pourquoi vous devriez lire david graeber

David Graeber est le genre d’intellectuel qui vous fait faire des bonds neuronaux, à la fois en proposant des réflexions profondes et stimulantes, et en remettant radicalement en question votre compréhension du monde. La lecture de ses ouvrages est un acte nécessaire pour toute personne qui se pense vraiment à gauche, plus encore pour un-e anarchiste. Toutefois, les réflexions de Graeber ne sont pas justes un impératif liée à un positionnement politique et idéologique ; pour toutes les raisons qui suivent vous devriez lire cet anthropologue.

Attention, ce billet n’est pas une synthèse des travaux de David Graeber, que je n’ai pas tous lu par ailleurs, mais une sélection de ses idées et conclusions qui me semblent les plus pertinentes à connaître dans une optique de questionnement critique du monde, et, pourquoi pas, pour une mise en pratique de ce questionnement.

Continuer la lecture de pourquoi vous devriez lire david graeber

Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile

Dans ce billet, je parle de la pensée, de la manière dont vos neurones s’expriment, non pas tant dans le style, la forme, que dans la structure des idées formulées. On parle parfois de posture épistémo, d’école de pensée, mais, plus simplement, on parlera aussi de la base de votre pensée. Vous ne trouverez donc pas de conseils sur le style (écrivez simplement, évitez les figures de style, le style littéraire, etc. – pour des conseils de ce style, reportez-vous à ce billet) mais des conseils sur la manière de construire votre pensée et d’ensuite la mettre sur papier, ou écran.

 

Continuer la lecture de Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile

lettre ouverte aux électoralistes : pourquoi je ne vote pas

Les présidentielles approchent et, avec elles, l’injonction à voter, comme un garde du corps agressif qui ne supporterait pas le moindre risque d’égratignure de sa protégée. Certaines personnes se découvrent alors des passions civiques, des poussées républicaines irritantes, qui provoquent d’autant plus le sourire ou la grimace quand ce sont, parfois, les mêmes personnes qui critiquent vivement les manifestations, les nouvelles revendications progressistes ou simplement les idées remettant en cause des habitudes bien ancrées. N’y aurait-il qu’une seule forme d’expression politique pour le peuple ? Même la « gauche » voire la gauche de la gauche voient dans les élections le principal outil politique pour les classes populaires. Erreur ou faute politique ? Naïveté peut-être ? Peu importe, il faut voter ! Sinon c’est l’exclusion de la communauté politique, de la communauté tout court même, c’est le stigmate de la honte du ou de la mauvaise citoyenne (de seconde zone) : comment osons-nous ne pas voter ?! Hé bien je vais vous le dire, sans prétendre parler pour toutes et tous les abstentionnistes.

Continuer la lecture de lettre ouverte aux électoralistes : pourquoi je ne vote pas