Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Je dois le dire ; je ne compte pas voter pour les élections présidentielles de 2017. Non pas parce que je me range derrière l’idée simpliste d’un « tous pourris », ou parce que je n’ai pas envie de faire de la politique, ou parce que ça ne m’intéresse pas, ou encore parce que je sais que mon vote ne changera pas la société. Tout au contraire, mon choix, car j’ai choisi ma position politique et l’assume en conséquence, est le fruit d’un engagement politique qui reconnaît la complexité du gouvernement d’une société. Il reconnaît également l’indispensable intérêt que chaque citoyen doit apporter à la vie politique. Il reconnaît enfin que les choix citoyens sont à l’origine de véritables changements. Pourtant, alors que j’expose cet avis argumenté, trop souvent j’ai affaire à la colère ou le dédain, parfois les deux, envers le choix de m’abstenir.

Continuer la lecture de Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Petit lexique de résistance pour les votants

La campagne présidentielle monte doucement mais sûrement en puissance. Si bien qu’il faut mieux s’écarter pour ne pas se faire écraser par le train d’informations. Le recours à certains mots dans les discours politiques et médiatiques cache un attachement idéologique ou un engagement politique qui ne veut pas se reconnaître comme tel. Il semblait donc nécessaire de faire le point en proposant un petit lexique de résistance pour les votants, à utiliser sans modération, à partager sans limite d’excès car de la connaissance sur la société peut venir un véritable changement. La maigre contribution de ce billet vise à engager cette prise de conscience d’une nécessité politique de changement ; ce dernier passe par la compréhension que l’usage des mots n’est jamais innocent.

Continuer la lecture de Petit lexique de résistance pour les votants

Réfléchir sur les actions de l’État

L’État est une machine, une grande machine. Il fonctionne par une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles, qui se mélangent avec une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles. En fait, l’État apparaît comme une méta-institution, une institution au-dessus des autres qui sert de guide et d’arbitre. Pour cette raison, il peut être difficile de réfléchir ce que fait l’État. Dans ce court texte, nous proposerons une façon de conceptualiser l’État pour travailler sur ses actions.

Continuer la lecture de Réfléchir sur les actions de l’État

C’est pas que d’la com ! – l’acceptation de la communication de l’État

C’est un fait incontestable que l’activité intense de communication du gouvernement et de la présidence fait l’objet de beaucoup de critiques. La légitimité des ministres et du Président à pouvoir incarner l’État en communiquant n’est en revanche jamais remise en question. Pourtant, et nous l’avons souligné ailleurs, la communication est un rapport symbolique violent1, elle implique la domination étatique de l’ordre socio-politique français. La critique mériterait une nouvelle voie en soulignant autre chose que le recours, certes malsain, de techniques marketing pour la communication de l’État ; la domination de l’État qui se déploie dans la communication doit aussi être dénoncée si nous voulons une autre manière de gouverner.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – l’acceptation de la communication de l’État

Pourquoi la communication de crise ne permet pas de penser la crise ?

Dans un article récent1 nous avons proposé d’analyser les « crises » toujours en fonction de la société dans laquelle elles surgissent. Autrement dit, prendre en compte les valeurs et les normes qui structurent cette société. La communication de crise, très présente dans les préoccupations de différentes organisations, publiques comme privées, se pose comme réponse à la situation dérangeant le déroulé normal d’opérations dans ces organisations. Pourtant, elle est bien incapable d’offrir la moindre réflexion sur ce qu’est une crise ; au contraire elle évolue dans les formats à la mode des questions servant à répondre au « comment ».

Continuer la lecture de Pourquoi la communication de crise ne permet pas de penser la crise ?

Pourquoi l’État est libéral d’un point de vue financier ?

L’État se définit dans ses relations aux choses, aux individus et aux institutions. C’est la conceptualisation que nous avons développée ailleurs. Celle-ci supporte notre approche épistémologique de la consubstantialité individu/société et met en lumière la figure politique abstraite de l’État, à laquelle participe la communication en tant que manière de gouverner le social. La communication n’est toutefois pas la seule manière par laquelle l’État entreprend de donner une direction à la société française. Les lois sont à ce titre un exemple éclairant du traitement politique adressé au secteur financier à travers ce que l’on a appelé la libéralisation financière. Se pose ainsi la question de l’État libéral et nous allons commencer par rappeler les grandes lois et mesures politiques de cette libéralisation.

Continuer la lecture de Pourquoi l’État est libéral d’un point de vue financier ?

Qu’est-ce qu’une crise ?

Les crises sont de partout ; la politique, le football, l’économie, la finance, l’écologie. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’elles ont un sens précis et qu’elle servent à mieux comprendre la société. Au contraire, elles nous enferment dans des a priori et nous allons essayer dans ce court texte de replacer la notion de « crise » dans une interrogation sur ses possibles composantes, en la ramenant aux « crises financières internationales ».

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une crise ?

La courbe au point 4. Éloge du cynisme

Les cyniques ont mauvaise réputation. À raison. Ils se plaignent trop souvent, ils ne proposent jamais de solution, ils voient tout négativement, ils éteignent les lueurs d’espoirs, ils sont trouble-fêtes… Pourtant si le cynisme se rapproche le plus d’une prétendue réalité, parce qu’il se refuse au politiquement correct, il est aussi celui qui soulève les courbes au point.

