Le temps et le doctorant

Trois ans est la durée d’une thèse « en règle général »1 et, au maximum six ans2. Pour les sciences sociales, qui ont toujours regardé les sciences dures comme le modèle, la durée idéale serait plutôt de trois ans, surtout pour les thèses financées. Cette accélération du temps du doctorat reflète l’accélération globale de la société, très bien décrite par H. Rosa3. Quelques minutes – pas plus – de réflexion sur le sujet nous amène à questionner les logiques contradictoires derrière cette volonté de donner un coup de pression temporelle aux doctorants.

Le temps accélère : la critique de H. Rosa

Pour le sociologue et philosophe allemand, la société moderne est prise dans une contradiction particulière ; « Nous n’avons plus le temps, alors même que nous en gagnons toujours plus »4. En effet, les différents progrès techniques ont permis de gagner du temps. Ici, H. Rosa parle d’accélération technique, « l’accélération intentionnelle de processus orientés vers un but »5. Autrement dit, on produit plus vite, on consomme plus vite et on distribue plus vite. La structure de la société subit elle aussi une accélération, l’accélération du changement social. H. Rosa souligne que « la vitesse du changement, au début de la modernité, était intergénérationnelle »6. Désormais, « elle a augmenté jusqu’à atteindre un rythme tendanciellement intragénérationnel dans la modernité tardive »7. Enfin, il existe une accélération du rythme de vie, correspondant à l’ « augmentation du nombre d’épisodes d’action ou d’expérience par unité de temps »8. Il faut toujours faire plus dans une journée, vivre des événements riches en nombre dans un temps réduit.

Selon nous, le doctorat s’inscrit dans cette dynamique sociale d’accélération. Il répond plus exactement au troisième type d’accélération identifiée par H. Rosa. Le « rythme de vie » du doctorant reçoit des coups de fouet pour augmenter sa cadence. Le temps est une ressource et il importe, dans ce cas, de l’utiliser consciemment avec rationalité et efficacité ; calendrier, multi-tasking, gestion de projet, retro-planning, diagramme (de PERT et de GANT par exemple). La planification n’est pas une nouveauté chez les doctorants, mais elle a sans doute pris une allure plus contraignante. Il serait intéressant de faire une étude sur la place du temps dans l’exercice de doctorat entre le XXe siècle et le début de ce XXIe siècle ; est-ce que le poids des années étaient aussi fort par le passé ? Existait-il déjà une sainte durée (les fameux « trois ans de thèse ») ? Les retardataires étaient-ils aussi mal vus ? Quelle était la durée impossible à atteindre pour une thèse ?

Quelques logiques contradictoires

En tous cas, nous retiendrons pour le billet quelques logiques qui entrent en contradiction dans cette accélération du rythme de vie du doctorant. Tout d’abord, et pour utiliser un vocabulaire plaisant à ceux qui rêvent l’Université en entreprise, la « gestion de projet » est biaisée dès le début. Les thèses sont financées sur trois ans et la durée d’une thèse ne peut excéder six ans (sauf exception). Dans le premier cas temporel (trois ans), cela signifie que le projet « thèse » est mal pensé car il ne tient pas compte des contraintes temporelles. Sur les trois années effectives, a-t-on considéré les « temps morts » comme les interruptions pédagogiques ? Prenons l’été, deux mois au minimum où les directeurs et directrices sont en vacances (ils ont le droit quand même) et où les acteurs de terrain que l’on souhaiterait interroger, rencontrer, sonder, etc. sont aussi en vacances. Cette présentation peut faire sourire car elle ressemble à l’excuse de celui qui n’assume pas. Néanmoins, il demeure dans ces trois ans, en plus de la thèse, la nécessité de faire des formations, d’écrire des articles dans des revues qualifiantes, de réseauter, d’assister ou de participer à des conférences… En bref, en trois années, la thèse ne s’effectue pas, elle se vit 24h/24h, 7j/7j. Au royaume des doctorants, on travaille les dimanches et la nuit ! Le dépassement des trois années est alors une pratique courante – et encore cela va-t-il changer pour tendre vers l’idéal des sciences dures ? Le retard est devenu la norme. C’est la première logique contradictoire. La durée fixée pour le projet thèse est un minimum pratique alors qu’elle est pensée comme étant plutôt un idéal.

La deuxième logique contradictoire, plus générale, s’inscrit dans une volonté politique et idéologique ; faire de l’Université une entreprise. La loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi LRU) adoptée le 01 août 2007 confie aux Universités une autonomie concernant leur gestion – financière, humaine et politique. Plus spécifiquement, on devine derrière cette loi l’envie de faire de l’Université un monde ouvert sur la concurrence nationale et internationale. En gros, les Universités françaises devraient devenir des entreprises sur un marché concurrentiel. Malheureusement, si certains ont pensé et continue de penser les universités comme telles, elles en ont ni les habitudes, ni les modes d’organisation ritualisés et institutionnalisés, voire ni l’envie pour une partie (majoritaire?) de son personnel et de ses étudiants.

Comme le souligne un rapport de Dominique Gillot et Ambroise Dupont, dans le cadre de la commission pour le contrôle de l’application des lois, si la loi a permis de rendre les Universités sensibles à la gestion financière et à l’entretien de rapports avec le monde professionnel et économique, « la mise en oeuvre de la réforme de l’autonomie s’est heurtée à plusieurs difficultés qui ont affecté durablement la confiance des personnels et des usagers dans la progression de la qualité du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche »9. Pour résumer, l’Université, comprise comme un ensemble d’institutions soumises à un changement en direction d’une libéralisation, n’est pas bien préparée pour fonctionner comme l’espéraient les porteurs de la loi. La contradiction peut s’écrire ainsi en une courte phrase ; l’université est pensée comme une entreprise mais fonctionne encore comme une université.

La première logique contradictoire, celle du temps dont le dépassement est la norme, nous a donc amené à discuter une contradiction plus générale qui structure actuellement l’Université. On aimerait que les doctorants fassent plus en moins de temps tout en sachant très bien qu’ils ne respecteront pas le délais initial. Le temps accélère dans notre société et aussi bien l’Université que les individus qui la composent – dont les doctorants – sont soumis à cette pression. Sommes-nous seulement prêts ou d’accord avec cette pression ? Le retard comme norme montre que nous ne sommes effectivement pas en mesure d’être efficaces dans cette contrainte temporelle (et une entreprise se doit d’être efficace). Quant à savoir si nous sommes d’accord, cela dépend des convictions personnelles et des convictions collectives cristallisées dans diverses organisations (syndicats par exemple). De manière un peu provocatrice, nous pouvons poser le problème de la façon suivante ; acceptons-nous le modèle entrepreneurial de l’Université et la soumission aux lois du marché (concurrence, néo-management, efficacité avant tout, plus d’indépendance dans le financement, etc.) ?

1https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032587086&categorieLien=id

2Ibid.

3ROSA Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps. Paris : Éditions La Découverte, 2013, 486 p. (Théorie critique)

4Ibid., p. 7

5Ibid., p, 98

6Ibid., p. 139 ; c’est l’auteur qui souligne

7Ibid., p. 139 ; c’est l’auteur qui souligne

8Ibid., p. 102


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *