer d’une couleur de peau, d’un sexe ou d’une orientation sexuelle, sans avoir à se justifier, sans avoir à réfléchir une seconde à l’absurdité d’un mode de pensée raciste, sexiste ou homophobe, c’est peut être que vous êtes vous-mêmes un peu racistes, sexistes ou homophobes. Mais je le répète, il ne faut pas que les interdictions prennent le pas sur la réflexion, que les contraintes portées à l’humour noir deviennent des tabous empêchant de saisir ce qui dérange dans des propos irrespectueux.

3° les autorisé-e-s : les humoristes

Restons sur Desproges, adepte pratiquant de l’humour noir. Certaines de ses blagues sur la communauté juive aurait valu à Dieudonné un procès à n’en pas douter. Pourquoi donc une telle différence entre deux humoristes professionnels ? A mon avis la distinction s’opère sur le doute quant au premier degré potentiel des blagues de Dieudonné. Blague t-il ou est-il vraiment antisémite ?

Les humoristes, dont le second degré ne serait pas remis en question, auraient donc le droit de pratiquer l’humour noir. Ce sont des spécialistes de l’humour, c’est même leur métier, ils ont donc une légitimité professionnelle à mettre en œuvre cette forme d’humour irrespectueuse et violente dans le pire des cas, surprenante et gênante dans le meilleur des cas. Il n’y a pas grand-chose à ajouter mais il faut tout de même noter ce passe-droit dont bénéficie les humoristes. C’est un passe-droit de type professionnel de métier, au même titre qu’on n’empêchera pas à un médecin de produire un diagnostic sur une maladie, on ne coupera pas la parole à un humoriste qui pratique l’humour noir parce que son métier est de produire de l’humour.

 

4° les autorisé-e-s : il faut en être pour être humoriste noir-e

C’est une idée qui revient souvent dans le débat : si tu veux, par exemple, te moquer d’un homosexuel, il faut que tu sois toi-même homosexuel. L’humour noir est composé alors, au niveau de son contenu, des caractéristiques intrinsèques d’un groupe et seuls les membres de ce groupe peuvent le pratiquer.

Je me sens obligé de faire une parenthèse : avec une telle pratique, les hommes blancs hétérosexuels ne peuvent plus faire d’humour noir, ce qui prouve bien d’ailleurs qu’ils sont dominants. En effet, j’entends trop rarement d’humour noir sur les hommes blancs et les hétérosexuels. Le dominant de la société française moderne est, encore, un homme, de couleur blanche, et aimant les individus du sexe opposé. On peut espérer un rééquilibrage dans les rapports de force et, sans doute, l’humour noir servira de marqueur.

Revenons au sujet des autorisé-e-s pratiquant l’humour à propos de leur propre groupe. A mon avis, c’est une drôle de manière de gérer la moquerie ; quand je fais une sale blague, je vexe un groupe, mais si j’en fais partie, j’ai justement le droit de m’en moquer car, en tant que membre, on ne pourra m’accuser de me vexer moi-même. Cette logique torturée cache une pensée « politiquement correct », donc cadrant la réflexion avant qu’elle ait lieu. La moquerie reste méchante voire dangereuse, qu’elle soit prononcée par un individu interne ou externe au groupe. Tout dépendra en fait de l’audience, si on pratique ce genre d’humour uniquement au sein du groupe, ça peut être un moyen de récupérer la critique du groupe pour s’en moquer, dans une sorte d’humour détourné qui prend comme sujet de moquerie non pas le sujet de la blague mais ceux qui sont susceptibles de prendre ce sujet comme blague ou au sérieux. Par contre, si l’audience sort du groupe, le risque peut être de donner à celles et ceux qui ont envie de ne plus y voir de l’humour d’entendre une acceptation de la critique contenue dans la blague, qu’elle soit vraie ou non d’ailleurs.

En bref, limiter la pratique de l’humour noir aux seul-e-s membres d’un groupe n’a rien de logique ni même d’intelligent ; ça n’empêchera pas les discriminations envers le groupe d’exister. Ou alors, il faut développer à côté de la pratique d’un humour noir enfermé au sein du groupe, un esprit critique destiné à encourager un discours de lutte pour récupérer la moquerie et la tourner à l’avantage du groupe discriminé.

