Finance et État : ce que prouve l’analyse de la communication de l’État

Dans l’idéal néo-libéral, l’État se distance de la finance en laissant celle-ci se gérer toute seule. Pourtant, comme le montrent les volontés du gouvernement et de la présidence actuels de libéraliser/privatiser/« marchétiser » la SNCF, c’est l’État qui donnent les moyens à certains secteurs de se « libérer »; la finance ne peut donc se passer d’une intervention de l’État pour sa liberté. Elle peut encore moins se passer de l’État en situation de crise. L’analyse de la communication, en période de crise financière, révèle les rapports que l’État entretient avec la finance. En particulier, elle permet de démontrer deux choses essentielles ; la finance n’est pas une institution naturelle et l’intervention de l’État est indispensable pour que les marchés financiers fonctionnent.

Quelques détails sur la communication de l’État

La communication de l’État que nous avons analysée est celle des ministres et du président de la République pendant trois crises financières internationales ; le « krach boursier de 1987 », la « crise asiatique de 1997-1998 » et la « crise des subprimes de 2007-2008 ». Nous avons analysé principalement des discours, des interviews et des conférences de presse de ces membres de l’exécutif avec comme objectif de savoir ce qu’ils disaient sur la crise. À partir de là, nous avons pu déterminer la manière dont les membres de l’exécutif concevaient la finance, les relations qu’ils entretenaient ou qu’ils souhaitaient entretenir avec, les politiques qu’ils comptaient mettre en œuvre et les « idéaux » qu’ils mobilisaient ou critiquaient. Au total, avec plus de 300 activités de communication des ministres et du président de la République analysées, nous avons une idée assez précise des rapports entre l’État et la finance. Dans le cadre de ce billet, nous insisterons sur deux éléments. Dans un premier temps, nous verrons que loin d’être des institutions naturelles, les marchés financiers ont été institués et sont institués par l’État. Dans un second temps, nous insisterons sur le paradoxe de l’intervention de l’État dans la finance.

Les marchés financiers comme institutions naturelles : fantasme ou réalité ?

Les marchés financiers pensés comme des institutions naturelles correspondent à l’idée que l’économie est nécessairement une économie de marché. Ainsi, les économistes, les journalistes, les hommes politiques et autres, défendant ce point de vue, rendent naturelle et a-historique une vérité qui correspond à notre civilisation. Ils inscrivent dans la nature humaine le fait que les échanges de type économique se déroulent forcément sur un marché. K. Polanyi1 s’inscrit contre cette vision de l’histoire de l’économie. Pour lui, la conception naturelle des marchés vise à prouver que le capitalisme fait lui-même partie de la nature humaine. Cette conception s’appuie sur la découverte d’un code babylonien (code juridique de Hammurabi) datant du XVIIe siècle avant J.-C. Pourtant, comme le précise K. Polanyi, à cette époque les marchés n’existent pas vraiment. Ce sont des erreurs de traduction du code et d’interprétation qui ont amené à croire à la présence des marchés dans cette économie. Les marchands babyloniens ne sont pas des marchands en quête de bénéfice. Ils sont marchands par statut, statut qui leur revient après un apprentissage, un héritage ou une désignation par le pouvoir. Plus encore, les prix sont décidés par les autorités babyloniennes, ce qui est un comble pour une « économie de marché naturelle ». K. Polanyi démontre donc l’erreur d’une conception naturaliste des marchés et du capitalisme.

À notre époque et en France, l’État a mis en œuvre une politique de déréglementation dans le secteur financier. Il a détaché lui-même son autorité des marchés financiers. Ces derniers ne sont pas libres par nature, mais ils sont faits libres par une décision étatique. Il faut se diriger du côté du droit pour avoir une définition claire de la déréglementation, et une distinction avec la dérégulation – la confusion entre ces deux notions empêche de comprendre la distinction souhaitée par les preneurs de décision au niveau de l’autorité qu’ils souhaitent en charge de la finance. Ainsi, la réglementation concerne les règles étatiques et la régulation désigne les règles conçues par des institutions ne dépendant pas de l’État2. Les choses ne sont toutefois pas aussi claires dans la pratique et nous pouvons retenir deux faits. Premièrement, certaines institutions, comme le Financial Stability Board ou Conseil de Stabilité Financière (plus souvent croisée sous le sigle FSB), s’occupent de réguler le secteur financier avec, dans le cas de la France, la présence du ministère de l’Économie et des Finances. Secondement, l’État français conserve des organismes dont le but est de contrôler et de surveiller le secteur financier. Aujourd’hui, ils sont trois ; l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et Le Comité Consultatif de la Législation et de la Réglementation Financière (CCLRF). Ces trois organismes sont des autorités administratives indépendantes, c’est-à-dire des institutions qui ne sont pas sous tutelle du gouvernement mais, tout de même, agissent au nom de l’État3. En bref, ces deux éléments soulignent que l’État intervient encore dans la gestion de la finance et que, en France, il conserve un œil sur ce secteur.

Afin de mesurer cette intervention de l’État, nous avons cherché dans les activités de communication des ministres et du président de la République des « traces » de l’intervention étatique dans le secteur financier, soit des formulations qui font la promotion de l’État pendant une crise financière internationale. Concrètement cela signifie que les membres de l’exécutif expliquent que l’État est efficace dans sa gestion de la crise ou, plus généralement, dans ses rapports avec la finance. Voici quelques chiffres :

Krach boursier de 1987 (52)4

31 (59,5%)

Crise asiatique de 1997-1988 (88)

36 (41%)

Crise des subprimes de 2007-2008 (171)

100 (58,5%)

Nous voyons ici que pendant le krach boursier de 1987 et la crise des subprimes de 2007-2008, une majorité des activités de communication des membres de l’exécutif fait la promotion de l’État. C’est moins le cas pour la crise asiatique de 1997-19985. Toutefois, les ministres et le président soulignent, au travers de leurs activités de communication, l’intervention de l’État dans le secteur financier. Les marchés en général sont donc aussi peu naturels que l’État ; ils sont tous les deux le fruit d’une construction historique et ne sont pas donnés dans la nature humaine. Les crises financières internationales contredisent le caractère naturel des marchés financiers en rappelant que, en France, l’État est à l’origine de la situation des marchés financiers (pour aller plus loin sur ce point, voir en fin de page).

Les rapports État/finance : intervenir ou ne pas intervenir ?

L’historien F. Braudel souligne que, pendant le Moyen Âge, le capitalisme et l’économie de marché sont dépendants d’une participation de l’État ; « les grands marchands […] disposent généralement des complicités de l’État »6. Il montre également que les marchés nationaux sont dépendants d’une volonté de l’État d’unifier les marchés régionaux ; « rien d’étonnant qu’il y ait nécessairement à l’origine du marché national une volonté politique centralisatrice »7. Historiquement donc, en France, l’État intervient pour le développement des marchés. Pourtant, les promoteurs d’une libéralisation des marchés financiers défendent un rôle spécifique à l’État, loin de ce rôle instituteur. Pour exemplifier cette vision, nous nous appuyons sur les théories de M. Friedman, incontestablement un des économistes les plus influents de la deuxième moitié du XXe siècle – K. Dixon8 explique notamment le rôle de la Société du Mont Pélerin, à laquelle appartient M. Friedman, dans la formulation d’une critique du keynésianisme et dans la diffusion des idées néo-libérales. Selon M. Friedman, l’État doit édicter des règles et jouer à l’arbitre9. Autrement dit, la mission principale de l’État consiste à s’assurer que l’économie et la finance fonctionnent sans gène – en favorisant l’affrontement des libertés individuelles et en évitant le développement de la coercition dans les rapports entre individus. Néanmoins, comme le montre le résultat présenté plus haut, l’État est promu par l’exécutif français dans sa gestion de la finance pendant une crise financière internationale.

