La justesse du mot. Un “art” de chercheur

La différence principale entre un poète et un chercheur ? Le premier peut se permettre de laisser un monde d’interprétation symbolique dans un mot ; le second doit trouver le mot juste pour limiter le plus possible le nombre d’interprétation possible. Bien entendu, on trouvera ça et là des jeux de mots, des obscurités, des ambiguïtés, mais dans l’idéal le chercheur en science sociale se doit d’être très précis, donnant souvent à son discours des allures peu séduisantes. Nous allons voir ici les quelques raisons qui font que le discours scientifique apparaît difficile, voire alambiqué – les plus vulgaires diront même que cela relève de la masturbation des neurones. Pourtant, si certains peuvent prendre un malin plaisir à « parler compliqué », il faut remettre la production de ce discours dans ses contraintes sociales.

Continuer la lecture de La justesse du mot. Un “art” de chercheur

Billet invité. A propos des différents types de critique : quelques points supplémentaires sur la courbe au point

A la lecture du dernier article (dernier en date) de mon collègue sur sa série de la « courbe au point »1, je m’autorise quelques pistes de réflexions supplémentaires.

Continuer la lecture de Billet invité. A propos des différents types de critique : quelques points supplémentaires sur la courbe au point

La courbe au point 3. Différents types de critique

La critique a mauvaise image ; elle est cynique, elle est péremptoire, elle est hargneuse, elle est « grande-gueule », elle est « y a qu’à, faut qu’on », elle est sans solution. Bref, la critique est souvent relayée à de la plainte – en cela elle est très française – et quand elle se veut analytique, on la voit sur des grands chevaux. Pourtant, il existe deux types de critique, dont la première vole la vedette à la seconde pour notre plus grand malheur.
Continuer la lecture de La courbe au point 3. Différents types de critique

Penser le social : introduction à une pensée épistémologique

Dans la lignée de l’article sur le déterminisme communicationnel1, nous allons voir une manière de penser scientifique. Cette fois par contre nous prendrons un étage supérieur – non pas dans la hiérarchie mais dans la généralité – pour parler du social. Il ne s’agira pas de conseils pour penser spécifiquement la communication, phénomène et processus social, mais de conseils pour penser le social, cette « matière » que l’on veut disséquer et analyser.

Continuer la lecture de Penser le social : introduction à une pensée épistémologique

La courbe au point 2. Questionner les évidences

Alors que Descartes dans Le discours de la méthode1 en est venu à craindre la possibilité qu’un mauvais esprit lui empêche de voir la réalité, il trouve refuge dans sa croyance en l’existence de Dieu et de l’âme. En somme pour arrêter de douter, il faudrait ces deux choses ; Dieu, la certitude que ce qui est est vraiment ce qui est et, l’âme, la capacité de le percevoir, soit la capacité de percevoir ce qui est sans douter. Malheureusement, nous ne pouvons pas nous résoudre à espérer qu’un Dieu – peu importe lequel – nous assure que ce que vous voyons est la vérité, la réalité. Sinon, nous pouvons, dans une naïveté dangereuse et conservatrice, considérer que la société est bien ce qu’elle est.

Continuer la lecture de La courbe au point 2. Questionner les évidences

Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde

Quand on enseigne à des étudiants niveau licence en leur demandant de produire une réflexion approfondie en sciences de l’information et de la communication, on se rend rapidement compte que la grande majorité recourt à un déterminisme communicationnel qui ne dit pas son nom. Sans aucun doute faut-il voir ici à l’œuvre les prénotions de E. Durkheim1, on pourrait dire ces idées préconçues – faites de mythes, de fantasmes, de stéréotypes et de généralités – définissant le monde qui nous entoure. Bien sûr, elles sont nécessaires car l’Homme ne peut pas vivre sans fabriquer du sens sur son environnement. S’y arrêter néanmoins est une erreur et il faut toujours procéder à un effort pour s’en défaire et les interroger ; c’est que nous allons faire dans cet article2.

Continuer la lecture de Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde

La courbe au point. Se poser des questions ; réflexe le plus humain ?

La courbe au point est le début d’une petite aventure intellectuelle que j’aimerais partager avec d’éventuels lecteurs et – pour mon plus grand bonheur – discutants et/ou contradicteurs. Depuis un bon moment, bon car long mais surtout bon car stimulant, je m’interroge sur la force du point d’interrogation. Le plus souvent les gens cherchent des réponses, il existe d’ailleurs un métier, très en vogue et ayant une importance grandissante, dont la finalité la plus éclatante est celle d’apporter des points finaux. Les experts sont présents dans chaque coin de la maison de la pensée et il n’existe plus de poussière, si bien que l’exploration est pour les farfelus ou au pire les hérétiques. Les médias et les hommes politiques raffolent des experts car se saisissant de leur parole instaurant la vérité, ils se font porteur de l’aspirateur qui nettoie tous les doutes. Ils ont la vérité, ils savent ce qu’il faut faire et se poser des questions est une perte de temps quand on « sait ». À vrai dire la seule question autorisée demeure celle des moyens ; le point d’interrogation est aujourd’hui purement fonctionnelle pourrais-je me risquer à affirmer. On ne se pose plus les questions des essences, des valeurs, des substances, de ce qui fait vraiment que « ça va pas ». Les conséquences, les effets, les objectifs, les fonctions sont les meilleurs amis des questions. Très bien. Toutefois, la courbe au point est aussi la porte de sortie de ce monde un peu fou.

