La communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé

Nous avons déjà réfléchi à ce qu’était – ou pour être prudent, ce que pourrait – être l’État1. Il nous resterait alors, pour définir ce qu’est la « communication de l’État », à nous arrêter sur la communication. Seulement nous l’avons déjà dit ailleurs2, la communication ne peut se penser sans sans rapport à un objet épistémologique critique. On pourrait parler de réification ici, nous parlerons plutôt de prise de recul par rapport à des pratiques d’acteurs. Sans suffisance, le chercheur doit assumer son rôle qui lui permet de faire preuve de « distanciation »3, sans toutefois nier sa participation, ou plutôt son incorporation au monde social. Cela explique que les sujets qui touchent au politique ou à l’idéologique par exemple ne peuvent vraiment analyser sans position et que l’honnêteté et l’humilité correspondent à une démarche de reconnaissance chez le chercheur de sa situation particulière.

Dès lors nous ne prendrons pas le temps de réussir l’impossible et vaine tâche qui consiste à définir LA communication comme concept mais bien plutôt à réfléchir sur ce qu’est la communication de l’État. Nous partons de l’idée quel est un « rapport symbolique violent et disputé». Afin de mieux la saisir, nous allons découper cette expression.

1° « La communication de l’État est un rapport »

Comme le dit E. Morin4, la société est faite des relations des individus. Cela ne signifie pas que les individus font la société, mais qu’ils évoluent dans un cadre général, abstrait autant que concret, subjectif autant qu’objectif, et que se faisant ils entretiennent des relations qui engendrent la société qui a contribué à les former. On retrouve la même idée d’une consubstantialité individu et société chez N. Elias5. L’État, et pas dans une moindre mesure, est à l’origine de la société moderne française ; on parle d’État-nation, d’État français, du chef de l’État. Toutes ces expressions traduisent l’importance de cette forme politique particulière qui s’est étendue, avec ces spécificités selon les cultures, à travers le monde. En outre, la « communication moderne » est née en même temps que l’État moderne ou, plutôt, ce dernier a façonné son pouvoir en utilisant les techniques de communication et en légiférant dessus6.

L’État vit donc au travers de ses relations avec les individus, les institutions et les choses. L’étymologie de la communication suppose déjà une mise en commun. Plus encore, l’État, ou plus exactement ses représentants (nous expliquerons l’implication de la représentation de l’État plus loin) sont dans la contrainte de communiquer, autrement dit d’entretenir un rapport avec les citoyens étant donné notre régime politique. Les propos de R. Debray sont sur ce point intéressant, quoi qu’un peu cynique ; « l’État publicitaire n’a peut-être pas d’annonceurs extérieurs mais il a un produit à vendre, périssable par nature mais dont il doit prolonger au maximum la durée de vie : un gouvernement »7. La critique du médiologue rapporte les « travers » d’une communication de l’État soumise à des impératifs de publicité commerciale et permet de comprendre la double logique qui anime les membres de l’exécutif, coincés entre la représentation de l’État et le jeu politique partisan.

Il ne fait aucun doute que la communication, comprise comme une démarche de séduction envers les électeurs, fait partie de la manière de gouverner. Mais elle ne suffit pas à expliquer ce qu’est la communication de l’État. Il faut maintenant voir que cette dernière est un rapport symbolique.

2° « La communication de l’État est un rapport symbolique »

La genèse ou socio-genèse de l’État est, entre autres, une histoire de monopolisation8 de capitaux9 ; monopole de la violence légitime, monopole fiscal, monopole symbolique. Le dernier est un pouvoir déterminant car il est celui de décider de l’universel. L’universel d’une lange, d’une unité de mesure, d’une devise, etc. Pour P. Bourdieu, l’État possède un méta-capital, celui de maîtriser tous les autres capitaux, et c’est ce capital particulier qui permet aux agents de l’État de fixer ce qui forme la société française. En se dirigeant de l’État dynastique vers l’État moderne10, ce monopole est passé du domaine privé du roi au domaine public. Autrement dit, il devient une « possession » pour l’ensemble des citoyens, possession qui appartient au souverain, souverain qui délègue cette possession aux élus.

