Critiquer la communication politique ; pour quelle raison ?

Dans ce carnet j’ai insisté de nombreuses fois sur l’importance de la communication dans le gouvernement de la société française en remettant en cause l’expression classique « c’est que d’la com ». Je le répète encore une fois, une critique de la communication politique formulée ainsi passe à côté du principal ; la communication s’insère dans des rapports de domination et sert au gouvernement de la société. Si elle n’était qu’une apparence elle n’aurait pas tant de place dans la vie politique nationale, ni ne serait l’objet de tant de discussions ; dans une organisation politique, même les illusions laissent des traces physiques, même la communication quand elle est trompeuse et n’est suivie d’aucun acte, reste au service d’une tentative de contrôle des citoyens et citoyennes, donc au service d’une manipulation des corps et des esprits – précisons jamais absolue et jamais sans échec. J’aimerais alors m’arrêter dans ce billet sur une distinction cruciale à opérer quand on parle de critique de la communication politique ; est-ce une critique qui porte sur l’apparence, le vent, le refrain Dalida de la com, ou est-ce une critique concernant la caractéristique gouvernementale de la communication ?

Continuer la lecture de Critiquer la communication politique ; pour quelle raison ?

2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

Nous avons souligné dans le texte précédent l’activité des récepteurs dans leur pratique de réception. Cette conception s’inscrit dans le refus de penser ces récepteurs passifs quand ils comprennent ou essayent de comprendre une production discursive. Nous finissions alors par interroger une réception critique des activités de communication politique de la part des citoyens. Dans le présent billet, deux taches se présentent à nous pour poursuivre une réflexion sur la dimension critique d’une activité de réception. Dans un premier temps, il s’agit de savoir quelle conception (politique) des citoyens est mobilisée. Est-ce nous nous inscrivons dans une perspective misérabiliste ou populiste, pour reprendre les termes de P. Grignon et J.-C. Passeron (1989) ? Est-il possible de se trouver dans un entre-deux, reconnaissant la force de la domination et les capacités d’émancipation des dominés ? Dans un second temps, nous commencerons à produire notre objet de recherche, la réception critique des activités de communication politique, en faisant le parallèle avec la posture épistémologique choisie.

Continuer la lecture de 2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Ce texte se veut un point d’éclaircissement sur une partie déterminante de la façon de gouverner actuelle ; la communication de l’État. Trop souvent, cette dernière est uniquement associée à la politique alors qu’elle est aussi liée au politique. Il n’y a pas que des paillettes dans la communication, il y a également des bottes. Plus exactement, c’est l’alliance de la parole à la violence qui caractérise les rapports de domination en France, rapports très bien illustrés par la communication de l’État.

Continuer la lecture de La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com