Configuration de champs, un bricolage épistémologique fait maison

Nous avons déjà pu parler des concepts de N. Elias et P. Bourdieu ; nous considérons qu’ils sont très importants pour quiconque désire conceptualiser de manière complexe et relationnelle les rapports humains en société. Néanmoins, ils possèdent chacun des limites expliquant qu’ils ne correspondent pas tout à fait aux objectifs épistémiques du chercheur. Tout d’abord, le champ bourdieusien ne prend pas en compte les luttes trans-champs et semble trop limité à un secteur professionnel. Le sociologue français a bien tenté, d’après S. Olivesi1, de faire une théorie sociale générale avec le concept de champ du pouvoir, développée entre autres dans La noblesse d’État2, mais nous considérons également que le champ du pouvoir est un concept trop abstrait, et dont la définition paraît trop floue pour être saisie sans risque. Ensuite, il a été reproché au sociologue allemand d’avoir une méthodologie floue3, sans doute pas aidé par son concept de configuration qui apparaît comme n’étant pas assez clair dans certaines de ses applications potentielles – en clair comment utiliser le concept de configuration dans des cas concrets. Il faut toutefois, pour bien comprendre sa posture épistémologique ne pas oublier sa volonté de ne pas séparer l’individu et la société et sa neutralité axiologique, qui le font s’éloigner à tout prix des idéologies. Selon N. Elias, ce n’est que dans la distanciation que le chercheur peut fournir une théorie valide des processus sociaux.

Il est nécessaire de tenter de dépasser le champ bourdieusien et la configuration éliasienne, surtout dans une analyse des rapports de force entre des groupes institués – c’est-à-dire entre groupes qui sont reconnus comme tels par les autres mais aussi par eux et qui possèdent une légitimité à se revendiquer comme tel. En l’état actuel de nos connaissances et de nos capacités intellectuelles, nous ne pouvons proposer qu’un concept qui ressemble bien plus à un bricolage épistémologique destiné à correspondre à notre objet de recherche. Il semble pourtant intéressant de le partager car notre intérêt sur les relations entre groupes n’est certainement pas isolé. Pour rappel et à titre d’exemple tout au long de cet article, nous nous intéressons à la construction des événements de crise financière internationale (CFI) au prisme de la « communication de l’État » ; à ce titre il convient de conceptualiser les relations entre les différents acteurs prenant part à ce processus social de construction – médias, hommes politiques élus, représentants de l’État principalement – de manière dynamique et sans faire preuve de « centrisme » – média ou stato surtout.

La configuration de champs exprimerait selon nous ces relations dans une non-fixité et sans déterminisme. Autrement dit, c’est une approche relationnelle dynamique qui cherche à mettre en lumière les luttes ou les tensions animant les rapports de force entre les différents champs. La configuration est un tissu relationnel mouvant où les acteurs essayent de trouver un équilibre et le résultat provisoire, l’équilibre provisoire procédant de leurs différentes stratégies, n’est pas le fruit de leur exacte volonté puisque chacun y participe, de manière inégale certes.

Ce travail commun – en l’occurrence de co-construction d’un événement ou de lutte pour une définition de la « réalité » – s’exprime dans des liens d’interdépendance et des rapports d’interpénétration. Durant une CFI, les représentants de l’État, plus exactement les membres de l’exécutif doivent communiquer rapidement afin de maintenir la confiance dans le système économique et financier dans l’optique de ne pas laisser s’installer un panique – de type « bank run » comme en 1929 aux USA ou en 2000 en Argentine. Pour ce faire, les membres de l’exécutif interviennent dans les médias de diverses manières – interview à la télévision ou à la radio, conférence de presse, etc. Quant aux médias, si nous considérons sans exagérer que les CFI constituent un sujet d’actualité faisant l’objet de nombreuses productions journalistiques, les membres de l’exécutif constitueront une source d’information importante. Par ailleurs, les conférences de presse sont toujours prisées par les journalistes car elles sont premièrement des temps forts de la démocratie représentative – la nécessité pour les représentants de l’État d’expliquer et de justifier leurs actions, l’action de l’État – et, secondement, c’est un temps légitime et officiel de production d’informations étatiques – aussi s’agirait-il de prendre les conférences de presse comme un rite constitutif de notre régime politique, un rite d’institution tel que P. Bourdieu l’entend, soit un rite capable d’agir d’avoir un effet sur la réalité car agissant sur la représentation de la réalité4. Ainsi, dans un contexte de CFI, les membres de l’exécutif tout comme les médias ont besoin l’un de l’autre, ils sont dans une situation d’interdépendance mais plus encore, leurs stratégies développées pour répondre à leurs objectifs respectifs influent sur l’un et l’autre, si bien que le résultat de la confrontation de ces stratégies entraîne un résultat qui n’est tout fait à fait ce que les acteurs voulaient.