Ce schéma grossier a le mérite de soulever un point déterminant dans la justification d’un rapport symbolique. La souveraineté suppose une abstraction, quelque chose qui va au-delà des rapports concrets à la réalité. Selon nous celle-ci s’exprime au travers du principe des deux corps, expliqué par E. Kantorowicz11. L’Église afin démontrer la divinité du Seigneur lui a donné deux corps. Le premier corps est physique, c’est l’enveloppe corporel du Christ. Le second est politique, mystique, il témoigne de son immortalité ainsi que celle de l’Église qui se fond dans ce dogme au XIIe siècle. Celui-ci est repris par les juristes pour justifier la royauté et à son tour l’immortalité du roi, pas de la personne, mais de la figure. Comme le pense R. Debray12 également, les représentants de l’État ont deux corps. La capacité d’incarner le corps politique agit comme un capital institutionnel13, qui s’acquiert lors de la prise des fonctions, et qui se perd à la fin. Il permet alors aux ministres et au président d’agir au nom de l’État. C’est parce que ce dernier n’a pas de visibilité claire – aussi tangible qu’une personne parlant – qu’il lui faut se démontrer par des actes, c’est-à-dire des communications. Et c’est dans ces communications que le rapport symbolique s’établit entre les citoyens et les membres de l’exécutif. La communication de l’État est, sous cet angle, l’expression d’une unité politique, l’État-nation français. La dimension symbolique se déroule justement dans cette expression d’une abstraction politique, qui fait d’un individu le membre d’une société politique et, dans ce sens, le citoyen d’un État. En communiquant, un ministre ou le président établit donc un rapport symbolique entre l’État et son citoyen qui se manifeste de manière théâtrale voire rituelle. Comme l’indique M. Foucault14, la pratique théâtrale est le témoin d’une manifestation de l’État. C’est bien dans celle-ci selon nous qu’un membre de l’exécutif fait usage de son « corps politique », de la continuité du pouvoir étatique, de sa force représentative pour discourir en tant qu’État qui discourt et cela, entre autres objectifs, afin d’entretenir une relation politique avec les citoyens. Cette relation n’a cependant rien d’égale et démontre un lien avec l’autorité et la domination.

3° « La communication de l’État est un rapport symbolique violent »

Sur ce point, l’apport de la pensée G. Mendel, père de la sociopsychanalyse, est déterminant (mais pas suffisant). Ouvrons une petite parenthèse par ailleurs. La psychanalyse souffre de bien des stéréotypes, notamment à cause de l’interprétation qui en faite à partir de la pensée Freudienne, ayant été pourtant déconstruite – très justement et brillamment – à de nombreuses reprises15. Cependant, la psychanalyse se peut se résumer à S. Freud – dont les concepts (libido, conscience, principe de réalité, etc.) sont le plus souvent traités comme de simples notions voire des prénotions qui ne font aucunement état du développement de la pensée psychanalytique. Pour comprendre donc l’humain en société, on ne peut se contenter de l’objectivité des institutions collectives, il faut aussi voir, selon un mot de P. Bourdieu, ce qui se passe dans les « têtes ». La psychanalyse nous permet justement cela, même s’il faut savoir émettre des réserves contre ce qui peut paraître spéculatif – la phylogenèse freudienne16 et son interprétation plus récente17.

G. Mendel s’est arrêté dans un ouvrage18 sur les implications d’une « crise de l’autorité ». Après avoir déconstruit le consensus erroné sur la définition de l’autorité, G. Mendel en propose une ; l’autorité est « une formation sociale-psychologique qui a pris au cours des temps […] des formes historiques diverses »19. Aujourd’hui, nous serions donc dans une période de transition où l’ancienne forme de l’autorité – autorité traditionnelle paternaliste – serait remise en cause mais sans proposer d’alternative. Le travail de G. Mendel nous permet, à partir de la compréhension du lien consubstantiel entre structures psychiques et structures sociales, de soulever l’importance de l’autorité dans le maintien du régime politique. S’inscrivant pour lui dans un dérivé de la relation parent-enfant, le rapport des Français à l’autorité est une régression familialiste. Autrement dit, nous pouvons admettre dans ce sens que l’autorité contribue à la formation d’un rapport entre les représentants de l’État les plus hauts (ministres et président de la République) et les citoyens. Ce rapport fait d’autant plus l’objet d’une affection car les individus s’attachent au pouvoir, même si ce dernier ne s’engage justement pas dans des échanges égaux et symétriques20.

