L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Pendant les cours d’épistémologie d’une discipline en sciences humaines et sociales (SHS) ou dans ces dernières en général, la question de leur intérêt pour la société revient souvent sur la table. Les étudiants s’interrogent en effet sur l’utilité sociale d’une spécialisation de l’interrogation du monde quand celle-ci est si peu « compréhensible », si « théorique pour faire théorique », si peu « concrète » dans ses résultats ; autrement dit, quelle est la fonction de ces SHS dont nous ne saisissons pas le fonctionnement et les codes ? Ce billet servira à mettre en avant quelques éléments qui ressortent des discussions entretenues avec les étudiants à qui j’enseigne une matière comportant une dimension épistémologique et méthodologique, et permettra d’avancer des débuts d’explication vis-à-vis de ce manque de légitimité dans une société où l’humeur utilitariste semble dominer.

La comparaison avec la grande soeur : les sciences dures comme exemple d’utilité

Précisons d’emblée de jeu que les différents éléments présentés ci-dessous ne sont pas partagés par l’ensemble des étudiants, ni même ceux-ci s’accordent sur l’interrogation de l’utilité des SHS ; certains reconnaissent d’emblée le rôle à jouer des SHS dans la formulation de questions critiques sur des phénomène ou sur la société en général.

La représentation des sciences dures en tant que « science idéale » demeure actuelle. Le caractère idéal se décline en plusieurs points que l’on peut résumer comme suit :

  • Objectifs clairs et compréhensibles ; c’est-à-dire, par exemple, que l’on sait ce que veulent faire les sciences dures et pourquoi
  • Langage mathématique indiscutable
  • Application concrète des découvertes des sciences dures
  • Méthodes sans biais et parfaitement objectives
  • Résultats quasiment indiscutables

Ainsi représentées, les sciences dures font une ombre à laquelle il est difficile pour les SHS d’échapper. Pour dénoncer les travers et défauts des SHS – travers qui existent et que, bien sûr, il faut discuter – l’argument de la comparaison avec les sciences dures idéales revient comme une vilaine manière ; celle de confondre deux types de sciences qui ont en commun (j’exagère un peu) surtout le nom. Il devient dès lors difficile d’expliquer que l’utilité des SHS passent avant tout par une appropriation de la part des citoyens et n’est pas juste un mode d’emploi, une liste de « comment » à appliquer pour voir des résultats immédiats ou dans le court terme.

Par exemple, les sciences de l’information et de la communication (SIC) peuvent permettre aux citoyens, si elles s’en donnent la peine, de comprendre le rôle de la communication dans le gouvernement de la société. Ainsi, le questionnement de la communication politique par une critique citoyenne prend une dimension autre que la simple dénonciation d’une communication publicitaire travestie. Il faudra pourtant que les citoyens tendent l’oreille pour faire l’effort de comprendre. Tout comme il faudra aux chercheurs en SIC faire l’effort de rencontrer ces populations et rendre leur travail et théories « compréhensibles ».

L’incompétence communicationnelle : les chercheurs en SHS ne savent pas « s’expliquer » ?

Pour le dire crûment, les chercheurs passent parfois pour des manipulateurs de longs et complexes mots juste pour faire les intelligents. Il existe pourtant un art du mot juste dans les SHS, comme nous l’avons défendu dans un autre billet. Les synonymes ne sont pas courants dans les notions scientifiques et confondre certains mots correspond à une erreur. C’est un des codes scientifiques des SHS qui est mal compris, mais ce n’est malheureusement pas le seul. La nécessité de la théorie et de sa discussion sont aussi mal comprises. Elles donnent l’impression du compliqué pour faire compliqué, alors même que la théorie est indispensable pour interroger une pratique. En bref, les codes, utilisées pour faire du « bon scientifique certifié SHS », ne sont pas compris par les personnes externes à l’institution scientifique. La question du partage des savoirs sur la recherche en SHS est définitivement à poser ; faut-il renforcer l’enseignement du « comment fait-on (de) la science et pourquoi » à l’université ?

Les chercheurs ne savent pas s’exprimer, les étudiants leur reprochent la qualité du ‘compliqué pour faire du compliqué », un peu comme si dans ce mode d’expression savant se cachait avant tout une question d’égo à repasser par la mise en avant d’une maîtrise avancée de la langue française et des théories scientifiques. En tant que chercheur, il faut sans aucun doute apprendre à sacrifier un peu de précision théorique pour de la compréhension chez les « non-spécialistes ». Je reviens par exemple d’une conférence publique donnée par un économiste qui parlait de monnaie ; utilisant des termes comme « quantitative easing » ou « helicopter money », sans les expliquer, il pouvait être sûr de perdre son auditoire. Il faut donc faire des efforts pour les chercheurs, dans la formation et dans le comportement pour expliquer et s’expliquer, afin que les citoyens « hors SHS » saisissent ce qu’ils font.

Toutefois, le problème n’est pas que d’ordre communicationnel. C’est aussi une question d’éducation aux SHS. Pourquoi n’existe t-il pas des cours d’épistémologie dès le lycée ? Pourquoi les apprentis chercheurs ne sont pas tous formés au partage de leurs activités aux non-spécialistes ? Ce n’est pas parce qu’ils existent des spécialistes de la communication scientifique, des professionnels chargés de faire la promotion et la vulgarisation de la science en général, que la question de la diffusion du savoir doit être mise au second plan  – surtout pour les chercheurs se rattachant à une critique progressiste. Ces communicants ont certainement un rôle à jouer mais ils ne suffisent pas ; ça serait considérer en fait que la communication est comprise par les cibles comprend comme elle est pensée par ses producteurs, une vieille théorie dont il serait temps de se débarrasser définitivement.

 

En bref, il semble exister des réels défauts dans la manière d’expliquer les SHS aux citoyens, et aux étudiants notamment. C’est également une réticence chez certains de ces derniers à connaître un ensemble de disciplines dont les pratiques et les codes sont mal considérées (le compliqué pour faire compliqué, la théorie sans application concrète, etc.). Une bonne proposition consisterait à appuyer, dès la formation de futurs chercheurs dans les MASTER, sur le travail de partage de connaissance avec des non-spécialistes. Une autre pourrait être de multiplier les rencontres entre « société civile » ou citoyens et chercheurs dans l’objectif de laisser s’installer des pratiques d’échanges entre les deux, mais les contextes de réduction de dotations ministérielles et la poursuite de grands projets (à l’innovation, aux sociétés de – insérer objectif promotionnel -, à la professionnalisation des formations universitaires) n’encouragent pas le tissage de liens entre chercheurs en SHS et citoyens hors-universités, tout particulièrement dans l’objectif de produire une critique sociale.

 

Crédit photo


2 réflexions sur « L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *