De quoi parleront les pro de la politique lors de la prochaine crise financière ?

Alors que l’on annonce une grosse crise financière (internationale) à venir, ici1 et là2, on peut déjà s’interroger sur la réponse ou les réponses apportées par les professionnels de la politique, surtout celles et ceux qui nous dirigent. En partant de l’analyse de contenu menée pendant ma thèse, je vais jouer avec une boule de cristal et prédire les discours des futur-e-s ministres et du président (voire de la présidente mais faut pas trop rêver quant à l’état d’esprit ouvert envers les femmes dans l’« arène politique »).

Pour info, cette analyse de contenu a porté sur trois événements de crise financière ; le krach boursier de 1987, la crise asiatique de 1997-1998 et la crise des subprimes de 2007-2008. J’en ai retiré des ressemblances assez fortes dans les discours des membre de l’exécutif (ministres + président) qui me font dire qu’elles feront aussi leur apparition lors de la prochaine crise financière.

Critiques faibles en force, faibles en nombre

Les membres de l’exécutif sauront se montrer sévères, mais pas trop, et surtout pas trop souvent. Ils expliqueront quelque fois que la « finance » a déconné, qu’elle en a trop fait et qu’elle n’a pas su se contrôler. Ces critiques ne constitueront aucunement le cœur du discours politique gouvernant et interviendront, au final, assez peu dans la parole de ces professionnels élus de la politique. Elles seront peut-être mises en scène de façon exagérée, comme pour rappeler le fameux discours de Toulon de Sarko, en frappant du poing sur la table et en secouant l’index, mais ça sera surtout l’occasion d’un coup de com, d’une opération symbolique destinée à montrer qui gouverne en France. Les plus hétérodoxes des économistes regretteront en définitive le manque d’avertissements voire de menaces formulés par les membres de l’exécutif, pointant justement du doigt que le règlement de cette crise est l’occasion de reprendre le contrôle sur la « finance ».

Descriptions technique des causes et des conséquences : oubli ou presque des questions idéologiques

Les membres de l’exécutif décriront les causes et les conséquences de la crise financière de manière technique. Avec des accents (néo-)keynésiens surprenants (en évoquant l’instabilité constitutive des marchés financiers ou l’irrationalité des acteurs financiers), surtout de la part de défenseurs acharnés des théories économiques orthodoxes, ils expliqueront les mécanismes ayant conduit à la crise. Les conséquences subiront le même traitement, avec une froideur technique qui a au moins le bénéfice de l’honnêteté ; augmentation du chômage, ralentissement de l’économie, baisses consécutives sur les marchés financiers, baisse des prêts interbancaires, baisse de la confiance des acteurs économiques, etc. En revanche, aucune utopie – au sens de N. Elias, soit de représentations imaginaires de la société dans le but de fournir des solutions à des problèmes (ELIAS, 2014) – ne pointera le bout de son nez pour promettre des changements radicaux. Peut-être que les membres de l’exécutif se risqueront à parler de morale, encore une fois pour suivre Sarko et sa moralisation du capitalisme. Toutefois, ils ne dépeindront pas un monde, pourtant pas si dur à concevoir, où l’on dirait « Stop ! » aux pratiques spéculatives des acteurs financiers, ou tout simplement où ses pratiques seraient limitées en instaurant une cotation journalière – ce que même des libéraux sensés comme M. Allais (1997) prônent.

Solutions de la fuite en avant et des chemins jamais empruntés

Au lieu de proposer une remise en cause et en question absolue, par exemple en nationalisant les grandes banques françaises qui sont de véritables dangers publics profitant du doux qualificatif de too big to fail, les membres de l’exécutif contribueront à renforcer les causes de la crise financière en les présentant comme des solutions. Autrement dit, ils expliqueront comment l’Union européenne nous a protégé d’une aggravation de la crise du fait de sa monnaie, plus stable qu’une monnaie nationale, passant complètement sous silence le libre marché non entravé par des règles promu par la construction européenne – N. Jabko (2009) a très bien démontré comment l’Union européenne a procédé à son union en référence au marché – libre, rationnel, efficace – comme norme. Encore une fois, aucune nouvelle idéologie qui pourrait, peut-être, allier un humanisme réel, en limitant les dégâts d’une finance non réglementée, et une véritable dynamique démocratique, permettant le contrôle citoyen de ces individus et institutions hors contrôle – grandes banques, grandes entreprises et grands spéculateurs –, ne sera formulée. Au contraire, les membres de l’exécutif défendront le néo-libéralisme et le capitalisme, non sans, quelques fois, les critiquer (mais pas trop et pas trop souvent). Ce qui sera surtout critiqué sera le risque, la menace, le danger d’un retour au protectionnisme voire, pire, au communisme ou à une politique défendant l’État instituteur de l’économie, oubliant par là l’histoire et ses compromis entre (néo-)libéralisme et planisme dans les années 1950 (sur ce sujet voir DENORD, 2007).

Sur les chemins non empruntés, mais bien désignés, c’est le retour à un ordre monétaire international, un nouveau « Bretton Woods » qui sera évoqué. Les membres de l’exécutif montreront dans leurs discours qu’ils ont compris la nécessité de surveiller les taux de change et de limiter la volatilité des marchés financiers, mais ils ne feront qu’évoquer cette possibilité, par incompétence, crainte ou croyance, à vous de voir. En fait, les membres de l’exécutif auront des éclairs de lucidité en prononçant le retour du politique dans l’économie et la « finance », mais comme tout le monde le sait, un éclair ça ne dure pas longtemps.

