Comment choisir la temporalité d’un corpus concernant une crise financière internationale ?

La dimension temporelle est déterminante dans la constitution d’un corpus. En déplaçant son cadre de plusieurs semaines, il est possible de se retrouver avec le double de résultats. Il est alors nécessaire de trouver la bonne durée, entre trouver trop de résultats – entraînant des difficultés à cause d’un corpus énorme – et en trouver pas assez. Également, si elle est mal choisie les résultats peuvent être non pertinents par rapport aux hypothèses. Il faut de plus comprendre que la constitution du corpus est fortement liée à la conceptualisation d’une partie de l’objet de recherche. Le rapport entre la méthodologie et la théorie étant absolument essentiel dans un travail scientifique, il importe dès lors de choisir avec précision son corpus, et plus encore sa temporalité, qui est constitutive de sa signification. Précisons aussi qu’il ne faut pas confondre la définition de la temporalité du corpus concernant une crise financière internationale et la temporalité de la crise elle-même, ce qui est un travail d’économiste.

Une crise financière est un événement qui possède une temporalité finie, soit qui possède un début et une fin1, comme la systémique peut définir la notion d’événement. De manière plus économique, la crise financière internationale comme événement est une rupture dans le secteur de la finance, qui peut être située localement mais qui a un effet mondial (pour ne pas dire global). Par exemple le Krach boursier de 1987, survenu aux États-Unis, a eu des impacts dans de nombreux entre pays dont la France ; il suffit de voir les différentes interviews d’Édouard Balladur à l’époque pour s’en convaincre. Cependant, et de façon moins catégorique car comprise comme processus social inclus dans d’autres processus sociaux, cette rupture n’en est pas vraiment une, à part sur les courbes des différents indices boursier. On pourrait, à tort selon nous, laisser les marchés mondiaux décider de la durée de la crise, et ainsi se calquer dessus pour définir la temporalité du corpus. Toutefois, une crise financière peut prendre ses origines dans des problèmes sociaux ; pour la crise des Subprimes de 2007, c’était l’incapacité de toute une tranche de la population étasunienne à accéder à la propriété d’une maison2 ; ou alors elle peut prendre son origine dans des problèmes économique ; avant la crise de 1929, l’industrie étasunienne se portait déjà très mal et, de façon plus générale, les indicateurs économiques annonçaient une baisse de la croissance3.

Nous pouvons néanmoins éliminer le débat scientifique économique sur les origines et la temporalité de la crise même s’il importe pourtant d’être rigoureux, notamment en prenant connaissance de travaux économiques pour mieux comprendre les raisons et les effets de crise. En effet, ces questions sont un peu hors-sujet en sciences de l’information et de la communication. Il s’agit plutôt pour celles-ci de s’interroger sur la construction de la crise dans les récits – médiatiques et politiques, ou les discours, ou les communications… en fait la terminologie pour désigner l’expression politique de ceux que l’on analyse trahit un choix théorique que nous avons pas encore clairement déterminé. Ainsi, sans pour autant mettre de côté les problèmes à l’origine des crises qui peuvent entraînés une anticipation de celles-ci, la temporalité de la crise elle-même ne peut décider de la temporalité du corpus.

En revanche, il est observable un lien entre la rupture sur le marché et la recrudescence des propos sur la crise. Il existe donc bien directement un lien entre la temporalité de la crise et la temporalité du corpus, mais elles ne sont pas identiques. En prenant le postulat bourdieusien et foucaldien des discours traduisant une position dans un rapport de force, une temporalité du corpus élargie avant la crise nous en dirait d’autant plus sur les relations entre les acteurs en présence, surtout les médias, les hommes politiques et les membres de la finance. En comprenant les contraintes liées à l’exercice de la politique et du politique dans le régime représentatif français, une temporalité élargie après la crise explique l’intérêt que peuvent avoir les représentants de l’État à revenir dessus. Bien entendu, ces deux éclairages peuvent être portés à l’ensemble de la survenue de la crise financière, mais il indique l’erreur de calquer la temporalité d’un corpus sur celle d’une crise.

De ce fait, nous estimons justifié de choisir si possible la temporalité du corpus par rapport au début de la crise marquée sur les indices boursiers en s’avançant de quelques mois. Il est plus difficile d’effectuer la même opération pour la fin du corpus car une crise financière est le plus souvent mélangée à une crise économique. Le cas de la crise des Subprimes est particulièrement éclairant et surtout ajoute à la complexité en causant aggravation de la situation des dettes souveraines. Il ne faut pas en somme que le corpus revienne à réifier une crise financière internationale en la découpant trop clairement dans la réalité, comme on pourrait le faire en biologie par exemple, en isolant une matière vivante du reste de son écosystème. La démarche peut donc être vérificatrice, à savoir arrêter le corpus quand les récits médiatiques et politiques se font plus rares sur le sujet.Cependant, une distinction doit être établie entre la crise financière et la crise économique qui se mêlent en pratique dans la « réalité sociale totale ». Il faut faire le choix selon nous de savoir arrêter le corpus quand les récits médiatiques et politiques s’étendent uniquement sur l’aspect économique de la crise.

En résumé, il convient de s’aider dans la mesure du possible des cours boursiers pour dater le début d’une crise financière internationale mais il faut l’agrandir avant que la rupture soit clairement marquée sur ces cours. Ensuite, il convient d’effectuer des vérifications empiriques pour déterminer la pertinence du corpus et ainsi lui fixer clairement un début et une fin – qui seront, il faut bien le reconnaître, jamais exempts de reproches. Enfin, il ne faut pas hésiter à aller voir du côté des économistes travaillant sur les origines des crises financières. De ces trois façons, sans ordre particulier, la temporalité d’un corpus portant sur les crises financières internationales a plus de chance d’être juste.

1MORIN Edgar, « L’événement-Sphynx » [Document en ligne] Communications, 18, 1972, pp. 173-192. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1273 (consulté en septembre 2014)

2AKERLOF George A., SHILLER Robert J., Les esprits animaux : comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie. Paris : Pearson, 2009, 293 p.

3GALBRAITH John Kenneth, La crise économique de 1929 : anatomie d’une catastrophe financière. Paris : Payot, 2011, 283 p. (Petite bibliothèque Payot)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.