Pourquoi les klaxons sont contre l’Union Européenne ?

Il n’aura échappé à personne que l’Euro de football 2016 aura été l’occasion pour les automobilistes amateurs du ballon rond de manifester leur satisfaction en martyrisant leur volant. En vérité, il était même possible d’établir une répartition par origine de la population des villes en fonction du volume sonore d’après match. C’est ainsi, sans grande surprise, que je peux affirmer qu’il y a une grande communauté portugaise à Grenoble. En dehors de ces considérations démographiques, cette activité énergique des klaxons démontrent une chose essentielle ; un attachement affectif très fort envers les nations et les difficultés, à mon sens, insurmontables auxquelles l’Union européenne doit faire face.

Continuer la lecture de Pourquoi les klaxons sont contre l’Union Européenne ?

Qu’est-ce qu’une configuration éliasienne ?

Le concept éliasien de configuration se rapproche du concept de champ de P. Bourdieu. Ils ont en commun une approche dynamique des relations et, dans les deux cas, le pouvoir est conçu comme étant une lutte, au lieu d’être une « possession » – approche essentialiste. Le sociologue allemand en donne son concept comme une « figure toujours changeante que forment les joueurs ; elle inclut non seulement leur intellect, mais toute leur personne, les actions et les relations réciproques [ ; elle] forme un ensemble de tensions »1. La ressemblance avec le concept bourdieusien va donc encore au-delà. Deux points sont similaires et méritent d’être soulevés. Premièrement, dans le champ comme dans la configuration, les acteurs doivent prendre part à un jeu, jeu dont ils doivent accepter les règles et les enjeux, et contribuant à former leurs comportements et habitudes mentales. Secondement, le jeu est formée d’un ensemble de luttes chez P. Bourdieu ou de tensions chez N. Elias, d’où une non-fixité dans les relations entre acteurs.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une configuration éliasienne ?

Qu’est-ce qu’un champ ?

Le concept de champ illustre, certes de manière grossière mais parfaitement compréhensible, le combat épistémique d’un concept. Il s’agit tout d’abord de l’enfermement dans le langage naturel et le nécessaire dépassement de la notion première. J. C. Passeron1 souligne que les sciences sociales ne peuvent pas se re-sémantiser, se traduire dans un langage propre leur permettant de dégager des significations non ambiguës, comme le peuvent les mathématiques par exemple – 1+1 sera toujours ce qu’il est, une opération de calcul au résultat inchangeable. Elles doivent donc faire avec le langage naturel, ce qui pose de nombreux problèmes ; limitation à un ou plusieurs sens ne traduisant pas la conceptualisation du chercheur, caractère justement ésotérique du concept scientifique dépassant ce ou ces sens premiers, ésotérisme absolu si invention d’un mot nouveau ou reprise d’un mot peu usité (habitus bourdieusien par exemple), recours à des formulations prudentes et élaborées paraissant comme « détachées de la réalité » et alambiquées voire traduisant un élitisme du chercheur…

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un champ ?

La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ?

La question de la continuité du pouvoir de la royauté, et donc de l’État dans l’ancien régime, a mobilisé les théoriciens, et particulièrement les juristes, dès le XVIe en Angleterre. C’est ainsi que naquit le concept des deux corps du roi1, inspirée par la théologie et les deux corps de Jésus Christ. À vrai dire, d’après P. Manent2, les rapports religion/politique forment une véritable obsession qui trouve son origine dans la nécessité d’accorder l’Église avec l’État naissant.Il n’est donc pas surprenant que la pensée religieuseest influencée la pensée politique, notamment sur ce point.Au XIVe, le droit canon chrétien reconnaît deux corps au Christ, un naturel et un mystique. Deux siècles plus tard, avec les rapports Plowden, le roi obtient deux corps lui aussi, un naturel et un politique. À la mort de celui-ci, le naturel disparaît mais le politique se transmet à son successeur ; nous comprenons mieux ici l’expression « Le roi est mort, vive le roi ! ». La continuité est assurée car le roi est membre d’un corps politique immortel représentant l’État.

Continuer la lecture de La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ?

C’est pas que d’la com !

Je commence ici une série de petits articles, ou billets, afin d’attaquer une idée reçue assez répandue en France. Il n’est pas rare d’entendre dans les médias – et de manière bien ironique d’ailleurs – ou lors d’une discussion à propos des hommes politiques, « ils ne font que faire des discours » ; ou encore, à la suite d’annonces du président afin de soutenir tel ou tel secteur en proie à des difficultés, « c’est que d’la com ! ». Cette rengaine a, comme toutes les idées reçues, la force de l’évidence première cachant un manque de réflexion. Ce que nous proposons avec la série « c’est pas que d’la com ! », c’est une analyse des raisons qui font que la communication est aujourd’hui bien plus qu’une apparence, une façade de discours destinée à tromper ou détourner l’attention ; au contraire la communication est partie prenante et même déterminante de la manière dont les hommes politiques gèrent le pays mais aussi entretiennent une compétition entre eux.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com !

Comment choisir la temporalité d’un corpus concernant une crise financière internationale ?

La dimension temporelle est déterminante dans la constitution d’un corpus. En déplaçant son cadre de plusieurs semaines, il est possible de se retrouver avec le double de résultats. Il est alors nécessaire de trouver la bonne durée, entre trouver trop de résultats – entraînant des difficultés à cause d’un corpus énorme – et en trouver pas assez. Également, si elle est mal choisie les résultats peuvent être non pertinents par rapport aux hypothèses. Il faut de plus comprendre que la constitution du corpus est fortement liée à la conceptualisation d’une partie de l’objet de recherche. Le rapport entre la méthodologie et la théorie étant absolument essentiel dans un travail scientifique, il importe dès lors de choisir avec précision son corpus, et plus encore sa temporalité, qui est constitutive de sa signification. Précisons aussi qu’il ne faut pas confondre la définition de la temporalité du corpus concernant une crise financière internationale et la temporalité de la crise elle-même, ce qui est un travail d’économiste.

Continuer la lecture de Comment choisir la temporalité d’un corpus concernant une crise financière internationale ?

Point-virgule

Je suis doctorant en science de la communication. La thématique principale du carnet est celle de la communication de l’État, analysée comme une communication politique. Je compte aussi mobiliser des concepts transversaux (comme celui des deux corps du roi par exemple) pour tester différentes hypothèses et développer des notions importantes qui sont liées à ma thèse (comme événement, temps, crise,…). Comme je compte effectuer une carrière dans l’enseignement, ce carnet sera aussi l’occasion de m’entraîner à vulgariser des concepts et proposer des réflexions qui concernent directement la « société civile ». L’objet de ce carnet est donc multiple, aussi bien scientifique que citoyen, mais il convient parfaitement à ce dont j’aspire pour le futur.