Comment peut se déployer l’humour noir autorisé ?

Admettons maintenant que je sois autorisé à pratiquer l’humour noir, soit parce que je suis un pro du rire ou soit parce que les gens ont compris que j’utilisais souvent le second degré. Comment est-ce que je m’y prends ? Est-ce que je peux dire ce que je veux ? Est-ce que je possède un permis m’octroyant le droit de vexer n’importe qui ? La réponse est évidemment non et plusieurs critères sont à respecter selon moi : un public volontaire et le respect de ce dernier sont les principaux que je vais détailler. On pourrait ajouter une attention à la composition du public ou au contexte de communication – faire des blagues sexistes lors d’une réunion de féministes venues discuter sérieusement des rapports homme/femme semblent être la plus mauvaise occasion, à contre-courant absolu avec l’objectif de la réunion.

La volonté d’un public, qu’il se soit constitué par le hasard des choses ou par avance (lors d’un spectacle par exemple), compte pour beaucoup dans le déploiement de l’humour noir. En effet, un public disposé aux blagues irrespectueuses fait le choix d’être potentiellement vexés. D’ailleurs j’ai toujours trouvé ridicule les personnes qui, après avoir entendu les pires horreurs sur d’autres groupes ou individus, s’offusquent brusquement d’une blague qui les touche de près ; il s’agit là d’un élan tout à fait narcissique, dans la mesure où le moindre risque d’éclaboussure de sa petite personne entraîne la colère ou la fuite. Ainsi, quand le public se trouve disposé à écouter ce type d’humour, il s’accorde, en quelque sorte, au préalable avec le fait que les blagues sont au second degré et n’en tiendra pas rigueur à l’humoriste professionnel ou de passage – cela n’empêchera pas bien sûr une réaction si jamais l’humoriste « sort » de l’humour pour tenir un discours raciste ou autre.

Toutefois, pour que cette volonté du public tienne, encore faut-il que le ou la pratiquante de l’’humour noir soit respectueuse. Il peut être tentant, une fois que l’on a cet accord tacite du public, de lui faire subir une violence symbolique toute discrète ; par exemple, mélanger petit à petit des critiques politiques qui n’ont pas grand-chose à voir avec les blagues, ou, pire, changer de style de discours en partant dans une diatribe, toujours sous couvert de faire de l’humour. Je pense que c’est exactement pour cette raison que le sketch de Dieudonné sur France 2 pendant l’émission de Fogiel, ce fameux sketch qui a valu à Dieudonné le statut de pestiféré, a été si mal reçu, au-delà du fait qu’il s’agissait d’un discours contre Israël. Dieudonné n’a pas respecté le public ; au lieu de faire uniquement un sketch, ce à quoi les personnes présentes s’attendaient, il a mélangé des remarques politiques, transformant ainsi la performance humoristiques en discours politique.

L’humour noir n’est donc pas qu’un type d’humour, mais, comme tout type d’humour, procède d’une relation sociale. On pourrait presque dire qu’elle obéit à des règles contractuelles ; le public s’engage volontairement à comprendre les paroles de l’humoriste au second degré et ce dernier respecte son public en ne changeant pas de type de discours.

 

 

Limites : est-ce que c’est si bien que ça l’humour noir ?