Continuer la lecture de La courbe au point 4. Éloge du cynisme

Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions

À partir de corpus de communications (interviews, discours, conférences de presse) de l’exécutif français, mais aussi de l’exécutif européen (en plus petit nombre), de nombreuses réflexions nous sont venues sur les rapports entre communication de l’État et communication européenne. Les différents éléments présents dans ce texte sont une présentation de ces réflexions ou plutôt une ébauche de réflexion, encore trop abstraite et qui mériterait d’être complétée, vérifiée, modifiée par un travail de terrain plus conséquent1. Nous proposons alors ici, sans prétention, quelques idées qui pourraient expliquer les raisons d’un monopole symbolique, toujours aux mains de l’État, qui pourrait se vérifier justement par les rapports entre communication européenne et communication de l’État pendant une crise financière internationale.

Continuer la lecture de Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions

L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État

Ce texte est une présentation de la thèse que j’effectue en sciences de l’information et de la communication par rapport au choix du cadre socio-historique. Il présente donc uniquement les trois crises qui ont été sélectionnées à l’aide de trois critères principaux ; un caractère international essentiel ; une survenue après les politiques de déréglementation dans les années 1980 ; une gravité importante.

Continuer la lecture de L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État

La représentation et la communication de l’État : lecture de la Constitution française de 1958

Si nous voulons penser la communication de l’État par rapport au système politique français, nous devons prendre en compte ce qui définit ce système. Cette définition doit bénéficier d’une légitimité certaine dans un pays où la souveraineté est une notion centrale1. Quel meilleur texte alors que celui, fondateur, de la Constitution de la Cinquième République2 pour comprendre le système politique français ? Ce nous proposons ici, c’est une lecture de la Constitution en mettant en parallèle la communication et la représentation politique de l’État effectuées par les membres de l’exécutif, le Président de la République et les ministres.

Continuer la lecture de La représentation et la communication de l’État : lecture de la Constitution française de 1958

La confusion des représentations

Il semble qu’il existe en France une confusion des représentations qui empêche de bien saisir les implications de l’une comme de l’autre. Ce problème est déjà lié à une limitation de la langue française, n’ayant qu’un seul terme, celui de « représentation », pour parler d’un mode d’organisation de la vie socio-politique. Cette limitation a des effets sur la manière de concevoir ce mode et se dresse contre une réflexion plus approfondie sur le système politique français. Pourtant, nous considérons qu’il est bénéfique de s’interroger sur la représentation, en prenant la peine, dans un premier temps, d’interroger le mélange que fait subir le « sens commun » à ce concept.

Continuer la lecture de La confusion des représentations

Le monopole d’un corps de métier de la représentation de l’État

Il s’agit ici de réfléchir sur les raisons théoriques qui justifient un choix méthodologique. Il est déterminant de faire correspondre les deux, sinon c’est la structure conceptuelle qui est à remettre en question ou alors l’application sur le « réel » de sa conceptualisation ; en somme c’est un échec scientifique si théorie et méthodologie ne s’entendent pas. Nous avons fait le choix d’analyser les discours des ministres et du président de la République dans l’objectif de mieux comprendre ce qu’est la communication de l’État. Nous lions donc des personnes physiques à une entité symbolique et nous allons justifier cela.

Continuer la lecture de Le monopole d’un corps de métier de la représentation de l’État

Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

Cette question épistémologique revêt pour nous une importance qui dépasse le cadre du champ scientifique. Bien entendu, en disant cela, nous prenons position en sous-entendant que les sciences sociales ont leur rôle à jouer dans la société. C’est sur ce rôle que les divergences peuvent se faire les plus fortes entre les chercheurs. Parmi les défenseurs de la neutralité scientifique, la perspective d’une position politique pour les sciences sociales est une erreur, pire c’est les subvertir à des intérêts particuliers, leur faisant perdre un caractère objectif. Pourtant, selon nous, il ne fait aucun doute que les apports réflexifs de la science sont proprement indispensables pour une lutte citoyenne face à un ordre social, politique et économique qui se constitue comme un danger pour l’ensemble de la société.

Continuer la lecture de Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

C’est pas que d’la com ! – communiquer en démocratie

Il n’aura échapper à personne que nous vivons dans un régime dit de démocratie représentative. Les plus précis noteront également que cette expression est un oxymore. Oui, cela est vrai ; la démocratie c’est le pouvoir du peuple et ce dernier doit l’exercer directement. Toutefois, nous sommes là face à une différence entre une définition historique (en référence à la Grèce antique) et sa pratique contemporaine, le système politique français de démocratie représentative. Partie prenante, et déterminante, de ce système, la communication n’est pas juste l’application d’une couche de peinture sur des actions politiques. Elle est une action politique à part entière et, plus encore, elle accompagne les autres actions politiques. En cela, la communication est l’expression politique – contrairement à la violence coercitive par exemple – qui s’accouple le mieux avec la démocratie représentative.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – communiquer en démocratie