Pourquoi la communication de l’Etat est embourbée dans cette “crise sanitaire” ?

Pas la peine d’être un ou une spécialiste de la com pour se rendre compte que la communication du gouvernement et de la présidence pendant la crise sanitaire s’est complètement, définitivement, mangée le mur à pleine vitesse ? Je vais passer rapidement en revue les raisons de cet embourbement – pardon pour l’aspect brouillon de ce billet, mais en période de rédaction de bouquin, j’ai un peu la flemme de faire des efforts de présentation.

1° La crise dure depuis trop longtemps

La crise, que ce soit du fait d’incompétences gouvernementales, de la malchance ou de la dureté du virus, voire des trois, ne passe pas. Le gouvernement et la présidence échouent sur tous les délais qu’ils annoncent ou doivent tricher après-coup pour se donner raison. On était censé être prêt pour faire face à la deuxième vague et là on est parti pour la troisième ; le surf de gouvernement file la nausée. En conséquence, les erreurs, les incompétences et les mensonges apparaissent et se multiplient ; quand on gouverne à vue pendant plus d’un an, ça commence à se voir.

 

2° Les gaffes enfilées en perle – un beau collier de boulettes

L’ancienne porte-parole du gouvernement s’est faite une spécialité des gaffes en communication. Le ministre de l’Éducation nationale n’est pas en reste. Et comme la crise dure, le contexte marque les esprits et on oublie moins facilement ; journalistes et internautes sont sur le qui-vive pour relever la moindre erreur. On ne le dira jamais assez mais plus la crise dure, plus l’incompétence communicationnelle du gouvernement et de la présidence saute aux yeux. Et plus elle saute aux yeux, plus la crise se prolonge ; en effet le gouvernement et la présidence auront beaucoup de SAV à faire pour récupérer leurs erreurs, surtout s’ils veulent propulser leur champion pour une réélection.

 

3° Rhétorique de l’infaillibilité

Dire « je ne sais pas » ou « l’État ne peut pas » est mal vu – Jospin tout ça blabla, vous connaissez. Le gouvernement et la présidence ont du mal à désavouer ce principe du discours politique ; quand on est un pro de la politique, on sait ce qu’on fait, on ne se trompe jamais, et l’État a toujours raison – souvent on questionne le monopole de la violence légitime de l’État, il serait temps de se pencher sur son monopole de l’infaillibilité ou, plutôt, son monopole de l’incapacité légitime à reconnaître ses erreurs. Problème : plus on s’entête à dire qu’on avait raison, que « ça n’a pas marché » au lieu de dire que c’était un échec, plus les critiques se multiplient et plus il devient impossible de se démentir. Ce n’est plus une question de « plus dure sera la chute », le gouvernement et la présidence planent dans leurs activités de communication et ne redescendront jamais, quitte à paraître complètement coupés de la réalité.

 

4° Crise sur crise sur crise sur crise

Bon j’aurais trop de chose à dire sur cette notion de crise qui ne signifie plus rien – un monde en crise continue n’est pas en crise mais en mutation violente, un retour à la normale semblant de moins en moins possible. La communication de l’État est incapable de gérer plusieurs crises. Pourquoi ? Parce que les contradictions et les incohérences se multiplient à une vitesse supérieure à la capacité de formulation des petits bons mots pour les cacher. Comment s’élever contre la crise écologique et économique en même temps, quand on défend un plan de relance avec si peu de conditionnalité pour la défense de l’environnement ? Comment défendre une loi pour la laïcité ou contre le séparatisme, ou contre l’islamisme, pour défendre la République tout en mobilisant sans cesse plus la police et sa violence pour mater les contestations sociales ? Comment sauver la morale néo-libérale du bienfait de l’austérité quand l’État ne cesse de creuser sa dette, seule solution pour juguler les effets des crises ?



En bref, la communication est elle aussi en « crise » ; une de plus ! Plus exactement, l’embourbement du gouvernement et de la présidence dans une com qui ne parvient plus à cacher les défauts – perte de souveraineté, déconnexion des élites, démocratie de façade, démission du peuple – de notre organisation politique dans un contexte de plus en plus difficile – « crise sur crise sur crise sur crise ». Au final, il semblerait qu’il n’y ait guère plus que les convaincu-e-s pour avoir confiance en cette communication étatique.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.