C’est ce rapport que nous qualifions de symbolique et violent et c’est ce dernier qualificatif qu’il nous faut maintenant justifier. La violence n’est pas à percevoir ici comme la manifestation physique d’une autorité – même si l’action des CRS en est une, la main droite matérialisée de l’État. Cette violence est symbolique parce qu’elle implique des mécanismes psycho-sociaux implicites, qui s’intériorisent et contribuent à façonner la manière dont les individus pensent et agissent. Pour P. Boudieu21, elle est liée à la domination, qui se maintient par la répétition des conditions de celle-ci par les dominants. Selon nous, la communication de l’État fait partie de ces actions de répétitions. G. Mendel reproche à P. Bourdieu de ne pas faire assez la distinction entre les implications psychologiques et sociologiques dans son concept de violence symbolique. Nous considérons toutefois que dans la communication de l’État se jouent justement des ressorts psychologiques et sociologiques, déterminant autant les objectifs que les possibilités de ces objectifs. C’est-à-dire que la communication de l’État participe à l’instauration, au maintien et au changement d’un ordre social, qui paraît naturel, du fait de son monopole de l’universel22. L’État français élève ses citoyens (l’éducation) et dans sa forme providentielle prend soin d’eux. De plus, en tant que première unité de survie23, il fait l’objet d’un investissement sentimental particulier.

Ainsi, l’autorité ne se discute pas car elle est perçue comme légitime par les citoyens – et si nous nous risquons à la métaphore, nous dirions légitime comme l’autorité des parents. Comme l’indique P. Bourdieu, la violence symbolique ne peut se faire sans le consentement des dominés. En acceptant la communication de l’État, les citoyens se font dominés par les représentants de l’État qui se font dominants. De plus, et notre terrain de recherche le confirme, la communication de l’État n’est pas conçue pour être discutée ou engager un échange réciproque avec le citoyen. Attention néanmoins ; il ne s’agit pas de penser les membres de l’exécutif comme des individus tout-puissants. Ils doivent eux aussi obéir à des contraintes et, dans le cas qui nous intéresse notamment, leur communication répond à des impératifs de forme – comme celui de l’éloignement de la propagande. Il ne faut surtout pas non plus oublier que l’État français se trouve lui-même dans une compétition-coopération, une configuration éliasienne inter-étatique, avec les autres États, ce qui explique une forme de menace vis-à-vis de la communication de l’État.

4° « La communication de l’État est un rapport symbolique violent et disputé»

Comme nous l’avons déjà vu, l’État s’est formé et transformé en monopolisant toujours plus de capitaux. Si le résultat de cette course aux monopoles24 (entre les grandes familles de noblesse) fut l’État, cela ne veut aucunement dire que celui-ci constitue une fin. Au contraire, les États sont désormais dans une configuration inter-étatique25, où les mêmes compétitions et coopérations peuvent se jouer mais à une échelle « supérieure ». Dès lors, les États semblent destinés à voir leur avenir se dérouler dans une association supra-nationale26 puisqu’il s’agit désormais d’une des seules manières de « compter sur la scène internationale », ou plus clairement, de pouvoir continuer à prendre part à ce jeu entre États où l’hégémonie constitue le prix.

Aujourd’hui l’Union européenne représente cette association supranationale où les États coopèrent – tout en étant en concurrence notamment sur le plan politique – dans l’optique de ne pas être dépassés par les autres pays, estimés plus forts (comme le Japon ou les États-Unis) d’un point de vue économique. C’est dans ce secteur, depuis au moins la chute du mur de Berlin, que l’affrontement se fait le plus clair même si les derniers conflits armés (Syrie et Ukraine par exemple) tendent à rendre à la guerre une place plus prégnante. L’État français est alors soumis à une pression à l’élargissement. Cette pression est autant interne – en témoigne l’attachement des membres de l’exécutif à la construction européenne – qu’externe – en témoigne l’évolution qui va vers une perte du contrôle par l’exécutif français des politiques à mettre en œuvre (on citera en exemple le Six pack adopté par le parlement en octobre 2011 et qui contraint les États à maîtriser leurs déficits publics27). Les monopoles aux mains de l’État sont donc menacés car nous sommes dans un processus d’intégration sociale globale28, ressemblant à ce qui a pu être fait durant la formation de l’État dynastique au Moyen-Âge.