E. Veron appelle cela une stratégie émergente5 surgissant dans ce qu’il appelle le « produit final », soit ce qui est diffusé à la télévision, à la radio, etc. Il faut souligner l’adéquation entre les théories de deux sociologues et son concept de stratégie émergente. Déjà, elle comprend la confrontation entre les acteurs mais aussi, E. Veron souligne qu’à l’intérieur des groupes se trouvent entremêlées les stratégies collectives – celles du groupe – et les stratégies individuelles – celles d’un membre du groupe. Nous pensons voir ici un rapport avec la consubstantialité individu/société et également la lutte essentielle au jeu entre groupes ; c’est-à-dire que sans recherche d’équilibre dans leurs tensions, la lutte trans-champs n’existerait pas. Il paraît logique, ne serait-ce que parce que personne ne possède de pouvoir absolu – même les rois de France, alors maîtres dans l’absolutisme dépendaient fortement de la noblesse et de la bourgeoisie comme l’explique N. Elias6, que les acteurs se trouvent dans un rapport de concurrence et de collaboration quand leurs activités n’ont qu’une autonomie restreinte, d’autant plus s’ils ne peuvent se passer d’acteurs d’autres groupes institués.. La configuration de champs nous permettrait alors de réfléchir sur les relations entre groupes institués en tant qu’elles se cristallisent dans le « produit final », fruit d’une lutte entre ceux-ci, mais aussi de luttes internes au champ.

Ce « concept » ne peut vraiment faire l’impasse sur un effort de caractérisation. Il faudrait bien entendu passer par l’étape de la vérification empirique pour lui donner ses « traits de noblesse » – soit en science sociale lui donner une efficacité dans une relation concrète-abstraite entre le terrain et la théorie. Pour l’instant donc, nous en sommes au début, au tâtonnement à l’aide de l’intuition et du travail de nos illustres prédécesseurs.

1° La configuration de champs concerne une lutte trans-champs, elle dévoile les rapports de force entre différents groupes institués qui doivent posséder une certaine autonomie pour ne pas être confondus avec un autre groupe.

2° Les rapports de force entre les groupes se déroulent dans une logique de concurrence et collaboration ; autrement dit, ce n’est pas une opposition guerrière mais plutôt diplomatique, où chacun vise des objectifs propres en essayant de faire plier l’adversaire tout en lui cédant du terrain afin d’éviter qu’il n’y ait justement pas de jeu, pas d’échanges avec des règles et des objectifs.

3° Il n’existe pas de relations sui generis, elles obéissent toutes à une normalisation et des cadres qui sont institués. Les relations entre groupes, surtout si elles se déroulent dans un État-Nation, s’inscrivent dans une histoire, ayant permis le développement de lois et d’habitude entraînant un déroulement « normal » et normé ainsi qu’un ensemble variant mais attendu de dispositions – nous entendons par dispositions, une préparation à l’action par un groupe en vue de certains objectifs en réaction ou anticipation d’une action menée par un autre groupe et qui se traduit dans la mise en œuvre d’une stratégie – et de réactions.

4° Les relations entre groupes ne peuvent se passer d’une publicité ou d’une mise en scène. Le régime politique français contraint les négociations à avoir une face publique, à vrai dire la politique – dans le sens de gestion de la cité et de lutte pour la définition de la réalité – ne peut éviter une confrontation publique. La médiatisation a donc un rôle d’importance.

5° Les membres des groupes agissent dans une rationalité limitée car formalisée. Il ne s’agit pas d’une rationalité de type omniscience – comme celle des acteurs dans les théories néo-économique7 – mais une conception de la rationalité qui ne s’appuie pas sur une ontologie fantaisiste mais plutôt sur une reconnaissance des limites de l’être humain. La formalisation de la rationalité la limite puisqu’elle l’enferme dans des actions considérées comme les plus logiques et les plus efficaces, pouvant causer un aveuglement face à une situation extra-ordinaire ou quand les actions ne correspondent tout simplement plus au contexte.

