Dans la tête des doctorants

Ce billet est spéculatif et servira avant-tout à coucher sur papiers des intuitions, des impressions, des réflexions ; bref du condensé de matière grise. Étant doctorant, je côtoie des personnes de la même espèce et j’en rencontre souvent qui sont dans un malaise par rapport à leur thèse. Le malaise peut être, bien sûr, de différentes envergures, mais il me semble caractériser un rapport à la connaissance, et surtout à la connaissance scientifique. J’aimerais donc voyager un peu dans la tête des doctorants pour exprimer ce que ce malaise semble impliquer.

Petit paragraphe d’explication : à l’ère des « raccourcis citation twitter » ou des « jugements rapides au bout de deux lignes », il me semble important de préciser plusieurs éléments. Dans un premier temps, ce billet n’est ni un constat justifié par de la vérification, ni une généralisation abusive. Malgré les formulations qui laissent penser que je suis sûr et que je m’appuie sur des « faits » vérifiés concernant les ressentis des doctorants en SIC, ce n’est pas le cas. Je propose une réflexion qui mériterait d’amples approfondissements, mais je profite de l’existence de ce carnet pour me forcer à coucher sur papier-numérique cette réflexion. De toute manière, c’est ainsi que l’on peut se rendre compte des défauts d’une réflexion. Dans un second temps, je m’exprime à nouveau pour une seule discipline avant tout, les SIC. Je connais finalement assez peu de doctorants en dehors de cette discipline et me sens donc aucune légitimité pour parler de leurs potentiels ressentis. Dans un troisième temps, concernant une question récurrente, celle de la cause ou de la responsabilité, je préfère trancher la banane en deux. Est-ce que ce sont les doctorants qui ne travaillent pas assez avant de commencer leur thèse ou qui sont trop sensibles face aux difficultés posées par le travail de thèse ? Est-ce que c’est l’Université ou la discipline qui forme mal ses futurs doctorants ? Peut-être un peu des deux. Avant de pointer du doigt, il vaut sans doute mieux se gratter le menton.

Un échec de la formation à l’ « esprit scientifique » ?

Je reprends la notion d’esprit scientifique à G. Bachelard1. Pour ce dernier, l’esprit scientifique marque une rupture avec un esprit « préscientifique » qui ne parvient pas à se débarrasser de certains « obstacles épistémologiques » – l’expérience première, le réalisme, l’animisme et la libido2. L’esprit scientifique est donc une « évolution » vers plus de rationalité, une évolution nécessaire pour parvenir à faire « une science » qui se dégage des impressions premières et des a priori. Je pense que l’esprit scientifique peut être conçu comme une disposition face à la théorie et une pratique de cette dernière ; d’un côté, l’esprit scientifique nous rappelle qu’en tant que chercheur nous devons prendre nos distances face à tout ce qui est évident et donné sans effort ou travail dans la réflexion ; d’un autre côté, l’esprit scientifique nous pousse à adopter un comportement de remise en question de nous-même, ce que nous pensons – au niveau des utopies notamment –, ce que nous voulons mais également face à ce que les autres ont pu vouloir et penser pendant l’élaboration de leurs théories.

Il n’est pas rare de croiser des doctorants commençant leur thèse sans savoir ce qu’est une problématique ou comment est-ce qu’on en rédige une. Ils auront peut-être les souvenirs de leur « cours de méthodo », trop rarement intitulés « cours d’épistémo », pendant un master ou une licence. Néanmoins, la problématique d’un thésard n’est pas la même ; elle est plus dense et quitte sa forme interrogative pour devenir un ou plusieurs longs paragraphes de développement d’une réflexion argumentée. Il n’est pas rare non plus de croiser des doctorants avec des volontés de méthode trop ambitieuses, flirtant avec une naïveté méthodologique, qui est peut-être une envie de ne pas voir la difficulté ou une réelle croyance en la réalisation de l’impossible. Par ailleurs, on a aussi des doctorants avec des théories de méthode sans modalités d’application. Autrement dit, des doctorants qui savent ce qu’ils veulent chercher et savent quelles méthodes utiliser mais qui, concrètement, sont incapables de savoir comment les mettre en œuvre.

Selon moi, et pour résumer, il est possible de déterminer deux plans sur lesquels la formation à l’esprit scientifique échoue : le plan épistémologique et le plan méthodologique. D’une part, les doctorants semblent n’être pas suffisamment armés intellectuellement pour « faire de la science ». D’autre part, les doctorants semblent n’être pas suffisamment préparés dans l’utilisation des outils pour « faire de la science ».