Pourtant, se pose la question du monopole symbolique avec une importance sans cesse renouvelée sur tous les points ; la citoyenneté européenne dont l’existence se questionne, les élections européennes où gagnent des « anti-européens », le gouvernement européen qui se cherche des symboles efficaces, etc. Comme l’indique justement F. Foret29, l’Union européenne ne parvient pas à créer les conditions de son intériorisation et, selon nous, c’est ce qui fait qu’elle ne peut se passer des États-Nations. En somme, nous pensons que le monopole symbolique est toujours la possession de l’État. L’universel étatique français n’est pas prêt d’être dépassé par l’universel supra-étatique européen et toute la symbolique de l’Union européenne s’inspire bien trop de la symbolique des États pour atteindre le même rang que ses homologues nationales. Par ailleurs, en même temps que la communication de l’État existe la communication européenne, faisant l’objet de luttes30 et qui souffre d’un manque de clarté et d’un engagement politique partisan31. Tout cela renforce les difficultés dans l’établissement d’un rapport symbolique entre les citoyens des États et l’Union européenne.

Notre travail de terrain démontre l’existence d’une routine de communication qui s’est imposée selon nous pour des raisons tout autant pratiques (facilité et rapidité de faire un discours plutôt qu’une campagne de communication), politiques (contrainte de l’éloignement par rapport à des pratiques de régimes autoritaires), de négociations entre acteurs politiques élus et médiatiques (il est significatif pour nous que les conférences de presse se déroulent dans un lieu spécifiquement dédié à cela, surtout si les caméra sont présentes, et non au siège du média ou dans le bureau d’un ministre par exemple), mais également et surtout des raisons symboliques étatiques où les représentants de l’État mettent en scène la parole de l’État. La réussite de cette routine, si l’on reprend l’idée de P. Breton32,pourrait également s’expliquer par la réponse qu’elle a apporté au traumatisme de la seconde guerre mondiale. La déconstruction de valeurs sociales et d’une définition de l’humain, qui ont mené à la barbarie moderne et plus loin la déception des grandes utopies (communisme etlibéralisme) constituent pour P. Breton les conditions socio-historiques qui ont permis l’installation de la « communication » comme nouvelle utopie, faisant des relations égales entre humains le centre de la société.

L’analyse des communications des membres de l’exécutif sur trois crises financières internationales (le krach boursier de 1987, la crise asiatique de 1997-1998, la crise des subprimes de 2007-2008) démontrent clairement que cette routine façonne la manière dont l’État s’exprime en même temps qu’elle subit des changements. Nous pouvons constater l’apparition d’une scène partagée, qui se situe en dehors de la scène nationale et se superpose à elle. Typiquement, ce sont les communications lors des sommets européens, dans lesquelles nous trouvons une routine européenne naissante, s’appuyant beaucoup sur la routine communicationnelle nationale et connaissant des difficultés à s’imposer.

La menace présentée par l’Union européenne vis-à-vis de la communication de l’État est réelle mais elle n’en constitue pas une grande. Nous avons mentionné rapidement les difficultés liées au développement d’une communication européenne mais compte-tenu de l’engagement des membres de l’exécutif dans la construction européenne, il semblerait qu’elle soit destinée à prendre de plus en plus d’importance, notamment pour tout ce qui concernent les « crises » (de toute nature) internationales. Cette dispute est donc toute aussi paradoxale que l’engagement des plus hauts représentants de l’État dans une association supranationale, qui les privent petit-à-petit des « moyens d’avoir les moyens ». En même temps qu’elle est faible et souligne une volonté forte de déléguer de plus en plus de pouvoirs à l’Union européenne, elle met en lumière la difficulté d’un transfert du monopole symbolique étatiquevers celle-ci et l’importance déterminante de la communication de l’État pour le gouvernement européen. Au total, la communication de l’État participerait à sa propre mise à l’écart.