6° Les membres d’un groupe peuvent et doivent occuper une « fonction représentante de corps » – de préférence ceux qui ont été désignés comme les porte-paroles ou ceux qui ont une position supérieure comme les directeurs. En effet, un groupe institué fait corps, il constitue une collectivité basée sur une activité – professionnelle ou pas – et/ou une qualité distinctive – être d’origine hispanique, être joueur de keno, etc. La fonction représentante de corps est donc la fonction qui sert à un membre d’incarner le corps politique du groupe, de parler en son nom et de le défendre comme si chaque membre s’exprimait de la même voix.

7° Il n’existe pas d’uniformité de point de vue dans les groupes tel que les membres pensent et agissent tous d’une façon strictement identique. Toutefois, les groupes peuvent agir car, d’une part, il peut exister une majorité consentie ou forcée et, d’autre part, les membres occupant la « fonction représentante de corps » – d’autant plus s’ils ont une position forte dans le groupe – peuvent agir au nom du groupe. Ainsi, malgré les possibles différences voire oppositions entre les membres du groupe, l’action de ce dernier n’est pas bloquée ; elle l’est justement quand une partie du groupe conteste ceux qui assument la fonction représentante, remettant en question le corps – l’unité politique agissante – du groupe.

Cette liste de caractéristiques de la configuration de champs n’est pas exhaustive ; elle ne demande qu’à être agrandie ou rétrécie ou modifiée… Bref à être approfondie.

Maintenant il reste à couvrir les problèmes causés par le recours à ce bricolage épistémologique. Dans un premier temps la terminologie pose des soucis qui peuvent agrandir la confusion. Même si N. Elias et P. Bourdieu ont mis au point deux concepts assez ressemblants, ils n’utilisent pas les mêmes notions ; par exemple l’équilibre de tension chez le premier est la structure du champ chez le second, la tension est la lutte… Nous nous demandons donc quelle notion utilisée car il nous semble que les utiliser indifféremment ne pourrait que rendre la configuration de champs incompréhensible. Faudrait-il privilégier les notions d’un des deux sociologues ? Ou se référer à ses notions quand c’est la « partie » de son concept qui est mobilisé ? Ou continuer le bricolage en prenant différentes notions ?

Dans un second temps, le recours à un concept qui mélange deux autres laisserait à penser que les auteurs sont extrêmement similaires. Ce n’est évidemment pas le cas et les similitudes entre N. Elias et P. Bourdieu les rapprochent. En même temps c’est sur la neutralité axiologique qu’ils s’opposent clairement ; P. Bourdieu vers la fin de sa carrière se dirigeait clairement dans une optique de lutte contre le néo-libéralisme tel qu’en témoigne un texte comme Néo-Libéralisme, utopie (en voie de réalisation) d’une exploitation sans limites8. Il faut être conscient que N. Elias et P. Bourdieu ne sont pas des chercheurs-jumeaux, donc être prudent sur ce que la configuration du champs nous autorise à conceptualiser. Il n’appartient qu’à nous d’être le plus précis possible.

Pour conclure, nous donnerons une définition, qui n’a rien de définitive ; une configuration de champs représente une dynamique des relations entre groupes institués qui donnent lieu à une lutte spécifique où s’organise un équilibre des tensions, selon les capitaux différents dont disposent les groupes, dans un rapport de concurrence et de collaboration, et faisant l’objet d’une mise en scène publique, le plus souvent dans les médias.

1OLIVESI Stéphane, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeu de société. Paris : L’Harmattan, 2005, 88 p. (Communication)

2BOURDIEU Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Paris : Les Éditions de Minuit, 1989, 569 p. (Le sens commun)

3CAHIER Bernard, « Actualité de Nobert Elias : réception, critiques, prolongements » [Document en ligne] Socio-logos, n°1, 2006. Disponible sur : http://socio-logos.revues.org/30 (consulté en novembre 2015)

4BOURDIEU Pierre, Langage et pouvoir symbolique. Paris : Éditions du Seuil, 2001, 423 p. (Points : essais)

5VERÓN Eliséo, « Médiatisation du politique : stratégies, acteurs et construction des collectifs » [Document en ligne] Hermès, 17-18, 1995, volume 3, pp. 201-214. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-1995-3-page-201.htm (consulté en février 2014)

6ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

7SAPIR Jacques, Les économistes contre la démocratie : les économistes et la politique économique entre pouvoir, mondialisation et démocratie. Paris : A. Michel, 2013, 268 p.

8BOURDIEU Pierre, Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale. Paris : Liber-Raisons d’agir, 1998, 125 p.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.