Y a t-il de l’espoir pour notre avenir ?

Le futur est noir. Il a été peint de charbon. Les espèces vivantes sont de plus en plus menacés1, le climat est plus en plus chaud2, la société de consommation est de plus en plus folle3, la finance est elle aussi de plus en plus timbrée4, l’économie se porte de plus en plus mal5, le social est de plus en plus instable… Suis-je un pessimiste penché de plus en plus près du bord ? Franchement – et malheureusement – je ne le crois pas ! Pourtant, il reste de l’espoir ; au fond de ce tunnel qui paraît sans fin, il pourrait y avoir de la lumière, ne serait-ce qu’un mince filé, juste assez pour que les bras ne restent pas abaissés.

Afin d’éviter que le suspens n’attaque trop fortement les cardiaques, je donne la réponse tout de suite ; la plasticité de la nature humaine demeure notre plus grand espoir. Il n’existe pas de nature humaine fixée pour l’éternité. Ne croyez pas les charlatans qui lisent un peu trop à travers leurs phantasmes, leurs intérêts, puis leur boule de cristal, vous annonçant que les humains ont toujours été comme cela, comme ceci. Notre état de nature, qu’il fut paisible (Rousseau) ou guerrier (Hobbes), n’a en fait jamais été déterminée avec précision, n’en déplaisent aux néo-libéraux, zélateurs infatigables d’une fiction, l’Homo economicus. À vrai dire, dans la nature humaine la fatalité n’a pas sa place, cela devrait être la seule certitude. Ce qui choquait 200 ans avant nous, ne choquent plus aujourd’hui et vice versa. Par exemple, au 17e siècle, il n’était pas surprenant de sortir un couteau pour régler une situation, ce qui aujourd’hui n’arrive normalement que dans les cuisines. Le problème est que nous avons besoin de temps pour changer de manière efficace, c’est-à-dire sans craindre un retour en arrière brusque.

Le temps justement ; les chatons naissent chats, les Hommes ne naissent pas humains. Autrement dit, votre boule de poil préféré pourra rapidement montrer des réflexes de félidé, hérités biologiquement, mais vous pouvez toujours patienter pour que votre boule de chair préféré se comporte comme un adulte bien dressé. En termes scientifiques, on parle de néoténie, soit le fait que l’homme ne naît pas entièrement formé, prêt à faire ses lacets, regarder la télévision, manger ses pâtes al dente. Pour devenir des citoyens, nous devons suivre un long apprentissage. Entre les parents, l’État, l’éducation nationale, les expériences et les chances, nous avançons pour être conforme à la vie en société, en ayant du intérioriser différentes normes, règles et lois.

Personne, pas même l’évolution biologique, n’a écrit noir sur blanc le social humain, parce que l’évolution culturelle arrive justement après l’évolution biologique6. L’Homo sapiens, apparu il y a 200 000 ans en Afrique, ne se souciait certainement pas de qui serait son prochain président de la République. Alors rien ne dit que les idéologies actuelles – qui ne sont en effet rien d’autres que des idéologies – soient une fidèle description de la nature humaine. Rien ne nous oblige, comme si cela été inscrit dans des « socio-désoxyribonucléiques », à faire la course au profit et au prestige individuel. Aucune force indépassable, quasi-magique mais sans aucun doute mystique, ne nous pousse à nous acheter un soi avec de l’argent.

Nous devons défataliser et dénaturaliser – comme le souligne le bon mot de P. Bourdieu en ce qui concerne un des effets de la sociologie7 – toutes ces réalités composant notre société. En sachant que l’être humain est plastique, nous devons décider de changer et c’est bien l’immense chance de cet être humain que de pouvoir choisir comment voyager dans ce tunnel, voire même en sortir. Toutefois, rien ne se fera sans un consentement général et sans une éducation de tous à cette possibilité et de ses implications.

Nota bene : il manquerait toute une discussion à avoir sur les différents déterminismes – l’idée que la vie humaine serait déterminée par des facteurs précis (comme la technologie par exemple) – que ce soit par exemple en psychanalyse freudienne ou certaines sociologies (de classe). Les déterminismes simplifient la société et l’être humain en le réduisant à un seul de leurs éléments, qu’il s’agisse par exemple de l’inconscient ou de l’origine sociale.

1http://www.wwf.fr/vous_informer/rapports_pdf_a_telecharger/climat_et_energie/?6941/Impacts-du-changement-climatique-sur-les-especes-rapport-wwf

2http://www.europe1.fr/economie/rechauffement-climatique-un-paquebot-va-pouvoir-traverser-larctique-2826742

3http://www.phonandroid.com/iphone-6s-sort-aujourdhui-point-files-attente-devant-apple-store.html

4http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/les-prets-subprimes-menacent-l-industrie-automobile-americaine-coface-468963.html

5http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&id=159&page=graph

6PICQ Pascal, « L’humain à l’aube de l’humanité » In : PICQ Pascal, SERRES Michel, VINCENT Jean-Didier, Qu’est-ce que l’humain ? Paris : Éditions le Pommier : Cité des sciences et de l’industrie, 2003, pp. 31-67 (Le Collège de la cité)

7BOURDIEU Pierre, Questions de sociologie. Paris : Les Éditions de Minuit, 2002, 277 p. (Reprise)

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.