Faisons-nous de la politique comme les grands singes ?

La politique est de partout en ce moment. Plus que d’habitude même étant donné qu’un petit groupe de professionnel se mettent en scène pour essayer d’obtenir le contrôle de l’État, ou au moins d’une partie de celui-ci, pendant cinq ans. Ces personnes pavanent, serrent des paluches, sourient et grondent devant les caméras, touchent voire embrassent les futurs électeurs. En bref, ils sont en campagne pour obtenir le maximum de soutiens. Les hommes n’ont pas le monopole de cette mise en scène des relations de domination. Les grands singes, c’est-à-dire les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et autres, savent aussi chercher des alliés et s’assurer de leur statut de dominant. À vrai dire, nous formons avec eux la famille des primates, il n’est donc pas surprenant que nous partageons des caractères sociaux. Plus généralement, nous gagnons à descendre du piédestal sur lequel nous nous sommes mis, comme êtres vivants soit-disant supérieurs, pour nous rendre compte à quel point nous ressemblons aux grands singes, même dans ces caractéristiques culturelles que nous croyons si uniques.

La recherche de la stabilité chez les chimpanzés

À travers l’étude des comportements de réconciliation chez les chimpanzés, le primatologue F. de Waal1 décrit nos « cousins » d’une façon familière qui peut paraître surprenante au lecteur. Les chimpanzés recherchent en effet la stabilité sociale et la stabilité psychologique dans leurs relations. En d’autres termes, ils n’aiment pas les bouleversements et, contrairement à l’image d’animaux agités que l’on aime bien se représenter, ils semblent préférer le calme à l’excitation. Ils sont comme nous, les routines et les habitudes sont favorisées par rapport aux changements constants et à l’instabilité dans les relations. Ils chercheront donc à éviter les risques de conflit plutôt qu’en arriver à un échange violent. Encore une fois, les chimpanzés se comportent bien différemment des bêtes qui n’obéiraient qu’à leur instinct. Peut-être ont-ils conscience de ce que la vie collective entraîne ? Cela signifie qu’ils sont capables de se contraindre, de se maîtriser pour éviter tout risque de confrontation. En somme, chez tous les primates, homme compris, l’agressivité fait partie de la nature et la vie sociale nous inculque des manières d’être, des façons de faire pour nous contrôler et aussi pour nous réconcilier en cas de conflit. Par exemple, chez les chimpanzés ce sont des contacts physiques apaisants ; chez les bonobos ce sont de brèves relations sexuelles (il y aurait tant à dire sur la prétendue obsession sexuelle de cette espèce à la réputation « torride ») ; chez les hommes ce sont des sourires.

Le mécanisme de réassurance conditionnelle

La recherche de la stabilité par les chimpanzés ne doit pas faire oublier qu’il existe des rapports de domination. Autrement dit, il y a toujours des dominants et des dominés dans leur groupe. Chez les primates, les dominants dépendent de l’espèce. Chez les bonobos, ce sont les femelles qui contrôlent le groupe. Les mâles ont la main mise sur le groupe des chimpanzés. Chez l’homme, c’est un mélange mais il faut être honnête et reconnaître que la balance penche du côté des hommes plutôt que des femmes. Les rapports entre les dominants et les dominés ne se déroulent pas sans dispute, sans risque de changement de dominants (et de dominés donc). Pourtant, il existe chez les chimpanzés un mécanisme consistant à la reconnaissance partagée, par le dominant et le dominé, de l’inégalité entre eux. F. de Waal appelle cela la réassurance conditionnelle. D’un côté, le dominant a des gestes amicaux envers le dominé. De l’autre côté, le dominé accepte ces gestes et la domination qu’il subit. Ce mécanisme est typiquement un acte social qui stabilise les rapports de domination, où au lieu que chacun cherche sans cesse à se faire le plus fort, le plus beau et le plus riche (en bananes), chacun accepte son statut.

Les élections présidentielles, mécanisme de stabilisation des rapports de domination ?

