La violence de l’institution : pour une inversion des rapports de domination

Dans ce texte, nous proposons une réflexion qui court dans le sens d’une séparation entre représentation d’une institution et position de pouvoir au sein de celle-ci. Les institutions font souvent preuve de violence en imposant, par l’intermédiaire de leurs représentants, des normes et des valeurs à leurs membres. Elles ont aussi un rôle « positif », en permettant notamment aux individus de se diriger au quotidien et de former des collectifs. Toutefois, il demeure toujours le risque d’un « abus de pouvoir » ou d’un échec dans le comportement de la part de celles et ceux à qui on a délégué la fonction de représentation.

La violence dans l’institution

P. Bourdieu (2001) avait déjà signalé cette capacité de l’institution à définir le réel en instaurant des différences. Il écrit en effet que les institutions ont une « efficacité symbolique ; c’est-à-dire le pouvoir qui leur appartient d’agir sur le réel en agissant sur la représentation du réel » (ibid., p. 178). Les différences instituées se situent entre ceux qui ont réussi et ceux qui ont échoué, ceux qui ont passé et ceux qui n’ont pas passé le rite. La caractéristique violente de l’institution se manifeste dans le fait qu’elle impose une vision et une division du monde. Également, le rite a ceci de violent qu’il affirme, au travers de sa propre réalisation, ce qu’il décrit. En d’autres termes, le rite ne fait pas que décrire la réalité, il la produit ; quand une assemblée se réunit pour parler de votre travail afin de savoir si vous êtes digne ou pas de recevoir tel ou tel statut, malgré les apparences qui montrent qu’ils réfléchissent pour vous évaluer, ils produisent également une définition de vous en tant qu’individu pouvant effectivement recevoir tel ou tel statut. Pour résumer, un rite sera à la fois un ensemble de gestes et de paroles d’individus autorisés par une institution et, à la fois, une production symbolique et pratique de la réalité.

Le doute vis-à-vis des représentantes et des représentants

Se pose tout de suite le problème résumé par L. Boltanski (2009) à l’aide de la notion de contradiction herméneutique. On sait que l’institution n’est pas un être vivant, dans le sens d’un être physique capable de parler en son nom et d’agir de façon visible sans action de représentation. Au contraire, une institution est entièrement dépendante de ses représentants, tout comme ces derniers dépendent d’elle pour l’obtention de position de valeurs ; celle de pouvoir parler au nom de l’institution qui ne peut exister sans eux. Pour L. Boltanski donc, on délègue à l’institution la fonction sémantique de définition de la réalité, afin d’avoir une certaine stabilité dans nos conceptions. Toutefois, on s’expose au risque que les représentants institutionnels profitent de leur position à leurs propres avantages. Nous ajouterions également que le risque porte sur la possibilité, sans cesse présente, que les représentants fassent « mal » leur travail et que ce « mauvais » travail passe pour une production institutionnelle objective et légitime, alors même qu’elle est entachée d’erreurs liées à des conceptions et des comportements individuels.

La séparation entre représentation et pouvoir

P. Clastres (2011) présentait dans son ouvrage La société contre l’État le fonctionnement de société amérindienne où le représentant du groupe, celui qui a la parole, le chef, est soumis aux autres membres d’une communauté, d’une institution – si l’on opère ici un rapprochement fonctionnel entre communauté et institution, toutes deux ayant des charges sémantiques et de pouvoir évidentes. Pour P. Clastres, la différence entre nos sociétés « modernes » et ces sociétés s’explique par la présence de l’État. Avec ce dernier, la question du pouvoir est une question de domination et de violence, du fait de la constitution d’un espace social où quelques individus possédant la parole légitime ont le pouvoir. À l’inverse, le chef dans une tribu amérindienne, celui qui a la parole, donc celui à qui on a délégué la tâche de représenter, remplit un rôle ritualisé de maintien de l’ordre, mais sans possibilité de faire autrement que ce qui est prévu. On comprend là que le représentant d’une institution n’a pas ou peu de façon de profiter de sa position ; il est comme un pantin qui sert à renforcer la cohésion de la communauté.

Cet inversement des rapports de domination est particulièrement intéressant en ce qu’il casse le fatalisme de certaines analyses de la domination. Ces dernières peuvent en effet avoir tendance à éloigner la possibilité de l’émancipation (Corcuff, 2012) en décrivant le quotidien des dominés comme entièrement soumis aux logiques dominantes – c’est l’écueil du misérabilisme (Grignon, Passeron, 1989). La pensée de P. Clastres souligne que le fonctionnement et l’organisation de l’ordre institutionnel peuvent bénéficier à tous les membres de l’institution, si les représentants sont entièrement contrôlés dans leurs paroles et leurs gestes. En s’inspirant de la distinction opérée dans les sociétés « primitives », P. Clastres nous permet d’insister sur la potentialité de l’existence d’hommes de parole et de pouvoir, représentants d’une institution, qui demeureraient en fait des hommes de parole ; le droit devient alors un devoir, un devoir de parole que le chef « doit à la tribu, c’est sa dette infinie, la garantie qui interdit à l’homme de parole de devenir homme de pouvoir. » (Clastres, op. cit., p. 134 ; c’est l’auteur qui souligne).