Continuer la lecture de La courbe au point. Se poser des questions ; réflexe le plus humain ?

Les multiples sens de la notion de politique

De façon courante, la notion de « politique » ne correspond qu’à un terme, ou plutôt deux mais ils se recouvrent. On parle en effet de la politique pour désigner la compétition entre les acteurs d’un champ spécialisé et professionnalisé – le champ politique – pour le contrôle des monopoles étatiques. On fait aussi référence, de manière plus distante voire peut-être inconsciente, au gouvernement des citoyens, la politique en tant qu’organisation de la direction de la Cité et des citoyens qui la composent ; une direction autant morale, matérielle que spatiale1. Le sens commun de la politique est donc d’abord une définition de ce que les individus perçoivent le plus, particulièrement par l’intermédiaire des médias ; une mise en scène, pas tellement au sens de théâtral mais plutôt de mise à disposition pour une catégorie d’acteurs d’une scène – en partie médiatique mais pas seulement – sur laquelle ils peuvent s’affronter, c’est la scène politique nationale. Ce sens commun concerne aussi, et nous pensons plus en retrait, l’organisation des relations entre individus formant une société par la loi, la police mais aussi par des institutions – au sens large2, donc autant des institutions physiques qui se traduisent par une bureaucratie et l’investissement de lieux physiques que des modes de vie, des normes et des valeurs. Ces deux sens de la notion de politique sont indéniablement justes mais ils méritent, contre la confusion, une distinction plus claire ; nous parlerons de la politique et du politique.

Continuer la lecture de Les multiples sens de la notion de politique

Y a t-il de l’espoir pour notre avenir ?

Le futur est noir. Il a été peint de charbon. Les espèces vivantes sont de plus en plus menacés1, le climat est plus en plus chaud2, la société de consommation est de plus en plus folle3, la finance est elle aussi de plus en plus timbrée4, l’économie se porte de plus en plus mal5, le social est de plus en plus instable… Suis-je un pessimiste penché de plus en plus près du bord ? Franchement – et malheureusement – je ne le crois pas ! Pourtant, il reste de l’espoir ; au fond de ce tunnel qui paraît sans fin, il pourrait y avoir de la lumière, ne serait-ce qu’un mince filé, juste assez pour que les bras ne restent pas abaissés.

Continuer la lecture de Y a t-il de l’espoir pour notre avenir ?

La communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé

Nous avons déjà réfléchi à ce qu’était – ou pour être prudent, ce que pourrait – être l’État1. Il nous resterait alors, pour définir ce qu’est la « communication de l’État », à nous arrêter sur la communication. Seulement nous l’avons déjà dit ailleurs2, la communication ne peut se penser sans sans rapport à un objet épistémologique critique. On pourrait parler de réification ici, nous parlerons plutôt de prise de recul par rapport à des pratiques d’acteurs. Sans suffisance, le chercheur doit assumer son rôle qui lui permet de faire preuve de « distanciation »3, sans toutefois nier sa participation, ou plutôt son incorporation au monde social. Cela explique que les sujets qui touchent au politique ou à l’idéologique par exemple ne peuvent vraiment analyser sans position et que l’honnêteté et l’humilité correspondent à une démarche de reconnaissance chez le chercheur de sa situation particulière.

Dès lors nous ne prendrons pas le temps de réussir l’impossible et vaine tâche qui consiste à définir LA communication comme concept mais bien plutôt à réfléchir sur ce qu’est la communication de l’État. Nous partons de l’idée quel est un « rapport symbolique violent et disputé». Afin de mieux la saisir, nous allons découper cette expression.

Continuer la lecture de La communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé

C’est pas que d’la com ! – gouverner 60 millions et plus de (consommateurs-)citoyens

Gouverner signifie diriger, indiquer, avec plus ou moins de violence, plus ou moins d’autorité, où les (consommateurs-)citoyens doivent aller ; les directions morale, matérielle et spatiale1 sont visées, autrement dit gouverner n’est pas juste l’action du berger qui emmène ses moutons d’une colline à l’autre, c’est aussi et surtout la fourniture d’un mode de vie comportant des normes, des lois et des règles tacites. Toutefois, il n’existe pas de gouvernement unique, intemporel que l’on pourrait retrouver dans chaque société et époque. À vrai dire, Jean Jacques Rousseau précisait déjà au XVIIIe siècle que la démocratie n’était pas faite pour les grandes populations – pour être tout à fait juste il pensait même que la démocratie était trop parfaite pour être un gouvernement d’hommes. Car oui, nous sommes en démocratie (qualifiée, tant pis pour l’oxymore, de représentative), une forme de gouvernement particulière parmi les deux autres les plus citées, par les philosophes politiques les plus connus – Hobbes, Locke, Macchiavelli pour ne citer qu’eux, que sont l’aristocratie et la monarchie. Le gouvernement de la France en ce XXIe siècle a donc des contraintes spécifiques qui se renouvellent à mesure que la société évolue et nous allons voir que la communication nous permet de mieux les percevoir.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – gouverner 60 millions et plus de (consommateurs-)citoyens