Un échec de la préparation à la thèse en tant qu’expérience ?

L’histoire intellectuelle d’une discipline ne suffit jamais, même si elle est absolument nécessaire. En effet, elle correspond à l’origine du « contenu » d’une discipline, au niveau de ses concepts, ses penseurs, ses fondateurs, ses théories principales, ses postures épistémologiques dominantes, etc. L’histoire intellectuelle prend sans doute part à l’« histoire officielle » d’une discipline, c’est à dire une histoire « qui met en exergue les Pères fondateurs et leurs « bonnes oeuvres », invente les précurseurs, et, surtout », donne un sens à l’évolution de la discipline »3. Toutefois, R. Boure, contribuant à une histoire des sciences de l’information et de la communication (SIC), a recours à l’historicisme, soit « l’enracinement des faits, des pratiques, des auteurs, des œuvres, des textes dans leur contexte historique de production, étant entendu que ce dernier articule les dimensions scientifiques stricto sensu et les dimensions sociétales. »4 Ce faisant, l’histoire intellectuelle est éclairée à la lumière des luttes et des représentations qui animent les auteurs fondateurs des SIC. Avec une dose de cynisme, toujours indispensable pour comprendre l’aspect social de la science en pratique, on pourrait comprendre les intérêts personnels et les intérêts institutionnels à construire une histoire officielle, mais aussi à adopter tel ou tel type de concepts, telle ou telle de posture dans les SIC. En fait, sans se soucier de froisser les égo de certains chercheurs et les stratégies d’une discipline instituée – en dévoilant qui se veut dominant dans la discipline et qui sont les adversaires de celle-ci –, on peut permettre aux doctorants, et aux étudiants en général, de mieux comprendre leur discipline.

Pourtant, peu importe les raisons pour expliquer cela (timidité, honte, volonté du secret, illusio), l’histoire, pourrait-on dire sociale et institutionnelle, des SIC n’est pas enseignée. Il s’agit le plus souvent d’un mélange entre l’histoire officielle et l’histoire intellectuelle. Les doctorants sont alors mal préparés face aux luttes politiques institutionnelles auxquels ils prennent part bien malgré eux. Ils sont encore plus mal préparés, car c’est « quelque chose qui ne se dit pas ». On est très proche ici de l’illusio de P. Bourdieu5. Par cette notion, il faut comprendre tout ce qui se constitue un groupe, un « corps », et qu’un individu se doit d’intégrer s’il veut en faire partie. Comme le souligne P. Bourdieu, le champ scientifique est composé de rapports de force et de rapports de domination. Les dominants veulent conserver leurs places et les dominés veulent prendre part au « jeu » pour améliorer leur position. Ce qu’un doctorant est capable de complètement ignorer, tant cette part du champ scientifique est tue ou à peine effleurée, c’est que la science n’est pas que le fruit de réflexions mais le fruit de relations qui se tisse par la réflexion, et inversement. La science correspond à des luttes politiques institutionnelles. Un doctorant peut donc croire, naïvement, que ce qui décide du succès d’une théorie, est sa congruence avec la « réalité » et les apports qu’elle offre à la compréhension de la société et des relations qui la composent. Il ne faut cependant pas oublier que ce succès est également du à des capitaux proprement sociaux, soit pour P. Bourdieu, « un ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance »6. Le ou les porteurs d’une théorie participent à des rapports de force et leurs capitaux sociaux leur offrent la possibilité de défendre, avec ou plus moins de facilité, leur théorie.

Alors, la thèse n’est plus seulement un exercice scientifique mais bien un exercice de politique institutionnelle, avec tout ce que cela implique de petits calculs, de considération pour et avant la réflexion, de sacrifices ou de contraintes, etc. Comme l’indique S. Olivesi, « ce que fait ou ne fait pas, ce qu’écrit ou n’écrit pas, ce que dit ou ne dit pas un chercheur en sciences de l’information et de la communication sont des actes dont la signification est relationnelle, autrement dit des actes dont la signification réside dans la dynamique des relations associant l’agent aux autres agents appartenant à ce champ »7. Les doctorants sont donc mal préparés face à cette science faite de rapports de force alors qu’on leur vend plutôt une science constituée uniquement de « matière intellectuelle ». Si la thèse tourne comme une mauvaise expérience, c’est peut-être en partie parce que les doctorants débarquent dans des rapports de force auxquels on ne les avait pas du tout préparés et auxquels ils sont obligés de prendre part à moins de vouloir mettre immédiatement fin à leur participation au champ scientifique.

Des rapports des doctorants à la connaissance scientifique ?

Peut-on poser comme hypothèse que les deux principales difficultés – la pratique de la science au niveau épistémologique et méthodologique et la science comme rapports de force – que semblent rencontrer les doctorants soulignent un rapport spécifique à la connaissance scientifique ? Serait-ce un rapport conduisant à des malaises du côté des doctorants car ils se sentent impuissants ou presque face à ces difficultés ? Et est-ce que ce rapport spécifique à la connaissance scientifique témoigne plus largement d’un statut de cette connaissance dans la société ? Est-ce que la formation inaboutie des doctorants montre une déconsidération du savoir scientifique (peut-être face au savoir « expert », plus fournisseur de comment que de pourquoi) ? Est-ce que l’Université n’a plus les moyens de former de futurs chercheurs en sciences sociales alors que le gouvernement lui demande surtout de former de futurs prêt-à-être-employés pour le marché de l’emploi ?

L’idée centrale est qu’à partir des difficultés des doctorants face à la connaissance scientifique, il est possible d’en apprendre plus sur cette dernière. En effet, les difficultés de « futurs » membres d’un champ dont la spécialité de « faire de la science » interrogent sur les modalités d’entrée de ce champ. Elles posent également des questions quant à l’intérêt que portent les membres effectifs auprès de leurs « recrues », mais aussi sur la volonté des institutions qui composent ce champ, l’Université en tête, de s’engager dans la formation de chercheurs capables de « faire de la science » correctement et dans les meilleures conditions.

Dans un autre sens, ce sont aussi des interrogations vis-à-vis des dispositions d’un individu de notre société face à la formulation d’une réflexion complexe. Les difficultés des doctorants seraient-elles démonstratives d’une incapacité répandue (dans la société) à adopter une posture réflexive particulière (celle qui caractérise la science) ? Seraient-elles la preuve d’une forme de paresse qui nous fait préférer les réflexions premières et les jugements hâtifs (dont les émissions de « débat » à la télévision ou à la radio me semblent être l’exemple type) face à l’adversité que pose une réflexion de type scientifique ? Seraient-elles le témoin d’une incertitude face à ce qu’est, concrètement, une réflexion scientifique ?

Pour conclure, je conseille fortement à des étudiants voulant devenir doctorants de se renseigner sur l’histoire sociale et institutionnelle de leur discipline ; en somme, tenez-vous au courant des rapports de force au sein de votre discipline. Ensuite, il faut se préparer à prendre part à ces rapports et à accepter que sa réflexion y soit soumise en (grande) partie. Il existe des auteurs bien ou mal considérés, des théories bien ou mal vues, des concepts à la mode ou désuets, etc. Tous ces éléments permettent de se faire bien ou mal « voir » selon que l’on est plus ou moins, voire pas du tout, doué pour les identifier et les comprendre. Enfin, il faut à tout prix renforcer ses connaissances sur l’épistémologie de sa discipline mais aussi des sciences sociales en général.

 

 

1BACHELARD Gaston, La formation de l’esprit scientifique : contribution à une psychanalyse de la connaissance objective. Paris : J. Vrin, 1970, 256 p. (Bibliothèque des textes philosophiques)

2Ibid. ; pour une synthèse de ces obstacles se reporter à BACHELARD Gaston, Épistémologie : textes choisis. Paris : Presses universitaires de France, 2010, pp. 159-169 (Les grands textes)

3BOURE Robert, « L’Histoire des Sciences de l’Information et de la Communication (2) : le cas des origines littéraires des SIC ». Questions de communication, n° 11, 2007, p. 287

4Ibid., p. 278

5BOURDIEU Pierre, Homo academicus. Paris : les Éditions de Minuit, 1992, p. 80

6BOURDIEU Pierre, « Le capital social : notes provisoires » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, n°31, 1980, p. 2. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1980_num_31_1_2069 (consulté en décembre 2017)

7OLIVESI Stéphane, « Une rencontre manquée : Bourdieu et les SIC », IN : LECLERCQ Catherine, LIZÉ Wenceslas, STEVENS Hélène (dir.), Bourdieu et les sciences sociales. Réception et usages. Paris : La dispute, 2015, p. 203

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.