Nous touchons là un point paradoxal dévoilé par l’analyse de la communication étatique. En France, l’État a pris part au développement de la finance puis, dans les années 1980, a détaché son autorité de celle-ci, non sans garder un « œil ouvert » sur les pratiques des acteurs financiers (individus et institutions). L’idée principale qui ne cesse de progresser depuis ces années, c’est celle de M. Friedman et elle est effectivement mise en œuvre. Les crises financières internationale mettent pourtant en lumière une situation où l’État doit intervenir et c’est cette intervention qui prouve bien que la finance ne peut pas se passer de l’intervention de l’État ; il l’a libéré et et il la soutient. Il n’existe jamais de finance totalement détachée de l’État. Les contextes de crise ne font absolument pas honneur à l’autonomie de la finance, bien incapable de s’assumer seule dans ses erreurs, étant donné qu’elle entraîne des dangers pour l’intégralité de la société.

Pour aller plus loin, il existe un autre paradoxe présent dans la communication de l’État et figurant une intervention de celui-ci. Il s’agit de la dimension critique des activités de communication des membres de l’exécutif. Cette dimension se perçoit notamment dans les causes de la crise financière données par les ministres et le président. Nous passons un peu rapidement sur les détails de la méthode utilisée ; à l’aide de catégories particulières, nous avons pu trouver ce qui composait les activités de communication des membres de l’exécutif. Deux de ces catégories concernant les causes peuvent se rattacher à une critique de la finance ; les marchés financiers et les acteurs financiers. La première catégorie désigne une cause qui prend ses racines dans l’organisation et le fonctionnement des marchés financiers. La seconde catégorie concerne les pratiques et les activités des acteurs financiers et non plus des institutions financières en général. Voici à nouveau quelques chiffres :

Krach boursier de 1987 (52)10

Marchés financiers 13 (25%)
Acteurs financiers 3 (6%)

Crise asiatique de 1997-1988 (88)

Marchés financiers 12 (13,5%)
Acteurs financiers 5 (5,5%)

Crise des subprimes de 2007-2008 (171)

Marchés financiers 22 (12,5%)
Acteurs financiers 9 (5,5%)

La dimension critique est donc bien présente pendant les trois crises financières internationales mais elle demeure assez faible. Surtout elle est accompagnée par la promotion de la mondialisation des secteurs économiques et financiers qui a bénéficié à la finance. Pour identifier cette promotion, nous nous sommes appuyés sur plusieurs éléments ; premièrement, la promotion d’une coopération internationale pour régler la situation de crise et, secondement, la promotion d’une institution supranationale (et principalement l’Union européenne). Encore quelques chiffres :

« Krach boursier de 1987 »

( % sur 52 activités de communication)

Solution

Coopération internationale (46%)

Promotion d’une institution supranationale ou internationale

40,5 %

« Crise asiatique de 1997-1998 »

( % sur 88 activités de communication)

Solution

Coopération internationale (43%)

Promotion d’une institution supranationale ou internationale

71,5 %

« Crise des subprimes de 2007-2008 »

( % sur 171 activités de communication)

Solution

Coopération internationale (45%)

Promotion d’une institution supranationale ou internationale

41 %

Les membres de l’exécutif français donnent assez souvent comme solution la coopération de la France avec d’autres États, que ça soit par la tenue de sommets des G ou la mise en œuvre de politiques économiques particulières. Il n’existe absolument pas de volonté protectionniste dans les activités de communication des ministres et du président pendant ces trois crises financières. Au contraire, ils saisissent l’événement de « crise » pour réaffirmer leur volonté de construire la mondialisation économique et financière – toutefois en proposant, parfois, des modifications (par exemple il est question pendant les trois crises de refonder un nouveau système monétaire et financier international, depuis la fin de l’ancien avec les accords de Jamaïque en 1971). Le paradoxe qui se déroule ici concerne plus directement l’État mais demeure en rapport avec la finance. Il s’agit d’un État intervenant pour sauver son secteur financier national tout en promouvant le développement d’une « finance globale ou mondiale ». C’est du même coup, un gouvernement et une présidence qui s’engagent dans le développement d’un mode de gouvernement se dégageant des formes traditionnelles de gestion politique, correspondant aux limites de l’État-nation. En somme, les représentants de l’État français semblent se mettre des « bâtons dans les roues », en soutenant le développement d’une finance qu’ils ne peuvent gérer directement et d’un mode de gouvernement dont ils ne sont plus les acteurs dominants, alors même que les situation de crise financière internationale montrent que l’intervention de l’État est indispensable pour soutenir le secteur financier.

Petit complément sur le rôle de l’État dans le développement de l’économie de marchés :

D’après P. Rosanvallon, l’État prépare la société de marchés. La construction étatique passe par la maîtrise d’un territoire et la définition de ce dernier (et de ses limites)11. Les relations de commerce et les échanges économiques permettent l’entretien de ce territoire par la dynamique des marchés. L’État est donc investi dans le développement de l’économie et des marchés. Pour ce faire, il prend aussi part à la formation de l’individu ; « en participant à la libération de l’individu de ses formes antérieures de dépendance et de solidarité, il développe l’atomisation de la société dont il a besoin pour exister »12. C’est alors un lien pourrait-on dire dialectique entre marchés et État ; les premiers bénéficient de l’intervention étatique pour son développement et le second se construit avec le développement des marchés. En outre, l’État contribue à l’atomisation de la société permettant l’apparition d’une économie de marchés distincte d’une économie plus traditionnelle, correspondant à l’économie des corporations, que l’État peut moins maîtriser.

Ce petit complément à l’aide des travaux de P. Rosanvallon nous montre que les relations entre les marchés (économiques et financiers) et l’État sont dynamiques et historiques. En conséquence, réfléchir sur celles-ci à l’aide de naturels, les marchés comme donnés dans la nature humaine, empêche de comprendre les pleines implications des actions de l’État pendant une « crise financière internationale ». En particulier la communication de l’État nous prouve l’engagement de ses représentants, et partant de l’État, dans les activités de la finance et la présence nécessaire de l’État pour la tenue de ces activités.

1POLANYI Karl, «  Marketless trading in Hammurabi’s time » In : POLANYI Karl, ARENSBERG Conard M., PEARSON Harry W., Trade and market in the early empires : economies in history and theory. Glencoe : Free Press : Falcon’s Wing Press, 1957, pp. 12-26

2BONNEAU Thierry, Régulation bancaire et financière européenne et internationale. Bruylant : Bruxelles, 2014, 467 p. (Droit de l’Union Européenne)

3https://www.senat.fr/rap/r05-404-1/r05-404-13.html

4Le chiffre entre parenthèses correspond au nombre total d’activités de communication analysées par rapport à la crise.

5La différence de résultats entre la crise asiatique et les deux autres peut s’expliquer par sa situation géographique. Étant principalement, et dans un premier temps, cantonnée à l’Asie du sud-est, il semble normal que l’État s’investisse moins dans sa gestion.

6BRAUDEL Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme : Xve-XVIIIe. 2, les jeux de l’échange. Paris : Librairie générale française, 1993 (a), p. 472 (Le Libre de poche ; références)

7BRAUDEL Fernand, op. cit., 1993 (b), pp. 333-334

8DIXON Keith, Les évangélistes du marché. Paris : Raisons d’Agir Éditions, 1998, 111 p.

9FRIEDMAN Milton, FRIEDMAN Rose, Capitalisme et liberté. Paris : Robert Laffont, 1971, p. 41 (Le monde qui se fait)

10Le chiffre entre parenthèses correspond au nombre total d’activités de communication analysées par rapport à la catégorie « causes dans les activités de communication des membres de l’exécutif »

11ROSANVALLON Pierre, Le libéralisme économique : histoire de l’idée de marché. Paris : Éditions du Seuil, 1989, p. 115 (Points. Politique)

12Ibid., p. 115

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.