Je défends l’idée que oui, que c’est un humour politique démocratique, un humour qui est là pour apprendre à gérer et énoncer le conflit. Toutefois l’humour noir ne pourra pas remplacer la mise en œuvre de réelles pratiques démocratiques, comme apprendre à gouverner localement par exemple. Dans notre société, nous manquons de cette conscience du politique comme une gestion des conflits, afin de vivre ensemble de manière pacifique. Je n’ai pas besoin de démontrer que la vie en commun est faite de contradictions voire d’affrontements. Pour cette raison, il existe des institutions pour gérer ces conflits (la justice ou la police principalement) mais dans la « démocratie » actuelle, nous sommes infantilisés, nous nous gérons pas nous-mêmes nos conflits, nous délaissons aux institutions le choix du règlement de ceux-ci. Il est vrai que le quotidien apporte son lot de conflits que l’institution n’encadre pas directement, mais la menace de son intervention ou le cadre qu’elle pose nous imposent les modalités de gestion du conflit. Il ne s’agit pas ici de décrire les institutions comme des diablotins nous privant de toute liberté d’actions, mais plutôt de pointer du doigt leur rôle structurant dans notre quotidien. Bref, je reviens à l’humour noir ; celui-ci ne peut pas être considéré comme une institution à part entière qui aurait pour mission d’apprendre seul aux individus à gérer les conflits. Il peut par contre accompagner, sans forcément en avoir l’air, une éducation des individus à la gestion des conflits, c’est-à-dire une éducation des individus à la démocratie.

Une autre limite de l’humour noir se trouve dans la question de la liberté d’expression. Certaines réactions, pour partie, ne font que relever justement le fait qu’on ne peut pas tout balancer à la face de tout le monde sous prétexte qu’on a le droit de dire ce que l’on souhaite. Cette nécessité du respect d’autrui sera toujours à mettre en rapport avec l’humour noir, n’en déplaise à celles et ceux qui, comme un enfant rebelle, ne comprennent toujours pas que la vie en communauté doit s’accompagner d’une prise en considération de l’autre. Mais mais mais, se concentre sur la question de la liberté d’expression l’autre question, toujours présente dans les sociétés humaines, de la temporalité (historique) d’une activité sociale. L’humour noir de l’époque de Desproges ne peut être celui d’aujourd’hui. Par exemple, je dis souvent qu’on ne peut plus faire de l’humour noir comme avant et cette affirmation est prise comme un soupir de conservateur qui voit tout mieux dans le passé. En réalité, je prends en compte l’évolution des mœurs du dicible et de l’indicible dans le discours et je maintiens, peut-être à tort, qu’un Desproges aurait plus de mal à s’exprimer de nos jours – par exemple dernièrement on traite Desproges d’antisémite1. Plus précisément, il me semble que la question de la légitimité de l’humoriste (professionnel ou pas) se pose avec plus d’acuité ; on cherche à savoir quelles sont les caractéristiques de la personne qui s’exprime. A t-il le droit de dire cela ? D’ailleurs, ce peut-être un réflexe communautariste, du type l’humour noir de l’entre-soi, ou une interrogation proche du « d’où tu parles » des années 1960, sans ses composantes « révolutionnaires », mais plutôt pour comprendre ce qui peut autoriser une personne à tenir tel ou tel propos. Cette limite de l’humour noir correspond donc à une évolution de notre société où la surveillance du discours me semble avoir gagné en ampleur.

Par ailleurs, l’humour noir se saurait être une pratique sans opposition, capable de mettre tout le monde d’accord. Certaines personnes peuvent s’attendre à ce que l’humour noir de leur humoriste préféré-e soit incritiquable ou qu’elles-mêmes sont irréprochables parce qu’elles font du second degré. Malgré toutes les bonnes intentions du monde ou plutôt toute l’absence de volonté de nuire du monde, l’interprétation est du côté du public. A partir de là, l’humour noir sera toujours susceptible de heurter une sensibilité communautariste. En tant qu’homme blanc hétérosexuel, si je moque des gens de couleur, des femmes ou des homosexuels, je risque de vexer une personne faisant partie d’une de ces communautés. Il faut prendre conscience de cette caractéristique fondamentale ; l’humour noir est froissant, il peut déranger quoi qu’il arrive et le ou la pratiquante de ce style d’humour doit être préparée en conséquence.

Pour conclure, je proposerai ma propre réponse à la fameuse question « peut-on rire de tout ? » : on peut rire de tout mais cela dépendra de nos intentions, du respect que l’on accorde au public et de notre légitimité en la matière. Il faudra également être prêt à justifier ses propos et, mieux encore, les utiliser pour mener une critique du contenu de la blague, de celles et ceux qui, à défaut de pratiquer l’humour noir, pensent des horreurs au premier degré.

1https://twitter.com/LCI/status/1194726580628676609

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.