Si nous partageons tant de traits avec les autres primates, il est donc envisageable qu’il existe dans nos sociétés le mécanismee de réassurance conditionnelle. Les élections présidentielles semblent se ranger dans cette catégorie d’actes sociaux où la stabilité est un objectif central. Elles appellent une participation de deux parties, dominants et dominés, pour une reproduction des rapports de domination. Les dominants se montrent amicaux en promettant tant de belles choses pour le futur. Ils vantent le pays et ses habitants, non sans fustiger ceux qui ne font pas partie de leurs « plans ». En bref, ils décrivent un monde où leurs électeurs sont de bonnes personnes dont un futur radieux les attend. Les dominés votent, c’est-à-dire ils adhèrent à une organisation politique qui les exclut des prises de décisions. Le vote correspond à l’acceptation, consciente ou pas, de son statut de dominé. Les élections présidentielles sont donc un mécanisme de réassurance conditionnelle qui empêchent des changements dans les rapports de domination.

 

Le caractère caché des rapports de domination humains

La plus grande différence entre le mécanisme de réassurance conditionnelle chez les chimpanzés et chez les hommes réside dans la méconnaissance des dominés de leur statut. En France, les citoyens sont censés être souverains. Or une souveraineté déléguée n’est pas une souveraineté. Nos représentants politiques sont les véritables souverains. La croyance en la puissance politique et symbolique du peuple est un cas de cécité collectif ; nous n’avons presque aucun pouvoir et une majorité d’entre nous s’imaginent que nous vivons en démocratie. Les chimpanzés savent qui domine et qui doit obéir sans se plaindre. Ainsi, les grands singes sont en fait bien plus raisonnables et rationnels que les êtres humains. Nous nous fourvoyons en imaginant que notre parole a une quelconque influence et en attendant que les dominants politiques répondent à nos exigences. En vérité, même s’ils ont la contrainte de se dire désintéressés – voir le billet sur le principe de désintéressement2–, non seulement les dominants politiques décident de l’intérêt universel mais en plus ils maîtrisent tous les appareils d’État avec lesquels ils imposent leurs volontés (police, justice, impôts, etc.).

 

Cette comparaison entre les grands singes et les hommes est bien sûr à nuancer car elle grossit les traits. Pas tous les dominants politiques sont des menteurs ou des ignorants volontaires vis-à-vis de leur statut (par exemple Nicolas Poutou illustre ce que peut être un dominant « temporaire » qui porte sur le devant la scène une véritable parole de dominé), tout comme pas tous les dominés sont pauvres – dans tous les sens du terme, politiquement, matériellement, symboliquement. Le PDG d’une très grande entreprise est un dominé politique mais un dominant « social », il a des moyens financiers suffisants pour se faire entendre et il a les habitudes et les comportements qui font de lui le citoyen bien apprécié, bien vanté (le cadre dynamique). Le mécanisme de réassurance conditionnelle souligne pourtant une ressemblance sociale entre primates ; pour la stabilité dans nos rapports de domination, nous effectuons des actes sociaux destinés à ce que chacun reconnaisse, consciemment ou pas, son statut dans la société. Les élections présidentielles sont une forme de ce mécanisme. En votant un homme admet sa domination, il autorise ses représentants élus à manier les capitaux et monopoles de l’État. Il admet également de perdre sa parole politique et de devoir obéir aux dominants politiques. Les grands singes ont au moins cette honnêteté de ne pas se mentir à soi et aux autres, ils savent qui est quoi dans leur société. Il serait certainement temps pour nous d’imiter nos cousins primates et de reconnaître la différence de statut entre les dominants politiques et les dominés politiques. À partir de ce point là, nous verrons peut-être qui a envie de conserver ou non cette situation socio-politique.

1DE WAAL Franz, De la réconciliation chez les primates. Paris : Flammarion, 1992, 379 p.

2https://ptvirgule.hypotheses.org/219

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.