Invariants : composantes du discours auxquelles on n’échappera pas

La notion d’invariant a été mise en avant par C. Le Bart et désigne des trames du discours politique constituant « les mythes fondateurs du champ politique » (LE BART, 1998, p. 58). Avec ma thèse, j’ai montré qu’il existait aussi des invariants qui se déroulaient dans un mélange de contraintes et d’opportunités. Les membres de l’exécutif, à l’aide de leurs activités de communication, doivent s’exprimer de certaines façons mais ces contraintes sont utilisées pour défendre la position des membres de l’exécutif dans le champ politique et pour maintenir la domination de l’État.

Pendant la prochaine crise financière, les ministres et le président essaieront de prouver qu’ils ne sont que des serviteurs du peuple, qu’ils ne travaillent aucunement pour leurs intérêts personnels. Il s’agit de l’invariant de désintéressement, dont P. Bourdieu (1993) a bien montré à quel point il est constitutif de la capacité des représentants de l’État à se dire légitimes. Autrement dit, les membres de l’exécutif peuvent défendre leurs propres intérêts et ceux de leur classe, mais doivent à tout prix le faire dans l’apparence de l’ « intérêt général ». Dès lors, ils affirmeront à de nombreuses reprises leur dévouement au bien-être de toutes et tous, cachant par là le dévoiement qu’ils font subir à cette capacité de dire ce qui est bon pour toutes et tous en l’orientant dans une idéologie (néo-)libérale qui enchaîne les échecs.

Ensuite, les discours se ressembleront jusqu’à en devenir fatiguants, c’est l’invariant de la répétition. Les membres de l’exécutif nous rebattront les oreilles avec leurs descriptions de la crise, aidés par des journalistes amnésiques. Ils rabâcheront leurs solutions, leur volonté de changer les choses en bouleversant l’ordre monétaire international ou en poursuivant la coopération internationale au travers d’institutions supra-nationales comme le FMI, ou internationales comme les sommets des « G ». Surtout, ces répétitions sont l’occasion pour les membres de l’exécutif de faire leur promotion et celle de l’État qu’ils représentent. A chaque intervention, ils expliqueront qu’ils agissent, qu’ils sont au commande, que, grâce à eux, la situation va s’améliorer ; ils expliqueront également que l’État est responsable, qu’il sait prendre le volant quand il le faut – soit qu’il sait parfaitement nationaliser les pertes.

Enfin, les membres de l’exécutif auront à se justifier, à détailler leurs solutions et leurs actions, à les défendre et les expliquer. C’est une contrainte directement liée au régime dit de « démocratie représentative », c’est-à-dire une organisation politique où les gouvernants et gouvernantes ont des comptes à rendre à celles et ceux qui sont désigné-e-s comme étant le peuple. Toutefois, dans un paradoxe qui illustre à merveille l’arnaque politique d’une « démocratie représentative », cet invariant de justification met en lumière qui sont les preneurs de décision et comment cette prise de décision n’atteindra jamais une mise en discussion publique en dehors des institutions étatiques.

En gros, ces trois invariants – désintéressement, répétition, justification – pousseront les discours politiques dans une certaine forme mais n’empêcheront aucunement le développement de stratégie de défense et de promotion. Les membres de l’exécutif pourront se dépeindre en protecteurs désintéressés, ils le répéteront autant de fois que les médias auront envie de les entendre, et, à travers la nécessité de se justifier, ils étaleront tous leur pouvoir, celui de décider sans consulter le peuple.

Pour résumer : je parie que lors de la prochaine crise financière internationale, les ministres et le président formuleront quelques rares critiques envers le système financier déréglementé ; qu’ils décriront la crise de façon technique en évoquant très peu les questions idéologiques ; que les solutions promues consisteront à renforcer les causes de la crise ou qu’elles sonneront comme des vœux pieux ; plus particulièrement, les ministres et le président formuleront des discours composés de trois invariants décrits plus haut – désintéressement, répétition, justification.

Biblio

ALLAIS Maurice, La crise mondiale d’aujourd’hui : pour de profondes réformes des institutions financières et monétaires. Paris : C. Juglar, 1999, 237 p.

BOURDIEU Pierre, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, volume 96-97, pp. 49-62. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3040 (consulté en mars 2015)

DENORD François, Néo-libéralisme version française : histoire d’une idéologie politique. Paris : Demopolis, 2007, 380 p.

ELIAS Norbert, L’utopie. Paris : La Découverte, 2014, 151 p. (Laboratoire des sciences sociales)

JABKO Nicolas, L’Europe par le marché : histoire d’une stratégie improbable. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2009, 288 p. (Domaine Gouvernances)

LE BART Christian, Le discours politique. Paris : PUF, 1998, 128 p. (Que sais-je?)

1https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Le-monde-sur-un-volcan-financier-et-monetaire-quel-risque-de-crise-_3747519.html

2https://www.marketwatch.com/story/a-shock-to-markets-around-the-world-could-trigger-next-financial-crisis-says-roubini-2019-06-17

Crédit photo : je ne trouve plus l’image source, veuillez m’excuser. N’hésitez pas à me signaler la source originale si vous la connaissez.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.