Configuration de champs, un bricolage épistémologique fait maison

Nous avons déjà pu parler des concepts de N. Elias et P. Bourdieu ; nous considérons qu’ils sont très importants pour quiconque désire conceptualiser de manière complexe et relationnelle les rapports humains en société. Néanmoins, ils possèdent chacun des limites expliquant qu’ils ne correspondent pas tout à fait aux objectifs épistémiques du chercheur. Tout d’abord, le champ bourdieusien ne prend pas en compte les luttes trans-champs et semble trop limité à un secteur professionnel. Le sociologue français a bien tenté, d’après S. Olivesi1, de faire une théorie sociale générale avec le concept de champ du pouvoir, développée entre autres dans La noblesse d’État2, mais nous considérons également que le champ du pouvoir est un concept trop abstrait, et dont la définition paraît trop floue pour être saisie sans risque. Ensuite, il a été reproché au sociologue allemand d’avoir une méthodologie floue3, sans doute pas aidé par son concept de configuration qui apparaît comme n’étant pas assez clair dans certaines de ses applications potentielles – en clair comment utiliser le concept de configuration dans des cas concrets. Il faut toutefois, pour bien comprendre sa posture épistémologique ne pas oublier sa volonté de ne pas séparer l’individu et la société et sa neutralité axiologique, qui le font s’éloigner à tout prix des idéologies. Selon N. Elias, ce n’est que dans la distanciation que le chercheur peut fournir une théorie valide des processus sociaux.

Continuer la lecture de Configuration de champs, un bricolage épistémologique fait maison

Pourquoi les klaxons sont contre l’Union Européenne ?

Il n’aura échappé à personne que l’Euro de football 2016 aura été l’occasion pour les automobilistes amateurs du ballon rond de manifester leur satisfaction en martyrisant leur volant. En vérité, il était même possible d’établir une répartition par origine de la population des villes en fonction du volume sonore d’après match. C’est ainsi, sans grande surprise, que je peux affirmer qu’il y a une grande communauté portugaise à Grenoble. En dehors de ces considérations démographiques, cette activité énergique des klaxons démontrent une chose essentielle ; un attachement affectif très fort envers les nations et les difficultés, à mon sens, insurmontables auxquelles l’Union européenne doit faire face.

Continuer la lecture de Pourquoi les klaxons sont contre l’Union Européenne ?

Qu’est-ce qu’une configuration éliasienne ?

Le concept éliasien de configuration se rapproche du concept de champ de P. Bourdieu. Ils ont en commun une approche dynamique des relations et, dans les deux cas, le pouvoir est conçu comme étant une lutte, au lieu d’être une « possession » – approche essentialiste. Le sociologue allemand en donne son concept comme une « figure toujours changeante que forment les joueurs ; elle inclut non seulement leur intellect, mais toute leur personne, les actions et les relations réciproques [ ; elle] forme un ensemble de tensions »1. La ressemblance avec le concept bourdieusien va donc encore au-delà. Deux points sont similaires et méritent d’être soulevés. Premièrement, dans le champ comme dans la configuration, les acteurs doivent prendre part à un jeu, jeu dont ils doivent accepter les règles et les enjeux, et contribuant à former leurs comportements et habitudes mentales. Secondement, le jeu est formée d’un ensemble de luttes chez P. Bourdieu ou de tensions chez N. Elias, d’où une non-fixité dans les relations entre acteurs.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une configuration éliasienne ?

Qu’est-ce qu’un champ ?

Le concept de champ illustre, certes de manière grossière mais parfaitement compréhensible, le combat épistémique d’un concept. Il s’agit tout d’abord de l’enfermement dans le langage naturel et le nécessaire dépassement de la notion première. J. C. Passeron1 souligne que les sciences sociales ne peuvent pas se re-sémantiser, se traduire dans un langage propre leur permettant de dégager des significations non ambiguës, comme le peuvent les mathématiques par exemple – 1+1 sera toujours ce qu’il est, une opération de calcul au résultat inchangeable. Elles doivent donc faire avec le langage naturel, ce qui pose de nombreux problèmes ; limitation à un ou plusieurs sens ne traduisant pas la conceptualisation du chercheur, caractère justement ésotérique du concept scientifique dépassant ce ou ces sens premiers, ésotérisme absolu si invention d’un mot nouveau ou reprise d’un mot peu usité (habitus bourdieusien par exemple), recours à des formulations prudentes et élaborées paraissant comme « détachées de la réalité » et alambiquées voire traduisant un élitisme du chercheur…

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un champ ?