Comment savoir qu’on a assez de données ? Arrêter son terrain en SHS

Ce billet est une reformulation d’un vieux billet afin d’aller à l’essentiel et de rentrer plus dans le concret. Il s’agit de donner des moyens clairs pour identifier la possibilité d’arrêter son terrain. Comme je l’ai écrit dans le billet évoqué plus haut, mettre fin à sa méthode, à ses analyses, aux entretiens, aux observations, etc., peut être difficile dans la mesure où l’on craint de manquer quelque chose, de passer à côté d’un élément essentiel, de rater l’info qu’il fallait. Or, à moins d’enfermer tout le monde en cage, la marche du monde est un processus inévitable et l’arbitraire fait partie du jeu scientifique. Toutefois, les conseils ci-dessous vous permettront de rendre ce choix plus justifiable et, aussi j’espère, de ne plus vous torturer en poursuivant la phase de terrain à l’infini .

Je ne pourrai pas malheureusement aborder toutes les méthodes en SHS – car je n’ai pas les compétences et les connaissances suffisantes – et parlerais principalement de deux : l’analyse de corpus et les entretiens. Autre précision, je ne parlerai également que des raisons internes à votre recherche, mais d’autres raisons externes, au hasard une crise sanitaire planétaire ou l’impossibilité d’accéder à telle ou telle archive, peuvent tout à fait mettre fin au terrain.

Continuer la lecture de Comment savoir qu’on a assez de données ? Arrêter son terrain en SHS