Ce court texte relève les possibilités d’un réel aplanissement des rapports de force au sein d’une institution, en dehors de l’hypocrisie de la neutralité ou de la fausse bienséance des dominants – qui se traduit par des faits et gestes contredisant implicitement les dispositions explicites premières (« je suis pas là pour vous juger », « je suis à votre service », « je ne travaille pas pour mon intérêt », « je veux discuter sur un pied d’égalité avec vous », etc.). Les représentants sont dominants parce qu’ils agissent avec une prétendue objectivité qui agit comme une couverture cachant leurs propres désirs, leurs propres volontés, leurs défauts – et après tout ce sont des êtres humains, pourquoi prétendre le contraire ? Il y aurait un intérêt général, dans le sens du maintien d’une égalité entre membres et d’une capacité de reproduction d’une institution pour le bénéfice de toutes et tous, à ce que les représentants ne soient que des soumis temporaires à un ordre précis plutôt que des individus en situation de supériorité. Dans ce cas-là, ils peuvent, consciemment ou pas, profiter personnellement de leur position ou abuser (et s’abuser) de leur objectivité supposée pour succomber à des sentiments passagers les éloignant de la conduite toute supérieure, car confiée par une institution située au-dessus des particularités individuelles, qu’ils sont supposés suivre. Encore une fois, il ne s’agit pas de reprocher à des individus d’être dépendants de sentiments plus ou moins maîtrisés, mais plutôt de pouvoir prétendre à une supériorité objective du fait de leur position de représentant alors même que leur comportement et, parfois, leurs paroles soulignent qu’ils sont, le plus souvent, bien incapables de recopier dans l’intégralité toute la grâce imaginaire de l’institution située au-dessus des membres d’une communauté.

Nous plaidons pour la compréhension qu’une institution ne sera jamais parfaite et objective entièrement. Elle est manifestée, incarnée, dans le sens étymologique de prendre un corps de chair, et ce corps de chair a ses défauts. Notre proposition, qui s’appuie sur les travaux de P. Clastres, consiste alors à imposer aux représentants des gestes et des paroles précis afin d’éviter, autant que faire se peut, qu’ils n’abusent de leur position. Il faudrait également ajouter des mesures d’ordre politique comme la révocabilité afin d’instituer définitivement une soumission du représentant au « collectif » de l’institution.

Ce texte commet l’erreur d’homogénéiser les institutions (les rapports de domination sont-ils les mêmes dans une discipline universitaire que dans l’État par exemple ?), mais, sans doute, les institutions de nos sociétés ont toutes une composant violente de domination. Nous vivons dans un régime politique de représentation où l’on délègue ; dans nos institutions des individus sont désignés, par le vote, par la force des choses, par le fonctionnement même de l’institution, par magie, etc., pour représenter et prendre des décisions « au nom du groupe ». Force est de constater que les représentants occupent une position dominante et ce texte a pour but de proposer un (court) début de réflexion sur les possibilités de sortir de ces logiques-là. Comme le rappelle P. Clastres, « il ne nous est pas évident que coercition et subordination constituent l’essence du pouvoir politique partout et toujours » (Clastres, op. cit., p. 12).

(Il y a aurait encore bien des questions à aborder comme les modalités de contrôle dans des situations où le représentant ne peut dans ses paroles se dégager d’une forme de subjectivité, comme dans l’évaluation. Une des solutions pourraient être de retirer le rôle de représentant dans ce cas et de rajouter un individu tiers à la relation entre évaluateur et évalué, qui lui serait représentant de l’institution et garant d’un respect de l’ordre institutionnel.)

Bibliographie

BOLTANSKI Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard, 2009, 294 p. (NRF Essais)

BOURDIEU Pierre, Langage et pouvoir symbolique. Paris : Éditions du Seuil, 2001, 423 p. (Points : essais)

CLASTRES Pierre, La société contre l’État. Paris : Les Éditions de Minuit, 2011, 185 p.

CORCUFF Philippe, Où est passée la critique sociale ? Penser le globale au croisement des savoirs. Paris : La Découverte, 2012, 317 p. (Bibliothèque du MAUSS)

GRIGNON Claude, PASSERON Jean-Claude, Le savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris : Gallimard : Le Seuil, 1989, 260 p. (Hautes études)

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.