Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Je dois le dire ; je ne compte pas voter pour les élections présidentielles de 2017. Non pas parce que je me range derrière l’idée simpliste d’un « tous pourris », ou parce que je n’ai pas envie de faire de la politique, ou parce que ça ne m’intéresse pas, ou encore parce que je sais que mon vote ne changera pas la société. Tout au contraire, mon choix, car j’ai choisi ma position politique et l’assume en conséquence, est le fruit d’un engagement politique qui reconnaît la complexité du gouvernement d’une société. Il reconnaît également l’indispensable intérêt que chaque citoyen doit apporter à la vie politique. Il reconnaît enfin que les choix citoyens sont à l’origine de véritables changements. Pourtant, alors que j’expose cet avis argumenté, trop souvent j’ai affaire à la colère ou le dédain, parfois les deux, envers le choix de m’abstenir.

Politique ou politique ? Vous avez dit politique ?

Le vote est conçu comme le seul pouvoir politique des citoyens. Ne pas l’utiliser relève en conséquence du gâchis. Quand on a faim, on ne crache pas dans la soupe. Cependant je préfère le jeûne conscient à l’empoisonnement involontaire. Il importe en réalité de faire la différence entre le politique et la politique. La confusion entre les deux entraîne la conclusion qu’il n’est pas possible de réfléchir sur le devenir de la collectivité nationale sans jouer au membre de parti, sans se mettre en scène. Cette dernière n’est pourtant que la partie émergée de l’iceberg qu’est la vie politique française. Si la vie politique était juste question de mise en scène, le Parlement jouerait tous les soirs dans un théâtre parisien. Il n’échappera à personne que ce n’est pas le cas, même si le Parlement est le théâtre de sacrés bouffonneries.

Alors, d’un côté le politique est un processus de décision pour décider de l’avenir d’un pays et, de l’autre côté, la politique est la mise en scène de la compétition pour le contrôle de ce processus1. Le système politique français mélange les deux mais rien n’oblige pour l’éternité à ce que soit le cas. Personne n’a le pouvoir de fixer dans le marbre les relations politiques même si les dominants font tout ce qu’ils peuvent pour s’en convaincre et nous en convaincre. L’abstention sert à réclamer que l’on change de régime politique et que l’on ne laisse plus à des compétiteurs professionnels le choix de notre avenir. La compétition ne cesse de prouver, quotidiennement, tous les problèmes qu’elle entraîne ; conflits d’intérêt, ignorance des opinions publiques, lois pro-politiciennes, lois désavouées par le peuple mais votées quand même, maintien de la domination d’une élite favorisée et privilégiée, musellement de la lutte des classes en faveur des classes dominantes, etc.

Quand le mot politique est utilisé, il est rattaché à ce qu’il désigne dans l’immédiat, soit une organisation politique où les citoyens, dans leur très grande majorité, sont dominés. Il faut donc faire des efforts de distanciation pour se rendre compte que nous, citoyens dominés, pouvons faire du politique. Nous devons pouvoir réclamer une participation, non une consultation, dans la vie politique française.

Si je m’abstiens de voter c’est parce que le pouvoir politique des citoyens n’est pas respecté et que je réclame une autre manière de faire du politique, au profit de la disparition de la politique professionnelle.

Refuser la représentation politique

Pour Jean-Jacques Rousseau, « toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle »2. Le philosophe avait des mots très durs envers la représentation. Il considérait qu’elle revenait à perdre sa liberté pour un citoyen. À quoi correspondent en fait les élections présidentielles ? À quoi correspond notre régime représentatif et non démocratique ? En votant, nous confions à un individu la possibilité d’incarner l’État. Se faisant, il peut décider de notre quotidien car l’État domine la société. Le Président désigne lui un gouvernement qui représentera et incarnera aussi l’État, mais les citoyens n’ont pas choisi les ministres. Dès lors, le vote est un système politique qui favorise la domination d’une toute petite minorité sur la majorité, alors même que la désignation par le vote fait appel à la soumission des choix minoritaires au choix majoritaire. Herbert Marcuse a écrit cette phrase très juste, qui devrait figurer sur tous les bureaux de vote : « le fait de pouvoir élire librement des maîtres ne supprime ni les maîtres ni les esclaves »3.

Par ailleurs, les logiques sociales qui animent le vote ne sont pas toutes innocentes. Ce n’est pas parce que les dominants offrent une voix et une seule à tous les citoyens que ceux-ci sont soudainement à égalité avec eux ou entre eux. Le sociologue Daniel Gaxie parle de cens caché4. Autrement dit, le suffrage universel revient à désigner des professionnels qui pourront parler et prendre des décisions à notre place. Daniel Gaxie parle ici de dépossession politique et comment ne pas lui donner raison avec l’exemple du vote de la loi travail ? L’illusion constituée par l’idée que le prochain élu respectera peut-être ses engagements et nos volontés politiques est une illusion au service des dominants. Elle est au service de ceux – les grandes entreprises, les très riches, les institutions ou personnes pouvant mobiliser les opinions publiques – qui peuvent, grâce à un capital social et/ou financier, influencer les décisions des élus. Au contraire, le refus de la représentation politique remet au goût du jour la question du pouvoir politique citoyen, parce que le plat représentatif sauce démocratie frelatée est vraiment trop amer.

Si je m’abstiens de voter c’est parce qu’il m’est insupportable que des professionnels de la politique parlent à ma place, d’une façon que je n’approuve pas, et prennent des décisions, que je n’approuve pas non plus.

Le plaisir de la domination ?

