Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé

Pourquoi aller voter franchement ? Hé bien parce que tous les candidats nous promettent qu’ils prendront soin de nous, qu’ils défendront les intérêts de la France, qu’ils veilleront à augmenter le bien-être commun, que les intérêts privés passeront après l’intérêt général, que jamais, ô grand jamais, ils ne feront bénéficier à leur propre personne ou leur entourage des bénéfices de leurs fonctions.

Pourtant, il faut constater que les condamnations pour népotisme, détournement de fonds, emplois fictifs, et autres comportements irrespectueux et immoraux ne manquent dans la profession des hommes politique. On aimerait nous faire croire que ce genre de propos relève du populisme ; est-ce que constater, par des faits avérés, que l’organisation du champ politique et la loi en France encouragent les tricheries pour nos élites, est devenu populaire ? En outre, devons-nous rappeler aux effrayés des masses que le peuple est souverain dans la démocratie ? La dénonciation publique de ceux qui trichent et mentent est indispensable car les élus ont des comptes à rendre à la collectivité. Et si le peuple en a marre, pourquoi ne pas essayer de changer l’organisation de la vie politique plutôt que de reprocher à ceux qui dénoncent ses travers d’être des séducteurs du peuple ?

Il faut se poser une question ; pourquoi est-ce que les mauvais comportements sont possibles dans la vie politique ? Une des raisons se trouve dans la capacité des élus de faire croire que leurs fonctions sont basées sur un désintérêt, alors qu’au fondement de cette capacité légitime à se dire désintéresser, se trouvent des intérêts particuliers1. On peut naïvement supposer que les prochains élus feront mieux, que le prochain Président travaillera pour l’intérêt du peuple alors qu’au final, en prétendant jouer pour l’intérêt du peuple, ils peuvent jouer pour leur propre intérêt.

Mais attention c’est plus compliqué que ça ; c’est un rapport contrainte/contrainte et gagnant/gagnant (au moins dans les apparences). Les élus doivent toujours se réclamer de l’intérêt général, c’est un impératif auquel ils ne peuvent échapper. Aucun ne dira “je veux être élu pour alourdir mon portefeuille et tisser un réseau”. Pourtant, ils peuvent contourner cet impératif pour deux raisons :

1° les institutions et les lois sont faites de telle sorte qu’ils ont la possibilité effective de l’éviter en pratique même s’ils doivent se dire désintéresser tout le temps. D’où l’intérêt de la communication vous voyez. Il ne faut pas croire que la communication est uniquement une apparence. En communiquant, un élu peut désigner ce qui est l’intérêt général de tous, sans que nous, citoyens ayons notre mot à dire. La violence n’est pas physique dans notre régime, mais sans parole politique, le citoyen est condamné à subir. La violence est symbolique, elle est dans le silence de paroles intelligibles et dans le bruit de notre seul moyen d’expression sans intervention médiatique (ou presque) ; la manifestation.

2° Le système est une illusion, ce n’est pas un système qui agit, ce sont des individus pris dans « ce système ». Au final, ce sont des individus, avec leurs intérêts particuliers, qui peuvent décider de ce qu’est l’intérêt général. Exemple du référendum de 2005 : les Français votent non à 54%, deux ans tard, c’est le traité de Lisbonne qui est signé. Autrement dit, l’intérêt général a été déterminé par vote ce qui n’a pas plu à nos élus. Ils ont retenu la leçon et ont fixé eux-mêmes l’intérêt général en signant, sans demander notre avis, ce traité. Les élus, investis dans la vie politique, en viennent à croire qu’ils travaillent pour l’intérêt général alors qu’ils ne sont que des individus comme les autres. Dès lors, ils n’ont pas la capacité – divine – de deviner ce qui est le mieux pour la France. Ils ont juste la capacité politique et symbolique de le faire, ce qu’il est bien trop dangereux de confier seulement à quelques individus.

Deux raisons à la répétition des tricheries et mensonges : 1° les élus peuvent quotidiennement, en toute légalité et légitimité, grâce à la communication tout particulièrement, décider de l’intérêt général en France 2° la vie politique est organisée pour que les élus puissent se dire désintéressés tout en pouvant défendre des intérêts particuliers – en l’occurrence celui de pouvoir se dire désintéressés.

Il faut comprendre que le gouvernement représentatif autorise, sans le dire, l’idée que l’intérêt général est délégué à la discrétion de quelques individus, qui peuvent s’en réclamer sans jamais avouer – peut-être en ont-ils même pas conscience – que leurs intérêts particuliers peuvent guider leurs choix. Voter c’est acquiescer à ce système. Plus précisément, voter c’est reconnaître la domination de ces élus et assurer la pérennité de l’organisation politique en France, où l’impuissance politique des citoyens est entretenue.

1Voir l’excellent article de P. Bourdieu : BOURDIEU Pierre, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, volume 96-97, pp. 49-62. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3040 (consulté en mars 2015)

Schéma du désintéressement

crédit photo


Une réflexion sur « Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé »

  1. Ping : Point-virgule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.