Dialogue entre deux dogmatiques

La question de la neutralité en sciences sociales est débattue depuis longtemps. Déjà, au début du XXe siècle, M. Weber1 s’interrogeait sur la « neutralité » de la sociologie naissante et la rapportait à la relation entre chercheur et valeurs. Il n’était pourtant pas radical sur ces relations et soutenait que les chercheurs pouvaient avoir des jugements de valeur, à condition de les signaler aux lecteurs – et à eux-mêmes –, c’est-à-dire qu’ils aient conscience de formuler des jugements de ce type2. L’autre fondateur de la sociologie, É. Durkheim reconnaissait le rôle du chercheur quant à l’amélioration de la réalité. Comme l’indique dans la préface de la seconde édition De la division du travail social, « Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de mieux les résoudre »3. Toutefois, É. Durkheim rappelle que les idéaux ne doivent pas influencer l’analyse du réel. Au contraire, pour le sociologue français, il faut observer le réel et définir l’idéal à partir de cette observation – l’idéal doit reposer sur des faits. En citant ces immenses auteurs des sciences sociales, nous souhaitons souligner que la question de la neutralité n’est pas radicalement tranchée, n’en déplaisent à ceux qui se cachent derrière l’autorité de M. Weber et d’É. Durkheim pour se donner raison en proposant une lecture partiale et partielle de ces auteurs. Le texte qui suit propose un dialogue imaginaire entre deux dogmatiques, deux enseignants-chercheurs de notre époque, chacun campant sur ses positions, comme deux armées se font face ; l’un défend la neutralité de la science comme vérité indépassable ; l’autre défend l’engagement de la science comme injonction inévitable. Pour la caricature, nous nommerons le premier Max et le second Émile.

Max : Les convictions personnelles ne doivent pas influencer la recherche.

Émile : Bien entendu, mais elles ne doivent pas pour autant être refoulées.

Max : Le refoulement n’a pas vraiment grand-chose à faire ici. Les chercheurs doivent simplement éviter les avis politiques ou religieux pour être objectifs. Sinon, ils ne font pas du travail de chercheur, mais plutôt du travail de journaliste ou d’expert.

Émile : Je ne crois pas. L’expertise scientifique se monnaye plutôt bien en plus, si tant est que l’on respecte la volonté du payeur, qui la plupart du temps recherche la défense de ses convictions dans la prétendue objectivité de la science.

Max : Une raison de plus pour ne pas ajouter ses convictions à ceux des acteurs. Il est justement possible de les conseiller car nous ne sommes pas engagés.

Émile : Pas engagés ? N’es-tu pas constamment engagé en tant qu’être humain ? La défense de tes convictions, dont la neutralité de la science en fait partie par exemple.

Max : Si bien sûr mais je… les différences sont à établir entre les convictions personnelles d’un chercheur et les objectifs de la recherche. Le chercheur en s’extirpant de tout engagement connaît la véritable objectivité, celle qui ne dépend d’aucune volonté personnelle.

Émile : J’ai l’impression que tu penses que le chercheur est un sorte de juge qui détient la vérité voire même la réalité. Ses propos seraient aussi sacrés que ceux d’un religieux qui dit le monde à travers la parole sainte de son Dieu.

Max : Je pense que tu te trompes… enfin, il est évident que la science fait des progrès en se débarrassant des impressions et des convictions qui aveuglent. Tu ne penses pas qu’à trop défendre une vision du monde, tu finiras par ressembler à ceux qui voulaient tuer Galilée, parce sa vision d’une Terre qui n’était pas au centre de l’univers était contraire à leur vision du monde ?

Émile : Défendre une vision du monde n’est pas forcément égal à détenir la vérité. Et là tu fais faux pas si tu penses qu’il est possible d’être aussi ferme sur l’objectivité de la science sociale que sur l’objectivité des sciences dures.

Max : Pourtant en évitant l’engagement, le chercheur multiplie les chances de contrôler sa recherche.

Émile : Et en reconnaissant ma subjectivité et mon engagement, je fais tout mon possible pour maîtriser les biais parce que je peux clairement les identifier. Je critique le néo-libéralisme et je veux que ma recherche soit engagée contre cette vision du monde. En réfléchissant de façon scientifique, je peux donc facilement identifier ces biais.

Max : C’est l’illusion classique de ceux qui pensent qu’identifier correspond à maîtriser. Le refus de l’engagement semble la seule manière de contrôler effectivement sa recherche. Logiquement, si la recherche n’est pas engagée, elle évite de manière systématique les biais de l’engagement.

Émile : Je pourrais te répondre que c’est l’illusion de ceux qui pense que l’objectivité totale et la maîtrise parfaite de la recherche sont possibles. C’est une subjectivité comme une autre, une subjectivité qui ne se reconnaît pas.

Max : Je ne suis pas d’accord. Je sais que… plutôt il est significatif pour une recherche d’éviter l’engagement. Cela signale d’emblée que l’objectivité est l’argument central du chercheur. Dans le cas contraire, l’argument central est une représentation dépendant de l’engagement. Elle n’est pas objective, elle est partisane.

Émile : Mais tu es l’exemple typique de ce parti pris qui ne dit pas son nom. Écoute toi parler ! Tu te corriges quand tu parles à la première personne pourtant c’est toi qui parle, ce n’est pas une objectivité divine qui s’incarne dans tes paroles.

Max : Justement parce que j’essaye d’éviter que la réflexion scientifique soit polluée par des appréhensions personnelles.

Émile : Je trouve cela inutile. Tout ce que tu fais c’est désociologiser et prophétiser ton discours en remplaçant la subjectivité par une objectivité déguisée. C’est beaucoup trop simple de donner son avis en le présentant comme dégagé de toute conviction alors qu’il est un avis comme un autre, qui a décidé, de façon partisane et partiale, de s’appeler objectivité.

Max : Au moins ce faisant, je ne prétend pas détenir quelconque vérité. Un chercheur peut se prétendre neutre quand il ne défend pas de vision du monde. Et seulement dans ce cas, il peut proposer des solutions pour aider les acteurs.

Émile : Quand vas-tu comprendre que ceci est une vision du monde ? La recherche comme institution neutre et qui, en plus, peut donner des solutions tout aussi neutres est une vision du monde.

Max : C’est faux. Les chercheurs qui défendent cette position ne prétendent pas donner une représentation du monde. Ils proposent une ligne d’action pour les autres chercheurs, une ligne qui refuse justement l’engagement, donc les visions subjectives.

Émile : Mais tu n’es pas un robot, donc tu réfléchis forcément avec des représentations, même si celles-ci refusent de s’affirmer comme telles. Au moins, j’assume mes représentations et je propose aussi des solutions, en ne prétendant pas que je suis le plus objectif possible. Soit le plus juste et le plus proche de la réalité et la vérité.

Max : C’est une attitude tout aussi dangereuse et menteuse que tu reproches aux neutres de la recherche. Tu abuses de l’autorité du chercheur en proposant des solutions biaisées. Ton engagement ne te permet pas de donner des conclusions qui ne soient pas orientées. Tes conclusions seront toujours par défaut des prises de position qui cachent des parties de la réalité pour se donner raison.

Émile : Au moins je prends le parti de dénoncer pour limiter les effets de la domination et, pourquoi pas, provoquer un changement. En étant neutre, tu prends par à la domination parce que tu te refuses à la critiquer.

Max : Le travail de recherche neutre s’attache à décrire la réalité à partir de ses outils de réflexion et de ses méthodes. En construisant ses outils et méthodes de façon à ce qu’elles soient éloignées de tout engagement, il est possible de proposer une description fiable et vérifiable de la réalité.

Émile : On fait alors exactement la même chose sauf que mes outils et mes méthodes de réflexion ont été conçus en gardant en tête ce que cela signifie d’être engagé. Je sais que que je veux lutter contre les dominants mais ce n’est pas pour autant que je trafique mes résultats pour me donner raison.

Max : Pourtant, même inconsciemment, tu risques d’influencer ta manière de chercher pour qu’elle convienne à ton objectif de lutte.

Émile : Cet argument tiendrait si le monde existait en dehors de toute l’influence des représentations et des rapports de domination. S’il existait un monde tout propre, qui pourrait être saisi comme tel, un monde qui en fait est sali par l’engagement de tous alors qu’à la base il est un monde identifiable grâce à une méthode objective, on pourrait croire que la recherche engagée fait du mal à ce monde idéal. Mais en fait le monde est formé par des représentations et des luttes. La société n’est pas un ensemble de relations pré-données, neutres, qui viennent ensuite être détournées de leur pureté originale par des engagements.

Max : Ce n’est pas la bonne manière de se poser la question. Il est logique de penser que le monde est fait de luttes. Seulement le chercheur doit s’en extirper s’il veut être objectif, sinon il ne fait que reproduire des représentations biaisées comme n’importe quel citoyen.

Émile : Mais le chercheur est un citoyen comme les autres. Il a le droit d’être engagé et de défendre ses convictions personnelles.

Max : Tout à fait, mais pas en tant que chercheur, en tant que citoyen engagé. Le chercheur doit rester neutre. Dans ce cas, il n’est plus le citoyen engagé, il est le citoyen neutre qui a les capacités de se pencher de la manière la plus objective sur la réalité. C’est trop simple de prétendre que parce qu’on est un être humain on ne peut pas être neutre. Ce fatalisme peut amener au pire parce qu’il ne permet pas de prendre du recul. Les chercheurs engagés sont trop occupés à défendre leur vision du monde comme les autres acteurs d’une lutte. Ainsi, ils n’ont pas la possibilité de proposer une solution acceptable parce qu’ils pensent détenir la vérité. Si une solution ne correspond pas à cette vérité, elle sera donc taxée d’erreurs, d’égarement ou de neutralité cachée.

Émile : En fait le détenteur de la vérité c’est toi, parce que tu es neutre ? C’est cela ?

Max : Non, le chercheur neutre n’a pas la vérité universelle. Il a une réflexion, vérifiée par une méthode, qui lui permet de démêler les engagements de chacun. Il peut dès lors proposer la recherche d’un compromis entre tous ces engagements qui, eux, ne le peuvent parce qu’ils se refusent à envisager le propos de l’autre comme ayant ne serait-ce qu’une part de vérité.

Émile : Ta réflexion repose encore sur l’existence d’un monde plat, sans les reliefs de l’engagement. Pour cela, tu ne peux envisager que le compromis n’est pas acceptable dans certaine situation.

Max : Préférerais-tu le chaos ou la guerre civile peut-être ?

Émile : Je ne plaide pas du tout pour l’affrontement guerrier mais pour l’affrontement intellectuelle des idées. Même si je veux bien croire qu’il existe des neutres honnêtes, que ceux-ci reconnaissent que leur vision du monde est subjective. Qu’ils reconnaissent qu’ils servent les dominants.

Max : C’est un délire de celui qui voit le complot des dominants de partout. Je ne défends pas les dominants du tout.

Émile : Et pourtant, et pourtant ! Tu ne vois pas que le monde fonctionne avec des luttes inégales où les perdants et les gagnants sont décidés. Bien entendu, les perdants gagnent un peu et les gagnants perdent un peu sinon ça serait la révolution. Dans un régime démocratique, il ne peut y avoir de perdants clairement identifiés, qui se reconnaissent comme tels et des gagnants qui se vantent de l’être tout en montrant du doigt les logiques sociales qui les maintiennent en place. Là où tu es utilisé par les dominants c’est quand ils prétendent qu’il existe une objectivité et une neutralité clairement identifiables.

Max : Oui mais ils sont engagés donc leur objectivité et leur neutralité est un mensonge. Je ne le suis pas et je ne prétendrais jamais l’être si je défendais une quelconque vision du monde.

Émile : Ces bonnes intentions ne tiennent pas face à ceux qui savent très bien utiliser une prétendue neutralité pour imposer une représentation de la société. Prend l’exemple de l’économie. Les libéraux et les néo-libéraux se battent depuis le siècle dernier, voire même avant, pour poser leurs définitions comme étant l’essence même du monde. Bien sûr qu’ils sont neutres ! Bien sûr qu’ils sont objectifs s’ils peuvent servir les dominants et bénéficier en retour d’une considération qui leur offrent une situation financière et symbolique bénéfique pour l’égo et le bien-être. Tu peux donc être convaincu que tu es bien neutre si du côté des dominants, tous les efforts sont faits pour que les institutions scientifiques valorisent la soit-disant neutralité qui défend la vision du monde qui permettra de conserver les rapports de domination.

Max : Notre discussion n’a pas de rapport avec l’organisation des institutions scientifiques. Il est existe sûrement des phénomènes de domination dans la recherche mais les chercheurs ne sont pas tous sous la coupe des fameux dominants. Quant à la science économique, c’est un bien bel exemple qui illustre tout à fait ton incapacité à te détacher de l’engagement. Tu prends l’exemple qui te donne raison alors qu’il existe tant de disciplines. Sont-elles toutes contrôlées par les dominants ? Tant que tu n’as pas fait d’études sur la question, tu ne peux que défendre un point de vue totalement biaisé.

Émile : D’accord, je n’ai pas mené d’études sur la situation politique de toutes les disciplines. Par contre est-il envisageable que la recherche soit un monde à part, loin de toute influence ? Et les chercheurs sont-ils des individus à part, des homo academicus qui ne subissent aussi aucune influence ?

Max : Pour les chercheurs, tu es la preuve contraire. Quant aux institutions, elles ne fonctionnent pas pour faire de la politique.

Émile : Il faudrait être naïf pour croire qu’une domination tisse des moyens de reproduction qui soient transparents. Donc tout comme les individus sont engagés, les institutions le sont aussi. Et n’oublions que ce sont les individus qui forment et dirigent ces institutions scientifiques.

Max : Ces individus peuvent faire le choix d’être neutres.

Émile : Ou de faire semblant pour maintenir la domination.

Max : Et faire partie d’un complot ?

Émile : Non, mais prendre part à la défense d’une vision du monde qui se veut naturelle car objective.

Max : Si on te comprend bien, être neutre signifie être défenseur des dominants. Le chercheur n’a donc pas le choix. Soit il collabore, soit il lutte.

Émile : Exactement.

Max : Quel dogmatisme…

Émile : Entre un dogmatisme de la soumission et de la défense des intérêts des puissants, et un dogmatisme du progrès social et politique des citoyens, je crois que j’ai fait mon choix.

Max : En effet, tu as fait le choix de te fermer les horizons d’un accès à l’objectivité pour être dominé par tes convictions personnelles. Le chercheur neutre, lui, fait le choix de la science, et non de la politique, pour tenter de proposer des solutions qui savent très bien effectuer une mise à distance.

Émile : Laisse-moi reformuler. Entre un dogmatisme qui, par choix conscient ou par illusion, pense pouvoir échapper aux mécanismes de la domination et fournir une réelle pensée neutre mais qui en fait participe au maintien de la domination parce qu’il a peur de se faire engagé, et un dogmatisme qui assume ses engagements, qui fait son possible pour contrôler tous les biais possibles sans perdre de vue l’objectif d’une amélioration de la société, je crois que j’ai fait mon choix.

Max et Émile partirent chacun de leur côté, fermés comme des portes de coffre fort et froncés comme des sourcils en colère. Max finit par mourir de faim, de peur d’affirmer ses convictions personnelles en faisant le choix de sa nourriture. Émile finit par mourir de soif, de peur d’accepter la domination des réseaux d’acheminement d’eau.

1° Cet échange imaginaire est un débat entre, d’un côté, une personne (Max) qui pense qu’il est possible de penser sans être influencé par des représentations du monde et, de l’autre, une personne (Émile) pour qui cela est impossible.

2° Cet échange imaginaire est un débat entre, d’un côté, une personne (Émile) qui place le chercheur face à une décision radicale, soutenir la domination et lutter contre, et, de l’autre, une personne (Max) qui considère que la neutralité permet d’échapper à cette alternative fatale.

3° Cet échange imaginaire est un débat entre, d’un côté, une personne (Max) qui se refuse à laisser ses convictions personnelles prendre part à la construction de la réflexion et des méthodes, et, de l’autre, une personne (Émile) qui assume ses convictions, reconnaît leur participation dans sa réflexion et sa méthode mais qui fait son possible pour limiter les biais entraînés par ses convictions.

4° Cet échange imaginaire est un débat entre, d’un côté, une personne (Max) qui pense pouvoir discerner un monde neutre et sans participation de la subjectivité, et, de l’autre, une personne (Émile) qui pense que cela est une illusion qui ne se reconnaît pas comme telle.

5° Cet échange imaginaire est un débat entre, d’un côté, une personne (Émile) qui défend le rôle critique et politique des chercheurs, qui le présente comme leur responsabilité, et de l’autre, une personne (Max) pour qui cette vision est un abus de pouvoir des chercheurs.

6° Cet échange imaginaire est un débat entre, d’un côté, une personne (Émile) pour qui la neutralité est une défense de la domination qui ne se voit pas comme telle ou qui se sait comme telle mais se déguise, et, de l’autre, une personne (Max) pour qui l’engagement n’est pas une démarche scientifique mais une démarche d’acteur engagé qui se ment en pensant pouvoir être autre chose ou qui prétend pouvoir être scientifique pour imposer sa vision en abusant du statut de chercheur.

1WEBER Max, Essais sur la théorie de la science. Paris : Plon, 1992, 478 p. (Agora)

2Ibid.

3DURKHEIM Émile, De la division du travail social. Paris : Presses Universitaires de France, 2013, p. XXXIX (Quadrige)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *