Durkheim et le brevet de secourisme

Il ne fait pas de doute que trouver un travail est une préoccupation première dans notre société – il n’y a qu’à constater le manque de respect dont font l’objet ceux qui échappent, volontairement ou pas, au marché du travail. Nos vies sont en conséquence orientées vers une finalité productive (contribuer au PIB) ou une finalité utilitariste (servir à quelque chose de productif). Les étudiants à qui j’enseigne l’ « art » d’écrire des CV et des lettres de motivation ont très bien compris cela ; peut-être même trop si l’on en juge par le cynisme, bien révélateur, avec lequel ils approchent les compétences sociales et les qualités humaines. La question de la morale, tel que Durkheim a pu la traiter, peut-elle alors se poser ?1

Durkheim et le problème de la morale dans la société française du début du XXe siècle

Le sociologue français semblait avoir une affection, ou au moins, une préférence pour les corporations. Il ne défendait pas pour autant la re-formation des corporations de l’Ancien régime, auxquelles il reconnaissait facilement les défauts (défense d’intérêts personnels, caractère obsolète de certaines règles, monopoles)2. Il voyait d’un œil inquiet le progrès de l’individualisation dans la société, comme un manque d’organisation chez les individus et de groupes entre les individus et l’État, et les corporations lui semblaient être une solution. Pour E. Durkheim, les groupes professionnels sont porteurs d’une morale, qu’il nomme simplement morale professionnelle. Cette morale renforce l’organisation et la cohésion du groupe dans la mesure où « il n’y a qu’une puissance morale, et par conséquent commune qui soit supérieur à l’individu, c’est la puissance collective »3. En bref, l’individu est contraint par la morale de son groupe à adopter des comportements et des pensées qui feront, en quelque sorte, l’harmonie du groupe alors que dans un groupe sans morale, les intérêts individuels priment sur tout le reste.

Ce que constate le sociologue français, c’est l’absence de morale dans les professions économiques. L’absence d’une véritable « puissance collective » empêche que les rapports entre chaque groupe économique soient respectueux envers une certaine morale. É. Durkheim applique peut-être là la vision d’une économie libérale où la concurrence libre règne sans intervention de l’État, institution la plus à même de se constituer légitimement comme supérieur à tous les groupes économiques. Plus précisément, É. Durkheim parle d’auto-organisation de l’économie. La réflexion du sociologue sur cet état de fait est sans appel : « Il n’est pas possible qu’une fonction sociale existe sans discipline morale. Car autrement, il n’y a plus en présence que des appétits individuels et comme ils sont naturellement infinis, insatiables, si rien ne les règles, ils ne sauraient se régler d’eux-mêmes »4. Il en déduit l’origine de la crise des sociétés européennes, qui découle d’une instabilité. La concurrence permanente réduit voire anéantit les chances de paix. Cette crise se dédouble d’une démoralisation étant donné que de plus en plus d’individus passent une majeure partie de leur temps dans ce milieu économique.

Sauver potentiellement des vies et/ou améliorer son CV ?

La question de la morale, de son absence dans le milieu économique, et de son rôle dans une « crise de société », qui est certainement la traduction d’un démantèlement des institutions qui organisaient la solidarité – pas de rapport théorique avec la solidarité organique ou mécanique d’É. Durkheim, il s’agit là de relever la nécessité d’aide réciproque dans une société – et la cohésion entre individus, peut-elle se rapporter à la société actuelle ? L’exemple que je donnerai est celui d’une expérience marquante dans l’enseignement supérieur. Bien sûr, il s’agit d’une expérience personnelle et ce billet ne prétend pas poser une base théorique quelconque. Il se contente de poser une question ; existe-t-il un problème de morale dans la société française du fait de nos rapports multiples et centraux avec le milieu économique ?

Pendant un cours sur les CV, un de mes étudiants me demande s’il doit faire apparaître dans ses compétences la possession d’un brevet de secourisme. Ce à quoi je réponds « oui, c’est une très bonne idée car c’est une compétence qui se paye le luxe de pouvoir sauver des vies ». L’étudiant me répond alors que c’est ce qu’on lui avait dit, que cette formation au secourisme était valorisante pour un CV et que ça avait donc motivé, en partie, son choix de la suivre. S’en suit une discussion avec la classe, où je m’étonne, à moitié, de voir qu’une promotion au brevet de secourisme pouvait consister à vanter la qualité d’un CV. Les autres étudiants reconnaissent que le souci de choisir une voie, un métier, ou, comme on dit, un « projet professionnel » s’impose très tôt à eux. Ils doivent ainsi faire des choix où l’intérêt privé du CV brillant, du réseau impressionnant, des compétences gratifiantes, passe avant des considérations d’ordre collectif, telles qu’apprendre les gestes de premier secours. Sans doute que pour l’adulte, avant même les sociétés modernes, il a toujours fallu occuper une fonction, pour la survie de soi et de son groupe (dans les sociétés pré-historiques et de l’Ancien régime surtout – généralité que l’on me pardonne) ou pour améliorer ses conditions de vie. Toutefois, les sociétés modernes accentuent l’aspect individuel de la détermination des choix et des possibilités, avant le groupe, et avant la collectivité, pour occuper une fonction contre rémunération ; en d’autres termes, on fait des « choix persos » pour trouver du boulot.

Relativisons tout de suite cet exemple, qui n’est ni un modèle typique, ni un idéal théorique de la démonstration, et encore moins une preuve suprême confirmant, sans doute possible, les mouvements de neurones du chercheur curieux. Cet exemple pose la question que nous avons évoquée plus haut ; existe-t-il un problème de morale dans la société française du fait de nos rapports multiples et centraux avec le milieu économique ? Et ces étudiants qui anticipent leur arrivée sur le marché du travail, accompagnés par des professionnels qui ont eux le souci de leur éducation, c’est-à-dire la préoccupation de leur correspondance entre les attentes du marché du travail et les qualités objectivées dans un CV de leurs étudiants, semblent témoigner que la morale collective passe après l’intérêt personnel, après la réussite du projet professionnel. Il est tout à fait possible d’avoir un projet professionnel avec une morale. Là n’est pas vraiment la question. Par contre, il faut relever que cette « morale », ou ces « morales professionnelles », ne sont pas l’inquiétude principale dans la formation des futurs professionnels. L’aboutissement individuel est l’obtention d’un travail pour la production collective de richesses, auxquelles les individus ne pourront pas bénéficier de façon égale. Il y aurait donc moins de morale dans notre société car notre contribution première est mise au service d’un intérêt individuel, qui secondement sert un intérêt collectif. Dans notre exemple c’est l’étudiant qui s’intéresse à son CV et qui, grâce à sa formation, pourra peut-être sauver des vies. Le tableau n’est donc pas tout noir mais il inquiète sur le rapport de hiérarchie entre l’intérêt particulier et l’intérêt collectif.

« Durkheim et le brevet de secourisme » est en somme une piste de réflexion sur la justesse potentielle des propos du sociologue concernant l’état moral de la société française. Ses propos sont encore pertinents avec la situation actuelle où il semble que la destination finale des individus est le marché du travail, au lieu de se soucier, avant tout, de la collectivité.

1Je ne traiterai pas dans ce billet de la critique formulée par P. Nizan, philosophe français, à l’égard de É. Durkheim, concernant ses morales conformistes. La critique de P. Nizan se comprend comme la révolte d’un intellectuel communiste qui ne comprend pas comment les plus hauts représentants de l’université, en l’occurrence É. Durkheim mais aussi bien d’autres, ne s’offusquent pas et, pire encore, contribue au maintien de l’ordre socio-politique bourgeois ; NIZAN Paul, Les chiens de garde. Marseille : Agone, 2012, 175 p.

2DURKHEIM Émile, De la division du travail social. Paris : Presses Universitaires de France, 2013, 416 p. (Quadrige)

3DURKHEIM Émile, Leçons de sociologie. Paris : Presses Universitaires de France, 2015, p. 86 (Quadrige)

4Ibid., p. 91

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *