Courte réflexion sur l' »affaire Benalla » : ce n’est pas que de la communication

Est-il besoin de présenter l’« affaire » Benalla ? Oui ? Alors pour faire court ; c’est l’histoire d’un type qui obtient des privilèges incroyables parce que c’est le copain du président de la République et, un jour, on s’aperçoit que sa situation et son comportement sont inadmissibles. Ce billet ne s’arrêtera pas sur les dimensions politiques, symboliques et juridiques de cette « affaire » ; on ne parlera pas par exemple de ses dominants qui peuvent transmettre, au-delà des normes juridiques et sociales, des avantages à leurs familles ou amis. En revanche, on traitera de la communication, seul moyen de défense utilisé explicitement pour tenter de limiter les dégâts du côté de la présidence.

Continuer la lecture de Courte réflexion sur l’ »affaire Benalla » : ce n’est pas que de la communication

2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

Dans le précédent billet, il a été question de souffrance, de larme, de colère, de cerne et de boule à l’estomac. L’exercice de thèse n’est pourtant le rêve torturé d’un emo, sourcils froncés et cinq centimètres de mascara autour des yeux, il existe de beaux moments, de merveilleux moments mêmes, où le thésard trouve enfin le bout de l’arc-en-ciel, tout proche de lui. Ce billet sera peut-être plus subjectif que le premier car, la plainte étant dans les gènes culturels des Français, j’ai honnêtement passé plus de temps à jacasser sur ce qui n’allait pas que sur ce qui était fait de soleil. Donc, ma plume, ou plutôt mon clavier a moins d’éléments partagés à partager avec vous dans ce partage. À nouveau, ces beautés (merveilleuses) sont adressées en priorité aux thèses en SHS, et tout particulièrement en sciences de l’information et de la communication.

Continuer la lecture de 2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

1 – Quelques vérités (crues) sur la thèse

La thèse n’est pas un exercice facile. Personne dira le contraire, à commencer par ceux qui ont accouché de la bête. Au minimum 36 mois de gestation pour pondre plusieurs centaines de pages, sans césarienne. Le taux de mortalité – mort social et psychologique – n’est pas négligeable, même si le bonheur d’entendre son enfant se faire insulter et complimenter pendant la soutenance est un plaisir certain, à mi chemin entre la joie coupable de voir un marmot geignard ramasser une mandale, et la constatation, par pur délire égotique, que sa progéniture est plus belle que celle des autres. Une précision avant d’aller plus loin, je parle des thèses en SHS, et plus spécifiquement pour des thèses en sciences de l’information et de la communication (SIC), discipline dans laquelle j’ai essoré mon cerveau ces dernières années. Ce billet s’appuie avant tout sur mes expériences pendant le doctorat. Il s’appuie également sur autant de sentiments, de réflexions partagées ou individuelles, d’observations, de luttes dans lesquelles j’ai été inséré volontairement ou pas ; en bref il ne faut pas s’attendre à une description scientifique et chiffrée mais à un retour d’expérience cynique et honnête. Les livres « comment faire une thèse » existent pourtant il manque sans doute un compte-rendu qui relève la laideur, la puanteur de l’exercice, qui explique en fait en quoi cet exercice est en droit de vous faire du mal.

Continuer la lecture de 1 – Quelques vérités (crues) sur la thèse

Évidence et effet politique du discours

Un discours qui se donne pour objectif d’avoir des effets politiques – c’est-à-dire d’entraîner des comportements particuliers allant dans le sens de l’organisation politique (notamment le règlement des relations entre individus) – tourne autour d’un rapport entre évidence et prudence ou doute. C’est ce que nous allons détailler ci-dessous en mettant en parallèle le recours de la pensée dominante à l’évidence.

Continuer la lecture de Évidence et effet politique du discours