C’est pas que d’la com !

Je commence ici une série de petits articles, ou billets, afin d’attaquer une idée reçue assez répandue en France. Il n’est pas rare d’entendre dans les médias – et de manière bien ironique d’ailleurs – ou lors d’une discussion à propos des hommes politiques, « ils ne font que faire des discours » ; ou encore, à la suite d’annonces du président afin de soutenir tel ou tel secteur en proie à des difficultés, « c’est que d’la com ! ». Cette rengaine a, comme toutes les idées reçues, la force de l’évidence première cachant un manque de réflexion. Ce que nous proposons avec la série « c’est pas que d’la com ! », c’est une analyse des raisons qui font que la communication est aujourd’hui bien plus qu’une apparence, une façade de discours destinée à tromper ou détourner l’attention ; au contraire la communication est partie prenante et même déterminante de la manière dont les hommes politiques gèrent le pays mais aussi entretiennent une compétition entre eux.


Avant d’entrer plus dans les détails pour développer cette affirmation – ce qui sera fait tout au long des prochains articles, nous aimerions déjà commencer par discuter le mot lui-même dans ce premier article.

Malgré sa (très) grande utilisation au quotidien pour décrire tout un tas d’activités professionnelles, la communication n’est pas vraiment facile à comprendre. En vérité, cela est le cas pour beaucoup d’autres mots qui, plus ils sont utilisés, prennent des sens multiples, parfois contradictoires ; l’exemple le plus important pour nous citoyens français est certainement celui de « démocratie », aujourd’hui utilisée pour désigner le contraire de ce pour quoi elle a été originellement pensée (il suffit de se référer à J.J. Rousseau dans Du contrat social ou principes du droit politique pour s’en convaincre). En vrac, la communication peut servir à définir autant un secteur économique, les télécommunications ; que les interactions entre individus, la communication interpersonnelle ; que les opérations de publicité et de promotion d’une organisation ou d’un individu, la communication publicitaire.

Voici donc, rapidement, les trois définitions que l’on pourrait donner à la communication de nos jours. Et quand le verdict « c’est que d’la com ! » est prononcé pour les hommes politiques, c’est un peu de la deuxième et surtout de la troisième auxquelles on a recours. C’est-à-dire que la com dans ce cas est la somme de contraintes liées aux êtres humains (utiliser un langage et des gestes pour se faire comprendre), d’impératifs professionnels (se faire connaître et aimer des électeurs, défendre ses positions), de contraintes politiques (ne pas imposer par la violence physique ses arguments, respecter une organisation précise et spécifique – pas tout le monde peut prétendre être un ministre, ne pas jouer avec la « propagande ») et de normes sociales et culturelles (le respect, le courage, l’éloquence, l’honnêteté tout aussi bien que la disposition des salles de conférences, les tenues vestimentaires, la manière de s’exprimer, etc.). On le voit ici, la communication prend des dimensions autrement plus profondes et historiques ; histoire dont nous aurons d’ailleurs l’occasion de voir qu’elle remonte aussi loin que l’antiquité.

Le plus souvent, cette com des hommes politiques est qualifiée de politique ; elle est communication politique. Les ouvrages sur cette notion sont très nombreux (parmi les plus connus, La communication politique : état des savoirs, enjeux et perspectives d’A.-M. Gingras, et La communication politique de J. Gerstlé) et font tous (du moins ce que nous avons lu) très bien le travail pour sortir la communication politique des idées reçues et de sa définition commune, qui ne permet pas de justement bien la comprendre. Bien comprendre la communication politique veut dire sortir de la critique polémique qui ne fait que dénoncer l’évidence – oui la publicité dans la politique ça a forcément des effets négatifs – pour s’interroger sur les implications et les démonstrations de la communication politique dans notre société ; que prouve-t-elle sur le façon dont les hommes politiques gouvernent ? que nous dit-elle sur la conception des électeurs de ces mêmes hommes politiques ? que nous apprend-elle sur le rôle des électeurs dans notre système politique ? quelles caractéristiques de nos sociétés souligne-t-elle ?..

On peut saisir ici que la communication politique ne doit pas être confondue avec le marketing politique même si ce dernier a des influences sur elle ; il est très important de faire la différence entre une pratique instituée – c’est-à-dire une pratique qui est légitime et qui correspond à des normes rattachées à des institutions – caractérisant le régime politique français et un métier dont l’objectif est de vendre l’homme politique comme un produit. En effet, et c’est trop souvent le cas, en réduisant la communication politique au métier de publicitaire, on fait l’impasse sur la dimension politique permettant véritablement de comprendre dans quel régime politique la France se situe. Bien entendu, les critiques habituelles, et justes, relèvent les risques d’uniformisation, de dénaturation et dé-réalisation, entraînés par des professionnels dont le projet consiste à « marketer » l’image des hommes politiques comme ils pourraient le faire pour une paire de chaussures.

« C’est que d’la com ! » est alors une critique comportant quelques vérités mais étant trop simpliste. Pour l’instant il faut retenir qu’elle n’éclaire pas de quelle communication elle parle. Nous avons vu ici que la com des hommes politiques est justement une communication politique qui répond à des contraintes et des normes et qui est investie par le marketing politique, avec toutes les conséquences négatives décrites plus haut. Enfin, nous avons également vu que réfléchir la communication politique peut nous permettre de mieux comprendre notre société et nous-même, citoyens.

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.