Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Nous verrons dans ce billet quatre types de conceptions de l’État en sciences de l’information et de la communication (SIC) et expliquerons en quoi elles peuvent bénéficier de l’apport des théories de N. Elias et P. Bourdieu sur la formation de l’État moderne.

Comme toutes disciplines issues des sciences humaines sociales (SHS), les SIC doivent fournir l’effort d’une distanciation avec les pré-notions. É. Durkheim1 propose même d’en faire un impératif de la recherche scientifique. Cependant, les SHS ont également recours à une « langue administrative »2, constituée par la reprise sans discussion des notions scientifiques. Les SIC ne sont donc pas à l’abri de faire une sociologie spontanée de l’État, sans s’interroger sur ce que recouvre ce concept. Pour cette raison, la réflexion proposée dans cet article servira à favoriser une compréhension de la manière dont l’État est pensé, en mettant en lumière quatre conceptions typiques qui gagneraient à être creusées à l’aide de travaux en sociologie. En somme, nous voulons démontrer que penser l’État en SIC doit s’appuyer sur leur caractère interdisciplinaire. Elle doit également profiter de la pluralité des approches épistémologiques afin d’éviter d’essentialiser, dans le premier temps de la réflexion théorique, la figure de l’État.

La première conception typique relève de l’ordre symbolique. Elle comprend que l’État est dépendant d’une représentation politique correspondant au type « représentation-incarnation »3. Autrement dit, cette conception se dégage d’emblée de l’anthropomorphisme de l’État où l’État est décrit comme un individu à part entière4. L’assimilation entre la communication du gouvernement et la communication de l’État, chez C. Ollivier-Yaniv5 par exemple, témoigne de la prise en compte (consciente ?) de cette dimension symbolique. Cette dernière se manifeste alors dans des politiques de communication, où l’État agit par l’intermédiaire de représentants, c’est-à-dire les ministres et le président de la République.

Le deuxième type conçoit l’État comme réseau de services administratifs. Il distingue deux niveaux d’actions étatiques, le local et le central. Pour I. Pailliart6, les territoires locaux, avec notamment le développement de l’information locale, ont opéré le renforcement du caractère local et une modification du gouvernement de ce niveau, par l’association des citoyens aux décisions. Cette conception de l’État souligne en fait la réalité pratique et géographique du gouvernement de la France, où les territoires sont tissés par des liens sociaux.

La troisième conception s’intéresse, elle, à la réalité politique du gouvernement de la France. Les politiques de communication visent dans ce sens à fixer l’intérêt général au travers de campagnes de communication publique7. La conception politique réfléchit également sur la légitimité étatique à communiquer, qu’elle soit décrite comme un capital qui s’entretient ou un construit visé par des stratégies8. Plus rarement, l’État est pensé dans ses opérations de domination, dont font partie les politiques de communication. Les travaux d’Y. de la Haye sont ici très précieux lorsqu’ils mettent l’accent sur le rôle de la communication dans la domination sociale et le maintien de la démocratie bourgeoise9.

Enfin, la dernière conception est historique. Elle s’appuie sur le rôle de la communication dans le développement de l’État moderne et, parallèlement, le rôle de ce dernier dans le développement de la communication10. L’État est aussi discuté dans une perspective plus géopolitique, où est analysée sa contribution à la mondialisation et globalisation par sa définition et son utilisation de la communication11. La conception historique contribue à rendre compte que l’État est dépendant d’une dynamique de relations entre différents acteurs (politiques et économiques notamment).

Ces différentes conceptions ne sont pas spécifiques aux SIC et se retrouvent même moins développées que dans d’autres disciplines, où l’État constitue un objet de recherche à part entière. Les travaux de P. Bourdieu12 et N. Elias13 sur la socio-genèse de l’État leur seraient particulièrement utiles, dans la mesure où ils précisent la manière dont l’État s’est constitué par la monopolisation de capitaux. Ils rappellent les luttes historiques qui ont amené la domination de l’État moderne dans différents champs. Ils rappellent également la légitimité politique que mobilisent les membres de l’exécutif français (ministres et président de la République) dans leurs pratiques politiques de communication. Les genèses de l’État de ces deux sociologues peuvent surtout nourrir les différents types de conception de l’État en SIC. Elles permettent une approche transversale qui explique pourquoi l’État bénéficie d’une acceptation de sa domination sur la société de la part des citoyens, et pourquoi il est en mesure de reproduire les raisons de cette domination.

Avec les théories de N. Elias et P. Bourdieu, la conception symbolique de l’État en SIC est éclairée par l’explication, d’un point de vue historique, de la légitimation de l’exécutif français à incarner l’État, de par sa victoire dans des luttes politiques et symboliques. La conception de l’État comme réseau administratif bénéficie, elle, d’un éclairage sur le souci séculier de l’État vis-à-vis de l’articulation du local et du central. La socio-genèse de P. Bourdieu souligne notamment l’engagement de l’État dans la création de ce qui est universel, soit partagé par tous, dans la société française. La conception politique de l’État profite de l’explication du gouvernement par la communication de l’État. Cette dernière permet la mobilisation du capital symbolique. Enfin, la conception historique tire parti d’un éclairage sur le rôle de certains capitaux (symbolique et économique notamment) dans le développement parallèle de la communication technique et de l’État moderne.

Nous pouvons alors en SIC mieux saisir ce qui, plus spécifiquement, justifie l’acceptation de la communication de l’État comme instrument de gouvernement. Pourquoi l’exécutif français incarne-t-il l’État dans ses pratiques politiques de communication sans affronter d’opposition ? Pourquoi l’État est-il justement incarné par ce niveau central de la vie politique ? En quoi le maniement du capital symbolique, faisant l’objet d’un monopole, favorise-t-il l’exercice de la domination étatique par l’exécutif français ? Ces différentes questions illustrent la fertilité de l’application des socio-genèses de l’État de P. Bourdieu et N. Elias aux SIC.

1DURKHEIM Émile, Les règles de la méthode sociologique. Paris : Presses Universitaires de France, 2007, 149 p. (Quadrige. Grands textes)

2PASSERON Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation. Paris : Albin Michel, 2006, 666 p. (Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité)

3SINTOMER Yves, « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 13-34. Disponible sur :  

http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-5.htm (consulté en mai 2016)

4JOBERT Bruno, MULLER Pierre, L’État en action : politiques publiques et corporatisme. Paris : Presses universitaires de France, 1987, 242 p. (Recherches politiques)

5OLLIVIER-YANIV Caroline, L’État communiquant. Paris : Presses universitaires de France, 2000, 323 p. (La Politique éclatée)

6PAILLIART Isabelle, Les territoires de la communication. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 1993, 279 p. (Communication, médias et sociétés)

7OLLIVIER-YANIV Caroline, « La communication publique : communication d’intérêt général et exercice du pouvoir. », In : OLIVESI S. (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006, pp. 97-112.

8DE OLIVEIRA Jean-Philippe, « De la légitimité de l’État à communiquer sur la sexualité : Le cas des campagnes de prévention du sida entre 1987 et 2007 » [Document en ligne] Hermès, La Revue, n° 69, 2014, volume 2, pp. 155-159. Disponible en ligne sur : http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2014-2-page-155.htm (consulté en janvier 2016)

9DE LA HAYE Yves, Dissonances : critique de la communication. Grenoble : La pensée sauvage, 1984, 191 p. (Collection media discours)

10FLICHY Patrice, Une histoire de la communication moderne : espace public et vie privée. Paris : La Découverte, 2004, 280 p. (La Découverte-poche. Sciences humaines et sociales)

11MATTELART Armand, La communication-monde : histoire des idées et des stratégies. Paris : La découverte, 1999, 356 p. (La Découverte-Poche. Sciences humaines et sociales)

12BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

13ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *