La communication de façade : une démonstration exemplaire de la part de la secrétaire d’Sarah El Haïry

Il est rare pour un chercheur ou une chercheuse de retrouver un exemple parfait, un exemple typique de ce qu’il ou elle a pu trouver dans ses analyses. Le débat auquel a participé la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, le 25 avril 2021 sur LCI, a constitué un de ces moments. Sa prestation typique me donnera l’occasion de revenir sur la critique du « c’est que d’la com » ou la communication de façade.

 

Continuer la lecture de La communication de façade : une démonstration exemplaire de la part de la secrétaire d’Sarah El Haïry

La com macronienne ou l’aboutissement des rapports patologiques avec la réalité

Trump nous fait marrer, nous Françaises et Français, à dire n’importe quoi, à prétendre, entre autres, que le covid n’est pas si dangereux, jusqu’à qu’il soit rattrapé par la réalité en étant lui-même contaminé (même si ça ne lui pas tant fait changer d’avis). Pourtant, dans notre cher pays, nous avons une version assez proche, moins farfelue, plus formelle, plus vicieuse aussi, en la personne de Macron. Dans les deux cas, s’impose le constat d’une difficulté à faire face à « la réalité », à construire une réalité cohérente et stable. Voici trois exemples concernant notre président, parmi tant d’autres : il se félicite de la baisse des émissions de gaz à effet de serre, en précisant « c’est au-delà de notre objectif » après avoir baissé lui-même les objectifs1, il indique qu’aucun tri des patients ne se fera, alors même que de nombreux professionnels tire sur la sonnette d’alarme2, et le fameux « ce n’est pas échec, ça n’a pas marché » qu’on ne présente plus. Ces exemples soulignent un point important dans la communication macronienne que je vais discuter plus bas ; un rapport pathologique avec la réalité.

Continuer la lecture de La com macronienne ou l’aboutissement des rapports patologiques avec la réalité

Quelles sont les critiques citoyennes de la communication politique ?

Pendant environ un an j’ai mené une étude sur la réception critique de la communication politique en France. Il s’agissait d’identifier clairement et en détails ce que pensaient les citoyen-ne-s de la communication politique : les reproches, les satisfactions, les volontés de changement, les attentes, les éléments sur lesquels s’appuyaient les critiques. Pour ce faire, j’ai réalisé 50 entretiens auprès d’une population se voulant à peu près représentative sur le plan des idées : des souverainistes, des royalistes, des anarchistes, des communistes, des identitaires, des apolitiques, des libéraux, etc. Ces entretiens ont ensuite été analysés afin de réaliser une typologie des critiques. Bien que la typologie puisse être trop schématique par rapport à la « réalité », elle demeure un outil utile pour comprendre les types de critiques, c’est-à-dire des contenus précis et identifiables que les citoyen-ne-s peuvent mobiliser ou dans lesquels ils ou elles s’insèrent quand ils ou elles critiquent la communication politique. Ci-dessous, vous trouverez donc un résumé de ce travail – dont il existe une version beaucoup plus détaillée et précise dans un ouvrage que je cherche à faire publier.

Précision : l’expression « pros assisté-e-s » désignent les hommes et femmes politiques. Je détaille dans ce billet l’intérêt de ce choix.

 

Continuer la lecture de Quelles sont les critiques citoyennes de la communication politique ?