Nous avons cherché dans cet article à définir le concept de communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé. L’analyse des communications des membres de l’exécutif sur plus de trente ans en contexte de crise financière internationale démontre la justesse de la compréhension d’un concept de communication de l’État décrit dans ce sens. L’État ne se perçoit pas autrement que dans l’établissement de relations avec les individus, les institutions et les choses. Dans un régime politique dit de démocratie représentative, la dimension symbolique est indissociable de l’exercice du pouvoir étatique. Ses possesseurs, les membres de l’exécutif en s’exprimant, font s’exprimer l’État, au travers de cette communication qui est structurée par une routine où domination et autorité vont de pair pour maintenir l’ordre social. Nous pouvons alors parler de routine justement parce qu’elle est intériorisée comme étant légitime par les citoyens français, ce qui n’est pas le cas de la communication de l’Union européenne. Cette association supranationale et l’engagement dont elle fait l’objet par les membres de l’exécutif constitue une menace faible pour la communication de l’État car elle ne peut s’en passer. Elle demande toutefois une participation des États membres à un transfert des monopoles étatiques et même si le monopole symbolique demeure aux mains de l’État, la communication de l’État nous paraît également faire partie des éléments qui témoignent de ce transfert, tout en soulignant le caractère indispensable de la politique scénique de l’État.

1http://critiquabl.hypotheses.org/32

2http://critiquabl.hypotheses.org/17

3ELIAS Norbert, Engagement et distanciation. Paris : Pocket, 1995, 258 p. (Agora)

4MORIN Edgar, Penser global : l’homme et son univers. Paris : Robert Laffont : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015, 131 p. (Interventions. Le monde comme il va)

5ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

6FLICHY Patrice, Une histoire de la communication moderne : espace public et vie privée. Paris : La Découverte, 2004, 280 p. (La Découverte-poche. Sciences humaines et sociales)

7DEBRAY Régis, L’État séducteur. Paris : Gallimard, 1993, page 100. (Folio. Essai)

8ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

9BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

10BOURDIEU Pierre, « De la maison du roi à la raison d’État [Un modèle de la genèse du champ bureaucratique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1997, volume 118, pp. 55-68. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1997_num_118_1_3222 (consulté en mars 2015

11KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

12Ibid.

13BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

14FOUCAULT Michel, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978. Paris : Gallimard, 2004, 435 p. (Hautes Etudes)

15Par exemple ; MENDEL Gérard, La psychanalyse revisitée. Paris : Édition La Découverte, 1988, 205 p. (Textes à l’appui) ; FROMM Erich, Grandeur et limite de la pensée freudienne. Paris : Robert Laffont, 1980, 217 p. (Réponses)

16FREUD Sigmund, Totem et tabou. Paris : Éditions Points, 2015, 309 p. (Points. Essais)

17FAIMBERG Haydé, KAËS René et al., Transmission de la vie psychique entre générations. Paris : Dunod, 2003, 208 p. (Inconscient et culture)

18MENDEL Gérard, Une histoire de l’autorité : permanences et variations. Paris : La découverte, 2003, 285 p. (La Découverte poche. Essais)

19Ibid, page 223

20BRETON Philippe, L’incompétence démocratique. La crise de la parole aux sources du malaise (dans la) politique. Paris : Éditions La Découverte, 2006, 262 p. (Cahiers libres)

21BOURDIEU Pierre, Le sens pratique. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980, 474 p. (Le sens commun)

22ROUX Sébastien et al., « Penser l’État ». Actes de la recherche en sciences sociales, n° 201-202, 2014, pp. 4-10

23ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

24ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

25ELIAS Norbert, Engagement et distanciation. Paris : Pocket, 1995, 258 p. (Agora)

26Ibid. ; HABERMAS Jürgen, Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique. Paris : Pluriel, 2013, 154 p.

27http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-11-898_fr.htm?locale=fr

28ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

29FORET François, Légitimer l’Europe. Pouvoir et symbolique à l’ère de la gouvernance. Paris : Sciences po, les Presses, 2008, 290 p. (Sciences po. Fait politique)

30ALDRIN Philippe, HUBÉ Nicolas « Parler au nom de l’Europe : luttes d’institutions et conflits de légitimités pour le porte-parolat de « l’Union » » In : ALDRIN Philippe, HUBÉ Nicolas, OLLIVIER-YANIV Caroline, UTARD Jean-Michel (dir.), Les médiations de l’Europe politique. Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 2014, pp. 49-76 (sociologie politique européenne)

31FORET François, Légitimer l’Europe. Pouvoir et symbolique à l’ère de la gouvernance. Paris : Sciences po, les Presses, 2008, 290 p. (Sciences po. Fait politique)

32BRETON Philippe, L’utopie de la communication : le mythe du village planétaire. Paris : La Découverte, 1997, 171 p. (La Découverte-Poche. Essais)

Crédit photo : je ne trouve plus l’image source, veuillez m’excuser. N’hésitez pas à me signaler la source originale si vous la connaissez.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.