Selon le célèbre sociologue Pierre Bourdieu5, les dominés prennent part à leur domination, ils sont complices dans leur domination. Et si la colère et le dédain que certaines personnes m’opposent provenaient d’un plaisir de la domination ? Non pas que ces personnes soient sadomasochistes, mais plutôt qu’elles apprécient se ranger derrière la majorité, qu’elles aiment s’entendre évaluer positivement par les médias et les hommes politiques, un peu comme un enfant aime qu’on lui ébouriffe les cheveux par affection. Pierre Bourdieu appelait cela le paradoxe de la doxa6, c’est-à-dire qu’il trouvait certainement étrange que les individus, malgré les injustices, les obligations et autres, ne se rebellaient pas plus. À nouveau, je m’étonne que les citoyens français participent avec tant de volonté, et même pour certains de hargne, envers le maintien de leur impuissance politique. Peut-on vraiment s’habituer à avaler cette nourriture infâme au prétexte, faux et prouvé mille fois faux, que c’est la seule ?

Si ces propos peuvent paraître provocateurs, c’est parce qu’ils le sont. Je n’attends rien d’autre que de provoquer une réaction chez le lecteur. Aussi, s’ils sont perçus comme provocateurs c’est parce qu’ils cassent le mythe de l’élection et de la démocratie. Je ne suis pas le seul, heureusement, à penser cela et le travail, par exemple, d’Étienne Chouard est remarquable. Il vise à pousser à une ouverture des yeux massive et partagée même s’il se heurte à ceux qui, sans s’en rendre compte, continuent à défendre une organisation politique visant à les rendre inoffensifs. Il ne s’agit pas de dire que les citoyens sont tous des borgnes collabos mais qu’ils peuvent réclamer autre chose et qu’ils ont la possibilité d’être à l’origine de changements politiques. La « démocratie » telle qu’elle nous est vendue – car aujourd’hui les relations de pouvoir sont de plus en plus traitées comme des relations de clientèle – est un mensonge destiné à maintenir l’impuissance politique des citoyens et la puissance politique de professionnels qui ne cessent, inlassablement, comme s’il existait un concours de médiocrité et de malhonnêteté entre eux, de prouver leurs incompétences et leur intéressement personnel.

Si je m’abstiens c’est parce que je crois que les citoyens sont capables d’avoir une puissance politique et que j’envisage, sans me mentir et sans tricher pour défendre mes intérêts, la possibilité d’un gouvernement collectif de la société.

1LOUBET DEL BAYLE Jean-Louis, « De la science politique » [Document en ligne] Annales, 1989, vol 37, page 14. Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/contemporains/loubet_del_bayle_jean_louis/de_la_science_politique/de_la_science_politique_texte.html (consulté en octobre 2015)

2ROUSSEAU Jean-Jacques, Du contrat social ou principes du droit politique, [Ouvrage en ligne] Genève : Orthographe modernisée, 1782, page 115 Disponible sur : http://www.acgrenoble.fr/PhiloSophie/file/rousseau_contrat_social.pdf (consulté en février 2015)

3MARCUSE Herbert, L’Homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée. Paris : Éditions de Minuit, 1968, page 33 (Arguments) ; c’est nous qui soulignons

4GAXIE Daniel, Le cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 268 p. (sociologie politique

5BOURDIEU Pierre, Langage et pouvoir symbolique. Paris : Éditions du Seuil, 2001, 423 p. (Points : essais)

6BOURDIEU Pierre, La domination masculine. Paris : Éditions du Seuil, 2014, 177 p. (Points. Essais)

crédit photo


4 réflexions sur « Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ? »

  1. Si tu fais référence aux manifestations, qui ont trop rarement un effet sur les décisions, je trouve ça dommage que l’on soit réduit à cela pour se faire entendre, pour trop de raisons difficiles à résumer dans un commentaire.

    Si tu fais référence à Nuit debout ou d’autres associations qui cherchent à développer le pouvoir politique des citoyens, elles se dirigent justement vers le politique. Le vote demeure la seule décision politique autorisée et légitimée, donc des associations cherchant à le contourner sont bénéfiques. Néanmoins, elles peuvent faire l’objet de campagnes médiatiques de délégitimation.

    Et merci pour ton commentaire camarade !

    1. Je faisais référence aux manifestations, aux mouvements que je ne sais pas comment qualifiés tels que Nuits debout mais également au droit de grève qui lui est inscrit dans la constitution et donc par la même autorisé et légitimé… faire grève n’est il pas une forte décision politique ?
      D’autant plus que pour défendre des causes qui t’importe tu es prêt à laisser une partie de ton salaire…

      Désolé si je t’ennuie avec mes réflexions cons ! 🙂

      1. Tu as tout à fait raison. Le droit de grève est un pouvoir politique et je pense que je l’ai effectivement oublié. Par contre, il demeure un pouvoir soumis à beaucoup de contraintes ; il te faut l’autorisation du droit de grève, le soutien collectif (une grève seule n’a aucune chance d’aboutir) et une volonté d’acier. À mon avis, une grève doit être menée durement et longuement (à moins que les exigences soient réglées). Pour cette raison j’hésiterai à le définir comme pouvoir politique “authentique” tout comme le droit de vote est un pouvoir politique bien faible. Le droit de grève est supérieur et intéressant car il met d’emblée l’obligation d’une volonté collective ; le droit de vote est plutôt rattaché à une démarche individuelle.
        En plus les grèves sont mal vues, mal qualifiées et mal traitées médiatiquement et politiquement. Ce qui indique bien que c’est un pouvoir qui agace les dominants, mais il reste trop peu développé et trop borné.

        Tes réflexions sont très intéressantes !

  2. “Le vote est conçu comme le seul pouvoir politique des citoyens” … dans quoi classes tu les mouvements sociaux qui peuvent parfois inflechir un texte si ce n’est un autre “pouvoir politique des citoyens” ?

    Desole si cette remarque te semble stupide 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.